Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing, Part II : 1888-1897 et The Heroic Life of George Gissing, Part III : 1897-1903

London, Pickering & Chatto, 2012. 363 p., 1 illustration. ISBN : 9781848931732 / London, Pickering & Chatto, 2012. 373 p., 1 illustration. ISBN : 9781848931756
Christine Huguet
Référence(s) :

Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing, Part III : 1897-1903, London, Pickering & Chatto, 2012. 373 p., 1 illustration. ISBN : 9781848931756.

Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing, Part II : 1888–1897, London, Pickering & Chatto, 2012. 363 p., 1 illustration. ISBN : 9781848931732.

Texte intégral

1Nous l’avons clairement laissé entendre dans le compte rendu du premier volet de cette biographie de George Gissing, chaque nouvel ouvrage signé Pierre Coustillas suscite immanquablement chez le lecteur la même réaction, d’étonnement qu’un tel tour de force soit possible, et de respect devant la qualité du travail proposé. On peut en effet affirmer en toute objectivité que les nombreuses publications de celui qui se charge par ailleurs, et ce depuis 1969, de la rédaction en chef du Gissing Newsletter devenu Gissing Journal en 1991, présentent toutes ces deux points en commun : d’une part, elles mériteraient de se voir ajouter en titre, lorsque cela n’a pas déjà été fait par l’éditeur, l’épithète « definitive » ; d’autre part, elles sont, pour la plupart, d’une taille et d’une ampleur hors du commun. Ceux qui connaissent bien notre collègue, doyen mondial des études gissingiennes, savent qu’il n’est pas homme à reculer devant les tâches monumentales, entraînant dans son sillage son épouse Hélène, secrétaire éminemment fiable et relectrice attentive d’épreuves envers qui les éditeurs anglais et américains avec qui Coustillas travaille, ont une sérieuse dette de reconnaissance. Traducteur averti des œuvres de Gissing (mais aussi de Conrad et Kipling, pour ne citer qu’eux), Pierre Coustillas est un grand collectionneur gissingien mais aussi un bibliographe de talent : son George Gissing. The Definitive Bibliography est un incontournable ouvrage de plus de 600 pages. Il est par ailleurs, est-il besoin de le rappeler, l’auteur de multiples éditions critiques : des journaux et autres écrits personnels de Gissing, de ses lettres (en neuf volumes), de ses romans (Victorian Secrets publiera prochainement une réédition fort attendue de Thyrza), mais aussi, depuis peu, de ses nouvelles (voir le compte rendu proposé dans ce même numéro des Cahiers). Avec la sortie en 2012 des deux derniers tomes de The Heroic Life of George Gissing, il revient donc à un victorianiste français de signer LA biographie de Gissing, un travail magistral, d’une rigueur scientifique absolue, de plus de 1 100 pages, l’aboutissement longtemps attendu de plusieurs décennies de recherche.

2L’ensemble est divisé en 26 chapitres répartis en six sections. Le tome I, composé des deux premières sections, « Hopes Destroyed » (couvrant les années 1857-1877) et « Hard Times » (1877-1888), examine les trois premières décennies de la vie de Gissing : une période sans nul doute inutilement douloureuse, en général assez bien connue, tant les rapports et le mariage désastreux entre Nell, prostituée alcoolique de Manchester, et le jeune George, orphelin de père et étudiant brillant aux idéaux un peu trop chevaleresques, mériteraient de remplir les pages d’un des romans à sensation dont l’époque avait le secret. Le second tome de cette biographie couvre presque entièrement les dernières années du siècle : nous suivons tout d’abord Gissing en voyage sur le Continent (en France puis en Italie), avant de le retrouver en Angleterre, d’Exeter à Epsom en passant par Londres et Brixton. La première section de ce second tome (numérotée III, pour faire suite au premier tome), logiquement intitulée « Respite », nous offre le récit des deux années et demie allant de septembre 1888 à février 1891 : une époque plus sereine de la courte vie de l’écrivain, racontée en trois chapitres, et qui précède, sans surprise s’agissant de Gissing, les six chapitres constituant « Work and Torment » (1891-1897). « Torment » : le mot pourra sembler excessif ; il n’en est rien. À peine rentré d’Italie et alors qu’il commençait à peine à goûter à une forme de succès, le jeune romancier renouvela l’erreur de préférer être mal accompagné que seul : une erreur librement consentie, car Gissing était convaincu que, dans son cas, satisfaction sexuelle et inspiration créatrice étaient intimement liées. « Masochism and Marriage », titre du premier chapitre de cette section, indique bien ce qui poussa l’artiste à se rendre dans un endroit comme le Oxford Music Hall pour y repérer quelqu’un comme Edith Underwood, « a twenty-three-year-old girl of humble origin » (seule sorte de compagne que Gissing croyait désormais mériter), à la courtiser et l’épouser. Le couple eut deux fils en dépit de difficultés matrimoniales indicibles. Avec le chapitre « Epsom : Separation from Edith », le second tome se conclut donc sur une note plus sombre qu’il n’avait commencé, bien que nous y voyions Gissing s’apprêter, comme à la fin du premier tome, à partir pour l’Italie, terre d’inspiration, et qu’il ait désormais à son actif un nombre remarquable de nouvelles mais aussi plusieurs chefs-d’œuvre dont New Grub Street (1891), Born in Exile (1892), The Odd Women (1893) ou encore The Whirlpool (1897). « Port after Stormy Seas » (1897-1903), la première des deux parties que comporte le troisième tome de cette biographie, couvre les sept années que Gissing avait encore à vivre : ses voyages ; la publication d’autres œuvres majeures comme The Crown of Life, The Private Papers of Henry Ryecroft ou encore ses écrits sur Charles Dickens ; ses amours avec Gabrielle Fleury, sa traductrice française ; le bonheur mitigé des dernières années en France, à ses côtés. Coustillas, comme à son habitude, nous offre davantage que ce que nous pourrions légitimement attendre de lui : « Épilogue », sixième et dernière partie de cette biographie, fait en deux chapitres l’historique de la réception de l’œuvre de Gissing, depuis sa mort en décembre 1903 jusqu’à l’année du centenaire de sa mort : des pages qui sont désormais l’indispensable point de départ de toute recherche et qui seraient en mesure de constituer, si Coustillas le jugeait bon, un beau prélude à la publication d’une bibliographie secondaire.

3Au détour de ces copieux volumes, c’est l’Angleterre des dernières décennies de l’ère victorienne que ressuscite le biographe de façon convaincante. Ces pages abritent en effet une vaste fresque historico-culturelle où texte et contexte sont étudiés conjointement, avec rigueur et minutie. On appréciera tout particulièrement le trésor de connaissances que Coustillas partage avec son lecteur : on découvre ainsi les pratiques des maisons d’édition en cette fin de siècle (voir par exemple II. 129 sur la rivalité entre Heinemann et Tauchnitz, II. 132 sur les choix éditoriaux de Bullen, ou encore II. 163 sur le rôle nouveau des agents littéraires) ; on glane des renseignements biographiques intéressants sur plusieurs auteurs contemporains, qu’ils soient aujourd’hui oubliés (W. E. Norris : II. 292) ou non (le « Grand Old Man », Meredith, dont Gissing avait deviné la fausse modestie : II. 247).

4Chacune des grandes étapes biographiques mises en évidence au fil des pages permet à Pierre Coustillas d’associer la vie et l’œuvre de Gissing, mais aussi de s’intéresser de très près aux questions de réception. Parallèlement au tour d’horizon, d’une densité appréciable, des comptes rendus des premières éditions des romans, les volumes II et III de cette biographie contiennent une foule de données concernant la diffusion des œuvres de Gissing outre-Atlantique et en Europe (la France, où il mourut, occupe une place particulière dans ces volumes). Autre point fort du travail de Pierre Coustillas : si cette biographie prouve de façon formelle le bien-fondé d’impressions que le non-initié aura pu former à la lecture des romans (comment, par exemple, ne pas deviner que l’auteur était un érudit féru de culture classique et un linguiste attentif), elle a également le mérite d’offrir de nouvelles perspectives de travail, de pointer aux chercheurs à venir des voies largement inexplorées (par exemple, l’intérêt de Gissing pour la poésie ou les arts visuels).

5À ce stade, difficile de ne pas proposer quelques remarques sur ce que l’auteur de ce compte rendu, étudiante de Pierre Coustillas au cours d’un autre siècle, aimerait nommer « the Coustillas touch » : un phrasé vif, malicieux, saupoudré de litotes et d’images savoureuses dont nous autres, étudiants lillois, nous empressions de noter les meilleurs spécimens en marge de nos feuillets de cours. Cette biographie comporte un certain nombre de ces formules ; en voici une seule, à propos d’une série de sonnets composés par l’obscur poète français, René Sully-Prudhomme : « they now strike us as clever literary exercises, not overladen with thought, and still less with emotions » (III. 70). Phénomène également très coustillasien : les épigraphes en tête de chacun des 26 chapitres. Pour évoquer l’échec du second mariage de Gissing, Montherlant est par exemple convoqué : « Le mariage est un enfer s’il y a chambre commune ; chambres distinctes, il n’est plus que le purgatoire ; sans cohabitation (en se rencontrant deux fois par semaine), il serait peut-être le paradis » (brillante trouvaille de la part de Pierre Coustillas, puisque le dernier cas de figure évoqué, l’absence de cohabitation, est très sérieusement envisagé par le héros de In the Year of Jubilee). Dans The Heroic Life of George Gissing on reconnaît aussi, en filigrane, tous les idéaux du biographe : les virulentes envolées, les vibrants élans d’enthousiasme que l’on trouve ici et là n’auraient sans doute pas déplu à Gissing, quoique le biographe ait souvent le verbe plus vif que ne l’avait le sujet de son étude. Tous deux détestent pareillement la médiocrité sous toutes ses formes, les fanfaronnades militaristes et la soumission dégradante aux croyances religieuses.

6Pour conclure, nous voudrions redire nos regrets que Pickering & Chatto n’aient pas jugé bon de mettre le remarquable travail de notre collègue davantage en valeur : aucun des portraits, photos, lettres manuscrites et autres documents précieux qui dorment dans la collection Coustillas n’a été ici reproduit. Quant au contenu de l’index, qui a été délibérément restreint par l’éditeur alors que, par exemple, pas moins de huit feuilles blanches viennent défigurer la fin du second volume, il ne reflète pas complètement l’immense labeur qui a permis la rédaction de cette biographie.

7Quoi qu’il en soit, Gissing n’aurait probablement rien regretté, lui qui aimait lire des biographies : « G. himself was a great reader of biographies, from childhood to the last, enjoyed them vastly », se souviendra Gabrielle Fleury. Mais il posait ses conditions : « Remarked once, at Ispoure,… that, often, when reading biographies written by ordinary people, one is struck by extraordinary omissions, want of explaining certain things which remain therefore incomprehensible, & those, being always things of everyday life interest, which the careless writer overlooked » (The Collected Letters of George Gissing, IX. 285). Il n’aurait pas classé dans cette catégorie le portrait chaleureux, intense, que Coustillas nous offre aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Huguet, « Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing, Part II : 1888-1897 et The Heroic Life of George Gissing, Part III : 1897-1903 », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/1281

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org