Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jenny Hartley, ed. The Selected Letters of Charles Dickens

Oxford, Oxford University Press, 2012. 584 p. ISBN : 978-0199591411
Nathalie Vanfasse
Référence(s) :

Jenny Hartley, ed. The Selected Letters of Charles Dickens. Oxford, Oxford University Press, 2012. 584 p. ISBN : 978-0199591411

Texte intégral

1Ce passionnant recueil de correspondance de Dickens vient compléter l’édition de référence des lettres de Charles Dickens à savoir La British Academy Pilgrim Edition (1965-2002). Cette dernière, tout en étant remarquable, a cependant l’inconvénient de répertorier 14 000 lettres en 12 volumes (sous forme papier ou électronique) et d’être si coûteuse que seules les bibliothèques ont les moyens de l’acquérir. Il existe également d’autres éditions plus courtes et semblables à celles de Jenny Hartley, comme celle éditée par sa fille aînée Mamie Dickens et Georgina Hogarth sa belle-sœur en 1880-1882, ainsi que de nombreuses éditions subséquentes publiées par des proches et des amis de Dickens ou bien par des critiques et portant soit sur l’ensemble de la vie de Dickens, soit sur sa correspondance avec des personnes ou des personnalités données. L’inconvénient de ces éditions est qu’elles sont, pour la plupart, antérieures à la Pilgrim Edition qui s’est d’ailleurs servie de ces volumes. Le volume de Jenny Hartley présente l’avantage de se baser sur l’édition complète de la correspondance de Dickens dont elle offre une sélection plus compacte, mais judicieuse et tout à fait fascinante, qui donne envie de découvrir les autres lettres de Dickens. Entrer dans la correspondance de Dickens par le biais des Selected Letters c’est pénétrer dans un univers captivant et encore riche de promesses pour les chercheurs, malgré la publication d’une édition supposée « définitive », celle des Pilgrim Letters. Depuis la publication du dernier volume de la collection Pilgrim en 2002, d’autres lettres ont en effet été découvertes, dont certaines sont des versions plus complètes de celles que l’on connaissait et d’autres des courriers complètement inédits comme cette lettre découverte en 2012 par un habitant des Cotswolds qui, en faisant son ménage de printemps, ouvrit par hasard une vieille bible qui lui avait été donnée par un voisin âgé et en vit, à sa très grande surprise, tomber une missive signée de la main de Dickens. Cette lettre de Dickens à son avocat, Frederic Ouvry, concernait son épouse, Catherine, dont il cherchait à se séparer. Elle envisage les conditions financières de cette séparation et exprime toute la rancœur de Dickens vis-à-vis de Catherine Hogarth1. L’édition de la correspondance de Dickens s’avère donc un travail en constante évolution. Cet écrivain si prolifique entretint une correspondance abondante et variée avec de nombreux destinataires tout au long de sa vie et ses lettres apportent un éclairage précieux à son œuvre. Les lettres elles-mêmes, en tant que corpus, sont toujours en devenir, et le développement des humanités numériques s’avère très utile à la prise en compte du caractère évolutif de ce corpus. La même année de la publication du dernier volume des Pilgrim Letters, il fut en effet décidé que les versions corrigées ou plus complètes de lettres existantes ou des informations complémentaires les concernant ou encore des lettres inédites découvertes depuis 2002 paraîtraient dans des suppléments au journal le Dickensian. Une équipe éditoriale fut même mandatée pour se charger spécifiquement de cette tâche2. Toutefois, les matériaux récoltés s’avérèrent vite si abondants que le supplément ne suffisait plus à les contenir. Il fut donc décidé que seules les découvertes majeures seraient publiées dans le supplément et que les corrections ou ajouts mineurs seraient mis en ligne sur le site du Dickens Fellowship. L’édition de la correspondance de Dickens est donc loin d’être terminée et l’ouvrage de Jenny Hartley offre un exemple de ce travail en devenir. Le volume donne un aperçu du nombre de lettres écrites par Dickens et de ses innombrables correspondants. Il permet aussi de se faire une idée d’un écrivain et d’un homme aux multiples visages : romancier mais aussi écrivain de voyage, journaliste et éditeur des journaux, ami, amant, époux et père de famille. Le lecteur a même l’impression de découvrir des faces cachées de Dickens dont les traces auraient pu être détruites par l’écrivain lui-même car, comme le fait remarquer Jenny Hartley dans sa préface, Dickens brûla de nombreuses lettres vers la fin de sa vie (viii) et ses proches firent de même, tantôt délibérément et tantôt par accident (de nombreuses lettres disparurent dans des incendies). Jenny Hartley souligne que son objectif en offrant une sélection de lettres puisées dans la Pilgrim Edition était de donner au lecteur une idée de Dickens épistolier mais aussi de l’étendue des questions qu’il traite à travers ce genre littéraire. Elle a privilégié dans sa sélection les lettres qui traitent de la fiction de Dickens, de l’écriture de ses romans et des conditions matérielles de leur production. Les lettres retracent ainsi la rédaction de plusieurs romans et elles offrent un éclairage inédit sur le processus de création de ces œuvres. Elles montrent aussi les différents masques adoptés par Dickens dans ses lettres et la manière dont il se mettait en scène. La composante théâtrale n’est jamais loin et la passion de Dickens pour la dramaturgie et la scénographie se retrouve dans sa correspondance. Jenny Hartley souligne que Dickens dans ses lettres se passionne pour l’écriture même de ses correspondants et pas seulement pour le contenu de leurs lettres. Les lettres retenues dans ce livre traitent aussi de sujets variés autres que la fiction et allant des voyages de Dickens, à des considérations de justice sociale, en passant par la Grande Exposition de 1851, sans oublier des questions plus triviales et divertissantes, comme la mode, ou plus personnelles comme les anniversaires d’enfants. La sélection faite par Jenny Hartley est parfaite tout comme sa préface remarquable qui plonge le lecteur à la fois dans la correspondance de Dickens et dans l’histoire fascinante de cette correspondance et des éditions successives dont elle a fait l’objet. Ce livre est à lire absolument car il fait découvrir au lecteur des facettes moins connues de Dickens, facettes qui éclairent son œuvre de journaliste, sa fiction et ses récits de voyage.

Haut de page

Notes

1 Anecdote relatée dans le Telegraph du 1er septembre 2012.

2 Informations données sur le site du Dickens Fellowship (http://www.dickensfellowship.org/)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Vanfasse, « Jenny Hartley, ed. The Selected Letters of Charles Dickens », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1292

Haut de page

Auteur

Nathalie Vanfasse

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org