Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rosemarie Morgan ed., The Ashgate Research Companion to Thomas Hardy

Annie Ramel
p. 248-251
Référence(s) :

Rosemarie Morgan ed., The Ashgate Research Companion to Thomas Hardy. Farnham, Ashgate, 2010. 628 p. ISBN: 978-0-7546-6245-7

Texte intégral

1Ce volume, comme son titre l’indique, est un véritable « compagnon », c’est-à-dire un ouvrage susceptible d’accompagner le long de son parcours tout chercheur sur Thomas Hardy. Le livre sera également utile aux étudiants, tout comme au simple lecteur, qui y puiseront une multitude d’informations sur Hardy et son œuvre. Il faut dire qu’un tel ouvrage répond à un véritable besoin : même si plusieurs « compagnons » ont précédé celui de Rosemarie Morgan (A Hardy Companion, a Guide to the Works of Thomas Hardy and their Background, de Frank Pinion, 1968 ; The Oxford Reader’s Companion to Hardy, Norman Page, 2000), The Ashgate Research Companion to Thomas Hardy a l’avantage d’être un livre à visée encyclopédique (603 pages), qui réunit des contributions des plus grands spécialistes mondiaux de Thomas Hardy. Un détail qui a son importance : l’ouvrage est suivi d’un index bien utile. Les raisons pour lesquelle ce livre me paraît indispensable sont au nombre de trois :

21 — Il fait l’état des lieux de la critique hardyenne, et peut ainsi guider le lecteur à travers le fouillis des centaines de publications sur Hardy qui ont vu le jour depuis l’époque victorienne. Le livre vient de sortir, il est donc à jour, au courant des publications les plus récentes. La dernière partie (chapitre IX) est une bibliographie très complète de Thomas Hardy. Le chapitre I est consacré à la bibliographie hardyenne, avec deux articles de Charles P. C. Pettit, l’un portant sur « Hardy’s Bibliographies » (centré sur la première bibliographie hardyenne, celle publiée en 1954 par Richard L. Purdy, Thomas Hardy : A Bibliographical Study), et l’autre sur « Hardy’s Archives » : l’article recense les collections de manuscrits, de livres, et textes divers, écrits par Hardy ou le concernant. Un autre article, de W. Eugene Davis, a pour sujet « The First Hundred Years of Hardy Criticism : 1871-1971 ». Outre ces articles dont le sujet est la bibliographie, le livre contient plusieurs études qui prennent appui sur un recensement minutieux des publications sur le sujet traité, et qui sont de ce fait une véritable mine pour le chercheur. Ainsi, tout chercheur désirant s’engager sur la voie des « gender studies » aura intérêt à s’appuyer sur le travail bibliographique proposé par Judith Mitchell dans « Hardy and Gender »; toute personne optant pour une approche psychologique tirera le plus grand profit de « Psychological Approaches to Thomas Hardy » de Suzanne Keen ; sur les nouvelles, l’article de Sophie Gilmartin, « Hardy’s Short Stories », est un préalable indispensable à un travail de recherche, il indique les pistes à suivre, avant de proposer une réflexion personnelle sur un genre mal connu. Dans « Hardy and the Biographers », Phillip Mallet propose une lecture stimulante (et parfois incisive) de toutes les biographies de Thomas Hardy qui se sont succédées depuis le début du xxe siècle, y compris bien sûr celle écrite par Hardy lui-même et publiée sous le nom de Florence Emily Hardy. Au terme de son survol (qui n’épargne pas grand monde, sauf peut-être Michael Millgate), Phillip Mallet ouvre la voie à « la première biographie postmoderne de Thomas Hardy » qui, dit-il, n’a pas encore été écrite. Et c’est bien cela qui fait toute la valeur de ce livre : il est une invitation à poursuivre le travail critique au-delà des premiers jalons posés par les pionniers de la critique hardyenne et leurs successeurs.

32 — Le livre explore des zones de la critique hardyenne restées plus ou moins dans l’ombre, et propose une réflexion souvent novatrice dans des secteurs comme la relation entre Hardy et la culture populaire victorienne (« Hardy and Victorian Popular Culture : Performing Modernity in Music Hall and Melodrama », de Richard Nemesveri), Hardy et le droit (« Hardy and the Laws : Sexual Relations and “Matrimonial Divergence” », de William A. Davis ; voir aussi « Hardy in [a Time of] Transition », Suzanne J. Flynn). Outre le contexte historique et culturel, le livre aborde l’influence de Shakespeare sur Hardy, dans un article novateur et passionnant qui étudie les annotations manuscrites faites par Hardy sur son exemplaire des œuvres de Shakespeare acheté en 1863 (« From Stratford to Casterbridge : The Influence of Shakespeare », de Denis Taylor) ; il aborde aussi la relation entre Hardy et la musique (« “Tune” and « Thought” : The Uses of Music in Hardy’s Poetry », de John Hughes). Un article apporte un éclairage intéressant sur le domaine mal connu de l’illustration : « Illustrating Hardy’s Novels », de Ian Rogerson. Hardy et la religion est un sujet qui fait l’objet d’une étude soignée, dans une quatrième partie consacrée à « Bodies of Knowledge and Belief » (« One Church, Several Faiths, No Lord : Thomas Hardy, Art and Belief » de Timothy Hands). Dans cette même partie plusieurs auteurs s’interrogent sur Hardy et la science contemporaine : « Evolution and Deep Time in Selected Works of Hardy » (Kevin Padian), « Hardy’s Poetic Cosmology and “The New Astronomy” » (Pamela Gossin), « Hardy and Scientific Humanism » (Andrew Radford). Dans « Philosophy, Metaphysics and Music in Hardy’s Cosmic Vision », Mark Asquith rend justice à la perspective esthétique de Hardy, qui fait de la perplexité philosophique une vertu littéraire. Un article incontournable est celui sur le cinéma, « Hardy and the Cinema : A Plethoric Growth in Knowledge », de Paul J. Niemeyer, qui fait le point sur les adaptations cinématographiques et télévisuelles des romans de Hardy et présente l’évolution de la critique sur ce nouveau genre, depuis l’époque où les adaptations étaient toujours perçues comme des formes abâtardies de l’œuvre originale jusqu’à une époque plus récente où des théories sémiotiques de l’adaptation ont vu le jour. Quiconque veut s’informer sur « The Immanent Will » et The Dynasts trouvera dans l’article de Harold Orel, « The Dynasts : Hardy’s Contribution to the Epic Tradition », une précieuse source d’informations, ainsi qu’une lecture stimulante (par exemple la mise en parallèle de Hardy et de Burke). L’article de Dale Kramer, « Hardy : The Driftiness of Tragedy », part de la question posée par George Steiner dans The Death of Tragedy (la tragédie est-elle un genre viable à l’époque moderne ?) et s’interroge sur la compatibilité entre le genre tragique et l’instabilité du monde moderne, perçu à la lumière du post-structuralisme, de la physique quantique, du relativisme et de l’individualisme. Sur la question de la masculinité chez Hardy, Phillip Mallet nous offre une réflexion novatrice qui fait le pendant à la partie sur « Gender » : « Hardy and Masculinity : A Pair of Blue Eyes and Jude the Obscure ». Enfin, Rosemarie Morgan et Scott Rode proposent un travail détaillé et complet sur la question du Wessex, dans « The Evolution of Wessex », et concluent par une analyse remarquable sur le Wessex comme « espace liminal » entre la réalité et la fiction.

43 — Le livre propose un certain nombre d’analyses textuelles remarquables, en particulier sur des poèmes de Hardy (qui ne font d’ailleurs pas l’objet d’une partie distincte). L’article de DeSales Harrison, « Reading Absences in Hardy’s Lyrics : Representation and Recognition », attire notre attention sur une contradiction inhérente aux poèmes, qui sont à la fois inscription et anti-inscription : l’acte poétique cherche à représenter l’objet (souvent un objet perdu), mais il a en même temps pour visée sa destruction (l’étude du poème « The Photograph » est à cet égard révélateur). Pourtant le texte garde trace de ce qui échoue à être représenté, précisément dans les « lignes de faille » des poèmes, là où vient se troubler la transparence de la représentation. Deux autres joyaux sont « The Proudest Songster of Them All : Some Thoughts on Three “Everyday” Lyrics », de Tom Paulin (qui étudie trois poèmes : « In Time of “the Breaking of Nations” », « the Self-Unseeing », « Proud Songsters »), et « Visitors and Revision : Time Warps in Moments of Vision », de Gillian Beer, qui montre comment une méthode de composition particulière (Hardy récrivait ses poèmes, des années après leur première composition, lorsqu’ils avaient été rejetés par les éditeurs) produit une sorte de torsion du temps, qui superpose le moment épiphanique vécu jadis et le moment présent de l’écriture, le temps de la perte irrémédiable. L’analyse textuelle ne concerne pas que la poésie : l’ouvrage se termine par « Hands in Hardy », où J. Hillis Miller, une fois de plus, nous régale en faisant apparaître un décalage ironique entre un passage de Tess of the d’Urbervilles (celui où Angel et Liza-Lu, la main dans la main, sont comparés aux deux apôtres de Giotto) et le tableau auquel Hardy fait référence : en réalité une oeuvre de Spinello Aretino, où l’un des deux apôtres a les mains jointes, c’est-à-dire que sa main gauche est bien la sienne, et non pas la main droite de son voisin. La main chez Hardy exprime « une connexion sans connexion » — ce qui est somme doute assez logique chez un écrivain pour qui « l’amour vit de la proximité, mais meurt du contact ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Ramel, « Rosemarie Morgan ed., The Ashgate Research Companion to Thomas Hardy », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 248-251.

Référence électronique

Annie Ramel, « Rosemarie Morgan ed., The Ashgate Research Companion to Thomas Hardy », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1418

Haut de page

Auteur

Annie Ramel

Université Lyon II.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org