Navigation – Plan du site
Norms and Transgressions in Victorian and Edwardian Times

La difficile sortie du placard ou les jeux de la norme et de la transgression dans Maurice de E. M. Forster

The Difficulty of Coming Out or the Interplay of Norm and Transgression in E. M. Forster’s Maurice
Thierry Goater

Résumés

Maurice demeure un objet particulier dans la fiction de Forster comme dans la littérature en général et le roman ne cesse de susciter des débats au sein de la critique. Une des principales raisons se trouve certainement dans la décision de l’auteur de traiter de manière frontale la question de l’homosexualité, tabou social et personnel. Le conflit entre l’ombre et la lumière, l’expression et le silence, le désir et les conventions, caractérise toute l’œuvre de Forster mais il atteint un paroxysme dans ce roman. Le but de cet article est de montrer, à travers les analyses de Michel Foucault, Judith Butler et Eve Kosofsky Sedgwick en particulier, comment le jeu de la norme et de la transgression se trouve au cœur de la diégèse, de l’écriture et de la publication du roman et de mettre en lumière comment cette dialectique est poussée jusqu’à ses limites.

Haut de page

Texte intégral

1L’écriture de Maurice survient à un moment critique de la carrière de E. M. Forster qui, après le succès de Howards End, éprouve une forme de stérilité (Martland 138). Dans la Note terminale qu’il rédige en 1960, Forster attribue l’« impulsion créative » à l’origine du roman à un épisode très précis qui se produit lors d’une visite faite au poète Edward Carpenter en 1913, au cours de laquelle l’ami de ce dernier, George Merrill, pose sa main dans le bas de son dos : « It seemed to go straight through the small of my back into my ideas, without involving my thoughts ». Quelques jours plus tard, il se met à écrire dans l’urgence : « The general plan, the three characters, the happy ending for two of them, all rushed into my pen » (Forster 1987, 217). Comme l’écrit Furbank dans son introduction au roman, Forster a la « révélation » (Forster 1987, 7) qu’il doit faire sienne, en imagination si ce n’est dans la vraie vie, la croyance que l’amour homosexuel est bon. Et pourtant Maurice ne parvient pas à libérer complètement son créateur ; le roman ne sera publié qu’en 1971, à titre posthume, à sa demande. Toute la fiction forstérienne est marquée par le conflit entre silence et expression, entre conventions et désir de liberté, mais, plus que tout autre récit de l’auteur, Maurice exacerbe cette opposition en tentant de briser un tabou, d’exprimer ce qui ne saurait l’être. L’homosexualité, qui, selon Judith Butler, constitue une « frontière-infraction » (Butler 2006, 179) et instaure donc en soi un jeu dialectique entre norme et transgression, est en effet au cœur du roman, de sa genèse comme de sa publication. Dans Maurice, des jeux, des rituels de la norme et de la transgression contribuent autant à emprisonner qu’à libérer protagonistes, narrateur et auteur, au point de semer le trouble dans le genre comme dans le roman.

De la cartographie à la stigmatisation

2En dehors de l’hétérosexualité et du mariage, point de salut ! Le ton est donné dès l’incipit du roman dans lequel Maurice est, à la puberté, initié au « mystère de la sexualité » par Mr Ducie : « Then, very simply and kindly, he approached the mystery of sex. He spoke of male and female, created by God in the beginning in order that the earth might be peopled, and of the period when the male and female receive their powers » (18).

3Et le professeur de dessiner des diagrammes sur le sable pour mieux faire passer son message et de poursuivre : « To love a noble woman, to protect and serve her—this, he told the little boy, was the crown of life » (19). Même s’il ne pense pas à mal et veut au contraire rendre service à un garçon orphelin de père, le maître d’école cherche à naturaliser l’hétérosexualité, à la sacraliser par l’appel au divin, à la transformer en modèle incontournable et indépassable. Il y va de la survie de l’humanité, comme le souligne plus tard le docteur Barry, face à un jeune Maurice feignant de ne pas comprendre ses allusions un peu lourdes sur le mariage et l’attirance entre hommes et femmes. Les gardiens du temple, les fervents défenseurs de la norme sexuelle sont le maître d’école, le médecin et le pasteur. Science et théologie concourent pour défendre la norme sexuelle, une convention seule capable de sauver l’Église et l’Angleterre, si l’on en croit Borenius : « ‘ . . . until all sexual irregularities and not some of them are penal the Church will never reconquer England’ » (208).

4La norme hétérosexuelle induit des stratégies institutionnelles et des formations discursives ayant pour objet son maintien et sa domination (Bristow 170), d’où la constitution d’une « cartographie » des genres, des identités et des comportements sexuels, partagée de manière binaire entre homme et femme, hétérosexualité et homosexualité (Sedgwick 2008, 24). L’hétérosexualité semble en effet avoir besoin de l’homosexualité pour mieux la repousser et mieux asseoir sa propre stabilité sociale (Butler 2006, 104). Dans Maurice, l’homosexualité est constamment associée à un crime, un péché ou une pathologie. Lorsque Clive lui déclare son amour, le héros évoque « the worst crime in the calendar » (56). Quand Clive songe à son orientation sexuelle, il utilise des termes tels que « criminal morbidity », « malady », « sin » ou « polluted mind » (57, 67, 70). Le docteur Jowitt dit au jeune homme qu’il n’a jamais rencontré d’homosexuel : « ‘No, that’s in the asylum work, thank God’ » (136).

  • 1 Butler reprend les analyses sur la mélancolie qu’effectue Freud dans « Deuil et mélancolie », Malai (...)

5Cette propension taxinomique aboutit à une stigmatisation entraînant elle-même malaise, souffrance, haine de soi, voire pensées suicidaires. Dès le début du roman, le jeune garçon est confronté à une norme qui lui semble étrangère. Il fait semblant de s’intéresser à la leçon de Ducie et ses « ‘I see, I see, I see’ » (19) prennent une valeur quelque peu ironique. L’embarras se transforme en « douleur » (30) lors de la leçon en hétérosexualité improvisée par Barry. Dès l’adolescence, Maurice pressent une différence difficile à accepter, que traduisent ses angoisses teintées de mort face à la projection de son ombre la nuit dans sa chambre. Quant à la déclaration d’amour de Clive, elle l’ébranle un peu plus et provoque une crise de larmes qui met à mal sa virilité : « He was horrified! A man crying! Fetherstonhaugh might hear him. He wept stifled in the sheets, he sprang about kissing, then struck his head against the wall and smashed crockery » (58). Le jeune homme a parfaitement intégré les codes de la masculinité : un homme ne pleure pas. Sous-jacente l’idée qu’un homosexuel ne saurait être un homme véritable, orientation sexuelle et genre allant de pair, d’où une sorte de peur panique, la volonté d’étouffer ses pleurs et de s’infliger une forme de violence. L’intégration de la norme aboutit à une image dégradée de soi et à une violence que Maurice s’inflige à nouveau plus tard dans le roman, dans sa chambre chez les Durham : « Drawing the curtains, he gazed long into the rain, and sighed, and struck his own face, and bit his own lips » (150). Le désir refoulé provoque culpabilité et une forme de « mélancolie » devant l’impossibilité de satisfaire aux exigences de la communauté et de ses normes1.

Rituels de normalisation

6Il est aisé de comprendre le désir de normalité qui saisit les protagonistes : normes et conventions offrent le confort de l’appartenance, de l’harmonie. Car la norme emprunte une voie plus insidieuse que la coercition en se faisant désirer pour accéder à une existence sociale (Butler 1997, 19-21). Tout autant que la société, le sujet s’impose à lui-même des « rituels de normalisation » (Butler 1997, 83), dans lesquels le mariage, signe et garant de la norme, occupe une place essentielle. Et Maurice n’a de cesse de se convaincre qu’il pourrait aimer les femmes. L’épisode où il essaie maladroitement de faire la cour à Gladys Olcott en témoigne. Dans l’Angleterre édouardienne, le mariage lui offrirait ce que le narrateur qualifie de « niche » (53), une protection au même titre que sa profession et son statut social. Être marié c’est faire corps avec la société et la loi, pense le héros : « It would be jolly certainly to be married, and at one with society and the law » (140).

  • 2 Sedgwick parle très judicieusement au sujet de la prétérition dans ce contexte de « déni-articulé-d (...)

7L’accès à la normalité passe alors par la guérison. À partir de la fin du xixe siècle, la sexualité est présentée en termes de normalité et d’anormalité, de santé et de maladie (Foucault 155). Au cours d’une de ses consultations médicales à répétition, Maurice implore : « ‘Oh, fix me for God’s sake’ » ou « ‘I want to be cured’ » (138, 139). Ces procédures de normalisation sont à chaque fois sources de souffrance et d’humiliation, car il s’agit d’avouer un péché ou un crime. L’épreuve est d’autant plus rude et douloureuse qu’elle consiste en une injonction paradoxale, en une injonction à dire l’indicible. Tout en étant stigmatisée, l’homosexualité demeure encore inexprimable dans une grande partie de la société anglaise du tournant du siècle. L’hypnotiste Lasker Jones est bien le seul à finir par nommer ce qui est littéralement interdit ; il qualifie la « maladie » de Maurice de « congenital homosexuality » (158). Avant lui, lors d’un cours de traduction à Cambridge, le doyen Cornwallis traitait ainsi le passage d’un texte évoquant l’homosexualité : « ‘Omit: a reference to the unspeakable vice of the Greeks’ » (50). Quand il consulte le docteur Barry, Maurice lui-même se présente comme « an unspeakable of the Oscar Wilde sort » (139). La référence à Oscar Wilde tend vers l’explicitation sans l’atteindre. La périphrase semble seule en mesure de dire ce qui est indicible et fonctionne un peu sur le mode de la prétérition. Le sujet prétend bien dire ce qu’il ne dit pas, ce qu’il ne peut dire. Il est aliéné et, dans les faits, privé de parole2. La visite au docteur Barry donne au narrateur l’occasion de montrer avec insistance les affres de Maurice, qui, ne parvenant pas à parler ouvertement, éclate en sanglots : « Maurice tried to speak and failed, poured out some water, failed again, and broke into a fit of sobbing » (137). Le rituel de normalisation ne fait qu’accroître la mélancolie du héros.

  • 3 Butler revisite Julia Kristeva (Pouvoirs de l’horreur – Essai sur l’abjection) et Marion Young (« A (...)

8Clive éprouve pareil désir de normalité, mais le processus semble voué à plus de succès. La première étape se produit lors d’une visite à Maurice au chapitre 20. Grippé et fiévreux, Clive se met à pleurer de manière hystérique après que son ami l’a embrassé et, après la visite du médecin, il est pris de diarrhée. Cet épisode peut s’interpréter symboliquement comme un rituel de purification, par lequel Clive expulse de son corps cette partie abjecte de lui-même qu’il ne reconnaît plus, cet Autre homosexuel haï et désormais rabaissé au rang d’excrément (Butler 2006, 181-182)3. Les rituels de normalisation peuvent également prendre des allures de mascarade. C’est le cas pour Maurice lui-même après l’échec cuisant de sa cour à Gladys Olcott et la déclaration amoureuse de Clive : « He would live straight, not because it mattered to anyone now, but for the sake of the game » (58). Clive, quant à lui, choisit Ada comme partenaire dans un simulacre d’union hétérosexuelle. Ada représente en fait un double féminin de Maurice — elle en a la voix, le nez, la bouche — et, Clive n’est pas dupe, elle constitue une étape entre l’amour porté au frère et celui qu’il doit désormais porter aux femmes. Quant à la scène où les sœurs de Maurice s’amusent à couvrir Clive de bandages, elle peut être interprétée comme une guérison parodique. Clive finit par se laisser prendre au jeu, par une sorte de fausse conscience à laquelle Maurice préfère progressivement renoncer. L’évolution de Clive est bien entendu parachevée par son mariage avec Lady Anne Woods. Et Clive d’opposer leur vie à celle de Maurice : « Beautiful conventions received them—while beyond the barrier Maurice wandered, the wrong words on his lips and the wrong desires in his heart, and his arms full of air » (144). L’expression « beautiful conventions » prend toutefois une tonalité quelque peu ironique, voire oxymoronique. Le fils de bonne famille est prêt à éteindre ses instincts et ses désirs, à se laisser emprisonner par les conventions sociales.

Vers une subjectivation « de l’autre côté du miroir »

9Loin de parvenir à faire entrer Maurice dans le rang, la loi hétérosexuelle constitue pour lui une sorte de butée, un point de résistance. Ses larmes lors des différentes consultations médicales ne traduisent-elles pas la limite et l’échec de l’opération de normalisation, comme si l’homosexualité du jeune homme était un reste inassimilable, une altérité indépassable (Butler 1997, 28-29) ? La norme induit une relation de pouvoir, dans laquelle elle s’impose au sujet et cherche même à le constituer. Foucault l’a bien montré, tout système de pouvoir fait de l’être humain un sujet : il l’assujettit et le subjective tout à la fois (Foucault 121-27). Poursuivant la réflexion foucaldienne, Butler analyse la productivité de la norme qui engendre le désir qu’elle prétend interdire (Butler 2006, 97-102). Dans le roman de Forster, toutes les tentatives de Maurice pour faire sienne la norme hétérosexuelle et celles de son entourage pour l’y inciter ont pour seul effet de l’amener à se construire une subjectivité autre.

10Maurice est essentiellement un roman d’éducation, au cours duquel le héros doit apprendre à accepter son identité, à se construire une image positive de l’homosexualité. Risley, Clive et Alec jouent le rôle d’initiateurs pour Maurice. À Cambridge, Risley et Clive lui montrent l’importance de la parole et de la visibilité en lieu et place de la dissimulation et de l’effacement. Le jeune Hall est vite intrigué par Risley, ce drôle d’oiseau, ce « queer fish » (36) qui, un peu à la manière de Wilde, assume sa personnalité efféminée et excentrique, qui le trouble et l’incite à « enfreindre toutes les conventions étudiantes » (36), quand il lui rend visite dans son appartement une nuit. Il s’agit d’une transgression bien légère mais importante pour Maurice. C’est aussi dans l’appartement de Risley que Maurice rencontre Clive.

11Alors qu’il cultivait jusqu’alors la discrétion, Maurice cherche par tous les moyens à se faire remarquer de Clive. Celui-ci devient son mentor, l’initie à l’échange intellectuel, à l’art, à la culture grecque et notamment à des œuvres de Platon telles que le Banquet ou le Phèdre. La Grèce antique rend en effet acceptable, voire noble, l’inacceptable. Elle constitue pour Maurice un « lieu de légitimation des amours du même sexe » (Eribon 223). Mais c’est la déclaration d’amour de Clive qui, même s’il la rejette et si elle le fait souffrir, produit un choc profond et irrémédiable :

It worked inwards, till it touched the root whence body and soul both spring, the ‘I’ that he had been trained to obscure, and realized at last, doubled its power and grew superhuman. For it might have been joy. New worlds broke loose in him at this, and he saw from the vastness of the ruin what ecstasy he had lost, what a communion. (57)

12Cet épisode, qui aboutit pour le jeune homme à la révélation de son être, d’un « je » personnel sous le moi social de l’éducation, a l’effet d’un coup de tonnerre dans sa vie. La métaphore de l’orage dans cet épisode du roman symbolise la crise traversée par Maurice, crise qui révèle son identité enfouie et le conduit à la clairvoyance, à la pleine conscience de ses désirs. Robert Martin a parlé de « coming out » à propos de cet épisode dramatique (Martin 105). Il s’agit en tout cas d’une révélation du sujet à lui-même, essentielle pour sa construction.

13Alec est l’ultime étape dans l’éducation du héros, qui effectue avec lui une transgression bien plus violente. Maurice est incité à entrer un peu plus dans le territoire inconnu de l’homosexualité, dans cet au-delà des apparences, comme pourrait le suggérer la périphrase mystérieuse utilisée par Clive pour évoquer cette contrée (« the land through the looking-glass », 152, 212). Alec est associé métonymiquement au parc, à une nature qui attire de plus en plus le héros, qui constitue le lieu d’une transgression symbolique :

The alley that he was pacing opened through a swing gate into the park, but the damp grass there might dull his pumps, so he felt bound to return. As he did so he struck against corduroys, and was held for a moment by both elbows; it had been Scudder escaping from Mr Borenius. (164)

14La barrière que Maurice n’a pour l’instant pas franchie conduit au lieu du désir, à l’interdit. Cette rencontre d’Alec dans le jardin produit une nouvelle révélation chez le jeune homme, qui prend conscience du plaisir qu’il éprouve à se trouver à ses côtés. Le chapitre se conclut par la relation physique entre les deux hommes. Maurice se réveille en sursaut et, pour la deuxième fois, crie de manière incontrôlée « ‘Come’ » depuis sa fenêtre. Cette fois, Alec répond à l’appel en grimpant à une échelle. Le franchissement de ce seuil que représente la fenêtre constitue une transgression à deux niveaux, sexuel et social, puisque la relation a lieu entre un bourgeois et un garde-chasse, fils de boucher. Leur participation commune au match de cricket, sport bourgeois, voire aristocratique, marque une autre transgression sociale. Après le départ avorté d’Alec pour l’Argentine, Maurice prend surtout la décision de partager sa vie avec celui qu’il rejoint dans le hangar à bateaux en entrant tel un criminel dans la propriété : « He entered the estate at its lower end, through a gap in the hedge […] » (209). Mais il devine que ce choix les condamne tous deux à un retrait du monde et au statut de « hors-la-loi » qu’il associe à l’homosexuel. Le mot « outlaws » est répété à plusieurs reprises dans le roman.

Limites de la transgression : entre utopie et conservatisme

  • 4 Nombre d’artistes victoriens et édouardiens évoquent l’« homo-sociabilité » du groupe mené par Robi (...)

15Maurice raconte en effet le passage d’une obscurité subie à une obscurité recherchée, loin des conventions sociales : « Ah for darkness—not the darkness of a house which coops up a man among furniture, but the darkness where he can be free! » (166). Le héros trouve cette obscurité libératrice et rassurante dans les bois, dans sa chambre le soir venu, dans l’hôtel de Londres où il passe la nuit avec Alec ou dans le hangar, à l’écart de la demeure des Durham. L’escapade de Maurice et Clive dans les marais aux alentours de Cambridge (« outside humanity », 72) préfigurait une forme d’exil ou de discrétion nécessaire à l’existence homosexuelle, celle que Whitman exprime dans « In Paths Untrodden », premier poème du recueil Calamus, que Carpenter a certainement fait lire à Forster. Si Maurice peut confier ses nouvelles amours à Clive, elles sont condamnées à une certaine dissimulation, à une forme d’éloignement : « All compromise was perilous, because furtive, and having finished his confession, he must disappear from the world that had brought him up » (213). Il perçoit la radicalité sociale et politique de l’homosexualité, qui conteste l’ordre établi et nécessite des lieux alternatifs comme la forêt de Sherwood, où aurait vécu une communauté de hors-la-loi issus de différents milieux sociaux et se livrant à des activités homo-érotiques4. Le prix à payer pour la transgression est en tout cas la marginalité, une fuite de la société urbaine :

They must live outside class, without relations or money; they must work and stick to each other till death. But England belonged to them. That, besides companionship, was their reward. Her air and sky were theirs, not the timorous millions’ who own stuffy little boxes, but never their own souls. (208-209)

16La vision qu’a Maurice de l’Angleterre rurale semble quelque peu idéalisée et prend des allures de romance pastorale. Le projet du personnage n’existe que dans l’illusion, semblable à la nostalgie d’un auteur qui, dans la Note terminale, évoque la belle forêt anglaise qui a disparu depuis la rédaction du roman. Forster, comme son héros, évoque une ruralité mythique qui n’a jamais existé et se transforme en utopie. La visibilité homosexuelle ne peut se réaliser dans un ici et maintenant, comme la relation entre Fielding et Aziz à la fin de A Passage to India, qui se termine par « No, not yet », « No, not there » (Forster 1989, 316). On peut lire dans cette utopie les promesses d’un avenir plus heureux inscrit dans la dédicace du roman (« To a Happier Year ») ou les limites d’une écriture de la transgression.

17Le récit est en effet riche de nombreuses ambiguïtés narratives et auctoriales. Dans une large mesure, le roman questionne ce que Butler appelle la « matrice hétérosexuelle » en s’efforçant de la « dénaturaliser » (Butler 2006, 47 sq.). Le caractère discursif et culturel de l’hétérosexualité est symbolisé par les diagrammes de Ducie dans le sable qui laissent le jeune Maurice sceptique, par leur fragilité signalée dans leur effacement rapide avec la marée montante. Le mariage subit pareil traitement ironique : l’union de Clive et d’Anne semble vouée à la stérilité, le mal dont on accuse précisément les liaisons de même sexe. Le roman déconstruit aussi l’intrigue amoureuse traditionnelle en la subvertissant par une résolution heureuse marquée par l’union de Maurice et d’Alec. Forster nous présente en fait la décadence de tout un monde à travers la famille Durham dont la maison, le salon en tout cas, prend l’eau littéralement, dont les haies sont mal entretenues et laissent entrer les étrangers. Penge devient la synecdoque d’une société et de conventions bourgeoises en déclin. Mais, nous l’avons vu, la vie au grand jour des amants se heurte simultanément à l’évolution de cette même société, encore très conservatrice et patriarcale, à l’égard de laquelle le récit se montre conciliant. Le traitement des classes ‘inférieures’ et des femmes est révélateur. Les femmes, par exemple, sont constamment l’objet du mépris de Maurice et de Clive. Sedgwick a montré comment misogynie et homophobie ont souvent partie liée, dans la mesure où elles permettent d’assurer l’hégémonie masculine (Sedgwick 1985, 1-20). Seule une contestation en profondeur des structures d’oppression que sont les distinctions génériques et sociales pourrait faire avancer la cause homosexuelle et assurer une existence de Maurice et d’Alec au sein de la communauté. Le traitement de l’homosexualité lui-même pose un certain nombre de problèmes dans Maurice. D’un côté, le roman met l’accent sur la « normalité » des réactions du héros dans ses désirs ; de l’autre, il fait constamment allusion à la morbidité et à la perversion du désir homosexuel, exprimant la vision rétrograde des jugements sexologiques de l’époque, dignes de Havelock Ellis, qui exaspéraient ses amis de Bloomsbury et notamment Lytton Strachey (Lane 114).

  • 5 Forster emprunte l’expression au poème « In Paths Untrodden » (Whitman 113).

18On a l’impression d’une transgression qui a peur d’elle-même, qui s’efface en se formulant (Tambling 5). On peut certes observer comment, loin de la répression supposée de l’époque, par un effet de « discours ‘en retour’ », l’homosexualité se met à parler d’elle-même dans le roman, combien elle devient bavarde et lui donne une « allure de transgression délibérée » (Foucault 134, 13). De nombreux critiques n’ont d’ailleurs pas manqué de reprocher à Forster une présence trop explicite de l’homosexualité qui affaiblirait le récit, alors que son absence conférait force aux autres œuvres, en contraignant le romancier à canaliser la puissance des désirs et à recourir à des images enrichissant le texte (Booth 173). Parallèlement, l’homosexualité est traitée de manière allusive dans Maurice, avec des expressions whitmaniennes telles que « athletic love5 » (100), afin de suggérer l’amour physique entre hommes. Déjà observable dans la relation Maurice-Clive, le processus d’euphémisation saute aux yeux dans la relation Maurice-Alec, notamment dans les deux scènes d’amour, à la fin du chapitre 37 et entre les chapitres 43 et 44, qui semblent dépourvues d’érotisme. Une « logique du silence » semble à l’œuvre dans l’écriture, dans les révisions successives du manuscrit effectuées par Forster (Mellet 85). Il faut sans doute y voir une réticence toute forstérienne par rapport à la représentation du corps et du désir, mais une réticence paradoxale dans un récit aussi subversif par ailleurs. Au grand dam de son ami Carpenter et de bien d’autres lecteurs, l’auteur s’est en tout cas interdit de représenter la relation physique et de donner chair aux amants, alors même qu’il n’avait pas pour projet de publier le roman.

  • 6 Plusieurs personnages sont des portraits à peine voilés de personnes vivantes (Colmer 114).

19Le refus par l’auteur de publier le roman de son vivant, comme dernier pied de nez à la norme, reste un point crucial. Les raisons en sont multiples. La crainte de poursuites comme celles subies par The Rainbow puis Lady Chatterley’s Lover de D. H. Lawrence ou The Well of Loneliness de Radclyffe Hall a certainement pesé ; les motifs personnels ont dû également jouer un rôle non négligeable6. Si la volonté de ne pas heurter sa mère est régulièrement évoquée par Forster comme par la critique, elle n’est peut-être pas suffisamment prise en compte. On pourrait tenter d’appliquer à Maurice l’analyse passionnante d’À la recherche du temps perdu faite par Sedgwick dans son Épistémologie du placard, pour qui « le lecteur attendu » du roman de Proust « est une femme, pas n’importe quelle femme en l’occurrence, mais une femme dans la position spécifique de la mère, celle du narrateur ou de l’auteur » (Sedgwick 2008, 254). Le dispositif narratif du roman de Forster et les conditions de sa publication sont certes très différents de ceux du roman de Proust, mais on peut aisément imaginer le romancier effrayé à l’idée que sa mère puisse lire un discours qu’elle ne doit pas lire. D’où une écriture fondée sur l’implicite et une mise au placard du roman en raison d’un contenu simultanément trop explicite. Il ne serait alors peut-être pas impossible de lire dans les derniers mots du roman au sujet de Clive, qui, prisonnier des conventions, ne semble pas prêt à dire à son épouse ce que vient de lui confier Maurice, une image, une trace de la censure auctoriale en réaction à une figure maternelle obsédante : « He waited for a little in the alley, then returned to the house, to correct his proofs and to devise some method of concealing the truth from Anne » (215).

20Dans Maurice, les protagonistes sont déchirés par les jeux de la norme et de la transgression, niés et construits par une norme assujettissante et subjectivante à la fois, partagés entre l’ombre et la lumière. Cette tension qui traverse les œuvres de Forster atteint un paroxysme dans Maurice, sans doute parce que le roman aborde de front l’homosexualité, tabou social et personnel. D’un côté, le récit est tenté de dire l’indicible de manière explicite et perd la richesse métaphorique des autres romans, contraints à l’allusion et au non-dit, comme si la transgression signait une fin de l’écriture, la préfigurait (Lanone 238-239). De l’autre, il s’interdit d’aller au bout de sa logique subversive et est condamné à l’obscurité par l’auteur lui-même jusqu’à sa mort. Ces hésitations et contradictions qui traversent tout le projet littéraire de Maurice en font une œuvre déroutante. La plupart des critiques la considèrent, sinon comme un mauvais roman, du moins comme un roman mineur, inabouti. C’est le cas de John Colmer : « For all its artistic merits, Maurice is an exercise in personal therapy not a finished work of art » (Colmer 114). Mais le même Colmer d’évoquer la beauté poignante d’un récit offrant, à travers son héros, une vision d’espoir à des lecteurs prisonniers des normes sociales (Colmer 127). Certains, comme Claude Summers, vont jusqu’à voir dans Maurice un des tout premiers romans ouvertement gay d’un auteur canonique (Fletcher 64), alors que d’autres dénoncent la pusillanimité du romancier. S’il paraît quelque peu difficile de le qualifier de roman queer, Maurice demeure assurément un récit singulier.

Haut de page

Bibliographie

Booth, Howard J. « Maurice ». The Cambridge Companion to E. M. Forster. Ed. David Bradshaw. Cambridge: Cambridge UP, 2007.

Bristow, Joseph. Sexuality. 1997. London and New York: Routledge, 2004.

Butler, Judith. Gender Trouble. 1990. New York and London: Routledge, 2006.

Butler, Judith. The Psychic Life of Power. Stanford: Stanford UP, 1997.

Colmer, John. E. M. Forster : The Personal Voice. London: Routledge and Kegan Paul, 1975.

Eribon, Didier. Réflexions sur la question gay. Paris: Fayard, 1999.

Fletcher, John. « Forster’s Self-erasure: Maurice and the Scene of Masculine Love ». Sexual Sameness: Textual Differences in Lesbian and Gay Writing. Ed. Joseph Bristow. London: Routlege, 1992.

Forster, Edward Morgan. Maurice. 1971. Introduction by P. N. Furbank. Harmondsworth: Penguin, 1987.

Forster, Edward Morgan. A Passage to India. 1924. Edited with an introduction and notes by Olliver Stallybrass. Harmondsworth: Penguin, 1989.

Foucault, Michel. Histoire de la sexualité (I) – La volonté de savoir. 1976. Paris : Gallimard, 1994.

Lane, Christopher.  « Forsterian Sexuality ». The Cambridge Companion to E. M. Forster. Ed. David Bradshaw. Cambridge: Cambridge UP, 2007.

Lanone, Catherine. E. M. Forster : Odyssée d’une écriture. Toulouse: Presses Universitaires du Mirail, 1998.

Martin, Robert K. « Edward Carpenter and the Double Structure of Maurice ». E. M. Forster. Ed. Jeremy Tambling. London: Macmillan, 1995.

Martland, Arthur. E. M. Forster : Passion and Prose. Swaffham: The Gay Men’s Press, 1999.

Mellet, Laurent. L’œil et la voix dans les romans de E. M. Forster et leur adaptation cinématographique. Montpellier: Presses Universitaires de la Méditerranée, 2012.

Sedgwick, Eve Kosofsky. Between Men – English Literature and Male Homosocial Desire. New York: Columbia UP, 1985.

Sedgwick, Eve Kosofsky. Epistémologie du placard (1990). Tr. M. Cervulle. Paris: Amsterdam, 2008.

Tambling, Jeremy. “Introduction”. E. M. Forster. Ed. Jeremy Tambling. London: Macmillan, 1995.

Whitman, Walt. « In Paths Untrodden » (1867). Calamus, in Leaves of Grass. Ed. Sculley Bradley and Harold W. Blodgett. London and New York: Norton, 1973.

Haut de page

Notes

1 Butler reprend les analyses sur la mélancolie qu’effectue Freud dans « Deuil et mélancolie », Malaise dans la civilisation ou Le ça et le moi, pour les appliquer à une réflexion sur le genre, soulignant comment le genre peut être pensé comme « mélancolie » dans une culture qui peine à faire son deuil de la perte de l’attachement homosexuel (Butler 1997, 132-150).

2 Sedgwick parle très judicieusement au sujet de la prétérition dans ce contexte de « déni-articulé-de-l’articulabilité » et de « grammaire réifiante » (Sedgwick 2008, 213).

3 Butler revisite Julia Kristeva (Pouvoirs de l’horreur – Essai sur l’abjection) et Marion Young (« Abjection and Oppression : Dynamics of Unconscious Racism, Sexism, and Homophobia »).

4 Nombre d’artistes victoriens et édouardiens évoquent l’« homo-sociabilité » du groupe mené par Robin des Bois, figure de contestation par excellence (Booth 181).

5 Forster emprunte l’expression au poème « In Paths Untrodden » (Whitman 113).

6 Plusieurs personnages sont des portraits à peine voilés de personnes vivantes (Colmer 114).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Goater, « La difficile sortie du placard ou les jeux de la norme et de la transgression dans Maurice de E. M. Forster », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://cve.revues.org/1163 ; DOI : 10.4000/cve.1163

Haut de page

Auteur

Thierry Goater

Thierry Goater est agrégé d’anglais et maître de conférences en langue et littérature anglaises au département d’anglais de l’université Rennes 2. Sa recherche porte principalement sur la littérature britannique du xixe siècle et du début du xxe siècle. Il a publié des articles sur Jane Austen, Thomas Hardy et D. H. Lawrence, une monographie sur Thomas Hardy (Thomas Hardy – Figures de l’aliénation, Presses universitaires de Rennes, 2010) et a codirigé un recueil d’articles (L’engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles, Presses Universitaires de Rennes, 2012).

Thierry Goater is Senior Lecturer at the department of English of the University of Rennes 2. His research mainly focuses on nineteenth- and early-twentieth-century British literature. He has published articles on Jane Austen, Thomas Hardy, and D. H. Lawrence, a monograph on Thomas Hardy (Thomas Hardy – Figures de l’aliénation, Presses Universitaires de Rennes, 2010) and co-edited a collection of articles (L’engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles, Presses Universitaires de Rennes, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org