Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Levin Yisrael ed., A. C. Swinburne and the Singing World : New Perspectives on the Mature Work

Joanny Moulin
p. 242-244
Référence(s) :

Levin Yisrael ed., A. C. Swinburne and the Singing World: New Perspectives on the Mature Work. Farnham, Ashgate, 2010. 190 p. ISBN 9780754669968 (hbk). 9781909403722 (ebk)

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, édité par Yisrael Levin, de l’université de Victoria (Canada), rassemble neuf articles par des auteurs canadiens, américains, britanniques et français. Le propos déclaré est de renouveler l’intérêt de la critique universitaire pour Algernon Charles Swinburne en portant l’attention sur les parties les moins fréquemment étudiées de son œuvre, c’est-à-dire les productions tardives et posthumes, ainsi que les écrits critiques. L’ensemble a le mérite de proposer un état des lieux perspicace et remarquablement bien documenté. Vraisemblablement motivés par la commémoration du centenaire de la mort de Swinburne en 2009, ces travaux font aussi office de liber amicorum en souvenir de Margot K. Louis, à qui ils sont dédiés. Stephanie Kuduk Weiner (Wesleyan University), dans « Knowledge and Sense Experience in Swinburne’s late Poetry », porte son attention sur les poèmes où dominent les effets sonores, dans une défense de Swinburne contre le reproche que lui adressait T. S. Eliot, d’être un poète pour qui « le son et le sens de font qu’un ». Une suite d’exemples brillamment étudiés confirme que, dans ces textes tout particulièrement, l’esthétisme de Swinburne réside dans un langage poétique qui se détourne de la mimésis pour cultiver le plaisir sensoriel. John A. Walsh (Indiana University), dans un chapitre intitulé « “Quivering Web of Living Thought” : Conceptual Networks in Swinburne’s Songs of the Springtides », présente l’édition digitale des œuvres de Swinburne sur le site internet The Swinburne Project www.swinburneproject.org. Certaines pages de citations rédigées dans le code XTML Text Encoding Initiative (TEI) Guidelines peuvent laisser le profane perplexe. Dans la pratique, fonctionnant entre autres comme un index et une concordance très perfectionnés, cet outil informatique est manifestement très utile, et susceptible d’offrir de nouvelles stratégies et perspectives de recherche. Pour ne prendre qu’un exemple très simpliste, un lecteur béotien qui n’aurait pas immédiatement perçu la pertinence du titre A. C. Swinburne and the Singing World y retrouverait la référence en quelques secondes, la machine donnant deux résultats, dont le plus probant est : « [...] Source : Algernon Charles Swinburne. Anactoria. The Poems of Algernon Charles Swinburne. 6 vols. London : Chatto, 1904. 1 : 57-66. Matches : and long notes of birds Violently singing till the whole world sings — I Sappho shall be one with ». Cette démonstration de la technologie mise au service de la poésie de Swinburne et de son étude s’accorde assez bien avec ce qu’Yisrael Levin appelle sa « vision de la nature comme un système mécanique », dans son chapitre « Solar Erotica : Swinburne’s Myth of Creation ». Au terme d’une analyse comparée de « Off Shore » et « By the North Sea » comme deux textes où le poète cherche à élaborer un mythe de la création, Levin relève le paradoxe par lequel Swinburne imagine une cosmogonie antichrétienne sans dieu (« godless ») où prévaut pourtant l’idée chrétienne de rachat, puisque « toute chose est rachetée de la mort perpétuelle par le changement perpétuel ». L’une des perspectives les plus intéressantes de l’ouvrage est la mise en rapport opérée par Levin de la poésie de Swinburne avec les thèses de Darwin. Une autre piste innovante est ouverte par Brian Burton (University of Durham), qui dans « Swinburne and the North » montre comment l’antichristianisme et le républicanisme de l’auteur des Ballads of the English Borders (parues à titre posthume en 1925), mais aussi son intérêt pour la musicalité de la langue, plongent leurs racines dans ses origines nordiques. Car Swinburne était un enfant de Northumbria, dont la demeure familiale de Capheaton Hall, sise « entre le mur d’Hadrien et les Cheviots », renferme une remarquable bibliothèque où le poète a pu acquérir une connaissance livresque des légendes Ango-Saxonnes. Dans cet ouvrage qui se positionne très consciemment dans une phase des études littéraires résolument postérieure au post-structuralisme, ce chapitre remet remarquablement à l’honneur une démarche biographique des plus fécondes. Par un exemple comparable d’approche historique, Nick Freeman (Loughborough University), dans « Swinburne’s Shakespeare : The Verbal Whirlwind ? » réévalue la lecture pour ainsi dire héroïque que fit Swinburne de Shakespeare, attribuant à ses écrits polémiques une fonction importante, bien qu’occultée par le modernisme, car ses provocations ont contribué à galvaniser certains débats dans les études shakespeariennes. Tout à fait remarquable, le chapitre de Charlotte Ribeyrol (université de Paris IV), « A Channel Passage : Swinburne and France » est un édifiant exemple de comparatisme franco-britannique, d’une érudition sagace et fertile. Marchant sur les traces de Georges Lafourcade, elle montre comment, à mi-chemin entre les conceptions de la poésie bien différentes de deux de ses héros, Baudelaire et Hugo, Swinburne le francophile joua un rôle de passeur, dans les deux sens, entre l’Esthétisme fin de siècle de la génération de Walter Pater et l’art pour l’art du Parnasse Contemporain, de Gautier à Mallarmé. Catherine Maxwell (Queen Mary, University of London), dans « Swinburne’s Friendships with Women Writers », compile un catalogue des femmes écrivains qui eurent quelque rapport ou correspondance avec Swinburne, pour remarquer que, à l’exception de Christina Rossetti, elles étaient toutes moins célèbres que lui, et en quelque sorte ses obligées. De manière assez semblable, Rikky Rooksby (auteur indépendant) propose un historique des éditions de poèmes choisis de Swinburne. Enfin, dans une postface synthétique, David G. Riede (Ohio State University) conclut à la vivacité de la recherche consacrée à Swinburne aujourd’hui, ce dont ce recueil de textes enlevé et stimulant est un probant témoignage. Le livre broché est de bonne facture, illustré çà et là de six images en noir et blanc, montrant des autographes, etc. Chaque chapitre est suivi d’une liste d’ouvrages cités ad hoc très fournie. Le paratexte comprend une table des illustrations, les notices biographiques des contributeurs, ainsi qu’un index des noms et des titres. Voilà bien un recueil d’articles qui fait une louable contribution à la recherche sur Algernon Charles Swinburne, et qui devrait la stimuler à divers points de vue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joanny Moulin, « Levin Yisrael ed., A. C. Swinburne and the Singing World : New Perspectives on the Mature Work », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 242-244.

Référence électronique

Joanny Moulin, « Levin Yisrael ed., A. C. Swinburne and the Singing World : New Perspectives on the Mature Work », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/1414

Haut de page

Auteur

Joanny Moulin

Université d’Aix-Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org