Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Charles Dickens, Uncollected Writings from Household Words. vols 1 et 2, ed. Michael Hollington

Nathalie Vanfasse
p. 269-271
Référence(s) :

Charles Dickens, Uncollected Writings from Household Words. vols 1 et 2, ed. Michael Hollington, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing Classic Texts, 2009.
ISBN 978-1-4438-1383-9 & 978-1-4438-1384-6

Texte intégral

1Les deux volumes d’articles s’inscrivent dans un ensemble plus large, à savoir une collection réunissant 29 des plus grandes œuvres de Dickens. Cette édition réalisée sous l’égide de Michael Hollington qui a rédigé une préface d’ensemble entre dans le cadre de la republication de textes classiques tombés dans le domaine public par la maison d’édition Cambridge Scholars Press. Ce projet inclut les œuvres de grands écrivains anglo-américains et son volet victorien comprend à ce jour une sélection d’œuvres de Dickens ainsi que les œuvres complètes d’Arthur Conan Doyle, de Robert Louis Stevenson, de Robert Browning et de William Makepeace Thackeray. La collection consacrée à Dickens comprend tous ses romans ainsi que ses contes et récits les plus connus. Elle compte aussi ses deux récits de voyage, American Notes et Pictures from Italy, son histoire de l’Angleterre pour les enfants, sans oublier une sélection de ses écrits journalistiques. L’ensemble des poèmes de Dickens figurent également dans la collection qui réunit enfin la totalité des discours de Dickens édités par Ken Fielding chez un autre éditeur mais malheureusement épuisée depuis une vingtaine d’années. Un des autres atouts de la collection Dickens est de proposer une réimpression des Miscellaneous Papers qui n’étaient plus disponibles depuis un siècle.

2Les deux volumes dont il est ici question, à savoir les Uncollected Writings from Household Words sont en fait une réédition réalisée à partir de deux volumes portant le même titre et édités en 1968 par Harry Stone aux Presses universitaires d’Indiana. Ces ouvrages comprennent environ tous les essais et les contes écrits par Dickens en collaboration avec d’autres contributeurs à ce journal, les écrits journalistiques rédigés seulement par Dickens et ayant été rassemblés dans divers ouvrages, dont certains comme Reprinted Pieces ou the Uncommercial Traveller furent publiés du vivant de l’écrivain et d’autres le furent après sa mort (comme la plus récente et complète collection Dent en trois volumes éditée par Michael Slater). Le troisième volume de la collection Dent consacré aux articles publiés par Dickens seul dans Household Words entre 1851 et 1859, c’est-à-dire pendant toute la durée d’existence du périodique, complète donc les articles écrits en collaboration dans le même journal et présentés dans l’ouvrage de Cambridge Scholars Press.

3Pour en venir aux deux volumes d’Uncollected Writings, à la différence de l’édition de Harry Stone, les deux volumes publiés par Cambridge Scholars Publishing fournissent aux lecteurs le texte brut et quasiment sans commentaires ni annotations. Harry Stone s’était efforcé de déterminer dans ces articles rédigés à deux mains, quelle était la part écrite par Dickens, ce qui lui avait d’ailleurs valu quelques critiques dans les recensions de l’époque qui lui reprochaient de spéculer souvent sur la participation précise de Dickens à ces articles, d’autant plus que certains de ses collaborateurs comme W. H. Wills avaient souvent appris à imiter le style du grand écrivain (Hagan, 1969, 364). Ces conjectures ont disparu de l’édition publiée Cambridge Scholars Press, qui laisse le lecteur libre de mener sa propre enquête. Les articles réunis ici sont, à quelques exceptions près, le fruit de collaboration entre Dickens et son éditeur adjoint W. H. Wills ou d’autres membres de l’équipe de rédaction de Household Words comme Henry Morley et R. H. Home. L’édition de 1968 a été presque entièrement reprise ici, à l’exception d’articles publiés au moment de Noël et initialement inclus par Harry Stone dans le deuxième recueil d’articles. Il s’agit de « The Seven Poor Travellers » (décembre 1854), « The Holly-Tree Inn » (décembre 1855), « The Wreck of the Golden Mary » (décembre 1856) et « A House to Let » (décembre 1858), qui ont donc disparu de l’édition actuelle mais sont disponibles dans d’autres éditions.

4Outre la tentation d’essayer de découvrir soi-même les parties rédigées par Dickens dans les deux volumes de Cambridge Scholars Press, en repérant des « détails dickensiens », il est passionnant de se pencher sur la variété et l’éclectisme des questions et réalités victoriennes abordées par ces textes, qui s’avèrent une mine d’informations pour tout chercheur s’intéressant à la période. Le lecteur y découvre des sujets aussi divers que le fonctionnement des services postaux, les conditions de vie de patients dans un asile d’aliénés, les procédés de fabrication du papier, l’industrie du verre, le marché au poisson de Billingsgate, les hôpitaux pour enfants, la criminalité, les courses de chevaux, les expositions, un marché aux bestiaux ou un poste de police, sans oublier des considérations personnelles ou même des remarques sur le cannibalisme. Chaque article donne lieu à des descriptions à la fois précises et vivantes qui font resurgir l’atmosphère et le cadre de cette époque, à travers un mélange de genres qui s’étend de la simple description au croquis et au conte, en passant par l’humour, la satire, l’ironie et l’invective, mais aussi la rêverie. On retrouve dans ces pièces écrites à plusieurs mains, les principales préoccupations de Dickens, à savoir sa sympathie pour les pauvres, sa lutte pour une plus grande justice sociale et pour la mise en place de réformes dans une multitude de domaines comme l’hygiène, l’éducation, l’administration, le droit du travail, le système pénitentiaire, la délinquance juvénile, la peine de mort ou l’esclavage. Les deux volumes d’articles reflètent également la passion de Dickens pour le théâtre, son attachement aux souvenirs d’enfance et sa foi dans les pouvoirs de l’imagination qui transfigure la réalité, mais seulement pour la rendre paradoxalement encore plus réelle ou pour souligner combien elle est en elle-même fantastique et parfois grotesque. De nombreux articles trouvent des échos dans la fiction dickensienne, ce qui amène à les apprécier à la fois en eux-mêmes et pour l’éclairage qu’ils apportent à la fiction dickensienne: raison de plus pour se plonger avec délices dans ces deux recueils enfin réédités grâce à Michael Hollington.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Vanfasse, « Charles Dickens, Uncollected Writings from Household Words. vols 1 et 2, ed. Michael Hollington », Cahiers victoriens et édouardiens, 74 Automne | 2011, 269-271.

Référence électronique

Nathalie Vanfasse, « Charles Dickens, Uncollected Writings from Household Words. vols 1 et 2, ed. Michael Hollington », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 74 Automne | 2011, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/1443

Haut de page

Auteur

Nathalie Vanfasse

LERMA, Université d’Aix-Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org