Navigation – Plan du site
Comptes rendus

K. K. Collins ed., George Eliot : Interviews and Recollections

Alain Jumeau
p. 236-238
Référence(s) :

K. K. Collins ed., George Eliot : Interviews and Recollections. Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010. ISBN 978-0-333-99363-7. xxiv + 280 p.

Texte intégral

1À côté des biographies des grands écrivains, on trouve souvent des recueils de témoignages et de souvenirs qui permettent de compléter leur portrait, d’ajouter des détails différents, inattendus, souvent très subjectifs et donc à prendre avec précaution, mais toujours d’un intérêt réel. C’est à cette tradition des Interviews and Recollections qu’appartient le volume de K. K. Collins. Le second terme, Recollections, se comprend facilement ; mais une mise au point n’est peut-être pas inutile pour le premier, Interviews. Nous avons affaire à un auteur victorien, et, à cette époque, il n’y avait pas encore cet empressement médiatique autour des romanciers à succès, priés d’accorder des interviews à tout vent. De plus, pour des raisons tenant à sa position sociale assez marginale au départ, et à son naturel timide et hypersensible, George Eliot cherchait à protéger sa vie privée le plus possible, et elle n’aimait pas parler de ses romans. Dans ce cas, les interviews restaient des rencontres où elle pouvait aborder divers sujets, des entretiens parfois, de simples entrevues la plupart du temps. C’est ce riche tissu d’Interviews and Recollections qui fait l’intérêt de l’ouvrage de K. K. Collins, un victorianiste de la Southern University of Illinois à Carbondale, que les éliotiens connaissent de longue date. Sa dernière publication, Identifying the Remains : George Eliot in the London Religious Press (ELS, 2006), cherchait à dégager l’image que laissait derrière elle la romancière, à sa mort en 1880, à partir des commentaires parus dans la presse religieuse de l’époque.

2Cette fois-ci, il élargit sa recherche pour reconstituer un portrait, littéraire mais aussi humain, de celle que l’on considérait alors comme une très grande romancière — « the female Shakespeare » — aux yeux de beaucoup. Son recueil de souvenirs et de témoignages offre une sélection importante, variée, allant de quelques mots à quelques pages, et de l’hostilité manifeste (Eliza Lynn Linton) à l’idolâtrie caractérisée (Edith Simcox, Elma Stuart). Les sources choisies par Collins sont diverses. Certaines sont inédites (lettres manuscrites, journaux intimes, etc.) ; d’autres ne sont plus très accessibles (ouvrages historiques de l’époque, correspondances, mémoires, biographies, autobiographies, journaux et périodiques).

3L’ensemble est organisé chronologiquement en sept parties de longueur inégale, selon l’ampleur de la documentation pertinente : 1) Mary Anne Evans, 1819-49 ; 2) An Anonymous London Journalist, 1850-53 ; 3) Mrs Lewes Abroad and at Home, 1854-58 ; 4) George Eliot, 1859-78 (de loin la partie la plus importante, avec des subdivisions en fonction des personnes rencontrées et des lieux de rencontre) ; 5) Mrs Lewes Alone, 1878-80 ; 6) Mrs Cross, 1880 ; 7) Postscripts, 1880-81. Avec cette présentation classique, tous les connaisseurs de George Eliot auront l’impression d’être en pays connu, et ils retrouveront avec plaisir certains témoignages venant de J. W. Cross, son mari et premier biographe, ou bien repris par des biographes plus récents comme G. S. Haight ou Rosemary Ashton. Il ne faut pas s’attendre ici à de véritables révélations sur la romancière, mais à un jeu d’éclairages assez complexe, qui finit par donner la conviction que le portrait connu jusqu’ici n’est pas nécessairement définitif et qu’il y a des détails qui méritent d’être mieux connus.

4Par exemple, on apprend que l’Irlandais Justin McCarthy, historien, journaliste, mais aussi romancier à ses heures, s’était rendu, une fois, à l’une des réceptions dominicales qu’organisait George Eliot dans son salon, au Priory, accompagné de ses deux enfants et que la romancière, qui aimait beaucoup les enfants, leur avait fait bon accueil. La jeune Charlotte McCarthy, ainsi encouragée, avait osé demander à cette vieille dame impressionnante quel était son préféré parmi les romans qu’elle avait écrit ; et curieusement, elle avait obtenu comme réponse : Silas Marner (115). Certes, on peut concevoir que la romancière avait adapté sa réponse à l’âge de Charlotte, mais voilà en tout cas de quoi alimenter quelques spéculations nouvelles.

5On sait depuis longtemps l’importance de la culture grecque, d’Homère aux tragiques, pour George Eliot. Mais on en trouve une preuve nouvelle et singulière dans le témoignage de Richard Jebb (de Trinity College, Cambridge), un spécialiste de Sophocle, qui avait noté une parenté d’inspiration entre la romancière et le grand tragique grec. Il avait d’ailleurs consigné dans un carnet personnel l’idée que « George Eliot was the modern dramatist (in the large sense) most like him, and that he had told upon her work probably in the outlining of the first emotions » (147). Et lorsqu’il l’interrogea directement pour savoir de quelle façon Sophocle avait pu l’influencer, elle lui répondit, par une coïncidence qui le frappa beaucoup, mais dont il ne lui dit rien : « in the delineation of the great primitive emotions » (147).

6Autre pépite parmi quelques autres : nous apprenons grâce aux mémoires d’Asquith (futur Premier ministre) qu’un autre helléniste, d’Oxford cette fois, le célèbre Jowett (de Balliol College) avait interrogé Lewes, le compagnon de George Eliot, pour savoir s’il y avait un témoignage interne dans Adam Bede permettant aux lecteurs de deviner que l’auteur qui se cachait sous le pseudonyme de « George Eliot » était une femme. Lewes fit cette réponse : « no man with such fine observation and intimate knowledge of the country and of country life would have been so totally indifferent to sport in all its aspects » (148).

7Il faut donc savoir gré à Collins de nous avoir communiqué le fruit de ses recherches érudites, longues et patientes, de nous avoir rappelé la diversité des points de vue sur la romancière, la complexité du travail du biographe, qui ne dispose parfois que d’un seul témoignage sur un point précis, ou bien de plusieurs versions différentes d’une même anecdote... Il a su rendre accessibles ces quelque deux cents témoignages par ses commentaires brefs mais pertinents sur les auteurs et les sources, en facilitant la consultation de son recueil par un index détaillé, qui ne fait pas moins de quarante-six pages.

8Si une autre édition de l’ouvrage est un jour envisagée, ce sera l’occasion, toutefois, de revenir sur quelques broutilles : au printemps 1835, la future romancière n’avait pas douze ans, mais quinze (10, n. 1) ; la célèbre citation de Shakespeare, « There is a tide in the affairs of men... » (38, n. 10), ne vient pas de Macbeth, mais de Jules César (IV, 3, 217-18) ; il y a une inversion des caractères romains et italiques pour « Molière’s Fourberies de Scapin » (114, n. 2) ; le critique musical d’origine allemande s’appelle non pas Francis Hueffer (137, notes), mais Heuffer ; enfin, dans le texte du critique français Edmond Schérer, il y a une coquille, « les traits de George Eliot graduisaient l’âme... » (190), un détail qui se remarque d’autant plus, sans doute, que les langues autres que l’anglais, et notamment le français, ont manifestement été relues avec un soin tout particulier, ce qui mérite d’être signalé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Jumeau, « K. K. Collins ed., George Eliot : Interviews and Recollections », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 236-238.

Référence électronique

Alain Jumeau, « K. K. Collins ed., George Eliot : Interviews and Recollections », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1408

Haut de page

Auteur

Alain Jumeau

Université de Paris-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org