Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Odile Boucher-Rivalain, Harriet Martineau (1802-1876), une Victorienne engagée, préface de Rosemary Mitchell

Paris, Michel Houdiard, 2013, 179 p. ISBN : 978-2-35692-099-7.
Alain Jumeau
Référence(s) :

Odile Boucher-Rivalain, Harriet Martineau (1802-1876), une Victorienne engagée, préface de Rosemary Mitchell, Paris, Michel Houdiard, 2013, 179 p. ISBN : 978-2-35692-099-7.

Texte intégral

1Parmi les Victoriens, Harriet Martineau n’est pas une personnalité de premier plan. Pourtant elle a eu une influence déterminante sur son époque en contribuant au débat d’idées et en promouvant certaines valeurs qui ont souvent été, depuis lors, reconnues et acceptées. Sans être une agitatrice, car cela semblait contraire à sa nature profonde, elle voulait faire bouger les lignes sur le plan politique et social. À sa manière tranquille, elle dérangeait, notamment par son athéisme, au point d’avoir suscité ce commentaire moqueur de l’humoriste Douglas Jerrold : « There is no God and Harriet Martineau is his Prophet ».

2Le mérite de l’étude d’Odile Boucher-Rivalain est de revenir sur la carrière de cette personnalité pour essayer d’en définir la nature et l’influence, à partir des textes qu’elle a laissés et des témoignages dont on dispose sur elle. La première partie retrace la vie de cette femme, et la seconde (un peu plus longue parce qu’elle nous offre des documents à la fois en anglais et dans une traduction française inédite) nous en propose des illustrations.

3Harriet Martineau s’identifie pleinement au xixe siècle britannique, puisqu’elle est née lorsque ce siècle avait deux ans et que le pays affirmait sa puissance, et qu’elle est morte en 1876, lorsque les premiers signes du déclin commençaient à se faire sentir. Rien ne la prédisposait à une vie active et singulière, puisqu’elle était de santé fragile et handicapée par une grave surdité qui l’obligeait à utiliser un cornet acoustique. Elle n’avait aucune beauté physique, mais une intelligence remarquable. Encouragée par sa mère et son frère James, elle se tourna vers les activités intellectuelles, ce qui lui rendit service lorsque l’entreprise familiale fit faillite et qu’elle dut vivre de sa plume. Elle se fit d’abord connaître par des ouvrages de vulgarisation économique, les Illustrations of Political Economy (1832-34), qui expliquent, à l’aide d’anecdotes et de dialogues, les principes de l’économie, ainsi que, par exemple, les idées de Malthus et de Ricardo. Un voyage aux États-Unis lui inspira trois ouvrages, dont Society in America (1837), qui lui valut l’estime de Dickens.

4Elle était ainsi lancée dans la carrière littéraire, où elle aborda plusieurs genres : le roman, d’abord, avec Deerbrook (1839), représentant une petite communauté bourgeoise en milieu rural, où Odile Boucher-Rivalain voit une préfiguration de la fiction de George Eliot, puis un roman historique, The Hour and the Man (1841), consacré à Toussaint Louverture. Un récit de voyage en Orient, Eastern Life and Travels (1848), lui permit de rendre compte de son évolution spirituelle depuis l’unitarisme familial jusqu’à l’agnosticisme. Son histoire de l’Angleterre pendant les trente années 1816-46 fait le point sur les différentes réformes accomplies en peu de temps. Elle traduisit ensuite, en les ramenant à deux volumes, les six volumes du Cours de philosophie positive d’Auguste Comte, sans doute pour exposer ses nouvelles croyances dans le progrès scientifique. Cette réduction de l’œuvre de Comte lui permit d’écarter ce qui la heurtait chez le penseur français, qui croyait notamment à la supériorité de la race blanche et à la différence de capacité intellectuelle entre hommes et femmes.

5Lorsque l’on apprit à Harriet Martineau qu’elle souffrait d’une tumeur ovarienne, elle quitta Londres pour Ambleside, dans le Lake District, afin de se ménager, mais elle garda une intense activité journalistique pendant plus de vingt ans. Son Autobiographie posthume (1877) explique la nature de son engagement et sa fidélité à ses idées.

6La deuxième partie du livre illustre les différentes formes de cet engagement, dans le domaine intellectuel, religieux, politique (sa lutte contre l’esclavage) et social (son combat pour la cause des femmes et leur éducation). Dans un passage de son Autobiographie, elle explique que les meilleures avocates des femmes ne sont pas celles qui exposent leurs griefs personnels : « Celles qui rendent le plus grand service à notre cause sont les femmes qui font preuve de compétence, au plan moral comme au plan intellectuel » (154).

7Dans toute la diversité des causes qu’elle a défendues, il est difficile de choisir un élément dominant ou fédérateur. Le féminisme y joue certes un grand rôle, mais il est loin d’être exclusif. Dans Harriet Martineau, A Radical Victorian (1960), R. K. Webb, son premier biographe, a été sensible à son combat politique, mais le ton raisonnable qu’elle a toujours voulu adopter ne s’harmonise guère avec les nécessités d’un tel combat. Susan Hoecker-Drysdale a vu en elle la First Woman Sociologist (1992) ; or cela suppose un détachement qui ne correspond pas non plus à sa vraie nature. Dans ces conditions, on acceptera volontiers l’opinion d’Odile Boucher-Rivalain, qui voit d’abord en elle une Victorienne « engagée ». La lecture de son livre suggère une autre idée, qui n’est pas mise en avant de la même façon, mais qui s’impose peu à peu : cette femme qui excellait dans son travail de vulgarisation était peut-être avant tout une authentique journaliste, un métier nouveau pour les femmes, qui permit à son engagement personnel de s’exprimer dans les domaines les plus variés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jumeau, « Odile Boucher-Rivalain, Harriet Martineau (1802-1876), une Victorienne engagée, préface de Rosemary Mitchell », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 80 Automne | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/1561

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org