Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Stephen Kite, Building Ruskin’s Italy. Watching Architecture

Farnham, Ashgate, 2012. 218 p. ISBN : 978-1409437963
Fabienne Gaspari
Référence(s) :

Stephen Kite, Building Ruskin’s Italy. Watching Architecture, Farnham, Ashgate, 2012. 218 p. ISBN : 978-1409437963

Texte intégral

1Partant d’une citation de Robert de la Sizeranne envisageant John Ruskin comme un interprète de l’architecture médiévale errant ou vagabond, Stephen Kite propose un parcours chronologique extrêmement dense des voyages du critique d’art victorien en relation avec ses archives écrites et visuelles, carnets et journaux d’une part, croquis et dessins d’autre part. Il ne le limite pas à Venise et l’élargit à d’autres sites visités par Ruskin tels Vérone, Lucques, Pise, Florence, Milan et Monza. L’analyse de ce matériau met en lumière les travaux complexes de Ruskin sur l’architecture italienne, fondés sur des méthodologies diverses que Kite définit comme une approche « hybride » et dont il s’emploie à révéler les interactions : celle de l’architecte, celle de l’artiste, celle de l’écrivain et, enfin, celle du scientifique ou naturaliste. Ces méthodologies se trouvent réunies dans une approche plus globale, fondée sur des dimensions tactiles, émotionnelles, sans pour autant que la dimension éthique, si souvent soulignée par la critique ruskinienne, soit laissée de côté. Si les études critiques au sujet de Ruskin et de l’architecture sont nombreuses (Kite s’appuie d’ailleurs sur les travaux menés par ses prédécesseurs — entre autres, S. Bann, J. B. Bullen, E. Helsinger, R. Hewison, P. Walton, S. Wildman), cet ouvrage introduit une perspective nouvelle, reconstruisant l’évolution et la diversité de la contemplation des monuments italiens par Ruskin, contemplation ancrée dans une connaissance « incarnée » de l’architecture. Cette dimension phénoménologique est extrêmement pertinente et permet à Kite d’élaborer ses analyses les plus fertiles du matériau choisi ici (les archives) et, conjointement, de la nature du regard ruskinien.

2Le chapitre 1, « ‘Picturesque down to its door knockers’: an Italian Grand Tour », reconstruit les premiers pas sous l’influence de Turner (engagement émotionnel et sensoriel suscité par le vortex turnérien), des manuels de dessin de Prout (apprentissage de la minutie), jusqu’au voyage familial en Italie en 1840-41. Après la référence à un épisode fondateur, bien connu, de la découverte d’une Italie en image (le cadeau reçu par Ruskin pour ses treize ans, Italy de Rogers), Kite évoque Samuel Prout ainsi que la lecture de la Bible, pour retracer une éducation mêlant la lecture romantique, l’attention analytique et l’instruction religieuse. Ceci explique une lecture de l’architecture, considérée comme un langage ; Ruskin n’écrit-il pas dans The Stones of Venice : « Lastly, Read the sculpture » ? Il y a, comme les distingue E. Helsinger, le langage de la sculpture et de l’iconographie, celui du pittoresque, enfin un langage géologique contenu dans les pierres, lui-même vecteur d’un message théologique. La métaphore de la lecture permet d’envisager cet art comme une histoire, une chronique, le flux des événements humains se trouvant inscrit dans le marbre, lui-même devenu page et palimpseste. Rappelant la « méthode synecdotique » (J. B. Bullen) de Ruskin, Kite insiste sur la valeur du fragment : la minutie des détails relevée dans les dessins témoigne de cet « appétit visuel » décelé dès les premiers carnets (1832), de même que de l’ancrage temporel et physiologique de l’observateur.

3Dans le chapitre 2, « ‘Constant Watchfulness’: beginning the study of architecture (1841-1845) », il est montré de quelle façon Ruskin crée sa propre vision, abandonnant le simple filtre offert par Prout, Turner ainsi que David Roberts, enrichissant sa pratique de références à Harding, De Wint et Cox. Deux moments épiphaniques, relatés dans Praeterita, permettent cette évolution : le dessin de l’arbre dans la forêt de Fontainebleau (1842), la contemplation de San Michele à Lucques (1845). C’est alors un art expressif plutôt que mimétique, privilégiant le fait visuel et l’émotion qu’il suscite, que Ruskin privilégie. Travaillant sur les dessins mis en regard des notes, Kite souligne le lien entre l’haptique et le visuel. Son étude comparée des dessins délicats et soignés faits à domicile et de ceux que Ruskin a esquissés sur place, appuyé sur une colonne, où il saisit sur le vif les brèches et fissures, les jeux de lumière et d’ombre, est très intéressante, car elle atteste la nature phénoménologique du rapport à l’architecture. En 1845, la visite de Venise en compagnie du maître de dessin Harding suit les pas de Byron et de Shelley (exploration des ruines), mais constitue également une initiation au monde moderne, annonçant Henry James, Proust et le tourisme de masse. Ce voyage pose les fondements d’une méthodologie élaborée plus tard, à partir de 1849 : les études de façades, les mesures précises, les dessins à grande échelle articulés à une attention poussée au détail et, surtout, l’interaction entre le dessin et des notes prenant la forme d’ekphraseis.

4« Watching Byzantium » (1846-1850) souligne l’importance du voyage en Normandie avec Euphemia Gray en 1848, puis du séjour en 1849 à Milan et Monza, où l’étude des sculptures, avec son accent sur le détail, cherche à retrouver dans l’art lombard la force du primitivisme non seulement dans les formes, mais aussi dans les traces de la main et de l’esprit qui les ont sculptées. Les réflexions sur la complexité des interactions entre les parties d’une œuvre suscitent des commentaires sur l’hybridité, l’alliance d’éléments contraires. Le lien avec la passion pour la géologie, l’exploration de l’univers minéral des Alpes, est clairement établi dans ce chapitre : les pierres de Chamonix et celles de Venise se trouvent associées de par l’attention sensorielle et presque sensuelle prêtée à la beauté du matériau même et à l’évolution des formes architecturales comparées par Ruskin à des formes végétales.

5Dans un quatrième chapitre, « ‘Watchful wandering’: evolving a Gothic taxonomy », Venise, propice à une « contemplation ambulatoire » à pied dans les ruelles ou en gondole sur le Grand Canal, permet d’introduire ce labyrinthe que composent la terre et les eaux et conduit à « glaner des fragments ». Ruskin établit un lien permanent entre les lois régissant l’architecture et celles animant les nuages, les vagues : le vortex, la spirale, illustrent une pensée organique du flux. Il est également montré de quelle manière Ruskin utilise ces exemples vénitiens pour les opposer à l’Angleterre moderne et mécanisée et en quelque sorte « prêcher » en faveur de l’introduction des formes gothiques dans l’architecture anglaise. Kite évoque ici la tension entre le vagabondage et la contemplation recherchée, une errance orientée en quelque sorte vers la découverte d’un sens trouvé dans des fragments architecturaux. La nature du regard ruskinien, à la fois héritier du romantisme de Wordsworth avec son attention à la qualité des choses, leur singularité, et précurseur du spectateur moderne ou du voyageur de Henry James, constitue une partie essentielle des propos de Kite.

6Poursuivant sur le fragment, au cœur de l’esthétique ruskinienne et de la vision d’une nature divinisée, le chapitre intitulé « Cities of bits » en écho à un carnet de Ruskin portant le nom de « Bit Book » s’attache aux questions du fragment, de la couleur et de l’ornement. L’accent y est mis sur les notions d’assemblage et de collage, trouvées dans la composition même de certains dessins, mais aussi sur la capacité de synthèse, dans les écrits de Ruskin, d’observations multiples pour constituer des systèmes cohérents. Pour Lindsay Smith, Ruskin démontre une capacité à associer la partie et le tout, « botanise » et « infinitise » dans le même temps. Dans sa discussion de la couleur et de l’ornement dans l’esthétique ruskinienne, Kite revient sur l’idée que l’édifice ne devient un monument architectural que lorsqu’il est décoré : l’ornement serait alors central, faisant du bon architecte un peintre et un sculpteur. Or, la vision organique implique également une attention poussée aux jeux de lumière et d’ombre, à la sensation du mouvement rendu par la pierre sculptée (par exemple, Ruskin observe que les feuilles d’acanthe sculptées sur les colonnes semblent être soulevées par une brise).

7Quittant Venise, le dernier chapitre, « Stones of Verona », suit Ruskin à Vérone, ville d’Italie occupant pour le critique d’art une place tout aussi centrale que Venise. Il débute par un travail sur les dessins parcourus par des rythmes impulsifs et énergiques. Les difficultés personnelles vécues entre 1869 et 1872 (notamment la relation tourmentée avec Rose de La Touche) trouvent à s’exprimer dans le dessin, comme dans cette image du plus vieux pont de Vérone, laissant voir le déchaînement et la violence des forces naturelles. Ruskin accumule les croquis, « scrawls » ou « rags » selon lui, où il combine la force de l’expressivité et la qualité de la finition, l’amplitude topographique et la lecture myope des détails. Ceci laisse apparaître sa volonté, comme il l’écrivait déjà à son père en 1852, de dessiner Vérone pierre après pierre, comme pour absorber la ville entière, fragment par fragment ou, selon ses mots, pour la « manger ».

8Fondé sur une analyse des interactions entre l’écrit et l’image dans l’élaboration d’une pensée de l’architecture prenant sa source dans une relation concrète et incarnée, cet ouvrage foisonnant poursuit avec succès diverses orientations : la chronologie des voyages et découvertes dessine un parcours géographique en Italie et sert de fil conducteur à une réflexion sur une esthétique, que prolongent de très belles ekphraseis des dessins de Ruskin (mises en regard de reproductions, elles aussi très belles). Cette réflexion reprend les analyses sur le fragment d’autres critiques et développe l’idée d’une approche phénoménologique de l’architecture, tout particulièrement pertinente et très riche, car elle illustre cette « reconfiguration » radicale du regard analysée par J. Crary (cité dans cet ouvrage) et enracine les écrits et les dessins dans une expérience sensorielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Gaspari, « Stephen Kite, Building Ruskin’s Italy. Watching Architecture », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1288

Haut de page

Auteur

Fabienne Gaspari

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org