Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Andrew Maunder & Jennifer Phegley, Teaching Nineteenth-Century Fiction

Luc Bouvard
p. 205-209
Référence(s) :

Andrew Maunde & Jennifer Phegley, Teaching Nineteenth-Century Fiction, Houndmills, Palgrave Macmillan 2010, 266 p. ISBN 978-1-4039-4442-9

Texte intégral

1Cet ouvrage s’insère dans la collection des livres dédiés à l’enseignement « Teaching the New English Series », dans laquelle un certain nombre d’études a déjà été publié, comme Teaching Romanticism ou Teaching Shakespeare and Early Modern Dramatists.

2L’introduction des rédacteurs en chef du volume Maunder et Phegley trace un rapide panorama des écoles critiques qui ont sévi dans l’enseignement de la littérature depuis la période victorienne : la Nouvelle Critique qui a suivi la publication de l’ouvrage de F. R. Leavis, The Great Tradition (1948) ; l’émergence de la déconstruction derridéenne et l’avènement des « Cultural Studies », avec ses sous-catégories, comme le féminisme, le « New Historicism » et le post-colonialisme ; le retour à l’idéologie avec Mary Poovey (années quatre-vingt) ; enfin, le développement des recherches génériques dans les années quatre-vingt-dix (« the novels of colonial adventure, of domestic crimers, of exotic worlds, tropical worlds, monsters, “New Women,” psychopathic femmes fatales, vampires, savage natives and heroic deeds of “derring-do.” »). La seconde partie de cette introduction permet de présenter succinctement les articles qui composent les 15 chapitres de l’ouvrage. Chacun des chapitres est accompagné d’un programme sur 12 à 15 semaines montrant la mise en application de la démarche de l’auteur.

3Ainsi, le chapitre 2, rédigé par Janice Allen, traite des changements apportés au canon, depuis les années 1800 avec Scott et Austen, en passant par la « Newgate fiction », l’émergence du réalisme puis du sensationnalisme, les romans sur la « New Woman » et les fictions fin-de-siècle. L’étude de ces changements permet de montrer aux étudiants de quelle manière la littérature et ses valeurs esthétiques ont changé et d’évoquer les rôles divers que ce qu’elle nomme la « fonction canon » (allusion à la « fonction auteur » de Foucault) a pu jouer dans la production, la circulation, la classification et la consommation des textes littéraires.

4Julian Wolfreys nous donne son point de vue sur l’utilisation des approches théoriques de la fiction du xixe siècle dans le chapitre 3, analysant l’impact de la théorie sur les étudiants. Celle-ci ne doit pas être appliquée aveuglément à tout texte. En revanche, il souligne qu’une lecture attentive de la théorie peut servir à éclairer des idées qui sont déjà en action dans un texte littéraire, idées qui pourraient passer inaperçues, tant l’étudiant aura tendance à se concentrer sur l’intrigue.

5Fidèle à ses centres d’intérêt principaux, Patrick Brantlinger explore les façons dont l’Empire britannique a pu servir de toile de fond à de nombreuses œuvres du xixe siècle tout en proposant quelques pistes sur les manières d’aborder le sujet avec les étudiants.

6Teresa Mangum fournit une approche interdisciplinaire sur le Dracula de Bram Stoker. Dans une première approche, la littérature et le droit sont associés et, dans une seconde, la survie, la réinterprétation et la critique de la littérature et de la culture du xixe siècle dans le monde du fantastique sont étudiées.

7La problématique du texte associé au contexte est celle qui motive l’article de Talia Schaffer qui évoque notamment le défi que représente l’inclusion d’écrivains féminins mineurs dans un programme. Elle commence par les auteurs canoniques (Austen, les Brontë, Gaskell) et met en lumière l’identification abusive contemporaine de celles qui considèrent ces auteurs comme des féministes avant la lettre (« Narratives of heroic women beating the odds » pour reprendre l’expression de Simon Dentith) et propose des solutions pour remédier à ce problème. Puis, dans un deuxième temps, elle fournit quelques noms d’auteurs féminins moins connus et évoque les avantages qu’on peut avoir à les inclure dans les programmes.

8Jennifer Phegley présente, par le biais d’une étude de cas, l’organisation d’un enseignement de spécialité portant sur un sous-genre particulier : le roman à sensation. Ce faisant, elle définit les critères passés et actuels permettant aux critiques de délimiter la frontière entre « high » et « low culture » et d’élaborer le canon littéraire.

9Ruth Robbins use, quant à elle, d’un autre sous-genre—l’histoire de fantômes—pour analyser la nouvelle comme une forme typique du xixe siècle, florissant dans un contexte tout à fait particulier de publication et de consommation. La brièveté des textes offre un avantage substantiel pour l’enseignement au niveau licence où les étudiants peuvent mettre en place leurs aptitudes à comprendre et à utiliser le vocabulaire critique appliqué aux conventions de la fiction narrative. Son étude de The Turn of the Screw lui fournit un matériau de choix pour aborder la non-fiabilité du narrateur liée aux relations troubles que l’époque entretenait avec la notion de désir.

10Richard Pearson parle des avantages qu’on peut tirer à présenter aux étudiants l’interface entre texte et illustration à laquelle les Victoriens étaient si habitués. L’interdisciplinarité indispensable à cette étude permet aux étudiants d’aborder la fiction du xixe siècle à travers une grande variété de formes (illustrations et couvertures des romans, tableaux narratifs, gravures). Prenant pour exemple Great Expectations, ce chapitre permet de voir comment la dimension illustrative et picturale élargit et complexifie la compréhension que les étudiants peuvent avoir des textes qui leur sont proposés et, plus généralement, de la culture du xixe siècle.

11Les auteurs du chapitre suivant, Linda Hughes et Michael Lund, étudient les raisons historiques, théoriques et pragmatiques de présenter la fiction sous sa forme périodique et dans le contexte de la culture des magazines. Les étudiants sont invités à lire les textes dans leur forme originelle hebdomadaire. Leur discussion des stratégies pédagogiques comprend la lecture de textes sous leur forme périodique aux niveaux licence et master ainsi que la recherche dans le domaine des périodiques permettant aux étudiants de sonder les relations intertextuelles dans la fiction du xixe siècle.

12Reprenant à son compte le terme de « revision » proposé par John Wiltshire dans Recreating Jane Austen, c’est-à-dire le fait de voir avec de nouveaux yeux ou de pénétrer dans un texte du xixe siècle avec un nouveau point de vue, Terry Wright aborde les adaptations filmiques et télévisuelles (essentiellement celles des années 1990 et 2000). Elle tente de distinguer les conventions que ces films partagent avec les romans et les techniques narratives qui ont nécessité une « traduction » d’un type de texte vers un autre, ce que Brian McFarlane nomme, quant à lui, « adaptation » au sens propre du terme. Les versions récentes de Wuthering Heights sont l’objet des ces analyses, avec une importance particulière accordée au rôle du narrateur (pour lequel le film doit trouver une forme spécifique), la description des personnages (très différente d’un moyen d’expression à l’autre), et les problèmes liés à l’idéologie (analyse des moyens cinématographiques ou télévisuels de transposer le point de vue de l’auteur). L’étude de ces versions filmées des fictions du xixe siècle doit permettre aux étudiants de réfléchir aux conventions qu’ils ont intériorisées mais que, bien souvent, ils n’ont pas analysées.

13Ce thème est également abordé par Grace Moore qui explore dans son article les manières dont les représentations fictionnelles contemporaines (« contemporay fictional re-imaginings ») du xixe siècle peuvent jouer un rôle dans l’élargissement de la perception que les étudiants peuvent avoir de cette période. De nombreux exemples, de Wide Sargasso Sea à Jack Maggs en passant par The French Lieutenant’s Woman, donnent souvent à voir une ré-écriture qui se place à la fois dans l’optique du « writing back » pour utiliser un terme que les études postcoloniales affectionnent tout particulièrement et dans une approche scrupuleusement historique et respectueuse, avec une conscience très claire de la dette de la fiction contemporaine envers le passé.

14L’essai de Sofia Ahlberg intitulé « Transatlanticism » offre une perspective nouvelle sur l’enseignement de la littérature, en parlant des liens et des actes de réciprocité entre Britanniques et Américains. En analysant des rencontres réelles ou fictives entre l’Amérique et la Grande-Bretagne vues des deux côtés de l’Atlantique, les étudiants en viennent à dépasser le caractère strictement national de la littérature du xixe siècle et à considérer la « mondialité » des auteurs (ce qu’Edward Said nomme « worldliness »).

15Les deux derniers chapitres du recueil permettent de considérer la fiction au prisme des conditions culturelles de leur production et de leur consommation. Ainsi, Josie Billington reprend à son compte le terme de « total textuality » de Peter Barry (English in Practice, 2003) pour parler des différentes sortes de textualité en jeu dans les œuvres littéraires (textuality, intertextuality, contextuality, multitextuality, peritextuality). Elle argue du fait que l’étude des manuscrits et des sources primaires permettra aux étudiants de passer du niveau licence au niveau master et encouragera la recherche en leur donnant des idées de projets de recherche.

16Enfin, l’article de Priti Joshi s’interroge sur les bienfaits d’internet pour nos étudiants. La toile peut-elle permettre aux étudiants d’améliorer leur compréhension de la fiction du xixe siècle, peut-elle les aider à affiner et nuancer leurs projets d’études et de recherches ? Helen Rogers, lors d’une table ronde reproduite dans le Journal of Victorian Culture, craignait qu’internet ne soulève des problèmes de maintenance, de péremption et de plagiat. L’auteur de l’article tire, quant à elle, deux leçons apparemment contradictoires de l’utilisation de la technologie dans l’enseignement de la littérature : que tout scepticisme sur son usage est sain et nécessaire, mais aussi que la technologie peut être utilisée intelligemment pour faire progresser l’apprentissage et les connaissances. À titre d’exemple, elle présente l’utilisation qu’on peut faire de cartes en ligne parallèlement à l’étude du roman Oliver Twist.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bouvard, « Andrew Maunder & Jennifer Phegley, Teaching Nineteenth-Century Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 205-209.

Référence électronique

Luc Bouvard, « Andrew Maunder & Jennifer Phegley, Teaching Nineteenth-Century Fiction », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 18 novembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/1383

Haut de page

Auteur

Luc Bouvard

Université Montpellier III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org