Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ann C. Colley, Victorians in the Mountains. Sinking the Sublime

Fabienne Gaspari
p. 221-225
Référence(s) :

Ann C. Colley, Victorians in the Mountains. Sinking the Sublime. Farnham, Ashgate, 2010. ISBN: 978-1-4094-0633-4

Texte intégral

1S’attachant à montrer l’évolution du regard des Britanniques sur les montagnes, cet ouvrage retrace l’évolution de la catégorie esthétique du sublime et sa redéfinition dans la seconde moitié du xixe siècle. Il est composé de trois parties, de taille inégale, la troisième partie se présentant comme un coda et fonctionnant comme une ouverture sur un autre aspect brièvement évoqué.

2La première partie, « Tourists, Climbers, and the Sublime », très dense, définit tout d’abord le sublime pour redonner à ce terme aujourd’hui dévoyé toute sa dimension de concept esthétique, avant de se concentrer sur les témoignages de touristes et d’alpinistes, trouvés dans des lettres et journaux de la période. À travers ces lectures, l’auteur met en avant l’idée d’une révision du sublime. Les archives du Club Alpin fournissent une mine d’informations au sujet des expériences vécues par les Britanniques au cœur des Alpes. Faisant figurer en regard de son propos des reproductions tirées de journaux satiriques (notamment Punch), Ann C. Colley mesure dans un premier temps (« Sinking the Sublime ») le fossé entre l’héritage des poètes romantiques, qui en quelque sorte programme les réactions face au paysage, et l’expérience réelle faite de désillusion, d’inconfort, dans un environnement par ailleurs envahi par des hordes de voyageurs. Cet afflux fait perdre aux Alpes leur mystère et rend impossible l’expérience du sublime. L’auteur étudie ensuite la transformation de cette expérience en spectacle (« Spectators, Telescopes, and Spectacle »). Téléscope en main, les touristes contemplent les alpinistes escaladant les sommets, ce qui substitue aux idéaux romantiques le spectacle du corps en danger et fait de la montagne le lieu de l’exploit physique et de l’éventuelle catastrophe, parfois guettée par ces touristes devenus spectateurs de scènes dont le potentiel dramatique est souligné. Déplacé sur la scène londonienne (pièces de théâtre, dioramas et panoramas), le sublime est désacralisé, intégré à la culture de masse naissante et au consumérisme, même si, comme le montre bien l’auteur, le développement de la photographie à la fin du xixe siècle redonne aux montagnes une part de leur mystère. Toujours soucieuse de se démarquer de certaines idées reçues, et ce tout en appuyant son analyse sur une bibliographie très fournie, Ann C. Colley met en avant le rôle des femmes (« Ladies on High ») qui, comme le prouve la création d’un club alpin féminin (Ladies’Alpine Club) en 1907 ainsi que la longue liste de femmes ayant escaladé des sommets réputés difficiles, ont été très présentes dans certaines expéditions. Admirées et encouragées d’une part, elles devaient d’autre part faire face à bon nombre de préjugés à leur encontre (parmi lesquels la question de leur tenue vestimentaire et du respect de l’étiquette). Ce chapitre consacré aux femmes alpinistes vise à remettre en question la représentation dominante selon laquelle les montagnes étaient à l’époque victorienne un espace réservé aux hommes.

3Comme son titre, « Literary Figures in the Alps », l’indique, la deuxième partie s’intéresse aux réactions de trois figures littéraires de l’époque, John Ruskin, Gerald Manley Hopkins et Robert Louis Stevenson, et à la façon dont ils redéfinissent, chacun à leur manière, un héritage romantique qui ne permet pas de rendre compte des perceptions générées par l’immersion physique dans le paysage. Concernant Ruskin (« Climbing and the Vulnerable Eye »), il s’agit de se pencher sur un autre aspect que celui, maintes fois souligné, de sa passion pour la géologie. Selon l’auteur, les critiques ont négligé de mettre l’accent sur son expérience même de l’ascension des cimes alpines ainsi que sur l’influence déterminante de cette expérience (vécue comme dangereuse et difficile) sur ses théories de la perception. En effet, il apparaît clairement que, pour Ruskin, le sentiment du sublime ne naît pas tant d’une impression de force et de puissance émanant des montagnes mais d’une absence de point de repère visuel stable, comme le révèlent les croquis (reproduits dans le texte) que le critique d’art prenait sur le vif. Des exemples tirés de ses journaux intimes viennent étayer l’idée que les difficultés physiques occupent une place centrale dans cette expérience, mais aussi que le mouvement même de la marche façonne la perception du paysage en quelque sorte visuellement déployé par le déplacement. En conclusion de ce chapitre, la théorie selon laquelle la vue déficiente du critique d’art, associée aux obstacles naturels (les nuages par exemple), aurait imposé à son œil une vision fragmentaire, paraît moins convaincante. Il est cependant intéressant et juste de noter, comme le fait Ann C. Colley, que cette vision fragmentaire, due en partie à la vulnérabilité de l’œil ruskinien, redonne à la nature sa part de mystère et fait de l’irrégularité une caractéristique prisée par Ruskin.

4La seconde figure littéraire présentée dans cette partie, Gerald Manley Hopkins, offre une autre perspective sur la perception des montagnes. Les carnets de notes du poète se différencient de ceux rédigés par les touristes ordinaires. Motivé par le désir de découvrir dans le paysage ce qu’il appelle « inscape » ou « instress », Hopkins se plonge dans une étude des moindres détails, se dégageant d’une expérience du sublime codifiée par le romantisme. Se concentrant sur des fragments, il explore la complexité des motifs que son œil décèle, remplaçant la quête du spirituel dans les hauteurs par une observation minutieuse d’éléments plus humbles composant le paysage montagneux. Ce changement de perspective est illustré par l’invention de métaphores surprenantes utilisées pour décrire ce décor, métaphores qui sont empruntées à l’ordinaire et au trivial, ainsi que le rappelle le titre de ce chapitre, « Toothpowder and Breadcrumbs : Gerald Manley Hopkins in the Alps ». En outre, Hopkins réalise une forme de fusion du spirituel et du scientifique, en intégrant à sa vision des Alpes les théories de la thermodynamique (théories sur l’énergie reflétées dans les métaphores qu’il emploie) ainsi que celles formulées par Tyndall sur le mouvement des glaciers.

5Le dernier chapitre de cette partie (beaucoup plus bref que les deux précédents) relate l’expérience négative vécue par un Stevenson qui, malade et comme enfermé dans son corps, voit dans l’espace enneigé de Davos une prison. Les réactions de Stevenson, loin de l’exaltation que l’on pourrait attendre, s’inscrivent en rupture avec la tradition littéraire : l’uniforme blancheur génère un sentiment de monotonie et d’oppression auquel l’écrivain ne parvient pas à échapper. L’espace clos des montagnes n’offre à sa vue aucun chemin à parcourir, aucune échappée. Cependant, un épisode contredit, en partie, ces impressions négatives : lorsque Stevenson dévale en luge les pentes de Davos, c’est bien une forme d’extase qu’il finit par ressentir, ce qui renvoie au lien, essentiel dans son œuvre, entre voir et se mouvoir. Bouger et composer, comme le précise Colley, sont deux aspects essentiels de son écriture construite sur l’itinérance. On peut ici regretter que l’analyse du lien entre le corps qui arpente l’espace et la création littéraire demeure très succincte.

6La troisième partie, intitulée « Coda » et comportant un seul chapitre « The Himalaya and the Persistence of the Sublime », constitue une ouverture sur l’aventure impérialiste dans un autre espace, déplaçant le centre d’intérêt des Britanniques des Alpes vers l’Himalaya, espace géographique à conquérir, où se déploient géomètres et soldats mais aussi alpinistes. L’auteur montre comment des impératifs d’ordre politique n’excluent cependant pas la valorisation de l’exploit physique ainsi que l’expérience esthétique du sublime, qui se trouve d’une certaine manière régénérée par le contact avec des espaces considérés comme vierges, par comparaison bien sûr avec les Alpes, lieu d’un tourisme de masse.

7Cet ouvrage, dense et clair, a cependant un défaut : sur le plan formel, on peut exprimer des réserves quant à certaines répétitions liées pour partie à un souci de résumer dans des introductions multiples les analyses à venir, alors qu’une véritable conclusion semble manquer pour équilibrer l’ensemble. Cependant, il ne s’agit là que d’une critique mineure car il est vrai que ces répétitions procèdent du désir de présenter avec clarté les analyses. Cette étude, qui repose sur des sources variées et bien exploitées, retrace de façon très pertinente l’évolution du regard porté sur les montagnes et du concept esthétique du sublime. Tout en adoptant un angle d’étude particulier, celui des Victoriens dans les montagnes, elle esquisse en arrière-plan un panorama de la période considérée et aborde non seulement des problèmes d’ordre esthétique mais aussi des questions comme le nationalisme, le genre, la science, les débuts du consumérisme et de la société du spectacle. Les illustrations, nombreuses et bien analysées, s’inscrivent en regard d’un propos qui nous a semblé original et convaincant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Gaspari, « Ann C. Colley, Victorians in the Mountains. Sinking the Sublime », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 221-225.

Référence électronique

Fabienne Gaspari, « Ann C. Colley, Victorians in the Mountains. Sinking the Sublime », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://cve.revues.org/1398

Haut de page

Auteur

Fabienne Gaspari

Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org