Navigation – Plan du site
Comptes rendus

George Gissing, Collected Short Stories (in three volumes), ed. Pierre Coustillas, with the Assistance of Barbara Rawlinson and Hélène Coustillas

Grayswood, Surrey, Grayswood Press, 2011-2012
Christine Huguet
Référence(s) :

George Gissing, Collected Short Stories (in three volumes), ed. Pierre Coustillas, with the Assistance of Barbara Rawlinson and Hélène Coustillas, Grayswood, Surrey, Grayswood Press, 2011-2012. Vol. 1: xxxix + 310 p., 3 illustrations. ISBN : 978-0-9546247-8-1. Vol. 2 : xviii + 402 p., 6 illustrations. ISBN 978-0-9546247-8-8. Vol. 3 : xvi + 344 p., 5 illustrations. ISBN : 978-0-9572231-0-3.

Texte intégral

1Annoncer aux lecteurs des Cahiers que Grayswood Press propose un nouveau titre n’est jamais une tâche ingrate. Comment ne pas se féliciter, pour commencer, de la remarquable fidélité dont l’éditeur, George Gorniak, fait preuve envers l’œuvre de George Gissing ? Après les années 2003-2004, qui virent paraître la somptueuse édition critique en trois volumes des Collected Works on Charles Dickens, après 2011, année au cours de laquelle furent publiés à la fois Isabel Clarendon, élégant roman de jeunesse, et Three Novellas (les trois romans courts que Gissing publia séparément en 1895 et 1896 : Eve’s Ransom, Sleeping Fires et The Paying Guest, enfin réunis en un seul volume), voici que Grayswood Press publie maintenant, en l’espace d’un an, une édition complète des nouvelles, présentées dans l’ordre chronologique. Il s’agit là d’un bel ensemble cohérent de plus de 1 000 pages, préparé par notre collègue Pierre Coustillas, qui a pris soin de rappeler, pour chaque nouvelle, l’historique de la publication et, le cas échéant, le devenir du manuscrit.

2Cette édition complète, la toute première, des 115 nouvelles écrites par Gissing en l’espace de trente années (1873 à 1903) devrait faciliter grandement la tâche des chercheurs. Jusqu’à présent en effet, la plupart de ces textes étaient éparpillés dans des recueils de qualité et d’accès inégal. Si l’on se procure toujours aisément The Day of Silence and Other Stories, recueil de seize nouvelles préparé et présenté par Pierre Coustillas pour Dent en 1993, ou encore Spellbound, George Gissing (Equilibris, 2008), dont le premier tome, The Storyteller, offre un ensemble de onze nouvelles représentatives, il était en revanche devenu peu facile d’avoir accès au restant du corpus. Dans certains cas, il n’existait tout simplement aucune réédition de textes auxquels Gissing avait parfois apposé de simples initiales, lorsqu’ils n’étaient pas parus anonymement. C’est donc au prix d’une minutieuse recherche, menée à bien à la fin des années 1970 par Robert Selig avec l’aide de Pierre Coustillas, qu’un recueil comme George Gissing : Lost Stories from America avait pu améliorer notre appréciation encore très partielle des talents de nouvelliste de Gissing. Dans la plupart des cas, cependant, ses nouvelles demeuraient enfouies dans des recueils à tirage limité. Ainsi, The Sins of the Fathers and Other Tales (Pascal Covici, 1924) ne fut tiré qu’en 550 exemplaires, et sept ans plus tard, il ne parut que 500 exemplaires de Brownie (Columbia UP).

3Lorsque l’on évoque le nom de Gissing, c’est l’auteur de longs romans aux accents sombres comme Demos, Thyrza ou encore New Grub Street qui vient immédiatement à l’esprit, en dépit de l’intérêt marqué des critiques, depuis quelques décennies, pour ses autres œuvres : ses essais, sa fiction en un volume, mais aussi ses nombreuses nouvelles. Gageons, donc, que la somptueuse édition complète qui fait l’objet de ce compte rendu ne manquera pas de susciter un vif regain d’intérêt pour Gissing le nouvelliste. En ce dernier quart du dix-neuvième siècle, on s’en souvient, les circonstances favorisaient d’ailleurs la publication de nouvelles : Gissing était arrivé sur la scène littéraire en même temps que des millions de Victoriens à qui l’on avait accordé le droit à une éducation sommaire et qui ne tardèrent donc pas à constituer une masse d’avides consommateurs de feuilletons, nouvelles et fictions courtes. C’est la popularité même de la nouvelle qui explique la relation ambiguë que Gissing ne cessa d’entretenir avec ce mode d’écriture. D’une certaine façon, le jeune romancier, qui peinait à faire accepter sa voix si unique, n’oublia jamais que les premiers textes qu’il avait réussi à publier et grâce auxquels il avait littéralement échappé à la famine, lors de son exil américain en 1876-77, étaient presque tous des nouvelles : « I don’t think I have told you how well I got on in America », écrivait-il ainsi à son frère Algernon en février 1880. Dans les deux décennies qui suivirent, en revanche, une fois sa carrière de romancier lancée, l’auteur se montra en général très réticent à traiter son corpus de nouvelles sur le même plan que ses romans, qu’il considérait, par contraste, comme du « more solid work ». Il ne pouvait s’empêcher de déprécier ses succès en tant que nouvelliste : attacher de l’importance à des textes courts, écrits avec rapidité, comparativement mieux rémunérés, et surtout destinés à être lus par un lectorat souvent peu exigeant, n’équivalait-il pas, songeait-il avec une bonne dose de masochisme tout à fait caractéristique, à emprunter une voie haïssable à ses yeux : « the commercial path » ? Dans ces conditions, on ne s’étonnera guère d’apprendre que, une fois ses nouvelles placées par son agent littéraire dans les journaux et les magazines qui symbolisaient si bien l’avènement de cette nouvelle culture de masse, Gissing se montrait en général parfaitement indifférent au devenir de ses manuscrits, dont un quart seulement nous est parvenu. Et pourtant, l’artiste ne pouvait ignorer la valeur littéraire de ces histoires courtes, comme le souligne Coustillas dans son introduction générale : « he consistently kept copies after they were published with a view to giving them a new lease of life in volume form, and welcomed Bullen’s idea of publishing a first collection ». Aucune édition complète ne parut de son vivant, toutefois, ce qui est fort dommage : les 115 nouvelles enfin rassemblées prouvent combien Gissing, que ceux qui ne le connaissent qu’à travers un roman ou deux ont tendance à soupçonner de pessimisme incurable, pouvait faire preuve de légèreté de ton. La plus grande variété, de thèmes comme de registres, caractérise ces trois volumes. Coustillas n’a toutefois pas tort de rappeler que l’une des tonalités essentielles du corpus est l’ironie : « the most engaging characteristic of Gissing’s short stories and a largely unrecognised one is perhaps his fine use of irony, of which he came to be a master ».

4La lecture, par exemple, de « By the Kerb » et des autres « sketches » qui forment la remarquable série des « Nobodies at Home », commandée par Jerome K. Jerome dans le milieu des années quatre-vingt-dix, permettra à celui qui s’intéresse à l’évolution esthétique de Gissing de mieux cerner sa quête d’une écriture dense et de stratégies narratives audacieuses (on songe en particulier à son emploi du style indirect libre, de sociolectes frappants de réalisme). Point n’est besoin, cependant, d’être spécialiste de l’auteur pour avoir envie de se plonger dans la lecture de ces histoires distrayantes, à l’intrigue prenante, qui font revivre avec bonheur la fin agitée de l’époque victorienne. Le lecteur ne manquera pas non plus d’apprécier la reliure soignée de ces volumes et la qualité des reproductions d’illustrations originales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Huguet, « George Gissing, Collected Short Stories (in three volumes), ed. Pierre Coustillas, with the Assistance of Barbara Rawlinson and Hélène Coustillas », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://cve.revues.org/1277

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org