Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joanny Moulin, Victoria. Reine d’un siècle. Biographie

Paris, Flammarion, 2011, 571 p. ISBN : 978-2081228818
Richard Tholoniat
Référence(s) :

Joanny Moulin, Victoria. Reine d’un siècle. Biographie, Paris, Flammarion, 2011, 571 p. ISBN : 978-2081228818

Texte intégral

1Le volumineux ouvrage de Joanny Moulin, Victoria. Reine d’un siècle. Biographie, s’appuie sur une abondante bibliographie… où auraient pu figurer Victorian Studies et les Cahiers victoriens et édouardiens.

2En écrivant une biographie linéaire, à l’anglaise, l’auteur prenait le risque de suffoquer le lecteur sous une avalanche de noms, dates, faits, surtout s’agissant de la vie de la reine Victoria dont le règne détient encore pour quelques années le record de longévité de l’histoire britannique.

3Disons d’emblée que l’auteur aurait pu faire plus court en omettant de mentionner certains personnages tout à fait secondaires : dès les premiers chapitres, malgré les arbres généalogiques utiles des pages 562-63, le lecteur a du mal à débrouiller le fil des alliances matrimoniales. Auraient pu être supprimées des remarques destinées à induire un effet de réel, celles marquées d’une scientificité discutable (« l’eau servant de conducteur dans le circuit électrique » [240]) ou de passages involontairement comiques : comment des soldats « les poitrines enfoncées par des boulets » peuvent-ils exprimer une « indomptable noblesse » (308) ? Avouons préférer l’éructation scatologique de Cambronne au flegmatiquement bizarre « bougrement improbable » de l’officier anglais sommé de se rendre par les Afghans (180). Le jeu de mot d’Albert sur Lord Palmerston (Lord Pilgerstein) en apprend moins sur la personnalité « abrasive » du Premier ministre que son surnom de Lord Pumice stone (pierre ponce). Par ailleurs, Palmerston ne peut guère être qualifié de « francophile » (229). Enfin une relecture attentive aurait pu éliminer coquilles typographiques, graphies fautives concernant les toponymes britanniques ou étrangers.

4Mais, sur le fond, Joanny Moulin réussit son défi de rendre la complexité du personnage, complexité qu’il a bien résumée en page 8 : la femme, l’épouse, la mère, la chef de gouvernement avait ses côtés lumineux et sombres. Par des chapitres courts et bien narrés, il maintient l’intérêt tout au long des années.

5En particulier, le lecteur est frappé par la vulnérabilité sanitaire et sécuritaire de la première famille du royaume : maladies fréquentes, médecins impuissants, tentatives d’attentats récurrentes. Il nous fait mieux comprendre les relations contrastées de la Reine avec ses enfants, ses proches, ses Premiers ministres, avec l’Écosse et l’Irlande. On appréciera le balancement entre francophilie et germanophilie et la façon dont les réseaux dynastiques se sont mis en place en Europe, contribuant indirectement au déclenchement de la première guerre mondiale.

6On voit bien le pouvoir dont le monarque disposait alors : refuser la proposition d’un Premier ministre (Peel, en 1839), marquer ouvertement ses désaccords avec un autre (Gladstone), donner un rôle important au Prince Consort ou accepter que Disraeli travaille « l’image » de sa « fée ».

7Joanny Moulin refuse, avec raison, toute approche téléologique de son sujet mais une postface aurait été bienvenue. D’un jubilé à un autre : Victoria. Reine d’un siècle apprend beaucoup sur le retour en grâce de la monarchie britannique au xixe siècle et sur la consolidation de l’institution. On ne se refusera pas de prolonger le plaisir de la découverte de l’époque victorienne et de sa souveraine, procuré par Joanny Moulin, en établissant des parallélismes éclairants entre la présente reine et sa trisaïeule par la lecture d’Elizabeth II. Une vie, un règne, La Table ronde, 2012, par Marc Roche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Tholoniat, « Joanny Moulin, Victoria. Reine d’un siècle. Biographie », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/1318

Haut de page

Auteur

Richard Tholoniat

Université du Mans

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org