Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rachel Dickinson and Keith Hanley, Ruskin’s Struggle for Coherence : Self-representation through Art, Place and Society

Françoise Boucher-Rivalain
p. 202-204
Référence(s) :

Rachel Dickinson and Keith Hanley, Ruskin’s Struggle for Coherence : Self-representation through Art, Place and Society, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2008.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans le sillage des recherches portant sur l’œuvre gigantesque de John Ruskin (1819-1900), particulièrement fructueuses ces dernières années. Suite à la vague d’admiration ressentie par Proust et ses contemporains qui donna lieu à de nombreuses traductions en français, par Robert de La Sizeranne et Émile Cammaerts, succédèrent de longues décennies durant lesquelles l’intérêt porté à l’œuvre du prophète victorien fut moindre. Le regain d’intérêt depuis les années 1970 a donné lieu récemment à de nombreux colloques et publications non seulement en Grande-Bretagne, mais également en France : citons parmi les plus récents les conférences organisées par l’École du Louvre et publiées sous le titre Relire Ruskin (ENSBA, 2003), ainsi que le colloque international « Postérité de Ruskin » organisé à l’université de Lille III en juin 2009.

2Les essais rassemblés sous le titre Ruskin’s Struggle for Coherence par Rachel Dickinson, attachée au Ruskin Centre à l’Université de Lancaster dirigé par Keith Hanley, et Keith Hanley lui-même, se fixent un objectif particulièrement ambitieux puisqu’ils se proposent d’analyser les manifestations textuelles de l’absence de cohérence caractéristique de la pensée de Ruskin, accompagnée des efforts de l’auteur pour y remédier afin de laisser transparaître la cohérence des arguments indispensable pour convaincre ses lecteurs. Ruskin, on le sait, s’était très tôt fixé comme objectif de remplir la mission d’un prophète, d’un visionnaire dont la perception de l’époque victorienne était empreinte d’une profonde amertume. Dès ses premiers écrits, il exprima sa nostalgie pour le passé, voyant dans l’art médiéval le modèle de la création artistique, modèle qui seul pourrait sauver de sa déchéance l’Angleterre victorienne. Le discours critique, expressif du déchirement de Ruskin, pris entre nostalgie pour l’époque médiévale et rejet de la modernité, fait apparaître de fortes incohérences qu’analysent les auteurs des articles présentés dans cet ouvrage. Conscient de ses propres contradictions, Ruskin tente moins de les masquer que de les mettre en évidence afin d’en faire la spécificité de son discours, la caractéristique de son écriture :

  • 1 The Works of John Ruskin, eds. E.T. Cook and A. Wedderburn, 39 vols., London, George Allen, 1903-19 (...)

Perhaps some of my hearers this evening may occasionally have heard it stated of me that I am apt to contradict myself. I hope I am exceedingly apt to do so. I never met with a question yet, of any importance, which did not meet, for the right solution of it, at least one positive and one negative answer, like an equation of the second degree. Mostly, matters of any consequence are three-sided, or four-sided, or polygonal [...]. For myself, I am never satisfied that I have handled a subject properly till I have contradicted myself at least three times.1

3Dans les dix essais présentés, les auteurs s’attachent à analyser la manière dont Ruskin tente de percer le mystère de la création artistique notamment dans la peinture dans les cinq volumes de Modern Painters par l’intermédiaire desquels il commença à faire autorité comme critique d’art. L’article de Tony Tanner, « Ruskin and the Sea », décrypte les raisons de l’admiration sans bornes de Ruskin pour les tableaux de Turner. Celui de Francis O’Gorman, « Ruskin’s Mountain Gloom », met en lumière la perception de Ruskin du paysage alpin comme l’incarnation du sublime (Modern Painters, vols. 1-3), vision qui fait place au fil des ans à de multiples interrogations qui ne trouvèrent aucune réponse sur l’esthétique du paysage. Clive Wilmer dans « Ruskin and the Sense of an Ending : Apocalypse and Literary Form » souscrit entièrement à la thèse de Clive Wilmer quant aux questionnements de Ruskin restés sans réponse. Les effets du temps qui passe sur l’architecture sont une autre manifestation de la quête identitaire poursuivie inlassablement par Ruskin : tout objet, tout sujet évoqué dans ses textes devient un outil d’exploration du Moi, « Ruskin’s fight for continuing self-representation », comme le dit Hanley dans son introduction. Robert Hewison dans « Sex and the City-Death in Venice : an Argument about Ruskinian Myth » lit dans The Stones of Venice une biographie de Ruskin lui-même, précédant Praeterita de quelques vingt ans, et bien sûr dans un tout autre style, autant que l’histoire de Venise au fil des siècles à travers son architecture, tellement l’ouvrage porte l’empreinte de l’expérience esthétique de Ruskin lui-même dans la Cité des Doges. Le travail de mémoire dans l’autobiographie ruskinienne est également l’objet d’étude de Debora Sherman dans « A Sublime of Memory : Ruskin’s Praeterita », où elle se penche sur la question de la représentation du déclin, de l’incapacité physique et mentale, de la mort et de l’oubli.

4Les deux derniers articles du volume mettent en lumière davantage la critique sociale que la critique esthétique de Ruskin, soulignant ainsi le caractère universel de la pensée ruskinienne qui se voulait ancrée dans la réalité humaine, jamais strictement théorique. Ainsi, l’article de David Thiele « Ruskin, Authority and Adult Education », et celui de Judith Brown « Reading Unto This Last — A Transformative Experience : Gandhi in South Africa », souligne les ramifications de la pensée ruskinienne, dans ce domaine également caractérisé par de multiples questionnements plutôt que par des réponses.

5Ces dix essais analysent au final autant la pensée elle-même de Ruskin sur un ensemble de questions que l’expression de cette pensée dans ses textes. La tentative toujours clairement avouée de rendre cohérent le discours malgré la conscience des contradictions latentes est un tour de force que Ruskin poursuivit durant plus de quarante années consacrées à l’écriture depuis le premier volume de Modern Painters en 1843 jusqu’à The Bible of Amiens en 1885, Praeterita (1885-1889) qu’il laissa en héritage à la postérité. Le volume de Dickinson et Hanley témoigne de l’intérêt que la pensée de Ruskin ne cesse d’éveiller.

Haut de page

Notes

1 The Works of John Ruskin, eds. E.T. Cook and A. Wedderburn, 39 vols., London, George Allen, 1903-1912, vol. 16, 187. Cité par Keith Hanley, xiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Boucher-Rivalain, « Rachel Dickinson and Keith Hanley, Ruskin’s Struggle for Coherence : Self-representation through Art, Place and Society », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 202-204.

Référence électronique

Françoise Boucher-Rivalain, « Rachel Dickinson and Keith Hanley, Ruskin’s Struggle for Coherence : Self-representation through Art, Place and Society », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 18 novembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1380

Haut de page

Auteur

Françoise Boucher-Rivalain

Université de Cergy-Pontoise.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org