Navigation – Plan du site
Comptes rendus

George Gissing, New Grub Street. The 1901 Revised Text

Christine Huguet
p. 233-235
Référence(s) :

George Gissing, New Grub Street. The 1901 Revised Text. Ed. Paul Delany. Victoria, BC : ELS Editions, 2009. xx + 333 p. ISBN 978-1-55058-384-7

Texte intégral

1A priori, la première parution d’un roman dans une version sensiblement différente de celle que l’on croyait définitive, ne peut manquer d’éveiller la curiosité. L’édition révisée de New Grub Street, objet du présent compte rendu, ne fait pas exception, et l’on peut saluer la décision de Paul Delany de soumettre au public un état du texte jusqu’à présent inconnu de tous sauf des initiés. Toutefois, les attentes que suscite une telle initiative sont quelque peu frustrées, puisqu’une Note sur le Texte d’un peu plus de trois pages avertit le lecteur qu’il ne s’agit en aucun cas d’une seconde version anglaise du roman, telle que l’aurait exactement conçue Gissing, mais d’un texte par endroits « reconstruit » par Delany lui-même. Pour comprendre la démarche ici adoptée et en apprécier la pertinence, un bref rappel de l’histoire de la publication de New Grub Street semble donc s’imposer.

2Le texte de New Grub Street qui continue de faire foi chez tous les éditeurs est celui de 1891 : un three-decker que Gissing n’eut, de fait, ni le temps ni l’occasion de réviser. L’encre de la dernière page à peine séchée, l’auteur s’était en effet empressé de déposer son manuscrit chez Smith, Elder. On comprend mieux cette hâte si l’on se souvient que Gissing, alors âgé de 33 ans et incapable de supporter davantage sa vie solitaire, ne songeait plus qu’au moyen de se remarier. Il se devait donc d’améliorer de toute urgence sa situation financière. La réponse favorable que James Payn, lecteur chez Smith, Elder, lui fit parvenir dès le 7 janvier 1891 fut accueillie avec soulagement. Quant à la maigre somme de £150 contre laquelle Gissing devait abandonner tous ses droits sur le roman, elle ne pouvait se refuser. En un mois et demi, du 4 février au 21 mars, les épreuves étaient relues et le 7 avril, le roman, très vite annoncé dans la presse par l’éditeur, était paru. Entre-temps, le 25 février, Gissing avait épousé Edith Underwood, pour le pire davantage que pour le meilleur, comme on le sait.

3Une courte lettre de Gissing du 7 février nous prouve que dans d’autres circonstances, le texte du roman que Smith, Elder venait de mettre sur le marché à grand renfort de publicité, eût été autre que celui que nous connaissons aujourd’hui. Gissing y déclarait espérer pouvoir profiter de la réédition en un volume de ses romans pour les réviser, c’est-à-dire essentiellement, les abréger. L’éditeur n’accéda jamais à ce genre de requête, sauf pour Thyrza, et le texte intégral de New Grub Street parut en un volume dans le courant de la même année.

4Rien de surprenant, par conséquent, à ce que Gissing se soit emparé de l’occasion de la publication en français de son roman, une décennie plus tard, pour procéder aux coupes sombres auxquelles il songeait peut-être dès l’hiver 1891. L’histoire de cette première traduction française de New Grub Street débute de façon suffisamment romanesque pour valoir ici le détour. Au début de l’été 1898, Gissing avait reçu de la part d’une certaine Gabrielle Fleury une demande de permission de traduire le roman. La traductrice ne tarda pas à rendre visite à l’auteur afin de mieux concrétiser son projet. Entretien mémorable s’il en est, puisqu’il fit basculer la vie de Gissing comme celle de sa traductrice : le romancier tomba bien vite amoureux de Mlle Fleury et c’est auprès d’elle, en France, qu’il passa ses derniers jours. Au cours de ce premier entretien, Gabrielle Fleury avait appris à Gissing que l’éditeur anglais du roman lui avait accordé les droits de traduction et que des périodiques aussi distingués que Le Temps ou encore le Journal des Débats s’intéressaient à son projet. C’est finalement dans le Journal des Débats que parut le roman-feuilleton, La Rue des Meurt-de-Faim. Vie littéraire à Londres, du 23 février au 3 juin 1901, après une série de contretemps. Un an plus tard, la traduction de Gabrielle Fleury sortait en un volume aux Éditions de la Revue Blanche (et non aux Éditions du Mercure de France, comme initialement espéré).

5On comprend donc pourquoi Paul Delany parle d’un nécessaire travail éditorial de reconstruction, dans lequel les conjectures occupent une place certaine. C’est en effet uniquement à partir du texte français (en la possession de notre collègue, Pierre Coustillas, dont la Collection abrite encore bien des trésors insoupçonnés), que Delany a pu établir cette première édition anglaise du texte révisé. Certes, nous savons que Gissing trouvait la traduction de sa compagne excellente, qu’il était responsable des coupes faites au texte d’origine et qu’il s’était assuré en personne que les transitions imposées par ces coupes fonctionnaient bien. Il n’en demeure pas moins, explique Delany, que jamais Gissing n’eut la possibilité de les traduire ou les transposer lui-même en anglais.

6D’un point de vue strictement scientifique, le texte anglais ici proposé est, à n’en pas douter, aussi proche que possible de ce qu’aurait souhaité l’auteur peu avant sa mort. Nous savons par ailleurs que Gissing en était même venu à préférer le rythme plus vif du texte ainsi amputé de près d’un tiers de sa longueur initiale. Il reste à décider si, en dépit des dires de Gissing, le lecteur devrait désormais négliger la version three-decker d’une œuvre qu’on a souvent présentée comme le chef-d’œuvre du romancier. Delany dresse une liste sommaire des épisodes et personnages secondaires qui ont disparu de New Grub Street, version allégée (xix). L’intrigue, remarque le lecteur, est resserrée autour des principaux protagonistes, un processus dont fait les frais un personnage comme Whelpdale, par exemple, ironiquement si proche du jeune Gissing à certains égards. Force est de constater que, inévitablement ou presque, la version de 1891 n’évitait pas certaines longueurs. Toutefois, en perdant de vue, dix ans plus tard, des personnages secondaires comme Whelpdale ou la belle-famille d’Alfred Yule, Gissing s’apercevait-il qu’il acceptait que soit relégué plus nettement au rang de simple évocation réaliste de « la vie littéraire à Londres » un roman conçu, aussi et peut-être avant tout, comme une autofiction à l’esthétisme contrôlé, dans laquelle le portrait initialement défragmenté de l’artiste mêlait avec succès ironie et apitoiement.

7ELS Éditions nous offre donc une édition attirante mais inclassable, tant du point de vue scientifique que commercial. Le format de poche, agréable mais sommairement introduit et visiblement annoté pour les non-initiés, en fait un texte grand public, peut-être au détriment du roman de 1891, alors qu’une édition méconnue du roman révisé s’adresse de fait bien davantage aux spécialistes de l’auteur. Comme le souligne fort justement Delany, cet état du texte « is important evidence for Gissing’s judgement of his own work » (xx). Dans ces conditions, le lecteur restera certainement sur sa faim, lui qui était en droit de chercher ici des réponses aux questions auxquelles la seule étude existante des révisions du texte (celle de Michael Collie de 1974, Yearbook of English Studies, 1974, 212-224) ne répond pas toujours correctement. Par ailleurs, au-delà des interrogations liées à l’esthétique tardive de Gissing, la question de la réception française du texte, que remarquèrent des lecteurs aussi prestigieux qu’André Gide, méritait sans doute d’être posée. Fort heureusement, la biographie de Gissing que publiera prochainement Pierre Coustillas (lui-même co-auteur en 1978, avec Suzanne Calbris, de la traduction du texte de 1891, La Nouvelle Bohème — un fait que Delany aurait pu choisir de mentionner), ne manquera pas d’apporter toutes les réponses aux questions ici laissées en suspens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Huguet, « George Gissing, New Grub Street. The 1901 Revised Text », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 233-235.

Référence électronique

Christine Huguet, « George Gissing, New Grub Street. The 1901 Revised Text », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1406

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université Lille III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org