Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bram Stoker, Dracula

Nathalie Saudo-Welby
p. 260-261
Référence(s) :

Bram Stoker, Dracula ed., Roger Luckhurst, Oxford, OUP, Oxford World’s Classics, 2011, xlii + 391 p. ISBN 978-0-19-956409-5

Texte intégral

1La nouvelle édition de Dracula chez OUP est présentée par Roger Luckhurst, qui a également fait le travail d’édition de The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (2006) et du remarquable recueil Late Victorian Gothic Tales (2005) chez le même éditeur. Il s’agit de la troisième édition de Dracula dans la collection Oxford World’s Classics, et elle comprend un changement majeur : le texte est repaginé. S’il était possible dans le cadre d’un cours de recommander indifféremment les éditions d’A. N. Wilson (1983) et de Maud Ellmann (1996), ce n’est plus le cas.

2Comme les éditions précédentes, le paratexte comprend une introduction, une bibliographie, une chronologie de la vie de Bram Stoker et des notes. Roger Luckhurst y a ajouté une très utile chronologie de la littérature vampirique avant Dracula, et un appendice  : le chapitre « Dracula’s Guest » qui ne fut publié qu’après la mort de Stoker en 1912.

3La bibliographie, très utile, est en partie commentée. L’augmentation de la taille des notes au cours des éditions successives (de deux pages chez Wilson à trente pages dans la présente édition) est un indice du foisonnement critique récent qui a entouré l’œuvre. Les notes sont particulièrement claires et utiles.

4L’introduction est dense et érudite, et envisage tout à la fois la vie de Stoker, les sources de l’œuvre et les multiples interprétations auxquelles elle se prête. Il n’est plus question ici de douter de la qualité littéraire du roman. En 1996, Maud Ellman semblait avoir préservé quelques-unes des réticences qui avaient entouré la première parution du roman dans la collection en 1983  : « the novel wouldn’t be so good if it weren’t so very bad », écrivait-elle, et son propos visait à démontrer comment un contenu à sensation et une structure originale venaient compenser ou faire oublier les faiblesses littéraires du roman. Roger Luckhurst est moins préoccupé par les aspects stylistiques de l’œuvre que par son riche contenu culturel et idéologique, qui fait de Dracula un texte « surdéterminé » (xxv). Ses trente pages apparaissent comme une synthèse presque exhaustive de l’immense activité critique que l’œuvre a générée au cours des vingt dernières années  : représentations de la masculinité et des « New Women », thématique de la « reverse colonization » (Stephen Arata), discours racial cristallisant de façon possible mais incompatible la crainte de l’Irlande, de l’Orient ou des Juifs, discours scientifique mettant en tension les oppositions entre modernité et archaïsme, raison et surnaturel. Ces différentes interprétations sont résumées avec des citations et des références aux ouvrages critiques. Roger Luckhurst ne simplifie jamais ; il respecte l’extrême complexité de l’inscription dans la fiction de discours contradictoires ou ambivalents  : « the text is less a didactic allegory than a rich, open matrix that is so overloaded with possibility that it is continually falling into contradiction. » (xix)

5À l’intérieur du débat formulé par David Punter sur la nature universelle ou historique du gothique, Luckhurst semble donc se situer davantage dans la deuxième approche. Dracula apparaît comme le produit composite des multiples peurs qui agitaient la Grande-Bretagne fin-de-siècle. Ayant prévenu son lecteur du risque des interprétations abusives, malgré la richesse du texte, Luckhurst écrit  : « All the concerns identified here reinforce a central problem in Dracula  : the integrity of Anglo-Saxon identity in a moment where it was perceived to be under pressure from all manners of insidious attacks. » (xxix)

6En raison de sa densité, de son caractère nécessairement allusif et de son langage fleuri (« thespian », « supernal »), il est possible que la lecture de cette introduction décourage certains étudiants, mais elle stimulera les spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Saudo-Welby, « Bram Stoker, Dracula », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 260-261.

Référence électronique

Nathalie Saudo-Welby, « Bram Stoker, Dracula », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1433

Haut de page

Auteur

Nathalie Saudo-Welby

Université d’Amiens.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org