Navigation – Plan du site
Appellation(s)/Naming/Labelling/Addressing.

Noms, étiquette(s) et identités dans Persuasion, de Jane Austen

Names, Labels/Etiquette and Identities in Persuasion (1818)
Marie-Laure Massei

Résumés

Dans son dernier roman, Persuasion, Jane Austen met en scène les tensions inhérentes au déclin de l’ancien ordre foncier et de ses sources traditionnelles d’autorité, alors que l’émergence d’une nouvelle hiérarchie sociale, au sortir des guerres napoléoniennes, conduisait à un questionnement des signifiants : les patronymes et les titres font ainsi l’objet d’une réévaluation dans le roman, tandis que le terme honorifique ‘gentleman’ est menacé de dévaluation. Laissée pour compte au début de l’intrigue alors même qu’elle incarne raison, constance et force d’âme, Anne Elliot renaît en tant qu’héroïne par sa capacité à lire ou à déchiffrer les signes, les manières et les comportements. Son nouveau statut et l’acquisition d’une nouvelle identité par le mariage sont alors justement signifiés par la mutation du signifiant, qui finit de la libérer du récit patriarcal et de ses codes sclérosants.

Haut de page

Texte intégral

1La signification du nom en tant que patronyme révélateur de l’identité sociale, la façon de se comporter, de s’adresser aux autres ou de les désigner en respectant (ou en négligeant) convenances et bienséances, ainsi que la représentation des manières, sont essentielles dans l’œuvre de Jane Austen (1775-1817), qui s’inscrit dans un contexte propice aux questionnements : extension de l’Empire britannique, émergence du capitalisme, guerres napoléoniennes, apparaissent comme autant d’événements conduisant à une redéfinition de la hiérarchie sociale. Cette évolution est d’autant plus visible dans Persuasion, qui fit l’objet d’une publication posthume en 1818, que l’intrigue met en scène les multiples tensions et pertes de sens, voire du sens, inhérentes au déclin de l’ancien ordre foncier, face à l’avènement de nouvelles fortunes, issues, en l’occurrence, des prises de guerre de la marine.

2Il s’agit donc de comprendre comment ces mutations influent sur les signifiants, qu’il s’agisse des patronymes ou des étiquettes, tel le substantif « gentleman ». Seule garante du sens, Anne Elliot acquiert son statut d’héroïne grâce à son savoir-lire, parvenant au re-nom, signe de sa renaissance et de son affranchissement d’une fiction pré-établie.

Se nommer ou se prénommer ? De la déclinaison de l’identité

3« Sir Walter Elliot, of Kellynch-hall, in Somersetshire, was a man who, for his own amusement, never took up any book but the Baronetage » (I.3) : telle est la première phrase du roman, qui commence donc par l’inscription très solennelle sur la page d’un titre — celui de baronnet — d’un prénom, d’un patronyme lié au patrimoine foncier duquel il est censé être inséparable, enfin d’un toponyme, pour parachever ce bel équilibre ponctué par le rythme ternaire. Pour le lecteur de l’époque, une telle déclinaison de l’identité sociale n’était pas sans significations implicites car elle classe d’emblée Sir Walter parmi la puissante élite des propriétaires terriens, au statut privilégié de rentier, ce qui n’excluait pas l’exercice de devoirs et d’obligations, « the duties and dignity of the resident land-holder » (XV.91). L’otium, cette oisiveté au sens de loisir noble, devait, en effet, être mise à profit pour le bien de la communauté. Or, l’ironie austenienne vient miner le portrait par l’expression « own amusement », qui renvoie à une oisiveté égocentrique et dévoyée, à l’opposé de toute responsabilité sociale.

4Cette chute comique, métaphore d’autres chutes à venir — qu’elles soient physiques, morales ou spirituelles — n’a rien de léger, en ce qu’elle reflète l’érosion de valeurs précédemment associées à la gentry foncière dans les romans austeniens et présage l’effondrement du domaine, dans un monde instable, privé de transcendance. En effet, ce n’est plus la Bible qui sert de référence ou de fondement, mais son double inversé et parodique, le Baronetage, état civil des familles de la noblesse, révéré comme « the book of books », dans le système de valeurs perverties du baronnet (I.5). Dans un roman représentant une société en pleine mutation au sortir des guerres napoléoniennes, en 1814, le Baronetage apparaît au lecteur comme un avatar dégradé du livre sacré, ne servant qu’à enregistrer le déclin des vieilles familles titrées, « the limited remnant of the earliest patents » (I.3). Or, le Baronetage est investi de l’autorité suprême dans le monde auto-centré de Sir Walter, comme le souligne la mise en abyme spéculaire où lecteur et personnage contemplent la même page, sur laquelle figure en majuscules « ELLIOT OF KELLYNCH-HALL ». Cette répétition emphatique du nom de famille et du lien étroit entre patronyme et patrimoine n’est pas gratuite chez une romancière privilégiant la litote et la concision : cette stratégie a une double fonction, non dénuée d’ironie, qui consiste à signaler le besoin narcissique d’auto-contemplation du personnage par la lecture de son statut et à signifier une dernière fois le lien entre cette famille et son domaine foncier, avant l’annonce de la faillite. Car, dans ce dernier roman austenien, l’élite foncière a perdu son prestige, mais aussi son autorité morale : ne reste plus que le nom hypertrophié, où les majuscules tentent encore, à ce stade du récit, de faire illusion.

5Suit un paragraphe consacré à la généalogie de la famille Elliot, révélateur de failles dans la lignée. Alors que la Bible débute par le livre de la Genèse, où l’acte de nommer est indissociable de la vie et de l’émergence de l’identité, par un glissement ironique, le Baronetage consigne mort et stérilité avec la mention de deux décès prématurés : celui de Lady Elliot, puis celui d’un fils, sans prénom car mort-né, mettant en péril la transmission directe du domaine et du patronyme, donc la reproduction de l’ordre foncier. Pour ses membres, le patronyme avait valeur de capital symbolique, qui renvoyait à l’ancienneté de la lignée, à l’héritage et à sa transmission. Tandis que les patronymes des anciennes dynasties foncières étaient synonymes de prestige et de crédit, celui d’Elliot est en passe d’être entaché par l’endettement, signe de faillite morale : « He had condescended to mortgage as far as he had the power, but he would never condescend to sell. No, he would never disgrace his name so far » (I.8).

  • 1 Par opposition aux domaines de Pemberley dans Pride and Prejudice (III.1.156) ou de Donwell Abbey d (...)

6Le roman commence ainsi par un récit dynastique refermé sur des exploits passés, celui d’une famille dont l’histoire arrive au point mort, faute d’accepter d’intégrer les représentants d’un nouvel ordre social, alors que deux des trois filles du baronnet sont célibataires. Prisonnier de son histoire stérile1 et de l’écrit, véritable écran qui masque la réalité financière, Sir Walter n’incarne plus que vide et vanité, démultipliés par les miroirs qui tapissent Kellynch (XIII.84).

7Par ailleurs, le Baronetage met tant l’accent sur la lignée, le rang et le statut que l’introduction d’Anne Elliot, héroïne du roman, passe inaperçue, tout étrangère qu’elle est aux codes de cette histoire officielle : on note qu’Anne est privée du titre de Miss, donc de la déférence réservée à l’aînée, Elizabeth, dont le prénom caractéristique de l’arbre généalogique des Elliot et la ressemblance avec le père lui garantissent une identité reconnue dans ce microcosme narcissique ; deuxième de trois filles et mise en retrait par l’étiquette, Anne ne jouit pas non plus du relatif privilège de sa cadette, Mary, dont l’identité, tout absorbée par le nom marital, a gagné en visibilité : « Mary had acquired a little artificial importance by becoming Mrs Charles Musgrove » (I.5). Dans ce système fondé sur l’exclusion de l’altérité, Anne n’a aucune valeur : « Anne was nobody with either father or sister: her word had no weight, her convenience was always to give way, she was only Anne » (I.5). Réduite à son prénom, privée d’un nom d’épouse (donc d’une identité sociale reconnue) par la rupture forcée de ses fiançailles avec Frederick Wentworth, en passe d’être exclue du marché matrimonial par son âge, Anne est, à l’incipit, une héroïne en danger d’anéantissement physique. Sa parole même devient inaudible et inefficace, alors qu’elle est la voix de la sagesse pour sortir de la faillite. En danger de mort, ce qu’elle dit reste lettre morte.

8Anne est une héroïne à la voix passive, dans tous les sens du terme, car elle a été persuadée de refuser la proposition de mariage d’un marin impécunieux, non conforme aux aspirations de la gentry foncière. Or, c’est justement parce qu’elle n’est pas prisonnière de ce microcosme dévoyé, de ses préjugés ou de ses étiquettes — le choix de son prénom est révélateur, il est unique dans la généalogie du Baronetage qui dresse la liste de toutes les Mary and Elizabeth interchangeables que les Elliot ont épousées (I.3-4) — c’est donc parce qu’elle s’appelle Anne et seulement Anne qu’elle peut renaître hors de la société de ses origines et faire partie, au dénouement, d’une autre histoire, la grande histoire nationale : « She gloried in being a sailor’s wife » (XXIV.168). Par son prénom même, elle a une vocation différente de celle de ses deux sœurs, prises dans la duplication de l’histoire familiale ; dans un entre-deux symbolique, elle est appelée à un autre destin.

  • 2 Deux frères de Jane Austen, Francis et Charles, s’illustraient dans la marine (voir Le Faye, Letter (...)
  • 3 Anny Sadrin cite le psychanalyste Karl Abraham, qui « voit dans la Genèse, où un Dieu défécateur au (...)

9À l’instar de l’héroïne, Frederick Wentworth a le statut, au mieux d’inconnu, au pire d’intrus : « A stranger without alliance or fortune » (IV.19). Son introduction dans l’intrigue repose même sur l’oubli de son patronyme par le régisseur de Sir Walter — oubli révélateur du déni des mutations de la hiérarchie sociale par l’élite : « ‘What was his name? Bless me, I shall forget my name so soon! A name that I am so very well acquainted with’ »; s’ensuit un quiproquo où Sir Walter livre en creux sa définition du gentleman : « ‘Wentworth? Oh, ay, the curate of Monkford? You misled me by the term gentleman, I thought you were speaking of some man of property: Mr Wentworth was nobody, I remember, quite unconnected. Nothing to do with the Strafford family. One wonders how the names of many of our nobility become so common’ » (III.17). Ce dialogue savoureux pour le lectorat de l’époque, où le nom ne cesse d’être commenté, doit s’entendre à plusieurs niveaux : le substantif « nobody » réservé aux enfants trouvés, aux sans-noms, est d’autant plus subversif de la part de Jane Austen que le patronyme Wentworth, vecteur de réalisme dans l’intrigue, ne pouvait manquer de faire écho à Thomas Wentworth, baronnet proche conseiller du roi Charles Ier (1625-49) et récompensé en 1640 par le titre de comte de Strafford, toujours connu au xviiisiècle car faisant partie de l’histoire officielle de la Pairie de Grande-Bretagne. Jane Austen avait une intime connaissance de la noblesse anglaise, à laquelle elle était reliée par sa mère (Voir Nokes 21, 24). Le choix d’un tel patronyme pour un marin sans richesse foncière, ni parenté prestigieuse, lui permettait ainsi de critiquer un orgueil aristocratique d’autant plus infondé que Wentworth parvient à se faire un nom par l’exercice d’une profession essentielle à la grandeur de la Grande-Bretagne2. L’ironie s’exerce aux dépens de Sir Walter, dont la gestion désastreuse inaugure le processus de dévalorisation de son patronyme, avant que celui-ci ne soit définitivement entaché par la fugue de l’héritier présomptif avec la vulgaire et intrigante Mrs Clay, au nom porteur d’autres relents : comme le rappelle Anny Sadrin, il existe une identité symbolique entre l'argile et l'excrément3. Jane Austen met donc en garde ses lecteurs face aux difficultés de lisibilité des patronymes, mais aussi des comportements, dans une société en pleine évolution, où la classe des Elliot entendait rester l’unique source d’autorité.

10Bien que Sir Walter jouisse du pouvoir considérable d’étiqueter ou d’exclure par une simple dénomination, de prescrire ou de proscrire, l’acte de définir suppose une position d’autorité, morale ou sociale : or, ces deux pôles sont minés dans le roman, comme le suggère le point de vue de l’héroïne, consciente que les nœuds de garantie du sens s’effondrent, sont invalides ou illégitimes. Les étiquettes, tel le terme honorifique « gentleman », mais aussi les manières et les comportements, sont également soumis à un questionnement et à une réévaluation au cours de l’intrigue.

Du bon usage de l’étiquette en société

11Au début du roman, Sir Walter dénigre la profession de marin en ce qu’elle représente un dangereux vecteur d’ascension sociale, qui menace de subvertir la hiérarchie et l’ordre établi : « being the means of bringing persons of obscure birth into undue distinction and raising men to honours which their fathers and grandfathers never dreamt of; a man is in greater danger in the navy of being insulted by the rise of one whose father, his father might have disdained to speak to » (III.14). Deux régimes de valeurs, deux modes d’être s’opposent : l’un fondé sur la naissance, le rang, le titre dans la hiérarchie foncière, donc hérités, l’autre sur le mérite, le courage, le dévouement à la nation, à l’origine d’une autre hiérarchie plus légitime du point de vue de l’héroïne et du narrateur, mais non encore reconnue comme telle par l’ensemble de la société. Lorsque Mr Shepherd, régisseur de Kellynch, prépare Sir Walter à l’idée qu’un marin puisse louer son prestigieux domaine, la question de l’identité sociale se pose d’emblée, d’une formule lapidaire teintée de mépris : « And who is Admiral Croft? » (III.15). « Quite the gentleman » selon Mr Shepherd, qui choisit, à dessein, de réintroduire ce substantif afin de rassurer Sir Walter sur la respectabilité de son futur locataire. Cependant, la définition qu’en propose Mr Shepherd est bien moins restrictive que celle de Sir Walter, pour qui le terme « gentleman » ne s’applique qu’aux hommes bien-nés, propriétaires terriens de préférence, avec des relations et une parenté honorable :

Mr Shepherd hastened to assure him that Admiral Croft was a very hale, hearty, well-looking man, quite the gentleman in all his notions and behaviour;—not likely to make the smallest difficulty about terms;—knew he must pay for his convenience;—knew what rent a ready-furnished house of that consequence might fetch;—should not have been surprised if Sir Walter had asked more;—quite the gentleman (III.16).

12Prestance, comportement honorable et libéralité en affaires viennent donc élargir la définition du terme, emportant l’adhésion du baronnet, dont la supériorité dans la hiérarchie ne saurait être mise en péril par un simple grade gagné au combat : « ‘I have let my house to Admiral Croft’ would sound extremely well; very much better than to any mere Mr—; a Mr (save, perhaps, some half dozen in the nation), always needs a note of explanation. An admiral speaks his own consequence and, at the same time, can never make a baronet look small’ » (III.17-18).

13Cependant, le point de vue du narrateur omniscient, qui se confond avec celui de l’héroïne, fait évoluer le terme « gentleman » vers une autre échelle de valeurs, plus proche de l’être que de l’avoir : « Captain Harville, though not equalling Captain Wentworth in manners, was a perfect gentleman, unaffected, warm and obliging » (XI.65). Pour Anne Elliot, le parfait gentleman doit avant tout posséder des qualités de cœur, reflétées par un comportement et une moralité irréprochables. Or, lorsqu’elle rencontre William Elliot, le substantif « gentleman » devient problématique du fait même de sa récurrence emphatique, qui suggère une première brèche dans l’herméneutique :

It was evident that the gentleman (completely a gentleman in manner) admired her exceedingly. […] This second meeting proved again by the gentleman’s looks, that he thought hers very lovely, and by the propriety of his apologies, that he was a man of exceedingly good manners. […] It was a gentleman’s carriage. […] A Mr Elliot, a gentleman of large fortune. […] The future owner of Kellynch was undoubtedly the gentleman and had an air of good sense. (XII.70-71, mes italiques)

14Le problème est qu’il n’en a que l’air, l’air du soupçon pour Anne, comme le signalent également à la vigilance du lecteur les trop nombreux adverbes intensificateurs dans la prose sobre et mesurée de la romancière. Car le point de vue subtil de l’héroïne sait déceler les failles susceptibles de séparer les apparences de l’être véritable, dans une société malade, dont l’élite a échoué dans une ville d’eau afin d’éponger ses dettes, au milieu d’autres convalescents. Le mal est déjà trop enraciné pour être soigné, surtout à Bath, où règne l’artificialité, puisque l’élite foncière s’est coupée de ses racines naturelles, incarnées dans la terre : en désertant Kellynch, Sir Walter a troqué son adresse ancestrale contre un logement dans la partie neuve de la ville, celle des nouveaux riches, seulement intéressés par les mondanités, le rang et les titres. Ce déracinement ne peut que conduire à la perte du sens, à une fracture entre les deux concepts de property et de propriety qui fondaient le gentleman. Dans Persuasion, cette béance et cette vanité se propagent aux mots et aux manières, dès lors que le lien sacré entre property et propriety a été rompu, au sein même de la famille Elliot, où Anne est rien moins que niée : « Lady Russell would have rejoiced to see Anne removed from the partialities and injustice of her father’s house » (IV.20).

15Or, le narrateur rappelle pourquoi l’héroïne est la seule pierre de touche pour évaluer les comportements : « Anne […] with manners as consciously right as they were invariably gentle » (XVII.101) ; c’est justement cette conscience subtile de ce qu’il convient de faire, de dire ou de taire qui la rend supérieure à ses plus proches relations, telle Lady Russell, dont la lecture erronée des comportements vient de son excessive révérence aux titres et aux étiquettes : « She was a benevolent, charitable, good woman […] but she had prejudices on the side of ancestry; she had a value for rank and consequence which blinded her a little to the faults of those who possessed them » (II.9). Cette prévalence du rang, alors même qu’il n’est plus sous-tendu par la double obligation de respectabilité ou de responsabilité, ne peut que conduire à une étiquette synonyme d’exclusion, car les manières ne sont pas une simple question de politesse, mais de pouvoir, de domination, voire de vexation. Ainsi, Elizabeth Elliot snobe le capitaine Wentworth lorsqu’elle le recroise à Bath, car il n’est pas jugé digne du cercle dans lequel évolue la noblesse : « It grieved Anne to observe that Elizabeth would not know him; she was convinced that he was ready to be acknowledged as acquaintance, expecting it, and she had the pain of seeing her sister turn away with unalterable coldness » (XIX.117). Le capitaine n’est ni nommé, ni désigné comme une connaissance dans ce système de valeurs perverti, où les manières finissent par dégénérer jusqu’à produire l’effet inverse de leur finalité : « The door was thrown open for Sir Walter and Miss Elliot, whose entrance seemed to give a general chill. Anne felt an instant oppression, and, wherever she looked, saw symptoms of the same » (XXII.150). En entravant les échanges au lieu de les faciliter, les formules de politesse sont vidées de leur sens, tout comme les phrases le sont de leur syntaxe dans l’idiolecte d’Elizabeth Elliot : « After the waste of a few minutes in saying the proper nothings, she began to give the invitation: ‘Tomorrow evening, to meet a few friends, no formal party’ » (XXII.150-51).

16L’élite, incarnée par Lady Dalrymple et sa fille, « the Honourable Miss Carteret », deux personnages féminins dénués de toute profondeur psychologique, est donc disqualifiée par Anne d’un trait : « Had Lady Dalrymple and her daughter even been very agreeable, she would still have been ashamed of the agitation they created, but they were nothing. There was no superiority of manner, accomplishment or understanding » (XVI.99). Rigidifiée par les règles de l’étiquette et par sa déférence excessive pour les titres, devenus des signifiants creux, cette élite est frappée de stérilité : à l’héritier mort-né, sans prénom des Elliot, fait pendant celui des Musgrove, dont l’identité est réduite à un diminutif révélateur de l’inutilité du personnage : « He had been nothing better than a thick-headed, unfeeling, unprofitable Dick Musgrove who had never done anything to entitle himself to more than the abbreviation of his name, living or dead » (VII.35). Quant à l’héritier présomptif, William Walter Elliot, il est, à plus d’un titre, le double de Sir Walter, mais en pire : alors que le patronyme Elliot est, pour Sir Walter, synonyme de fierté et de vénération, William témoigne un temps d’une haine du nom et des obligations inhérentes au titre : « ‘I wish I had any name but Elliot. I am sick of it. The name of Walter I can drop, thank God! And I desire you will never insult me with my second W. again’ » (XXI.135).

17C’est au contact des marins, loin de l’artificialité et de la vanité mortifères des Elliot qu’Anne peut commencer sa renaissance : leur politesse dénuée d’affectation, leurs manières affables et leur hospitalité chaleureuse rendent toute étiquette superflue : « Louisa burst forth into raptures of admiration and delight on the character of the navy—their friendliness, their brotherliness, their openness, the uprightness […] They only knew how to live and they only deserved to be respected and loved » (XI.66).

Renaissance et Re-nom

18L’épreuve majeure de l’héroïne vient de ce qu’elle est inaudible dans la société de ses origines et dépourvue d’un rôle social utile, à l’instar de nombre de ses contemporaines : « Anne had been too little from home, too little seen. [Lady Russell] wanted her to be more known » (II.11). Non reconnue, malgré ses qualités, au sein de sa propre famille, Anne va parvenir au re-nom — entendu à la fois comme la mutation du signifiant, inhérente à son mariage, et comme la reconnaissance de sa valeur —, en sortant du silence. La violence du « non » initial à son mariage avec Wentworth — un interdit patriarcal d’autant plus oppressant qu’Anne a dû l’inférer d’un non-dit, de l’inter-dit —, l’a obligée à intérioriser ses émotions : « Sir Walter, on being applied to, without actually withholding his consent, or saying it should never be, gave it all the negative of great astonishment, great coldness, great silence, and a professed resolution of doing nothing for his daughter » (IV.18). Ce refus du dialogue, qui avait mis un terme abrupt à sa première histoire d’amour avec Wentworth, bloque également tout échange langagier entre les deux héros, lors de leurs retrouvailles : « Her pleasure in the walk must arise from the exercise of the day and from repeating to herself some of the thousand poetical descriptions extant of autumn. She roused herself to say, ‘Is not this one of the ways to Winthrop?’ But nobody heard, or, at least, nobody answered her » (X.57), « nobody » faisant ici référence à Wentworth comme dans l’idiolecte de Sir Walter, puisque le narrateur joue malicieusement avec les dénominations. La communication est donc entravée par le ressentiment éprouvé par le capitaine envers Anne, à qui il ne pardonne pas, à ce stade du récit, d’avoir cédé à la persuasion.

  • 4 Le verbe « rouse » ne peut, en effet, manquer de faire écho à un passage déterminant de Pride and P (...)

19C’est seulement au chapitre XII, qui correspond au milieu du roman, qu’Anne retrouve sa voix et redevient source d’autorité, lors de l’accident quasi-fatal de Louisa Musgrove : « ‘Is there no one to help me?’ were the first words which burst from Captain Wentworth, in a tone of despair, as if all his own strength were gone » (XII.74). En criant son impuissance, Wentworth permet rien moins qu’une passation de pouvoir, un transfert d’énergie d’autant plus remarquables qu’Anne répond à l’impératif : « ‘Go to him, go to him’, cried Anne, ‘I can support her myself. Leave me and go to him. Rub her hands, rub her temples; here are salts, take them’ » (XII.74). Face à un héros vulnérable, pourtant vainqueur à la guerre, la parole d’Anne acquiert une efficacité qui lui permet de donner des ordres à deux capitaines de marine, de diriger les opérations, de distribuer les rôles et d’administrer le médicament. « He caught the word, it seemed to rouse him at once » (XII.74) : ce passage capital dans l’avancement de l’intrigue prouve que la communication est rétablie, mais plus encore, la relation, qui peut reprendre son cours amoureux4. Anne renaît par la voix, par sa capacité à nommer les mesures à prendre, elle renaît aussi dans le regard du capitaine : « Captain Wentworth’s eyes were also turned toward her » (XII.75). Face à l’éventualité de la mort, Anne acquiert son statut d’héroïne, faisant même preuve d’un héroïsme supérieur à celui des hommes soldats, d’où l’exclamation libératrice de Wentworth : « No one so proper, so capable as Anne! » (XII.77). Reconnue pour ses mérites et enfin re-nommée par le capitaine, l’héroïne suscite à nouveau l’admiration des personnages masculins, dont celle, grandissante, de son cousin, héritier du domaine de Kellynch. Ceci la met dans la position — unique pour une héroïne austenienne — de pouvoir conserver son patronyme, tout en l’agrémentant de la séduisante étiquette du titre, comme le suggère Lady Russell : « ‘Mr Elliot should some time pay his addresses to you. To be able to regard you as the future mistress of Kellynch, the future Lady Elliot—to look forward and see you occupying your dear mother’s place, succeeding to all her rights and all her popularity, would be the highest possible gratification to me’ » (XVII.106).

20Cependant, Anne ne peut céder à cette fiction pré-établie, où les rôles sont déjà écrits, où la femme n’existerait que par son statut d’épouse, répétant l’histoire parentale, au couple mal assorti. Elle n’a pas vocation à se conformer aux stéréotypes sans vie du Baronetage qui l’enfermeraient dans un système patriarcal sclérosant, aux valeurs bafouées, surtout après avoir côtoyé les Croft, modèle de couple par leur joyeuse autonomie et leur relation équilibrée. Anne ne peut donc que refuser cet héritage miné et s’affranchir du nom, d’autant qu’à l’héritier est accolé le lexique de la faute morale et du péché.

21Le tour de force de Jane Austen est de disqualifier définitivement cette fiction du nom et son protagoniste, Mr Elliot, en faisant éclater la vérité par le biais du personnage de Mrs Smith, avec laquelle Anne renoue, passant outre les règles de l’étiquette rappelées par Sir Walter :

‘And who is Miss Anne Elliot to be visiting in Westgate-buildings?—A Mrs Smith. A widow Mrs Smith,—and who was her husband? One of the five thousand Mr Smiths whose names are to be met with every where. And what is her attraction? That she is old and sickly. A mere Mrs Smith, an every day Mrs Smith, of all people and all names in the world, to be the chosen friend of Miss Anne Elliot, and to be preferred by her, to her own family connections among the nobility of England and Ireland! Mrs Smith, such a name!’ (XVII.104)

22« What’s in a name? » : on en revient toujours à l’interrogation shakespearienne. La vérité, un temps travestie par la fiction masculine de Mr Elliot, est, non sans une délicieuse ironie, révélée par le récit d’une femme démunie, au nom désespérément commun, mais infiniment plus précieux pour Anne que les patronymes de la noblesse, dont les détenteurs sont incapables de déceler la béance qui sépare les apparences de l’essence.

23Tandis que Frederick Wentworth accède enfin à la reconnaissance, grâce à sa prestance, à ses manières convenables, mais, surtout, grâce à sa fortune — « Captain Wentworth was no longer nobody » (XXIV.165) — la renaissance d’Anne est signifiée par la mutation légitime de son patronyme, signifiant à plus d’un titre : d’abord refoulé, puis critiqué comme inapproprié par Sir Walter au début, le nom Wentworth, devenu synonyme de crédit, se voit même qualifié de « well-sounding » au dénouement (XXIV.165), sans doute en écho aux 25 000 livres sonnantes et trébuchantes gagnées au combat. Son nouveau patronyme sied d’autant mieux à Anne qu’il dit toute sa valeur, la parfaite harmonie entre l’apparence et l’être.

24Notons que le baronnet ne va pas jusqu’à formuler directement son consentement, noblesse oblige : « Sir Walter made no objection » (XXIV.165). Cependant, il se doit d’enregistrer le mariage dans le Baronetage et de consigner le noble patronyme dans le « livre sacré », dont la dénomination a subi un changement subtil : appelé moqueusement « the book of books » dans l’incipit, le Baronetage est rebaptisé par le narrateur « the volume of honour », expression à double entendre selon le point de vue, mais l’on choisit l’option selon laquelle l’honneur est désormais surtout conféré par le patronyme et par les qualités de Wentworth, au nom prédestiné. Au dénouement, « personne » est devenu « quelqu’un », un homme qui a su se faire un nom susceptible de redonner du sens à l’ancienne lignée foncière.

25Cependant, le Baronetage n’est plus qu’un « volume » : par opposition aux autres romans austeniens à la clôture ferme, dans Persuasion, la suite de l’histoire reste à écrire… En effet, comme ose le déclarer Anne au dénouement : « Men have had every advantage of us in telling their own story. […] The pen has been in their hands » (XXIII.156). Cette plume aux connotations phalliques est, à plus d’un titre, le symbole de la domination masculine et patriarcale exercée sur les femmes depuis des générations : en présentant les femmes comme inconstantes, en contrôlant leur histoire et leur destin, en les enfermant dans une fiction écrite d’avance, telle celle du Baronetage, en les forçant à se conformer à des images, des stéréotypes et des étiquettes, cette plume n’est rien moins qu’une redoutable arme de guerre dirigée contre le genre féminin. Jane Austen critique donc ici ouvertement la confiscation par les hommes de l’écrit, des appellations et des dénominations.

26En privilégiant le point de vue de l’héroïne comme pierre de touche des comportements, en refusant de l’enfermer dans des rôles stéréotypés au dénouement — « Anne had no Uppercross-hall before her, no landed estate, no headship of a family » (XXIV.166) — en suggérant que le récit patriarcal arrive au point mort et qu’un autre doit lui succéder, Jane Austen a bel et bien écrit une autre histoire que l’histoire officielle, proposant rien moins qu’un nouveau modèle de fiction et de société, on ne peut plus pertinent dans un monde instable, mouvant, où le sens reste à trouver, où étiquettes, dénominations, désignations sont, et pour longtemps, soumises à de constantes renégociations.

Haut de page

Bibliographie

Austen, Jane. Pride and Prejudice. 1813. New York: Norton, 1993.

Austen, Jane. Emma. 1816. New York: Bedford/ St Martin's P, 2002.

Austen, Jane. Persuasion. 1818. New York: Norton, 1995.

Le Faye, Deirdre, ed. Jane Austen's Letters. Oxford: OUP, 1997.

Nokes, David. Jane Austen: A Life. London: Fourth Estate, 1997.

Sadrin, Anny. L'Être et l'avoir dans les romans de Charles Dickens. Paris: Didier-Érudition, 1985.

Haut de page

Notes

1 Par opposition aux domaines de Pemberley dans Pride and Prejudice (III.1.156) ou de Donwell Abbey dans Emma (III.6.286-87), où l’ancrage dans la nature est au fondement de l’organicité sociale, permettant une harmonieuse adéquation entre l’être et l’avoir, on note que le domaine de Kellynch n’est plus décrit en relation à la terre, ni à son cadre naturel.

2 Deux frères de Jane Austen, Francis et Charles, s’illustraient dans la marine (voir Le Faye, Letters 16.32) et la romancière entendait rendre hommage à leur ascension sociale.

3 Anny Sadrin cite le psychanalyste Karl Abraham, qui « voit dans la Genèse, où un Dieu défécateur autant que potier façonne l'homme à partir de substances 'proches des fèces', la représentation toute puissante de la fonction intestine » L'Être et l'avoir dans les romans de Charles Dickens (Paris : Didier-Érudition, 1985) 651-52.

4 Le verbe « rouse » ne peut, en effet, manquer de faire écho à un passage déterminant de Pride and Prejudice, où Elizabeth Bennet identifie la naissance du sentiment amoureux de Darcy à son égard : « I roused and interested you, because I was so unlike them » (III.18.244).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Massei, « Noms, étiquette(s) et identités dans Persuasion, de Jane Austen », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1232 ; DOI : 10.4000/cve.1232

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Massei

Marie-Laure Massei-Chamayou est maître de conférences à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Ses recherches portent sur la représentation de l'argent dans les œuvres des romancières du xixe siècle, de Jane Austen à George Eliot. Elle est l’auteur de La Représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen : L’Être et l’avoir, collection « Des idées et des femmes », Paris : L’Harmattan, 2012.

Marie-Laure Massei-Chamayou is Senior Lecturer at the University of Paris 1-Panthéon Sorbonne in Paris. Her main area of research is the representation of money in 19th–century novels written by women, from Jane Austen to George Eliot. She is the author of La Représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen : L’Être et l’avoir, collection ‘Des idées et des femmes’, Paris : L’Harmattan, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org