Navigation – Plan du site
Appellation(s)/Naming/Labelling/Addressing.

De quoi l’héroïsme est-il le nom dans No Name de Wilkie Collins et A Tale of Two Cities de Charles Dickens ?

What is Heroism the Name of in A Tale of Two Cities by Charles Dickens and in No Name by Wilkie Collins?
Sophie Naveau

Résumés

Les destins respectifs de Sydney Carton dans A Tale of Two Cities de Charles Dickens et de Magdalen Vanstone dans No Name de Wilkie Collins sont à même de laisser le lecteur dans l’incertitude. La dimension héroïque de ces personnages ne va pas de soi. Et la nature de cette dimension héroïque ne peut être déterminée qu’à partir d’une analyse de la relation qui se noue dans les deux romans entre ces personnages et leur nom. Dans les deux romans, l’acte de donner un nom est présenté comme un fait social et légal. Cependant cette dimension sociale et légale ne permet pas d’expliquer tous les effets produits par un tel acte. En effet, si le nom se révèle dans sa nature d’artifice social, il est aussi présenté comme une partie inhérente de l’identité. Le nom est un objet susceptible de se prêter à toutes sortes de jeux, et pourtant il n’est pas possible de s’en débarrasser, il faut faire avec. Qu’est-ce alors qu’un nom ? N’est-ce rien de plus qu’un artifice social ou bien est-il à même de révéler la vraie nature de celui qui le porte ? Lire A Tale of Two Cities et No Name avec ces questions à l’esprit permet de les envisager à partir d’une perspective nouvelle selon laquelle nature et artifice ne sont peut-être pas si catégoriquement distincts qu’ils le paraissent.

Haut de page

Texte intégral

1Que l’on pense à l’effet provoqué par la lecture des Souffrances du jeune Werther de Goethe ou à la façon dont Emma Bovary a donné naissance au concept de bovarysme, et Don Quichotte à celui de donquichottisme, ces exemples montrent combien la place des personnages fictifs peut devenir réelle dans la vie des lecteurs. Comme l’écrit Vincent Jouve dans sa réflexion sur L’effet-personnage dans le roman, « [l]es êtres de fiction influent sur la conduite du sujet. Le processus dont Emma Bovary et Don Quichotte sont exemplaires dans l’univers diégétique affecte également les individus ‘réels’ de l’univers extradiégétique » (Jouve 200). Pour Vincent Jouve, cette influence « ne consiste pas à conformer nos actes » à ceux des effets-personnages « mais à transposer dans notre vie des réflexions et des remarques empruntées à [leur] vision du monde » (Jouve 201). À quelles réflexions et remarques sur le nom l’héroïsme de Magdalen Vanstone dans No Name de Wilkie Collins et celui de Sydney Carton dans A Tale of Two Cities de Charles Dickens mène-t-il ? Dans ces deux romans, l’acte de nommer et d’être nommé est représenté à travers sa dimension juridique. Cependant la valeur étonnante de cet acte se révèle conférer au nom une dimension ontologique. La question du nom amène à prendre conscience qu’un jeu est possible entre les deux catégories de nature et d’artifice a priori si distinctes.

Jouer avec les noms

2Dans A Tale of Two Cities et dans No Name la question du nom est posée dans son rapport avec la loi. Magdalen Vanstone et Sydney Carton sont sans nom. Magdalen Vanstone est sans nom, en raison d’une impossibilité légale, elle ne peut hériter ni du nom, ni des biens paternels. Quant à Sydney Carton, il est sans nom car sur la scène légale qu’il occupe, il vit dans l’ombre d’un autre. Bien que promis à un brillant avenir : « he had been famous among his earliest competitors as a youth of great promise » (Dickens 301), Sydney Carton travaille pour le nom d’un autre, ce qui est développé au chapitre 5 du livre II.

3Magdalen Vanstone et Sydney Carton, l’un et l’autre sans nom passent d’un nom à l’autre, comme si un nom propre était un artifice interchangeable et échangeable. Sydney Carton est le double de Charles Darnay. Il va jusqu’à se substituer à ce dernier, et à changer de nom avec lui. Magdalen Vanstone est une imitatrice, une actrice née, « a born actress » ainsi que tout le monde le reconnaît lors de sa première expérience théâtrale au chapitre 6 de la première scène (Collins 48-49).

4Toutefois être un double c’est aussi être une ombre, rappelle Clément Rosset dans Le Réel et son double, car le « maléfice du double […] aboutit dans tous les cas à situer le réel d’une personne précisément hors d’elle-même » (Rosset 90). La conséquence de l’être sans nom est l’être sans identité. En effet, à suivre Clément Rosset, l’identité est une réalité de papier, dans la mesure où « [c]e qui garantit l’identité est et a toujours été un acte public : un extrait de naissance, une carte d’identité » (Rosset 116). Ainsi, poursuit Clément Rosset, « [l]a personne humaine, conçue comme singularité, n’est […] perceptible à elle-même qu’en tant que ‘personne morale’, au sens juridique du terme : c’est-à-dire non comme une substance délimitable et définissable, mais comme une entité institutionnelle que garantit l’état civil, et rien que l’état civil. Cela veut dire que la personne humaine n’existe que sur le papier » (Rosset 116-117). En ce sens, l’identité serait le résultat d’une construction juridique variable en fonction des lieux et des époques. Au cours du xxe siècle, par exemple, en Istrie, les habitants ont été tour à tour austro-hongrois, italiens, yougoslaves et croates, sans pour autant changer de lieu, par la simple vertu des lois du papier et de l’écrit. La valeur du nom propre est une fiction, une fiction qui a valeur de loi.

5Toute la complexité de cette question du nom, qui se révèle ici, est mise en évidence par les propos de Juliette dans la deuxième scène de l’acte deux de la pièce de William Shakespeare. Juliette distingue le nom propre et le nom d’une chose. Une rose serait une rose même si elle portait un autre nom. Cependant Roméo serait-il Roméo s’il portait un autre nom ? Elle voudrait s’en convaincre et pourtant elle sait que c’est une illusion. De fait, rappelle Jacques Derrida dans « L’aphorisme à contretemps », Juliette demande bien à Roméo « pourquoi es-tu Roméo ? » donc confirme Derrida, « [e]lle le sait : si détachable et si dissociable, si aphoristique soit-il, son nom est son essence. Inséparable de son être » (Derrida 2003, 139). Roméo et Juliette choisissent l’illusion qui leur permet de croire qu’un être est dissociable de son nom propre, illusion que l’idée d’une identité « sur le papier » soutenue par Clément Rosset pourrait justifier. Cependant ils meurent tous les deux à cause de leur nom et survivent dans leur nom, selon les termes de Jacques Derrida (Derrida 2003, 136).

6Qu’en est-il dès lors de l’arbitraire du nom ? Émile Benveniste explique que si la relation du mot au référent est arbitraire, il en va autrement de la relation du signifiant au signifié : « [e]ntre le signifiant et le signifié, le lien n’est pas arbitraire ; au contraire, il est nécessaire », « [e]nsemble les deux ont été imprimés dans mon esprit ; ensemble ils s’évoquent en toute circonstance » (Benveniste 51).

7Sydney Carton est l’homme en carton-pâte que son patronyme laisse entrevoir au lecteur : « a simple victim sacrificed for calculated effect at novel’s end » (Herst 146), selon les termes de Beth F. Herst, dans son étude sur le héros dickensien. Magdalen Vanstone porte un nom biblique, celui de la prostituée repentie, et le narrateur annonce que la nature de Magdalen Vanstone est en contradiction avec son nom. Pourtant, le destin de Magdalen Vanstone n’est pas étranger à celui de son homonyme. Elle connaît plusieurs hommes. Elle se fiance avec Frank Clare. Son pacte avec le capitaine Wragge est conçu sur le modèle du contrat de mariage : « I do » (Collins 181), lui dit-elle au chapitre 3 de la deuxième scène pour accepter les termes de leur alliance. Par la suite, elle épouse Noel Vanstone, non par amour, mais pour récupérer son héritage. Enfin, après s’être confessée, elle est absoute de ses péchés par le capitaine Kirke (Collins 581) dont le nom fait écho aussi bien au nom du Christ qu’à la version germanique du mot église — « Kirche ».

8Sans nom, les deux effets-personnages étudiés sont pourtant prisonniers de leur nom « sur le papier ». Ironie du sort, ces enfants qui n’ont pas pu ou n’ont pas su hériter du nom de leur père sont aussi prisonniers de leur nom. Dans les deux romans, l’intrigue réalise le programme du nom « sur le papier » des deux personnages choisis. L’artifice du nom « sur le papier » devient une seconde nature, une essence. Quelle articulation nécessaire entre signifiant et signifié ces noms propres révèlent-ils ?

Le nom ou la voie de l’expiation

9Comme dans Roméo et Juliette, les noms propres signifient la dynamique d’un processus d’expiation. La relation entre nom propre et sacrifice est rendue nécessaire par l’échec d’un processus de refoulement d’un nom. Dans la pièce de Shakespeare, il s’agit de prétendre que Roméo n’est pas Roméo. Dans A Tale of Two Cities, Charles Darnay a changé de nom pour échapper à la loi de l’Ancien Régime. Il renie son héritage d’homme de la noblesse, et ce reniement implique un changement de nom. Il n’est plus Charles d’Evrémonde. Pour échapper à la loi du père, il a changé de nom.

10Mais cette échappatoire échoue. Le retour du refoulé advient lorsque le manuscrit perdu du Dr Manette réapparaît au chapitre 10 du livre III. Ce manuscrit dénonce la complicité criminelle du père et de l’oncle de Charles d’Evrémonde. Charles Darnay, note Beth F. Herst, « cannot escape the legacy of the past symbolized by the family name » (Herst 146). Cette impossibilité explique pourquoi dans Signs for the Times, Chris Brooks affirme : « it is precisely the fact that Lucie’s enclave of hope rests upon an inability—however innocent—to confront one’s own history that renders the new life she offers so fragile » (Brooks 87). Renier le passé ne peut aboutir qu’à empêcher tout renouveau, si ce n’est au prix du sacrifice de Sydney Carton. Dans le dernier chapitre du roman de Dickens, les pensées de Sydney Carton avant de mourir révèlent la fonction de son sacrifice : laver son nom des souillures qui l’avaient entaché, grâce à l’enfant du couple pour lequel il se sacrifie qui portera son nom propre et lui rendra tout son lustre : « my name is made illustrious […] I see the blots I threw upon it, faded away » (Dickens 360).

11Le même rêve est réalisé par le sacrifice de Magdalen. Après sa confession, lors de sa dernière apparition, au chapitre 4 de la dernière scène, les couleurs vives qu’elle affectionnait ont disparu de sa garde-robe : « She was simply dressed in muslin. Her plain straw bonnet had no other ornament than the white ribbon with which it was sparingly trimmed » (Collins 608). La blancheur pure et virginale de l’étoffe qu’elle porte symbolise à la fois le blanc de la page sur laquelle tout reste à écrire, et le blanc du nom désormais lavé de toute tache. Sydney Carton est lui aussi vêtu de blanc avant d’aller vers son sacrifice au chapitre 9 du livre III. Le nom renaît de ses cendres tel un phénix par le biais du sacrifice. Les traces du passé compromettant sont détruites.

12Pour Magdalen Vanstone, ces traces sont celles de l’union illégitime et illégale du couple formé par les parents Vanstone. Pendant les vingt-sept ans durant lesquels Mr et Mrs Vanstone ont vécu ensemble et ont eu des enfants, Mr Vanstone était marié avec une autre femme. Seule la mort de cette dernière permet au couple Vanstone de se marier enfin. Malgré cela le rapport de transmission légale entre le couple Vanstone et leurs deux filles n’est rétabli que grâce au sacrifice de Magdalen Vanstone.

13Par conséquent, Magdalen Vanstone et Sydney Carton doivent mourir pour que leur nom propre renaisse. Ici « propre » a une dimension morale. La transmission du nom s’opère au prix du sacrifice de la souillure, par le biais du bouc émissaire. Ce processus est décrit par Jacques Derrida dans « La Pharmacie de Platon ». Il s’agit du processus d’expulsion du pharmakon, par lequel « [l]e corps propre de la cité reconstitue […] son unité, se referme sur la sécurité de son for intérieur, se rend la parole qui la lie à elle-même dans les limites de l’agora en excluant violemment de son territoire le représentant de la menace ou de l’agression extérieure » (Derrida 2004, 340). Magdalen Vanstone et Sydney Carton jouent le rôle de pharmakon, à l’instar de Roméo et Juliette, dont le sacrifice débarrasse Vérone de la haine entre les Montague et les Capulet.

14Roméo et Juliette, tout comme Sydney Carton et Magdalen Vanstone sont conçus pour jouer le rôle de pharmakon, au sens où ils sont à la fois remède et poison, selon la définition du pharmakon, élaborée par Jacques Derrida dans « La pharmacie de Platon ». Le pharmakon est remède parce que son sacrifice ultime rétablit l’ordre des choses. Il est poison, par sa nature transgressive, ce qui justifie son sacrifice. De fait, les actes de Magdalen Vanstone et de Sydney Carton sont de nature subversive, tout comme l’amour de Roméo et Juliette. Sydney Carton mène une vie nocturne dissipée et il est porté sur la boisson (Dickens 79). Il prétend n’avoir aucune occupation. « I have no business » (Dickens 78) soutient-il au chapitre 4 du livre II ajoutant que même s’il en avait, il ne s’en préoccuperait pas. Cette affirmation est de nature particulièrement subversive par rapport à la valeur bourgeoise triomphante du travail.

15Le talent d’imitatrice de Magdalen pousse le valet de chambre à transgresser les limites de ses fonctions. Il se met à rire de façon intempestive : « the indecorum of echoing his master audibly on the other side of the door » (Collins 11), peut-on lire dans le premier chapitre de la première scène. Si le rire du valet reste du côté de l’écho, il se trouve néanmoins mêlé à celui du maître. Les deux rires des deux classes sociales distinctes devraient être séparés. Ils ne le sont pas. Les catégories sociales sont ainsi subverties.

Le nom : entre nature et artifice

16La question devient alors non pas de quoi l’héroïsme est-il le nom mais de quoi le pharmakon est-il le nom dans les deux romans choisis ? La qualité commune de ces deux effets-personnages est leur nature impure, contradictoire. Ni tout à fait bons ni tout à fait mauvais, ils sont le siège d’un conflit entre le vice et la vertu. Leur nature composite se révèle également par de nombreuses comparaisons avec des animaux. Magdalen est au chapitre un de la première scène un peu serpent — « serpentine suppleness » —, un peu oiseau, puisque la couleur de ses cheveux « is oftener seen on the plumage of a bird than on the head of a human being » (Collins 8). Sydney Carton est un peu homme, un peu chacal — « an amazingly good jackal » (Dickens 83) —, une comparaison développée au chapitre 5 du livre II. Ils sont par ailleurs associés au même animal, le chat : Magdalen aux chapitre 1 et 5 de la première scène, et Carton au chapitre 5 du livre II. Leur indolence et leur goût pour le plaisir sont de nature aussi subversive que l’indépendance et la lascivité d’un chat.

17Et ils sont à la fois beaux et laids, comme le montre la description physique de Magdalen au chapitre 1 du livre I et ce que Jarvis Lorry observe chez Sydney Carton au chapitre 9 du livre III : « the wasted air which clouded the naturally handsome features » (Dickens 297). Cette citation évoque un mélange de jeunesse et de vieillesse. Ce même mélange est présent dans la description physique de Magdalen : « the mouth was too large and firm, the chin too square and massive for her sex and age » (Collins 8). Par conséquent, les catégories du masculin et du féminin se mêlent aussi chez elle.

18On retrouve ces mêmes catégories chez Sydney Carton, en raison de son côté dandy, dont le détachement est la marque la plus évidente. Au chapitre 3 du livre II, il est répété six fois qu’il a les mains dans les poches et les yeux au plafond. C’est un peu sa marque de fabrique. On retrouve cette description au chapitre 5 du deuxième livre : « with his hands in his pockets, staring at the ceiling of the court » (Dickens 82). Or ainsi que l’écrit Barbey d’Aurevilly, « un dandy est femme par certains côtés » (Barbey d’Aurevilly 104). Le côté dandy de Sydney Carton l’apparente à un objet. Par son détachement et son immobilité, Sydney Carton prend l’allure d’un objet posé là. Un effet du dandysme que Balzac décrit dans son Traité de la vie élégante : « en se faisant dandy un homme devient un meuble de boudoir, un mannequin extrêmement ingénieux » (Balzac 84).

19Quant à Magdalen Vanstone, elle est d’abord l’objet de la loi qui lui retire son nom, avant d’être l’objet de ceux qui l’utilisent en lui donnant un nouveau nom, que ce soit le capitaine Wragge auquel elle se soumet pour favoriser la réussite de la supercherie magistrale de la quatrième scène, ou le maître de St Crux au premier chapitre de la septième scène.

20Magdalen Vanstone et Sydney Carton sont déshumanisés par un processus de réification. Ils sont par ailleurs situés entre la vie et la mort. Sydney Carton refuse l’agitation des hommes affairés. Il préfère le refuge de l’ombre : l’ombre de la nuit, mais aussi l’ombre des morts, celle de ses parents et, en particulier, celle de son père qu’il a suivi dans la tombe, nous dit le texte au chapitre 9 du livre III : « he had followed his father to the grave » (Dickens 301). Ces termes sont bien à prendre à la lettre, car Sydney Carton affirme en parlant de lui au chapitre 13 du livre II : « I am like one who died young. All my life might have been » (Dickens 145). Les derniers mots écrits de la main du père de Magdalen, seule trace de lui que la loi autorise Magdalen à s’approprier, la préviennent que ce dernier ne pourra pas reposer en paix dans sa tombe si ses filles sont laissées sans héritage : « I should not rest in my grave » sont les mots qu’elle découvre de lui au chapitre 13 de la première scène (Collins 108). Magdalen est marquée plusieurs fois par des expériences qui s’apparentent à la mort. Après l’annonce de la trahison de Frank Clare, son premier fiancé, entre la troisième et la quatrième scène, Mrs Wragge la croit morte (Collins 256). Elle est comme un cadavre au chapitre 11 de la scène 4, au moment où la conclusion de son mariage avec Noel Vanstone se rapproche. Et tout au long du roman, la répétition de l’adverbe « mechanically » (Collins 83, 167, 176, 219, 222, 280, 290, 303, 310, 394, 402, 409, 542, 546, 549, 605) quand il s’agit des faits et gestes de Magdalen, souligne la désincarnation de l’être sans nom.

21Par conséquent, le pharmakon choisi pour jouer sa fonction narrative dans A Tale of Two Cities et dans No Name de Wilkie Collins déjoue les catégories traditionnelles. Or Roland Barthes définit ainsi le Neutre, qui est justement pour lui « tout ce qui déjoue le paradigme » (Barthes 31). Au lieu de « choisir un et repousser autre », ce qui revient à « toujours sacrifier au sens, produire du sens, le donner à consommer » (Barthes 31), le Neutre permet au contraire de concevoir l’existence de ces catégories comme un artifice du discours. Neutre et être sans nom se rejoignent donc par leur fonction qui consiste à déjouer le paradigme.

22Dès lors, les deux romans se referment-ils vraiment sur la sécurité de leur for intérieur, comme par la grâce du Saint-Esprit, après l’accomplissement de la fonction expiatoire ?

23Sydney Carton meurt sous le nom d’emprunt de Charles d’Evrémonde, mais en échange, le couple formé par Lucie et Charles Darnay lui doit un nom. Ils appelleront leur enfant Sydney, tandis que Charles Darnay emprunte l’identité « sur le papier » de Sydney Carton, afin d’échapper aux révolutionnaires sanguinaires. Par cet astucieux stratagème, Sydney Carton a pris la place de Charles Darnay auprès de Lucie. En donnant son nom, Sydney Carton a réussi à s’introduire symboliquement dans le lit de la femme qu’il aime et à se substituer à son mari. Charles Darnay, emprisonné Charles d’Evrémonde, renaît Sydney Carton. Sydney Carton est devenu un membre du couple. Le fantasme de l’adultère est consommé par son sacrifice.

24L’effet-personnage de Magdalen Vanstone est de façon constante associé à la dynamique pulsionnelle de la libido sciendi. Magdalen est plusieurs fois comparée à des figures de femmes tentatrices. Magdalen est Ève lorsqu’elle séduit Frank pour le pousser à jouer avec elle dans la pièce de théâtre de son amie à la fin du chapitre 4 de la première scène. Du point de vue symbolique, le texte insiste à ce moment sur le caractère reptilien de sa beauté — « its seductive serpentine grace » (Collins 34) — et elle amène Frank à quitter l’environnement vert et innocent de la serre — « out of the greenhouse » (Collins 34) — pour aller vers l’espace théâtral comparé à la scène d’un procès dans le chapitre 5 de la première scène : « the scene of trial » (Collins 41). Cette scène rejoue la scène mythique de la Genèse à partir de laquelle Adam et Ève sont chassés du Paradis. En outre, cette scène est la première d’une série aboutissant à la révélation du secret des parents de Magdalen Vanstone comme le soulignent les derniers mots du chapitre 4 de la première scène.

25Par la suite, à St Crux, en raison de sa curiosité transgressive, Magdalen est à nouveau Ève au chapitre un de la septième scène, — « Look in your Old Testament when you go downstairs, and see what happened in the Garden of Eden through curiosity. Be a good girl—and don’t imitate your mother Eve » (Collins 522) — puis Jézabel au chapitre 4 de la même scène — « Jezabel » (Collins 552, 556, 558). Elle est celle qui se mêle de ce qui ne la regarde pas. Le récit premier de l’expiation dissimule donc un secret : la réalisation d’un fantasme qui échappe à la soumission à la loi du nom de la lignée. Ici le propre prend un sens nouveau, non plus le sens moral, mais le sens de ce qui est intimement propre, singulier. Derrière le mythe du sacrifice au nom de la cause du père se dissimule le stratagème diabolique de l’art, l’art de l’intrigue par laquelle le fantasme à la fois se réalise et se dissimule.

26Par ce jeu diabolique, l’héroïsme de Magdalen Vanstone et de Sydney Carton développe dans toute sa complexité le mystère impénétrable que constitue ce que Barbey d’Aurevilly appelle dans son texte sur le dandysme « le pouvoir d’être soi » (Barbey d’Aurevilly 40) et qui pourrait aussi s’appeler le travail de l’héritage. En effet une question se pose pour chaque nom propre : comment concilier les deux exigences qui lui sont inhérentes, soulignées par Jacques Derrida dans « L’aphorisme à contre temps » ? D’une part « pour vivre vraiment soi-même, il faut échapper à la loi du nom, à la loi familiale faite pour la survie et […] rappelant sans cesse à la mort », d’autre part vie et nom ne font qu’un (Derrida 2003, 139). Il faut rendre des comptes à l’histoire du nom, tout en parvenant à s’en émanciper.

27C’est ainsi que l’héroïsme de l’être sans nom dans No Name et A Tale of Two Cities déjoue le paradigme qui prétend opposer nature et artifice, puisque le nom propre se révèle dans sa double dimension de nature et d’artifice.

Haut de page

Bibliographie

Balzac, Honoré de. Traité de la vie élégante. Paris: Rivages, 2012.

Barbey D’Aurevilly, Jules Amédée. Du dandysme et de George Brummell. Paris: Rivages, 1997.

Barthes, Roland. Le Neutre. Cours au Collège de France (1977-1978). Paris: Seuil, 2002.

Benveniste, Émile. Problèmes de linguistique générale I. Paris: Gallimard, 2008.

Brooks, Chris. Signs For the Times. Symbolic Realism in the Mid-Victorian World. London, Boston, Sydney: George Allen & Unwin, 1984.

Collins, William Wilkie. No Name. 1862. London: Penguin, 1999.

Derrida, Jacques. « La Pharmacie de Platon » Platon, Phèdre. Paris: GF Flammarion, 2004. 257-403.

Derrida, Jacques. « L’aphorisme à contretemps ». Psyché : Inventions de l’autre, II. Paris: Galilée, 2003. 131-44.

Dickens, Charles. A Tale of Two Cities. 1859. Oxford, New York: OUP, 2008.

Herst, Beth F. The Dickens Hero. Selfhood and Alienation in the Dickens World. London: Weidenfeld and Nicolson, 1990.

Jouve, Vincent. L’effet-personnage dans le roman. Paris: PUF, 2001.

Rosset, Clément. Le Réel et son double. Paris: Gallimard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Naveau, « De quoi l’héroïsme est-il le nom dans No Name de Wilkie Collins et A Tale of Two Cities de Charles Dickens ? », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/1248 ; DOI : 10.4000/cve.1248

Haut de page

Auteur

Sophie Naveau

Sophie Naveau est professeur d’anglais au collège Pierre-Sémard à Bobigny. Doctorat obtenu avec les félicitations du jury en juin 2012 : Discours et expérience dans l’œuvre de Jane Austen, sous la direction de Monsieur le Professeur Richard Pedot, à Paris Ouest Nanterre La Défense. Qualifiée maître de conférences en février 2013.

Sophie Naveau is an English teacher at the Pierre Sémard Secondary School in Bobigny. She studied at the University of Paris Ouest Nanterre La Défense and in June 2012 completed a doctoral dissertation in English Literature, entitled Discourse and Experience in Jane Austen’s novels, under the direction of Professor Monsieur Richard Pedot. In February 2013, the CNU judged her apt to apply for a position of lecturer.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org