Navigation – Plan du site
Résistances

Jane Eyre fait de la résistance

Jane Stands up for her Rights
Claire Bazin
p. 31-40

Résumé

Speak I must; I had been trodden on severely and must turn”. It is with these unspoken but no less eloquent words that Jane starts attacking her baffled aunt, who is not used to being addressed in this way by one who is usually obedient and silent. The scene, which follows the incarceration in the red room and Brocklehurst’s visit, can be read as a "Vindication of the rights of Jane” and also as both a metamorphosis and a reversal: Jane is out of herself and rebels against the enemy who gradually turns into a powerless child, ready to cry, unable to recognize this new Jane whom she vainly tries to propitiate. If Jane comes out victorious from this verbal confrontation, her triumph has a bitter after-taste and her previous exaltation is followed by a kind of depression, which is often the case with her. I propose to study this emblematic scene firstly by following three axes: a double metamorphosis where Jane defeats Mrs Reed who loses her composure, in a spectacular reversal of roles, and then by analysing Jane’s ensuing inner monologue, where the narrator’s I takes over from the character’s in this splitting of the narrative voice that is common to both novelistic and fictitious autobiographical forms.

Haut de page

Texte intégral

1Je dirai d’emblée que je vais tricher avec le titre en frustrant les attentes, puisque c’est exclusivement sur un passage du chapitre IV de Jane Eyre que je vais me pencher, scène emblématique, en tant qu’elle annonce et illustre un schéma récurrent dans le roman, reprenant l’affrontement récent avec John Reed et anticipant les scènes avec Rochester au chapitre XXIII et St John au chapitre XXXIV.

  • 1 Toutes les références sont à la Norton Critical Edition, 2001.

2« Speak I must; I had been trodden on severely, and must turn » (JE 30; les italiques sont de l’auteur1). C’est sur cette déclaration muette mais non moins éloquente que Jane ouvre le feu — « s’ignifie » pour reprendre le bon mot de B. Bertrandias — sur sa tante médusée, peu habituée à de tels éclats de la part de celle que l’on contraint à l’obéissance et au silence. Cette scène, véritable « Vindication of the rights of Jane », fait suite à l’incarcération dans la chambre rouge et à la visite de Brocklehurst que Mrs Reed prévient d’emblée contre Jane, affligée, l’assure-t-elle, d’une fâcheuse tendance au mensonge — « a tendency to deceit » (28) — où le médical (il pourrait s’agir d’une maladie) s’allie au moral, comme pour aggraver le péché. Après avoir observé l’ennemie ( « the opponent » : le monde se divise entre bons et méchants), au grand dam de celle-ci, Jane rassemble ses forces, déterminée à briser un silence auquel la condamnent tant l’étymologie de l’infans qu’elle est encore que Mrs Reed qui lui enjoint sans cesse de l’observer : « until you can speak pleasantly, remain silent » (5) ou encore : « Silence, this violence is all most repulsive » (14). En imposant à Jane le silence, Mrs Reed lui refuse le droit à l’existence, ce dont Jane est bien consciente, qui l’accuse, avec une redoutable perspicacité, de souhaiter sa mort : « I know you wish me dead » (23), ce qui sera plus tard confirmé par la tante elle-même, tentant de priver Jane d’un héritage en la déclarant morte, mais Jane défiera le pouvoir performatif des mots en résistant à la mort qu’on lui souhaite. Pour prouver qu’elle existe, Jane doit résister. C’est dans cette résistance, dans cette rébellion, qui inscrit la guerre dans son étymologie, que se construit son identité. « Jane must devise strategies of defence and differenciation of her own [...] She must find ways of inhabiting — and speaking back from — the margins » (Lanone 1, 77-87). La rébellion s’impose comme réaction violente, volcanique (Jane a recours à la métaphore de catastrophe naturelle dans son rapport avec St John) d’un Je dont l’intégrité est en péril. Sa prise de parole (qui parfois la dépasse : « something spoke out of me over which I had no control », 22) peut se lire comme une véritable prise de pouvoir, qui provoque ou va de pair avec une double métamorphose et un double renversement : Jane sort de ses gonds et de son rôle d’enfant, bouleversant la hiérarchie, pour défier l’adulte dont les défenses tombent peu à peu, et qui se transforme, à la stupéfaction teintée de jouissance de Jane, en enfant impuissante, au bord des larmes, devant la violence des attaques verbales d’une Jane qu’elle ne reconnaît plus et dont elle essaie — mais un peu tard — de s’attirer les bonnes grâces. Si Jane sort vainqueur de la bataille gagnée à coups de mots, le triomphe a un goût amer et à l’exaltation succède l’abattement, schéma récurrent chez Jane (et qui anticipe la scène d’affrontement avec St John Rivers).

3J’ai choisi d’étudier cette scène emblématique selon trois axes : une double métamorphose, où Jane en furie « Berthaesque » se laisse aller et défait Mrs  Reed qui perd tous ses moyens, dans un spectaculaire renversement des rôles, avant d’analyser le monologue intérieur d’une Jane en proie à l’abattement post-crise, où le Je de la narratrice prend le pas sur le Je du personnage, dans ce dédoublement de la voix narrative qui est le propre du roman et de l’autobiographie fictive.

The mad girl in the room

4« A passion of resentment fomented », qui explose dans la déclaration muette : « Speak I must ». L’emphase sur le verbe souligne assez qu’il s’agit d’une affaire de mots, les italiques venant donner la mesure et la force de la résolution où, comme l’écrit une étudiante, le « I est pris en tenailles entre la parole et l’obligation » (écho de la déclaration de Mrs Reed en incipit du roman : « she really must exclude me »). Catherine Lanone analyse en ces termes l’attitude de la tante : « attempting to disguise exclusion as a petrifying necessity » (Lanone 2, 101). C’est ensuite la punition qui sera élevée au rang de nécessité absolue à laquelle Mrs Reed ne saurait se soustraire, faute de manquer à ses devoirs d’éducatrice : « Children must be corrected for their faults ». Jane doit parler, à la fois pour se libérer du poids d’un silence oppressant (et où la parole est cathartico-thérapeutique), mais aussi pour rétablir une vérité bafouée par l’ennemie, et par-là même remplir un devoir envers elle-même. La prise de parole passe par une prise de conscience d’un Je nié, ostracisé — « Me, she had dispensed from joining the group » (5) — où la virgule tient en respect le moi haï — , réduit à néant : « a nothing ». L’emphase sur le verbe traduit aussi l’encouragement que se donne l’enfant pour oser défier l’autorité patriarcale de la tante mégère : « self-articulation is a key component to action », écrit une étudiante. Le Je envahit d’ailleurs le passage, comme s’il avait enfin voix au chapitre, pouvait enfin se donner libre cours. De passive — « trodden on » — Jane devient active, de silencieuse, elle devient furieusement loquace, accusant en crescendo Mrs Reed d’avoir falsifié une vérité qui lui tient d’autant plus à cœur qu’elle la concerne au premier chef. Le champ lexical de la vérité (valeur tout autant revendiquée par l’auteur dans sa préface au roman) est lourdement labouré. Non seulement Jane rétablit cette vérité, mais elle accuse simultanément la tante et son odieuse progéniture : « I am not deceitful », où l’emphase pourrait porter cette fois sur le I, en directe opposition avec Georgiana Reed, que Jane n’hésite pas à accuser en cette fin de paragraphe, une Georgiana dont le physique gracieux lui vaut tous les pardons : « Little darling ! — with her long curls [les boucles ne sont pas permises à tout le monde] and her blue eyes and such a sweet colour as she has; just as if she were painted ! » (21). Comme elle accuse aussi la tante elle-même. « You are deceitful ». L’injonction de parler, à laquelle Jane obéit, semble ouvrir des vannes trop longtemps fermées, voire jamais ouvertes, ce qui ne laissera pas d’étonner Mrs Reed, comme elle le déclarera à Jane sur son lit de mort. Les accusations vont crescendo, puisque Jane en vient à dénoncer la couvée Reed dans son entier, avant de se déclarer heureuse de ne pas y appartenir, inversant par là même l’exclusion honnie en rejet choisi. Sally Shuttleworth souligne le sentiment de supériorité de Jane, qui s’inscrit en contrepoint de son statut : « The child Jane we first encounter is miserable in her social exclusion [...] yet we are left in no doubt that she views herself, personally and morally, as utterly superior » (Shuttleworth ix). L’ultime accusation qui fait suite à la question de Mrs Reed, reprise et réitérée par Jane (la répétition traduit l’excitation) anticipe quasi verbatim le discours ultérieur à Rochester avant la proposition de mariage, et qui se clôt sur la célèbre déclaration d’égalité, chère au cœur des féministes, « equal — as we are ! » :

Do you think I am an automaton ? — a machine without feelings ? and can bear to have my morsel of bread snatched from my lips. Do you think because I am poor, obscure, plain and little, I am soulless and heartless ? You think wrong ! (215-216).

Jane entend se faire entendre : « Jane’s weapon is that of language », dit encore Shuttleworth. C’est par la parole qu’elle va prendre une place que lui refuse la société victorienne et le microcosme Reedien :

Jane Eyre connaît le malheur de n’avoir pas de place [...] Aussi connut-elle d’emblée comme le vilain petit canard des contes d’Andersen le flottement identitaire de qui ne ressemble à personne, la solitude de l’intrus dans sa propre maison (Heinich 11).

I was a discord in Gateshead Hall; I was like nobody there; I had nothing in harmony with Mrs Reed or her children [...] a heterogeneous thing [...] a useless thing [...] a noxious thing (12).

5Où la répétition sur le signifiant « thing » assoit la réification de Jane qui anticipe celle de Bertha : la différence, quelle qu’elle soit, est à bannir, à exclure, à abolir. Rien, ici, ne semble pouvoir arrêter Jane dans son élan qui l’effraie tout autant que son adversaire. Comme dans la chambre où elle voyait aussi rouge que les murs, Jane est « hors d’elle » et a peine, comme dans le miroir, à se reconnaître (le imp prend le dessus sur la fairy). La colère de Jane, héritée du titre signifiant des Juvenilia — Angria — (dont Gilbert et Gubar nous convainquent que c’est elle qui, au premier chef, a effrayé les Victoriens dont elle met l’édifice en péril) se marque sur le corps : « shaking from head to foot », dans la voix, qui devient, contrairement au sotto voce de la tante, « berthaesque » : « a savage, shrill voice ». L’excitation est à son comble, même si Jane (narratrice ou actrice, les deux souvent se mêlent) est suffisamment lucide pour émettre, comme dans la chambre rouge, un diagnostic sur son état : « ungovernable excitement ». Les accusations se font menaces quand l’enfant assure qu’elle est prête à dénoncer l’hypocrisie d’une tante qu’elle promet aussi de ne plus jamais revoir (promesse qu’elle ne tiendra pas).

L’arroseur arrosé

6Si Mrs Reed reste d’abord de glace (les métaphores négatives de froid, d’eau gelée, de dureté, sont largement partagées entre elle, Brocklehurst et St John), l’œil (de glace; il sera ensuite de silex) ne trahissant aucune émotion, la fureur de Jane, la violence des attaques — « words are made to wound » (Lanone 2, 101) — finissent par avoir raison de son impassible implacabilité : l’ennemie se défait, la glace fond sous le feu de Jane. Par sa prise de parole, Jane opère une véritable transformation, en reconfigurant les régimes discursifs et en renversant le pouvoir. La colonne s’effrite sous les assauts répétés de l’enfant, qui ne semble plus en être une : « No child ever spoke or looked as she did » (197). Il est vrai que le ton et le contenu de cette déclaration requièrent une suspension de l’incrédulité du lecteur, trop content néanmoins que l’enfant ose défier l’adulte, et qui ne peut qu’applaudir. « The narrator forces the reader’s antipathy , which is willingly granted » (Bazin 1, 7). La question que pose Mrs Reed à Jane est le premier signe de la défaite, même si le recours au patronyme Eyre ne fait que souligner la non-appartenance de Jane à la famille Reed. Mais en lieu et place du bloc de glace initial, Jane se trouve devant une Mrs Reed effrayée, démunie, désarmée, au bord des larmes, comme au début du chapitre IV : « a look like fear » (23). Ici « Mrs Reed looked frightened; her work had slipped from her knee; she was lifting up her hands, rocking to and fro, and even twisting her face as if she would cry ». Elle laisse même échapper son ouvrage, jusque-là maintenu par une main ferme sur ses genoux. Jane a provoqué un choc violent chez une Mrs Reed peu habituée à ce qu’on lui résiste et médusée devant l’audace de l’enfant demeurée jusqu’à ce jour silencieuse : « From Mrs Reed, Jane learns that silence and stillness, qualities of the ideal woman [...] can both be interpreted as submission » (Mann 99). Sur son lit de mort, Mrs Reed avouera à Jane devenue adulte à quel point elle l’avait déstabilisée. Elle est, lui assure-t-elle, ce monstre hybride (que Jane finit par croire qu’elle est) : « I felt fear as if an animal that I had struck or pushed had looked up at me with human eyes and cursed me in a man’s voice » (204), reprise de l’intuition de Jane : « child or fiend » (23). « Animal becomes human, child becomes adult and social inferiority becomes an expression of moral superiority » (Shuttleworth ix). Qui veut noyer sa nièce l’accuse de toutes les rages. Mrs Reed essaie pour l’heure différentes stratégies pour calmer l’adversaire, s’attirer ses bonnes grâces par l’offrande d’un verre d’eau susceptible d’éteindre le feu, dont la menace, dit Bernadette Bertrandias, plane sur tout le roman (tant métaphoriquement que littéralement). Rochester lui-même ne souligne-t-il pas le danger de sa situation : « To live, for me, Jane, is to stand on a crater-crust which may crack and spue fire any day » (184). C’est ensuite une amitié peu probable, que lui offre la tante, mais en laquelle Jane ne peut croire : « Not you ». Le dernier recours est la justification générale, le credo victorien : « Children must be corrected for their faults », alors que Jane vient de se dédouaner du péché de mensonge dont on l’accuse injustement et qui lui vaudra, ironiquement, l’exposition sur le fameux « pedestal of infamy » de Lowood, Brocklehurst prenant naturellement le relais de Mrs Reed, dont la place dans la société victorienne est gage de moralité. Tout effort ici est vain et le dernier ordre (qui fait écho au début du passage), tempéré par le cliché « there’s a dear », visant à éloigner l’enfant en la remettant à l’endroit qu’elle n’aurait pas dû quitter — la « nursery » —, ne sera pas obéi. Jane défie la tante jusqu’au bout, allant jusqu’à lui donner à son tour un ordre qui, lui, sera obéi : « send me to school ». La séparation est nécessaire à la construction de soi. Jane doit partir pour mieux se trouver. Elle vient de faire l’expérience du pouvoir des mots, de goûter à l’infinie liberté qu’ils donnent : « My soul began to expand, to exult, with the strangest sense of freedom, of triumph, I ever felt. It seemed as if an invisible bond had burst, and that I had struggled out into unhoped for liberty ». La révolte de l’esclave ( « the mood of the revolted slave »; le signifiant est récurrent) a porté ses fruits. La parole, au même titre que l’écriture, ouvre à Jane un espace de liberté inespéré : « Écrire, pour Jane, est un impératif, comme si son « Speak I must », ne valait pas simplement pour cette seule scène, mais pour l’ensemble de l’œuvre » (Morling).

Victorieuse et vaincue

7Mais l’affrontement est prématuré et à l’exaltation succède l’abattement dont Jane est coutumière et qui, cette fois, anticipe la scène avec St. John Rivers où Jane l’accable de son mépris avec une vigueur qui l’outrage : « I scorn your idea of love [...] I scorn the counterfeit sentiment you offer : yes, St. John, and I scorn you when you offer it » (348). Quelques pages auparavant, et selon un schéma récurrent, Jane prévoit l’explosion :

I know no medium : I never in my life have known any medium in my dealings with positive, hard characters, antagonistic to my own, between absolute submission and determined revolt. I have always faithfully observed the one, up to the very moment of bursting, sometimes with volcanic vehemence, into the other. (341)

8C’est précisément, nous l’avons vu, ce qui dépasse l’entendement de Mrs  Reed : « how for nine years you could be patient and quiescent under any treatment, and in the tenth break out all fire and violence » (204).

9À l’action, succède la réaction. Le Je de la narratrice prend le relais de celui de l’actrice dans le monologue intérieur final où Jane analyse la scène qu’elle vient de vivre et porte sur son état le diagnostic suivant : « a child cannot quarrel with its elders as I had done », écho direct du discours initial de Mrs Reed, qu’elle a bien intégré : « There’s something truly forbidding in a child taking up her elders in that manner » (5). Aux superlatifs enthousiastes et pleins de satisfaction personnelle : « first victory », « hardest battle », à la position conquérante (qui anticipe le trône de gloire de Lowood) où Jane occupe, triomphante, la place de Brocklehurst, succèdent l’abattement et la solitude retrouvée, qui attisent une culpabilité toujours en éveil. L’objet de haine a disparu de sa vue et, comme dans la chambre rouge, l’enfant se retrouve face à face avec elle-même, et ne se reconnaît pas davantage. Le feu s’éteint, parce que personne n’est plus là pour l’attiser, écho de la scène dans la chambre rouge où « depression [...] fell damp on the embers of my decaying ire » (13) :

A ridge of lighted heath, alive, glancing, devouring, would have been a meet emblem of my mind when I accused and menaced Mrs Reed : the same ridge, black and blasted after the flames are dead, would have represented as meetly my subsequent condition, when half an hour’s silence and reflection had shown me the madness of my conduct. (31)

10« Comment ne pas lire là le destin de la demeure de Rochester, dévastée par les flammes, allumées par la femme folle du grenier » ? (Bazin 2, 36). Jane serait une Bertha en herbe, qu’il faut couper avant qu’elle ne devienne folle : le parallélisme est souligné par Jane elle-même, narratrice lucide. Pas davantage que le pauvre ne peut défier le riche ou l’esclave son maître, l’enfant ne peut s’en prendre à ses aînés. L’accès de culpabilité de Jane anticipe, nous l’avons dit, la scène avec St. John où Jane est prête à implorer son pardon, toujours en quête, Helen Burns l’a bien perçu, d’une approbation et d’une affection qui lui sont si souvent refusées. La vengeance, à l’égal de la passion, dont il faut prendre en compte le bi-sémantisme, se décline en deux temps : à l’excitation (la comparaison avec le vin n’est pas fortuite), succède la dépression.

11La révolte de Jane a ses limites. Quand justice signifie vengeance, l’issue du combat peut être l’auto-destruction. « [From] her blind rebellion, Jane grows into a woman endowed with powers of expression, whether visionary watercolours or controlled words » (Lanone 1, 79).

12Si Jane, comme elle le déclare plus tard à Rochester, doit se préoccuper d’elle-même : « I care for myself » (« the self is all one has », Eagleton 24), et si la révolte est nécessaire dans la construction d’une identité, l’intérêt de Jane lui dicte aussi les limites de cette révolte. « Jane has to move from passionate reaction to separation before achieving self-assertion » (Champeaux). Jane Eyre serait alors un Bildungsroman « with a difference », revu et corrigé, où l’héroïne doit apprendre ce qu’il lui faut rejeter pour exister. La résistance et la révolte sont des étapes/états nécessaires (pour reprendre la terminologie de Heinich) mais ni suffisants ni permanents. « Jane has to learn how not to be ».

Haut de page

Bibliographie

Bazin Claire, « The other (m)other in Jane Eyre », in Cycnos 25 (2008), numéro spécial Jane Eyre, http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=5956. [Bazin 1]

Bazin Claire, Jane Eyre L’Itinéraire d’une Femme, du roman à l’écran, Paris, PUF/CNED, 2008. [Bazin 2]

Champeaux Estelle, Dissertation de licence, Paris Ouest-Nanterre-La Défense.

Eagleton Terry, Myths of Power, A Marxist Study of the Brontës, Basingstoke, Palgrave, Macmillan, 1975, 2005.

Heinich Nathalie, États de Femme, L’identité féminine dans la fiction occidentale, Paris, Gallimard, 1996, p. 11.

Lanone Catherine, « An Interloper and an Alien, Jane Eyre, Jean Rhys and the Discourse of the Other » in Jane Eyre, de Charlotte Brontë à Franco Zeffirelli, Frédéric Regard et Augustin Trapenard, éd., Paris, Sedes, 2008. [Lanone 1]

Lanone Catherine, «“I am not a liar ”: Interpellation and Counter-interpellation in Jane Eyre » in Jane Eyre, Le roman de Charlotte Brontë et le film de Franco Zeffirelli, Laurent Bury et Dominique Sipière, éd., Paris, Ellipses, 2008. [Lanone 2]

Mann Rachel, «“Delicate and Aerial” : The Vanishing Body in Jane Eyre », in Cycnos 25 (2008), numéro spécial Jane Eyre.

Morling Charles-Henry, Dissertation d’agrégation, 2009, ENS Cachan.

Shuttleworth Sally, Introduction to Jane Eyre, Oxford, OUP, 2000.

Haut de page

Notes

1 Toutes les références sont à la Norton Critical Edition, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bazin, « Jane Eyre fait de la résistance », Cahiers victoriens et édouardiens, 75 Printemps | 2012, 31-40.

Référence électronique

Claire Bazin, « Jane Eyre fait de la résistance », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 75 Printemps | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cve.revues.org/1450 ; DOI : 10.4000/cve.1450

Haut de page

Auteur

Claire Bazin

Université Paris-Ouest — Nanterre-La Défense.
Claire Bazin, ancienne élève de l’E.N.S. Sèvres, est professeur de littérature britannique du xixe siècle et de nouvelles littératures à l’université de Paris Ouest-Nanterre-la Défense. Elle a publié Jane Eyre, le Pèlerin moderne (Le Temps, 2005), Jane Eyre, L’itinéraire d’une Femme (en collaboration, CNED, PUF, 2008) et travaille actuellement sur une monographie : Janet Frame, Novelist and Autobiographer, qui sera publiée en 2011 par Northcote Publishers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org