Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joseph Kestner, Masculinities in British Adventure Fiction, 1880–1915

Gilbert Pham-Thanh
p. 245-247
Référence(s) :

Joseph Kestner, Masculinities in British Adventure Fiction, 1880-1915. Farnham, Ashgate, 2010. 213 p., Hardback £55 ISBN 978-0-7546-6901-2

Texte intégral

1Masculinities in British Adventure Fiction, 1880-1915 compte deux cent treize pages, dont cent soixante-seize réservées à l’étude à proprement parler. La formulation inaugurale plurielle du titre place l’analyse dans le cadre des Masculinities Studies, Joseph Kestner (université de Tulsa, USA) posant ainsi implicitement que la société phallocentrique de la Grande-Bretagne est traversée par la « crise de la masculinité dont parle Elaine Showalter. En outre, le même titre indique que cette remise en question trouve des échos dans la littérature, et que la sphère de l’aventure demeure un site où l’individu voit sa masculinité mise à l’épreuve tout autant qu’affirmée. Enfin, la périodisation annonce que le tournant du siècle représente un moment à part dans l’évolution des représentations des masculinités, en particulier en raison des difficultés que rencontre l’Empire. De façon attendue, le corpus littéraire réunit Conrad, Kipling et Stevenson, et l’on a le plaisir de trouver, en plus de ces trois géants, des auteurs dits mineurs assez peu étudiés en France, spécialistes de ce genre populaire du roman d’aventure (adventure novel), R. M. Ballantyne, John Buchan, Erskine Childers, H. Rider Haggard, Anthony Hope, W. H. Hudson, Olive Schreiner et Henry Stacpoole. Ce corpus composite semble situer l’étude de Kestner dans les Cultural Studies, dont les Masculinities Studies représentent un champ disciplinaire, traquant dans des objets culturels hétérogènes, non hiérarchisés, les éléments de la réflexion. Afin de compléter la description de l’approche retenue, il faut évoquer l’influence des Postcolonial Studies, représentées par la référence à Homi K. Bhabha ou à Edward Said, par exemple.

2Le plan d’exposition de l’ouvrage (« Voyaging », « Mapping », « Invading » et enfin « Loving ») est didactique, dynamique et convaincant. Cependant, il n’est pas toujours respecté dans le corps du texte, et l’on trouve par exemple mention de la thématique homosexuelle à sept reprises en dix-huit lignes dans la partie « Voyaging » (57), alors que la notion d’invasion est peu explorée dans la partie qui lui est consacrée, et il est révélateur que le terme « invade » n’y apparaisse qu’après plus de vingt pages (119). L’Introduction de vingt-six pages pose quant à elle les grands axes de l’analyse et balise le champ d’étude : elle représente un mouvement à part entière. Cependant, les dix-huit premières pages sont plus théoriques que les huit dernières, qui s’attachent déjà à l’analyse d’une œuvre, certes antérieure à la période choisie, The Coral Island (1858) de Ballantyne. La conclusion assez brève de quatre pages trace avant tout une filiation entre le roman d’aventure (adventure novel) et le roman de détection (detective novel).

3L’index de onze pages et la bibliographie sélective de vingt-six pages complètent l’ouvrage et témoignent du sérieux de l’entreprise de l’auteur. Il faut cependant noter que les références critiques sont relativement anciennes, puisque l’on ne trouve que cinq textes de 2007, deux de 2008 et deux de 2009. En revanche, les critiques contemporaines de la publication des œuvres littéraires étudiées offrent une mise en contexte appréciable. Certes, les études sur Conrad sont sur-représentées dans la bibliographie critique, avec les cinquante-deux ouvrages et les quatre-vingt-douze articles qui lui sont consacrés. Le corpus principal marque lui aussi un net déséquilibre, puisque dix-neuf textes de Conrad en composent le cœur, alors que huit titres seulement sont tirés de l’œuvre de Stevenson. Quant aux trois textes étudiés de Kipling, ils le placent au niveau des autres écrivains du corpus. Ce décompte est significatif puisque Kestner livre des fiches où chaque texte est brièvement résumé, parfois avec quelques précisions géographiques et des mises en perspectives historiques, par exemple le rappel de certains grands événements de l’entreprise coloniale, guerres ou batailles (65), tout en convoquant les critiques en grand nombre, dans un geste général qui souligne la spécificité de la forme de masculinité incarnée par le héros britannique. En conséquence de ce choix, les répétitions sont fréquentes, presque systémiques, et l’examen peu approfondi. Par exemple, si l’opposition entre pénis et phallus est structurelle, elle est davantage illustrée qu’explorée (15, 86, 116, 127). De surcroît, les outils théoriques évoqués en introduction ne sont pas mis en œuvre dans le corps de l’étude, ou bien le sont de façon très allusive. En revanche, Kestner évoque et définit un certain nombre de variations du roman d’aventure : « male novel » (6), « modern masculine novel » (24), « narrative of Englishness » (39), « imperialist romance » (66), « imperial romance » (67), « male quest romance » (142), « spy novel » (173). Il montre ainsi la diversité de son champ d’analyse, composé d’une série de traditions littéraires qui réagissent à l’hégémonie du roman psychologique plaçant le scénario hétérosexuel au cœur du dispositif textuel.

4Le constat général reste donc mitigé, mais il faut souligner l’utilité du travail de Kestner, qui trace tout de même un panorama, construit un corpus littéraire et critique, tout en renforçant la visibilité des études des masculinités par son exploration-évocation du roman d’aventure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Pham-Thanh, « Joseph Kestner, Masculinities in British Adventure Fiction, 1880–1915 », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 245-247.

Référence électronique

Gilbert Pham-Thanh, « Joseph Kestner, Masculinities in British Adventure Fiction, 1880–1915 », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1416

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org