Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bénédicte Coste, Walter Pater critique littéraire. “The Excitement of the Literary Sense

Martine Lambert-Charbonnier
Référence(s) :

Bénédicte Coste, Walter Pater critique littéraire. “The Excitement of the Literary Sense”. Grenoble, ELLUG, 2010. 260 p. ISBN 9782843101625

Texte intégral

  • 1 René Gallet a souligné la profondeur de la pensée philosophique de Pater dans Romantisme et postrom (...)

1Le livre de Bénédicte Coste est de grande qualité. Il comble un manque dans les études patériennes en présentant la pensée critique de Walter Pater comme un héritage essentiel pour saisir les rapports du sujet à l’œuvre dans la période fin de siècle. Bénédicte Coste utilise simultanément deux angles d’approche, l’un théorique pour souligner la manière dont l’œuvre est abordée par le critique, l’autre temporel pour mettre en évidence le caractère novateur d’une « histoire » littéraire dominée par les ruptures chez Pater. Dans la période postromantique dominée par le relativisme, le sujet apparaît comme divisé, conscient d’une parole qui lui échappe. Cet axe d’étude est conforté par l’exploitation novatrice de notions de psychanalyse héritées de Freud et de Lacan pour mettre en lumière les intuitions de Pater en matière de critique littéraire. Toutefois, ce n’est pas la seule piste choisie par Bénédicte Coste qui s’appuie aussi sur la pensée philosophique, faisant intervenir, par exemple, l’oubli Heideggerien pour expliciter les rapports du sujet à l’Autre et au langage. Cette approche convient à l’étude d’un écrivain qui était aussi professeur de philosophie à Oxford1.

2Le fil conducteur de l’ouvrage est clair dans cet hommage rendu à la finesse critique de Pater. L’utilisation claire des notes de bas de page permet, sans interrompre la démonstration, d’avoir accès à de bonnes traductions des citations en anglais, dont Bénédicte Coste est parfois l’auteur, ainsi qu’au détail des références. L’analyse poussée et fine des concepts-clés de l’œuvre patérienne permet de structurer la démonstration. En outre, le travail est très bien documenté, tant sur le plan des ouvrages de référence que celui des sources secondaires. Tout en analysant les rapports qu’entretient Pater avec le mouvement romantique et postromantique, Bénédicte Coste établit des parallèles subtils avec des critiques du xxe siècle comme Blanchot. De cette façon, Pater apparaît à la fois comme figure de transition et dans toute sa modernité : c’est d’ailleurs le grand attrait de Pater pour le lecteur attentif à son œuvre.

3La première partie du livre remet en cause la notion d’histoire littéraire chez Pater, à partir des mouvements romantique et décadent. La définition du terme « romance » explicite, à la fin du xixe siècle, les enjeux de l’originalité et de la nouveauté dont Bénédicte Coste met en évidence une certaine impossibilité. La notion de « romance » permet aussi de structurer l’œuvre critique de Pater qui, à la continuité de l’histoire littéraire, oppose une série de ruptures et de renouveaux, de l’Antiquité au Moyen Âge jusqu’à l’époque romantique. La définition de la décadence comme création de « l’après de la maturité » s’appuie sur la réflexion de Jankélévitch sur la représentation et le temps. Le recours au parallèle chez Pater entre différents contextes spatio-temporels (époque romaine, littératures anglaise et française) font de la création poétique à la fois la ressaisie du passé et l’anticipation d’un art à venir.

4La deuxième partie du livre intitulée That inward sense of things, selon une expression de Pater, commence par une analyse de ce qu’est le style pour les Victoriens et met en évidence la position difficile à cerner, chez notre écrivain, entre perfection formelle et visée éthique. Adoptant une position qui n’est pas la plus commune chez les critiques de Pater, Bénédicte Coste tranche, de manière convaincante, en faveur d’une réconciliation entre esthétique et morale, analysant les notions-clés de soul, mind et du mot juste dans les textes sur Wordsworth et Flaubert. Face à l’art excellent qui cultive la khlidè (le sujet idéal), le grand art augmente nos sympathies pour autrui. Le concept freudien de Versagung vient éclairer les rapports de l’homme aux mots et des mots au monde, à une époque où l’idéal d’un langage transparent est démenti par la naissance de la psychanalyse. La faille dont Pater a l’intuition, quand il fait du style le produit de la tension entre soul et mind, est explorée ensuite à travers l’analyse qu’il fait, dans ses essais critiques, de l’impersonnalité. Suit un très beau développement sur l’effacement ironique de Mérimée, qui s’appuie sur la notion d’idéal du moi chez H. Rey-Flaud et sur le sujet divisé dont parle Lacan. Bénédicte Coste commente ensuite un texte sur Charles Lamb, souvent délaissé par la critique. L’humour qui domine l’effacement du narrateur est explicité par la Verneigung freudienne. Le chapitre permet de caractériser l’impersonnalité patérienne comme masque et de montrer que les portraits littéraires puis imaginaires en seront l’aboutissement. Sur cette question difficile à cerner chez un auteur dont les œuvres sont parfois considérées comme des autoportraits, la contribution faite par Bénédicte Coste est très pertinente. Elle a aussi le mérite de situer Pater dans un contexte littéraire à la fois anglais et français, qui correspond à sa culture. Le dernier chapitre sur les poètes romantiques Coleridge et Wordsworth permet d’analyser le lien du sujet avec la condition spirituelle. De nouveau, Bénédicte Coste fait preuve de précision dans la présentation des écrits et l’analyse des notions-clés mises en évidence par Pater chez ces deux poètes : le sujet, le rapport entre le mot et la pensée, la distinction entre fancy et imagination, l’animisme, l’enthousiasme, le cosmos et le genius loci. Le passage sur les spectres dans la poésie de Coleridge est très intéressant, ainsi que le parallèle avec l’andere Lokalität de Freud qui présente la mélancolie du poète comme clivage. Le poète Wordsworth, dont Pater présente en son temps une image novatrice en mettant l’accent sur le paganisme plutôt que sur le christianisme, annonce le retrait patérien en position d’observateur. Bénédicte Coste parvient tout à la fois à brosser avec précision un tableau de l’époque, dont les sources et les références sont bien documentées (Tylor, Newman et Arnold par exemple), et à introduire des méthodes critiques postérieures (Freud, Lacan et Maldiney) qui mettent en perspective la pensée de Pater en l’actualisant.

  • 2 Elisa Bizzotto, La Mano e l’anima. Il ritratto immaginario fin de siècle (Milano, Cisalpino, 2001).

5La conclusion du livre porte sur les affinités entre Pater et le poète et peintre Dante Gabriel Rossetti, dont les écrits répondent à l’idéal de transparence du langage. Le livre d’Elisa Bizzotto2 aurait pu être aussi cité à l’appui de ce chapitre qui donne des pistes de recherche utiles pour approfondir le lien entre Pater et les Préraphaélites.

6Par sa méthodologie, son analyse approfondie des concepts importants de l’œuvre paterienne, l’exploitation des outils de la psychanalyse et des notions philosophiques, le livre de Bénédicte Coste est un ouvrage précieux pour la période victorienne. Il redonne à Walter Pater la place qu’il mérite dans la critique littéraire de la deuxième moitié du xixe siècle, tout en montrant sa modernité.

Haut de page

Notes

1 René Gallet a souligné la profondeur de la pensée philosophique de Pater dans Romantisme et postromantisme. De Wordsworth à Pater (Paris, L’Harmattan, 2004).

2 Elisa Bizzotto, La Mano e l’anima. Il ritratto immaginario fin de siècle (Milano, Cisalpino, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Lambert-Charbonnier, « Bénédicte Coste, Walter Pater critique littéraire. “The Excitement of the Literary Sense” », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 24 novembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1395

Haut de page

Auteur

Martine Lambert-Charbonnier

Paris IV.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org