Navigation – Plan du site
Comptes rendus

George Gissing, Isabel Clarendon

Christine Huguet
Référence(s) :

George Gissing, Isabel Clarendon. ed. Pierre Coustillas, Grayswood, Surrey, Grayswood Press, 2010. xxxvii + 331 p. ISBN : 978-0-9546247-6-7

Texte intégral

1Comment ne pas nous réjouir de constater que Grayswood Press, à qui nous devons la récente collection des écrits de Gissing sur Dickens (en trois luxueux volumes, magistralement introduits et annotés par des spécialistes des deux écrivains), a maintenant choisi de rééditer un roman de Gissing ? Et si nous nous souvenons que ce roman, Isabel Clarendon, était devenu presque introuvable, notre satisfaction n’en sera que plus grande. Dès sa parution en 2010, cette nouvelle édition a fait l’unanimité chez nos collègues anglo-saxons, étant donné qu’il ne s’agit pas, cette fois, d’une énième publication d’un des romans les plus connus et étudiés de Gissing (New Grub Street ou The Odd Women, en particulier), mais d’un texte très peu connu du grand public. Et pour cause. Publié en deux volumes par Chapman en 1886 (seul roman de Gissing à adopter ce format de son vivant), Isabel Clarendon n’avait jusqu’à l’an dernier fait l’objet que de deux rééditions critiques (publiées par Harvester Press en deux volumes en 1969 puis en un seul en 1982), qui valent donc aujourd’hui, sans surprise, leur pesant d’or. Il y a quarante ans déjà, Pierre Coustillas avait préparé l’appareil critique pour Harvester Press, qui inaugurait ainsi avec ce texte une excellente série de rééditions d’œuvres de Gissing. L’édition Grayswood Press, quant à elle, se présente en un seul volume, soigneusement relié et agrémenté d’une jaquette aussi flatteuse qu’appropriée (il s’agit d’un détail de February Fill Dyke, toile de 1881, signée Benjamin Leader). Et tandis que les éditions de 1969 et 1982 proposaient une reproduction photographique du texte de 1886, ce dernier est ici entièrement repris et agrémenté de quelques illustrations : un portrait de l’auteur et surtout — le critique appréciera ce choix à sa juste valeur — une reproduction de la première page manuscrite du roman.

2Pierre Coustillas ne trahit pas la solide réputation d’érudition et d’intégrité intellectuelle qui en font un collègue si précieux. En marchant sur ses propres traces une quarantaine d’années plus tard, il se montre, comme toujours, soucieux d’améliorer son propos, qui faisait pourtant toujours autorité jusqu’à la mise sur le marché de cette nouvelle édition, et de partager avec le lecteur un savoir plus récemment acquis. « The introduction and the other editorial material... have been extensively revised and updated » prévient-il dans sa courte préface. Nous avons pu vérifier l’exactitude de ses dires. Par exemple, les notes, pour la plupart reprises de l’édition Harvester, sont augmentées de références aux lettres et écrits personnels (pas encore publiés en 1969) et un certain nombre d’allusions mythologiques, d’échos bibliques ou intertextuels sont désormais élucidés. Mais ce sont surtout les deux appendices, entièrement nouveaux, que l’on remarque d’emblée. Le premier reproduit un article de Gissing paru dans Humanitarian en 1895 (« The Place of Realism in Fiction », texte essentiel pour qui veut comprendre les choix artistiques que reflète déjà Isabel Clarendon). Le second, qui réunit une dizaine de comptes rendus de 1886, nous donne un aperçu éloquent de la réception mitigée du roman. La nouvelle introduction de 25 pages, proche, dans l’ensemble, de celle de 1969, présente l’avantage de se concentrer davantage sur le roman — quoique le non-initié puisse regretter les nombreux liens auparavant établis avec l’ensemble du corpus.

3L’introduction de 2010 nous offre également un résumé clair des circonstances de composition du roman. Elle nous fait découvrir Gissing en 1884 : la trentaine, il vient d’emménager dans un petit appartement au dernier étage d’un immeuble situé près de Marylebone Road (7K, Cornwall Residences). L’auteur de Workers in the Dawn et de The Unclassed ne vit pas encore de sa plume ; il doit toujours compter sur les cours particuliers qu’il donne au quotidien. Déterminé à avancer régulièrement, au rythme d’un chapitre par soir, dans son nouveau roman, provisoirement intitulé « The Lady of Knightswell », il est loin d’imaginer que Chapman, l’éditeur qu’il va malencontreusement choisir, mettra sa patience à rude épreuve, d’abord en lui demandant de faire tenir son projet de three-decker en deux volumes, puis en mettant près d’un an à les publier. Le jeune écrivain ne soupçonne pas non plus, fort heureusement, que le lecteur qui travaille pour le compte de Chapman lui déconseillera de poursuivre dans cette veine (la représentation des classes aisées dans leur milieu campagnard), estimant qu’il a commis « a great mistake in leaving the low-life scenes » auquel il a jusqu’à présent habitué son public. Ce lecteur bien intentionné mais peu clairvoyant n’est autre que George Meredith.

4Roman en demi-teinte, comme la vie de son auteur dans le milieu des années 1880, Isabel Clarendon est pourtant du pur Gissing et mérite donc, à ce titre, d’être pris en considération par qui chercherait à mieux comprendre le credo artistique du jeune écrivain : « I have done my utmost, écrit-il à son frère Algernon en août 1885, to make the story as realistic as possible. The ending is as unromantic as could be, and several threads are left to hang loose ; for even so it is in real life ; you cannot gather up and round off each person’s story. » Le roman illustre bien également, il est important de le souligner, ce que Gissing va nommer « the dramatic mode of presentment » : méthode qui consiste, explique-t-il dans une autre lettre fondatrice, à suggérer plutôt qu’à dire, à offrir des épisodes plutôt que des vies. « The old novelist is omniscient; I think it is better to tell a story precisely as one does in real life, — hinting, surmising, telling in detail what can so be told, and no more ... » Remercions donc Pierre Coustillas et Grayswood Press de nous permettre d’assister à la mise en œuvre de cette esthétique dans Isabel Clarendon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Huguet, « George Gissing, Isabel Clarendon », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/1404

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université Lille III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org