Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Susan Walton, Imagining Soldiers and Fathers in the Mid-Victorian Era : Charlotte Yonge’s Models of Manliness

Thierry Goater
p. 225-229
Référence(s) :

Susan Walton, Imagining Soldiers and Fathers in the Mid-Victorian Era : Charlotte Yonge’s Models of Manliness. Farnham, Ashgate, 2010. 240 p. ISBN 978-0-7546-6959-3

Texte intégral

1Historienne de formation et de profession, Susan Walton a suivi des études doctorales au département d’anglais de l’université de Hull, où elle est Honorary Research Associate en études victoriennes. Dans les remerciements au début de son ouvrage, elle rappelle sa double formation en histoire et en littérature. D’emblée, Imagining Soldiers and Fathers in the Mid-Victorian Era se réclame en effet de l’interdisciplinarité. Et Walton de citer en épigraphe, dans l’introduction, Alan Munslow (Deconstructing History, 1997) qui perçoit la discipline historique comme un « artefact littéraire », une « représentation narrative » du passé. Walton voit dans le croisement des champs historique et littéraire un moyen efficace d’analyser les écrits de Charlotte Yonge comme mode d’expression des masculinités à l’époque victorienne. Quelque peu oubliée et sous-estimée aujourd’hui, Charlotte Yonge (1823-1901) fut un écrivain prolifique (elle publia pas moins de 150 livres) dont les fictions et les écrits historiques rencontrèrent un réel succès.

2L’ouvrage de Walton se compose d’une introduction et de huit chapitres. L’introduction de longueur substantielle est tout à fait intéressante. L’auteur explicite ses outils méthodologiques, présente le contexte victorien dans lequel Yonge vécut et écrivit, et attire l’attention sur la relégation de l’écrivain. Elle souligne tout d’abord l’intérêt d’une approche pluridisciplinaire pour la question des modèles de masculinité ou de virilité. Selon Walton, les écrits de Yonge, et au premier chef ses fictions, permettent de cerner les convictions culturelles s’exprimant à travers les constructions du masculin au milieu du xixe siècle. Ses écrits proposent des modèles de masculinité qui, à leur tour, offrent un nouveau point de vue sur l’histoire et la culture de l’époque. Walton rappelle que l’on commence à peine aujourd’hui à étudier et à comprendre l’État qui voit le jour à l’époque victorienne en tant que construction masculine et que le genre (gender) sature le langage informant les organisations professionnelles, les institutions, la législation et les espaces publics et privés de l’époque, et que, si les Victoriens avaient une vision essentialiste et innéiste de la notion de genre, ils manifestaient simultanément une grande incertitude par rapport aux types de comportement pouvant être indubitablement qualifiés de masculins ou de féminins. À l’instar de l’État victorien, le masculin est une construction culturelle et donc historique, comme le montre l’abondante littérature sociologique et anthropologique qui apporte sur ce point un éclairage essentiel. L’auteur a en particulier recours aux distinctions intéressantes entre manhood, manliness et masculinity soulignées par Tosh dans deux de ses ouvrages : A Man’s Place. Masculinity and the Middle Class Home in Victorian England (1999) et Manliness and Masculinity in Nineteenth-Century Britain (2005). On aurait cependant apprécié davantage de clarté dans le rappel définitoire de ces distinctions. Les Victoriens, notamment au sein de la bourgeoisie, s’interrogeaient de plus en plus sur la place, la profession qu’un homme se devait d’avoir, sur les qualités et les vertus désirables chez un homme, sur la définition du masculin. Et les femmes n’étaient pas les dernières à s’emparer de ces questions, dont on trouve une traduction dans les écrits de Charlotte Yonge. Quelle image de l’homme les mères, les sœurs et les épouses devaient-elles ou pouvaient-elles ériger en modèle ? Comment faire en sorte de favoriser ou de conforter chez un fils, un frère ou un époux son identité d’homme ? Ces questions étaient cruciales pour Yonge, fille, sœur et nièce de militaires, et proche de membres influents du Mouvement d’Oxford, mouvement auquel on reprochait d’entretenir une trop grande proximité avec un catholicisme accusé de bien des maux et notamment d’un manque de virilité, perceptible dans son antipatriotisme, sa préférence suspecte pour le célibat ou encore son goût immodéré pour les vêtements et décorations liturgiques sophistiqués.

3Dans la seconde partie de son introduction, Walton tente d’expliquer l’oubli dans lequel est tombée Yonge (malgré le succès considérable de son roman The Heir of Redclyffe, en 1853, dont le personnage Guy devint le parangon de l’homme héroïque pour un grand nombre d’hommes et de femmes) et insiste sur l’intérêt présenté par ses écrits. L’auteur évoque trois principales explications. La première tient sans doute à la personnalité de Yonge, à sa timidité, à sa modestie excessive, voire à son autodénigrement systématique. Une autre raison, plus sérieuse, est le préjugé vivace selon lequel elle aurait principalement écrit pour les jeunes et les femmes, bref pour une partie « négligeable » de la population, longtemps exclue du pouvoir politique. Le Monthly Packet, revue dont elle fut responsable entre 1851 et 1898 et dans laquelle elle publia ses « Cameos from English History », contribua fortement à ancrer cette idée dans l’opinion. Enfin, l’auteur reconnaît qu’elle a longtemps vu en Yonge une antiféministe réactionnaire, une sorte de recluse religieuse écrivant des histoires à portée didactique. Selon Walton, son conservatisme, son attachement aux valeurs religieuses et familiales, et son sens de la communauté, qu’elle soit locale ou nationale, n’ont pas permis que le mouvement féministe des années 1970 et 1980 puisse la faire sortir de l’oubli au même titre que d’autres femmes écrivains. Si elle ne cherche pas à faire de Yonge une historienne ou une romancière majeures, Walton n’en pense pas moins que la place qui lui est faite au sein des écrivains purement didactiques est injuste et que son conservatisme, pour indéniable qu’il fût, n’était pas réactionnaire.

4Le chapitre 1 montre comment le contexte militaire spécifique des années 1850 (notamment la guerre de Crimée en 1854) s’avère primordial pour comprendre les romans de Yonge. Les hommes, qui se débattaient déjà avec les contraintes de la modernité pour affirmer leur identité, se virent un peu plus déstabilisés par un nouvel héroïsme militaire s’imposant à eux. La romancière s’intéressa à la question de l’héroïsme masculin qui faisait écho au malaise contemporain concernant la place de l’armée dans la société victorienne.

5Cette analyse se poursuit dans le chapitre 2 par l’examen de la vie personnelle de Yonge, par ses modèles familiaux à travers la carrière militaire de son père, de son oncle (Lieutenant General Lord Seaton) et de son frère Julian qui participèrent à la guerre d’Espagne, à la bataille de Waterloo ou à la guerre de Crimée. Les récits qu’ils lui firent par lettre ou de vive voix contribuèrent à nourrir l’imagination de la romancière, à forger une éthique entremêlant guerres réelle et spirituelle (pour Yonge, comme pour son mentor John Keble, inspirateur du Mouvement d’Oxford, tous les bons chrétiens étaient des soldats de Dieu) et l’incitèrent à réfléchir au rôle que mères et sœurs pouvaient jouer pour inciter les hommes à s’engager.

6Le chapitre suivant met l’accent sur la traduction fictionnelle des enthousiasmes militaires et religieux de Yonge, que ce soit dans Kenneth or the Rearguard of the Grand Army (1850), dans The Young Stepmother (1861) ou dans The Clever Woman of the Family (1865). Dans le premier roman, elle affirme avec assurance qu’il n’y a rien de plus admirable que de mourir au combat. Dans le deuxième, en revanche, elle exprime des doutes, hésitant entre admiration pour la chose militaire et prise de conscience que l’on peut être un homme et ne pas être fait pour la carrière de soldat. Dans la troisième histoire, elle retrouve sa « foi militaire », considérant la vie comme une bataille métaphorique, situant les soldats héroïques dans la sphère domestique et plaçant les femmes en première ligne.

7La seconde moitié du xixe siècle était une période propice à une redéfinition de l’homme citoyen autrement que sur un plan militaire. Le chapitre 4 étudie les figures paternelles dans les fictions de Yonge en soulignant comment elles constituent d’autres versions de l’homme soldat, d’autres modèles de masculinité. La romancière essaie de mettre à mal un certain nombre d’idées reçues sur le Mouvement Tractarien et rappelle que ses politiques sociales paternalistes promeuvent un engagement énergique dans la communauté, à la ville ou à la campagne. Le père et le pasteur, au service de Dieu et de leurs semblables, se transforment en héros à l’instar des soldats. Son propre père, Keble ou Sir William Heathcote deviennent des prototypes pour ses héros fictionnels. C’est dans cette perspective que le chapitre 5 étudie deux œuvres de Yonge. Cette partie présente un double intérêt. Walton établit tout d’abord un parallèle entre Henrietta’s Wish (1850), roman très peu connu de Yonge, et Yeast (1851), le roman de Charles Kingsley. L’auteur voit dans le roman de Yonge un « antidote » à celui de Kingsley, un contrepoids à sa charge contre les anglo-catholiques, accusés par le héros Lancelot Smith de manquer de compassion et de virilité. Henrietta’s Wish présente un modèle de patriarcat bienveillant aux niveaux familial et social. Le roman Hopes and Fears (1860), quant à lui, offre un point de vue décalé dans l’œuvre de Yonge. Dans une tonalité plus sombre, elle y exprime ses doutes et son anxiété devant l’absence de pères ou de modèles masculins positifs.

8Dans les chapitres 6 et 7, les missionnaires apparaissent comme des chevaliers chrétiens, comme de nouvelles icônes de la masculinité. Walton montre de manière plutôt convaincante comment la défense du travail de missionnaire endossée par Yonge participe de la philosophie de son milieu conservateur, du paternalisme Tory qui épouse l’idéologie impérialiste de l’époque. Même si elle demeure consciente des abus possibles, Yonge est certainement la première romancière à brosser un portrait positif du missionnaire et elle s’oppose en cela à Charlotte Brontë (Jane Eyre) ou Charles Dickens (Bleak House) par exemple. La romancière voyait dans le missionnaire un parfait exemple de bravoure sans violence. Les débuts de la publication de The Daisy Chain sous forme de feuilletons en 1853-1855 correspondent à une période d’engagement personnel de son auteur à travers des dons importants en faveur de la mission en Nouvelle-Zélande.

9Le dernier chapitre est exclusivement consacré à la passion de Yonge pour l’histoire et à l’expression de cette passion dans ce qui représente la moitié de son œuvre publiée, à savoir des manuels scolaires, des contes biographiques ou la revue Monthly Packet. Tout au long de sa vie, elle n’a eu de cesse de chercher de « vrais chevaliers », des modèles de masculinité, dans ses fictions comme dans ses ouvrages et essais historiques.

10On peut regretter l’absence de conclusion générale dans un ouvrage s’attaquant, avec un corpus aussi varié que l’œuvre de Yonge, à l’étude d’une question à l’intersection de nombreux champs disciplinaires, conclusion qui aurait sans doute permis une utile mise en perspective. Il n’en demeure pas moins que Imagining Soldiers and Fathers in the Mid-Victorian Era  : Charlotte Yonge’s Models of Manliness est un modèle de sérieux, d’honnêteté et d’érudition. Pour preuve notamment, l’impressionnante bibliographie de 31 pages, comprenant l’ensemble des écrits de Yonge, un nombre considérable d’ouvrages de référence sur l’époque victorienne, sur l’auteur ou sur la question de la masculinité et du genre en général. On ne peut qu’être particulièrement admiratif devant le travail de Walton sur une imposante quantité d’archives trouvées dans des bibliothèques très différentes. À mettre au crédit de Walton également des illustrations souvent pertinentes. On pourrait certes souligner quelques faiblesses, par exemple une conceptualisation insuffisante dans les chapitres qui suivent l’introduction ou des analyses littéraires parfois un peu sommaires. Certains trouveront aussi dans la nature hybride de l’ouvrage partagé entre histoire, sociologie, anthropologie et littérature, matière à reproche. Mais un des intérêts du travail de Walton réside précisément dans le croisement des savoirs, croisement qui lui permet de porter un regard original sur Charlotte Yonge et sur l’époque victorienne par le prisme du masculin. Enfin, Walton permet au lecteur de redécouvrir une femme écrivain beaucoup oubliée et ce n’est pas le moindre de ses mérites.

11Pour conclure, on ne peut que recommander cet ouvrage à tous ceux qui s’intéressent aux études victoriennes ou à la question du masculin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Goater, « Susan Walton, Imagining Soldiers and Fathers in the Mid-Victorian Era : Charlotte Yonge’s Models of Manliness », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 225-229.

Référence électronique

Thierry Goater, « Susan Walton, Imagining Soldiers and Fathers in the Mid-Victorian Era : Charlotte Yonge’s Models of Manliness », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 26 novembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/1401

Haut de page

Auteur

Thierry Goater

Université Rennes 2.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org