Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sébastien Scarpa, Algernon Charles Swinburne et les enjeux post-romantiques de la création et Denis Bonnecase et Sébastien Scarpa, éds., Tombeau pour Swinburne

Paris, Houdiard, 2013, 378 p. ISBN : 978-2-356-92-095-9 / Croissy-Beaubourg : Aden, 2009, 511 p. ISBN : 978-2-848-40-053-2
Bénédicte Coste
Référence(s) :

Sébastien Scarpa, Algernon Charles Swinburne et les enjeux post-romantiques de la création, Paris, Houdiard, 2013, 378 p. ISBN : 978-2-356-92-095-9

Denis Bonnecase et Sébastien Scarpa, éds., Tombeau pour Swinburne, Croissy-Beaubourg : Aden, 2009, 511 p. ISBN : 978-2-848-40-053-2

Texte intégral

1Swinburne, qui a passionnément aimé la France et sa littérature, occupe dans les études universitaires de langue française une place marginale : il faut donc saluer les deux ouvrages visant à en élargir le lectorat et à stimuler la recherche. Le premier est une monographie ; le second est un volume collectif comportant 12 articles rédigés par des romanticistes, des victorianistes et spécialistes de poésie, ainsi que des traductions inédites de poèmes (P. Aquien, B.-J. Ramadier, D. Bonnecase, S. Scarpa), d’extraits de textes en prose dont l’article de 1862 consacré à Baudelaire (P. Morère), le William Blake (1868, D. Bonnecase), et les « Notes sur les vieux maîtres florentins » (1869, P. Morère) qui ont eu une influence marquante sur l’esthétisme britannique.

2Les articles du Tombeau couvrent tous les écrits de Swinburne (dont ses lettres), s’intéressent à ses amitiés (avec les Rossetti, S. Solomon, Whistler), à la réception de ses textes à l’époque victorienne, à son art du scandale et de la provocation doublé de son rejet du christianisme, à ses influences — surtout françaises — mais on lira avec intérêt l’article de P. Morère sur la lecture des écrivains du xviiie siècle par Swinburne qui privilégie les auteurs à la fois institutionnellement reconnus et rebelles ou oubliés. B. Brugière se livre quant à lui à une étude précise et soutenue des rapports personnels, épistolaires et littéraires de Swinburne avec Hugo, véritable père symbolique reconnu comme tel. Aristocrate devenu républicain et contempteur du second Empire, Hugo partage avec son cadet en la matière un engagement politique et social, un questionnement éthique et métaphysique — voir A Study of Victor Hugo (1886) — en dépit du nationalisme tardif de Swinburne. Les poèmes de Swinburne consacrés à Hugo sont empreints de déférence et de vénération, et les deux auteurs partagent un amour passionné de l’océan. Comme le montre la lecture de « Hertha » de Swinburne et du « Satyre » d’Hugo, les deux poètes partent du « rejet d’un dieu personnel et créateur au profit d’une divinité humaniste » (374), âme du monde ou force vitale. Swinburne est « un poète pour qui le monde extérieur existe » (390).

3Les articles consacrés à sa poésie, au symbolisme marin et maternel swinburnien s’appuient sur une psychanalyse lacanienne qui n’est jamais instrumentalisée en grille interprétative. S. Scarpa montre ainsi l’existence d’un « plaisir de vivre » (58) opposé à la pulsion de mort ; C. La Cassagnère explore le « drame scopique » (244) manifeste dans « Vintimille » (1883) qui recouvre un fantasme déjà déployé à travers Atalanta in Calydon (1865) dont il fait une lecture exemplaire et inspirée, soulignant le déploiement textuel de la jouissance de l’Autre maternel en révisant astucieusement le caractère « diffus » (« diffuse ») prêté à la poésie swinburnienne par un moderniste.

4Tout aussi inspirée est l’analyse de D. Bonnecase qui voit dans Atalanta in Calydon une « évocation, étonnamment complexe et étonnamment moderne, pour l’époque, de la condition de l’homme » (129). Cette tragédie post-romantique oppose à l’emprise du divin sur l’homme le don de la parole sous une double modalité : la parole poétique qui représente mais reste muette, et celle qui exprime en ses rythmes et ses sonorités, la souffrance et la vérité du poète en l’homme. La grandeur de l’homme est dans sa parole comme « chant de révolte libérant la danse des mots » (164).

5C. Bertonèche étudie l’héritage des poètes romantiques chez Swinburne. S’intéressant à l’investissement poétique de la mer, à l’image de la femme et du serpent dans les deux recueils Poems and Ballads, J.-M. Fournier retrace l’évolution de la poétique de Swinburne « depuis le romantisme chatoyant et volontiers naïf de ses premiers textes jusqu’au nihilisme d’un univers sans dieu ni maître, au symbolisme grinçant et fin de siècle » (124-5). Le poète et le lecteur sont noyés dans des flocons d’écume, « des flocons de matérialité sonore » que disperse l’« esthétique du non-sens, ou du beau son » (125). La question de l’immanence sous-jacente à cette analyse est également reprise par S. Scarpa et C. Roncato qui étudient l’effritement du sens dans Songs of the Springtides (1880) et la musicalité phonique de l’écriture swinburnienne. L’omniprésence de l’intertextualité, le vacillement du signifié, l’ouverture au monde sensible, le chant « dépassant le moi » (272), feraient des poèmes swinburniens de parfaits exemples de poésie moderniste, n’eût été le respect — la maîtrise — de la versification de leur auteur.

6Comme C. Roncato qui voit en Swinburne un auteur de transition annonçant Ezra Pound, C. Ribeyrol analysant l’hellénisme de Swinburne dans le contexte de « l’hellénomanie » victorienne (62), ou souvent contre cette dernière, souligne que sa Grèce « sensuelle et dionysiaque » (84), « entre les cimes de l’Olympe et les profondeurs chthoniennes » (63) annonce « les désirs d’altérité » des anthropologues et des auteurs modernistes (84). À partir d’une lecture de « Thalassius », M. Porée s’intéresse à la « mythologie de l’enfant et [de l’]enfance de l’art » (88), à travers les (mauvais) poèmes swinburniens sur les enfants pour conclure au dédoublement du poète entre le décadent et le pré-civilisé amoureux du vent et de la mer.

7La lecture queer de Lesbia Brandon par P. Aquien conclut son excellente synthèse de l’histoire de la rédaction de ce roman inachevé, censuré, et publié seulement en 1952. Pour mutilé qu’il soit, ce roman complexe rend avant tout hommage aux livres et aux sources littéraires (Sade et Balzac) de Swinburne, révise la si victorienne pathographie, tandis que les scènes de fustigation — évocatrices du « sadisme anglais » — relèvent du genre littéraire mineur de la littérature de flagellation. Selon P. Aquien, Lesbia Brandon est surtout un roman annonciateur de la modernité par son indétermination générique et signifiante, son questionnement des limites ; traversé par l’inversion des normes de genre, la réversibilité érotique, voire l’incestualité, il est d’une grande cohérence stylistique.

8Si la critique d’art swinburnienne aurait mérité ici de plus amples études, C. Ribeyrol étudie cependant les rapports de Swinburne aux peintres qui furent ses contemporains : D. G. Rossetti, Whistler, S. Solomon, E. Burne-Jones. À l’exception de Burne-Jones avec lequel les rapports seront amicaux et constants, Swinburne, qui a dédié des poèmes en réponse aux œuvres picturales, finit par se brouiller avec leurs auteurs, voire à les combattre littérairement, sonnant le glas de la « correspondance, de l’ut pictura poesis » dans le cas de Rossetti, puis de la fin de la « synthèse des arts qui rendait hommage au rituel de la pratique artistique, à la religion de l’art » (351) avec Whistler.

9Ce Tombeau est donc centré sur les « textes de jouissance » swinburniens (14) et sur leur « texture phonique serrée à l’extrême » (386). Certaines notes ou références auraient sans doute été bienvenues, tout comme il serait fructueux de s’intéresser au mode de publication adopté par Swinburne, voire de le confronter à ses contemporains en poésie, mais rares sont les éditeurs qui offrent, comme c’est le cas ici, de substantiels ouvrages qui marquent la cristallisation d’une réflexion collective sur un auteur, et donc, font date.

10Dans sa monographie, S. Scarpa revient sur la thèse selon laquelle le Swinburne des Poems and Ballads First Series (1865) et des Songs before Sunrise (1871) aurait lentement décliné pour finir par célébrer les bébés dans une poésie par trop « diffuse ». En explorant les sources et les thématiques de la poésie swinburnienne (Blake, Shelley, les poètes romantiques, la Grèce, le Moyen Âge, la nature, la mer) définie comme néo-romantique, dans un premier temps, puis en montrant comment les bouleversements scientifiques et intellectuels avaient sapé le projet idéaliste des romantiques, au point de laisser Swinburne devant la dépression, la mélancolie et le nihilisme avant qu’il n’embrasse un mode d’être-au-monde caractérisé par un matérialisme, une immanence radicale, une sérénité stoïque, un véritable vitalisme du corps et de la vie, des émotions traduit ou plutôt exprimé dans une poésie « d’une absolue modernité ». À travers des références soutenues et bienvenues à la philosophie, à la phénoménologie heideggerienne, à la psychanalyse lacanienne, ou aux thèses deleuziennes qui éclairent autant qu’elles sont éclairées par d’excellentes et précises microlectures poétiques, S. Scarpa étudie la quasi-intégralité du corpus swinburnien pour le montrer traversé, refendu par un contre-romantisme matérialiste et immanentiste, dans lequel se déploie l’acceptation par Swinburne du mal, de la violence, mais également une « déromantisation du désir » désarrimé du grand Autre au profit des plaisirs hédonistes du corps, de son affirmation de la vie, son vitalisme, et son hédonisme libertaire qui culmine dans sa version du surhomme nietszchéen privilégiant les émotions et la corporéité, et s’exprimant comme une « véritable pensée de l’existence capable de prendre en compte la source immanente de l’énergie vivante » (185). De cette pensée, « A Nympholept » est le témoignage exemplaire.

11Loin de la position victimaire du reclus de Putney où l’a embaumé l’hagiographie, Swinburne propose une véritable éthique du vivre dans un monde soumis à la temporalité et à la finitude. Et si sa poésie apparaît dérivée, tissée d’hypotextes et de citations ou d’allusions témoignant de la prodigieuse érudition de l’auteur, ou volontiers parodique, pastichant habilement les uns et les autres, il ne s’agit pas de repli sur soi de la part de Swinburne, mais d’une « recourbure » du langage qui infléchit la littérature vers l’auto-référentialité, et qui célèbre la profusion signifiante qui n’a plus pour fonction d’être ouverture vers la transcendance mais accueil et recueil des émotions du corps vivant, frissonnant. À l’inverse d’un Mallarmé cherchant à sauver l’idéalisme romantique au point du silence de la langue et de l’abolition du sens — et le contraste est habilement mené — Swinburne choisit la musicalité des signifiants heurtés, choqués, répétés, diffractés en rythmes maîtrisés, visant à susciter l’émotion du lecteur. Les Modernistes reconnaîtront confusément leur dette envers un poète qui a patiemment et brillamment aboli la rhétorique idéaliste héritée du romantisme et qui fut un témoin engagé des bouleversements intellectuels, individuels et collectifs, de la seconde moitié du xixe siècle que des références à d’autres essayistes que J. Hillis Miller permettraient sans doute de mieux saisir.

12Swinburne le scandaleux a aussi créé une « esthétique absolutisant l’œuvre en tant qu’objet mais toujours à des fins profondément éthiques. » (298) L’œuvre de cet auteur de transition « nous rend… la vie possible. » (302)

13Il s’agit bien à travers cette analyse soutenue et d’une grande tenue littéraire de la poétique swinburnienne d’une véritable thèse sur un auteur trop longtemps célébré pour de mauvaises raisons et dont on ne peut que souhaiter qu’il trouve sa place réelle au sein des études victoriennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Sébastien Scarpa, Algernon Charles Swinburne et les enjeux post-romantiques de la création et Denis Bonnecase et Sébastien Scarpa, éds., Tombeau pour Swinburne », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 79 Printemps | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1326

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org