Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvie Largeaud-Ortega, Ainsi soit-île. Littérature et anthropologie dans les Contes des mers du sud de Robert Louis Stevenson

Alain Jumeau
Référence(s) :

Sylvie Largeaud-Ortega, Ainsi soit-île. Littérature et anthropologie dans les Contes des mers du sud de Robert Louis Stevenson, Bibliothèque de Littérature générale et comparée n° 105, Paris, Honoré Champion, 2012, 617 p. ISBN : 978-2-7453-2435-1

Texte intégral

1En raison de sa santé précaire, Robert Louis Stevenson a eu une vie courte (1850-1894), mais remarquablement bien remplie, et particulièrement féconde sur le plan littéraire. La recherche d’un climat favorable pour soigner sa maladie pulmonaire l’a obligé à de nombreux voyages, de plus en plus loin de son Écosse natale, d’abord en Angleterre, puis en France, aux États-Unis et enfin dans les îles du Pacifique. Il a quitté la Californie en 1888, et après diverses escales, notamment à Hawaï, il s’est fixé sur l’île d’Upolu, aux Samoa, où il a passé les cinq dernières années de sa vie, de décembre 1889 à décembre 1894.

2La critique a tendance à minimiser l’importance de ses dernières œuvres, consacrées aux îles du Pacifique, considérant qu’il s’agit d’un simple post-scriptum exotique à sa création principale, conçue en Europe. Et le premier mérite du livre de Sylvie Largeaud-Ortega est de nous montrer qu’il s’agit, bien au contraire, d’une production nouvelle, originale, digne de notre attention. On peut comprendre l’intérêt qu’a pu ressentir pour ce sujet cette angliciste qui enseigne à Tahiti, à l’Université de Polynésie Française. Littéraire de formation et ayant travaillé sous la direction de Jean-Pierre Naugrette, spécialiste de Stevenson, elle a tenu à enrichir ses compétences en acquérant une formation anthropologique, sous la houlette de Serge Dunis, pour aborder son sujet sous un angle à la fois littéraire et anthropologique, comme l’atteste son sous-titre. Il en résulte une étude critique novatrice, que les lecteurs de Stevenson feront bien de consulter désormais, pour compléter leur connaissance de l’auteur.

3L’ensemble s’articule autour de trois axes : le passé, le présent et l’avenir de la littérature du Pacifique, envisagée surtout à travers le prisme des Contes des Mers du Sud. Tout commence par le rappel du célèbre mythe des Mers du Sud, issu du voyage de Bougainville, avec l’image du Bon Sauvage, plutôt puéril, et celle de la Vahiné, faite pour l’amour. Stevenson ne reprend ce mythe que pour mieux en dénoncer le caractère fantasmatique, voire frauduleux. Après avoir déboulonné ce mythe des Mers du Sud, il s’en prend à celui de l’Impérialisme Civilisateur, qui représente une autre variante de l’aliénation de l’Autre. Il dénonce le paternalisme des « découvreurs », puis de leurs successeurs, trafiquants ou missionnaires, et les désordres apportés dans le Pacifique par les maladies, l’alcool et l’argent, source de tous les maux. Il nous montre comment l’impérialisme est vécu du côté polynésien. Il entrevoit ensuite une étape plus positive : « Le Polynésien ne recouvrera son identité propre que lorsqu’il se sera défait de cette identité factice, anonyme et honteuse, dont l’Occident l’a affublé » (301). Cet avenir n’est concevable que grâce au « métissage » : l’homme nouveau du Pacifique sera océanien, grâce à une parole « reconquise, remodelée au contact des pères occidentaux et océaniens » (303). Enfin – et ce point marque sans doute la véritable originalité de la réflexion de Stevenson, bien en avance sur son temps –, l’avenir du Polynésien, c’est la femme océanienne, qui est supérieure à l’homme, « parce qu’élément sacré en contact avec les dieux » (378). Pour le Nouvel Occidental du Pacifique, l’auteur envisage, au contact des Polynésiens, une « acculturation réciproque » (417). L’ensemble se conclut par une réflexion sur la modernité de l’écriture de Stevenson, capable de révéler l’activité romanesque en train de se construire et de mettre au jour l’illusion comique (495). L’auteur – « Tusitala », ou « l’écriveur », le « conteur d’histoires », comme le surnommaient les Polynésiens – apparaît donc à la fois comme un « passeur » et un « tresseur » d’histoires, transmettant au monde entier les fondements sacrés de la culture océanienne, et surtout annonçant la généalogie d’une littérature métisse du Pacifique.

4Devant l’originalité d’une telle étude, qui renouvelle incontestablement notre perception de Stevenson, pourquoi le lecteur n’éprouve-t-il pas une satisfaction sans partage ? D’abord le texte est trop long, ce qui surprend d’autant plus que le corpus retenu ici est très mince (trois contes : Ceux de Falesà, « L’Île aux voix », « Le Génie de la bouteille », et une courte fiction, Le Creux de la vague). Cela entraîne inévitablement des redites, des redondances et des longueurs qui émoussent parfois l’intérêt. On aurait aimé que cette thèse soit allégée pour la publication et soumise à une relecture attentive, ce qui aurait éliminé les coquilles, les fautes d’orthographe, les anglicismes (et notamment « retracer », le plus fréquent) et certaines impropriétés lexicales ou grammaticales. Bref, un travail d’édition aurait été bienvenu.

5Cette réserve touchant à la forme n’empêche pas de saluer la qualité du travail de cette chercheuse à la fois littéraire et anthropologue, connaissant bien son sujet et sachant communiquer son admiration pour Stevenson. Il faut lui souhaiter de pouvoir réaliser bientôt le projet dont elle parle dans sa conclusion : élargir son enquête à l’ensemble des œuvres du Pacifique de Stevenson – « poèmes, fables, essais, pamphlets, correspondance, notes de voyage et notes d’observation anthropologique » (563).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jumeau, « Sylvie Largeaud-Ortega, Ainsi soit-île. Littérature et anthropologie dans les Contes des mers du sud de Robert Louis Stevenson », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 78 Automne | 2013, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1007

Haut de page

Auteur

Alain Jumeau

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org