Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabelle Gadoin et Ziva Vesel, eds. Figures pionnières de l’orientalisme : convergences européennes

Ladan Nayesh
Référence(s) :

Isabelle Gadoin et Ziva Vesel, eds. Figures pionnières de l’orientalisme : convergences européennes, Res Orientales XX, Bures-sur-Yvette, Groupe pour l’Étude de la Civilisation du Moyen-Orient, 2011, 376 p. ISBN : 978-2-9521376-4-5

Texte intégral

1Après les réussites de L’Orient des femmes (ENS éditions, 2002) et de Rêver d’Orient, connaître l’Orient (ENS éditions, 2008), Figures pionnières de l’orientalisme est la dernière collection en date issue des activités du réseau Anglorient. Ce volume a été réalisé en collaboration avec les chercheurs du laboratoire Mondes iranien et indien (UMR 7528 du CNRS), coorganisateurs des deux colloques internationaux dont une sélection des communications est retenue ici. Ce grand format de près de 400 pages rassemble vingt-quatre contributions, précédées d’un avant-propos et complétées par un index nominum général de plus de 20 pages, de bibliographies individuelles détaillées, et des annexes textuelles et iconographiques pour certains chapitres.

2L’ambition du projet est à la mesure de la somme impressionnante présentée ici, puisqu’il s’agissait pour les deux éditrices de faire dialoguer ensemble des chercheurs issus d’horizons géographiques et disciplinaires très variés sur un champ orientaliste aux contours eux-mêmes flous et disputés entre une multitude d’héritages critiques. Mais s’il convient de saluer l’entreprise, force est de constater que le dialogue promis peut difficilement avoir lieu autour d’un sujet aussi vaste et peu conceptualisé que des figures pionnières, qui présente fatalement le risque d’une juxtaposition, plutôt qu’un croisement, de parcours individuels. De fait, en pratique, le volume se compose de deux parties clairement séparées, avec des sous-tables des matières distinctes, sur le monde anglophone d’une part et l’Europe centrale et orientale de l’autre.

3La première partie, qui intéressera plus directement les anglicistes et qui rassemble les contributions d’Anglorient, est en soi pourvue d’une belle cohérence interne, même si le titre général du volume ne lui correspond pas vraiment. En effet, certains chapitres ne mentionnent qu’en passant des figures pionnières, voire n’en mentionnent aucune en particulier dans le cas de l’excellent chapitre de V. Alayrac sur la genèse et l’essor du style anglo-chinois dans l’art anglais du dix-huitième siècle. Plus que des figures pionnières, les contributions de cette première partie explorent et mettent en relation des formes pionnières d’un orientalisme pré-institutionnel et péri-institutionnel, que C. Gallien dans son chapitre finement théorisé sur les costumes orientalistants qualifie d’orientalisme « dilettante » (80). Même si une figure aussi fondatrice que celle de William Jones fait l’objet de deux chapitres par M. Benoît et L. Anvar, ces chercheuses s’intéressent, comme le dit la seconde d’entre elles, à la manière dont Jones sort finalement les études orientales de l’université et contribue aussi à en faire un phénomène littéraire et artistique (28). Se penchant sur les phénomènes de traduction textuelle (L. Chamlou sur les traductions du poète persan Hafez), mais aussi de traduction interculturelle et intermédiale, certaines contributions analysent les rapports entre différents supports, dont le texte et l’image dans le chapitre de C. Lehni sur les illustrations qui accompagnent les récits de voyages en Égypte de William Bartlett et d’Amelia Edwards, ou celui de L. Bury qui aborde la « réorientalisation » des représentations de la Terre Sainte par David Wilkie à l’aune des récits bibliques, pour une réinterprétation ethnocentrique qui reconstruit l’exotisme sous une forme familière et attendue par l’Occident. En marge de l’institutionnalisation rationnelle des musées, I. Gadoin consacre un chapitre passionnant à ces passeurs oubliés de l’Orient que sont les curieux, les marchands d’art et les cercles d’expatriés grecs à l’origine des prestigieuses collections orientales du Victoria and Albert Museum de Londres. P. Lavagne associe quant à elle l’histoire de l’orientalisme et celle des relations diplomatiques et commerciales dans le cas de la Perse, appelant à une « archéologie comparée des savoirs » (139) que les chapitres de cette première partie ont tous le mérite de tenter, et le plus souvent de réussir brillamment.

4En comparaison avec la qualité de cette première partie de l’ouvrage, la seconde paraît inégale. Certains chapitres entrent parfaitement en résonance avec ceux de la première partie, comme celui de C. Galewicz sur l’orientalisme « des frontières » de l’indologue polonais Skorochod-Majewski, ou celui de B. Le Calloc’h sur les interactions du sanskritologue hongrois Cosma de Körös avec la Société Asiatique de Bengale, qui tous deux auraient gagné à être signalés par des renvois en note pour poursuivre la réflexion sur les différentes postures du savant orientaliste dans le contexte indien engagée à partir de la figure de William Jones dans les chapitres de M. Benoît et de L. Anvar. D’autres chapitres, en revanche, se réduisent à de simples notices biographiques et bibliographiques, comme ceux d’I. Milewska sur le portrait du linguiste polonais Andrzej Gawronski ou de S. Tourkin sur l’orientaliste russe Nikolai Khanykoff. De tels développements seraient davantage à leur place comme entrées dans un dictionnaire des orientalistes que comme chapitres dans un volume critique. Le travail de relecture et de correction semble également avoir été moins soigné que pour la première partie, comme en témoignent des fautes d’orthographe parfois grossières, comme sur le titre du comte Luigi Ferdinando Marsili, systématiquement orthographié « conte » dans le chapitre de C. Lalli.

5Au total, en dépit d’un projet prometteur d’ouverture géographique et disciplinaire, ce qu’on retiendra surtout des Figures pionnières de l’orientalisme, c’est la richesse et le dynamisme des anglicistes de la première partie dont plusieurs, à l’instar de M. Benoît et de C. Gallien, ont depuis développé et exploité plus avant les pistes lancées dans leurs chapitres avec des monographies elles aussi fort bien accueillies, Sir William Jones et la représentation de l’Inde (ELLUG, 2011) et L’Orient anglais (SVEC, 2011). Avec ce volume collectif, le réseau Anglorient montre une nouvelle fois que le champ en plein essor des études sur l’Orient anglais est loin de se cantonner au domaine des études postcoloniales en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ladan Nayesh, « Isabelle Gadoin et Ziva Vesel, eds. Figures pionnières de l’orientalisme : convergences européennes », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 78 Automne | 2013, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/1003

Haut de page

Auteur

Ladan Nayesh

Université Paris-Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org