Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Louise Miskell, Meeting Places: Scientific Congresses and Urban Identity in Victorian Identity

Coll. Science, Technology and Culture, 1700-1945, Farnham, Ashgate, 2013. 204 p. ISBN 9781409452379
Georges Letissier
Référence(s) :

Louise Miskell, Meeting Places: Scientific Congresses and Urban Identity in Victorian Identity, coll. Science, Technology and Culture, 1700-1945, Farnham, Ashgate, 2013. 204 p. ISBN 9781409452379

Entrées d’index

Mots-clés :

sciences, villes

Keywords :

science, cities
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Louise Miskell (Senior Lecturer à l’Université de Swansea) est le sixième opus d’une collection dédiée à l’impact sociétal et sociologique des innovations scientifiques entre 1700 et 1945 éditée par les éditions Ashgate. Cette étude richement documentée analyse le phénomène des « parlements de la science » dans l’Angleterre victorienne, entre 1838 et le début des années 1880. Ces manifestations prenaient la forme de congrès accueillis dans les principales villes du Royaume-Uni qui rivalisaient entre elles pour les recevoir. Elles avaient pour but de porter à la connaissance des classes moyennes principalement les dernières innovations en matière de science, d’agriculture, d’archéologie et de sciences sociales. Elles connurent une popularité croissante jusque dans la moitié des années 1880 avant que la spécialisation des champs disciplinaires et l’accélération des moyens de communication et des modes de transmission des connaissances (notamment par voie postale) ne finissent par rendre inutiles ces expéditions annuelles des associations savantes. Quatre sociétés constituent l’objet de cette étude : « The British Association for the Advancement of Science (BAAS), the Royal Agricultural Society of England (RASE), the Royal Archaeological Institute (RAI) [et] the National Association for the Promotion of Social Science (NAPSS) » (5). L’objet clairement affirmé de l’auteur est moins de s’intéresser aux contenus scientifiques ou culturels disséminés qu’à l’impact de ces congrès sur les communautés urbaines qui les hébergeaient et, plus généralement, sur la redistribution des zones d’influence exercées par ces différentes villes et le rayonnement respectif de celles-ci dans un monde en pleine mutation. En effet, les cinq décennies considérées voient la géographie urbaine du Royaume-Uni se redessiner suite aux mouvements des populations, aux bouleversements démographiques et au développement des communications et des transports.

2Dans une première partie, Louise Miskell se penche sur les raisons qui poussaient les associations à sélectionner telle ville plutôt qu’une autre. Ainsi le premier congrès de la BAAS eut lieu à York, connue pour être le siège de la renommée société philosophique du Yorkshire qui depuis 1821 attirait des géologues comme William Buckland à la suite de la découverte en 1821 d’ossements préhistoriques dans les grottes de Kirkdale. Des graphiques permettent de se faire une idée précise des différentes régions concernées par ces événements longuement préparés et qui se déroulaient sur une semaine entière. À l’évidence l’attrait exercé par la ville qui postulait pour accueillir le congrès (ville d’eau, station balnéaire, fonction administrative) était décisif car les participants à ces manifestations y attachaient souvent plus d’importance qu’au contenu scientifique. Dans un deuxième chapitre, la procédure de la sélection est détaillée. D’un côté les différentes associations prêtaient une très grande attention aux atouts respectifs des villes candidates, de l’autre, ces dernières déployaient de véritables stratégies pour être élues. L’impact de cette émulation entre les villes est donc décisif pour appréhender la question du renouveau urbain dans l’Angleterre victorienne. Des infrastructures étaient mises en place (nouveaux Hôtels de Ville, bibliothèques, musées, jardins publics ou théâtres) pour augmenter les chances de réussite en misant sur l’attrait culturel, car il fallait bien que les participants puissent se distraire tout au long de leur séjour. La présence ou non de gares était également un critère décisif. Le statut social et le pouvoir d’influence des membres composant la délégation venant plaider la cause d’une ville auprès des sociétés savantes organisatrices jouaient bien évidemment un rôle non-négligeable. Louise Miskell dresse le tableau des villes ayant le plus souvent accueilli ces événements ; Newcastle-upon-Tyne suivie de Birmingham, Edimbourg, Liverpool et York font figure de favorites. Les retombées économiques étaient significatives et l’image des villes organisatrices au niveau national s’en trouvait grandie. Un troisième chapitre détaille par le menu la logistique mise en place pour assurer le succès de l’événement. De nombreux lieux publics se trouvaient réquisitionnés pour l’occasion, même les écoles et les tribunaux étaient contraints de suspendre momentanément leurs activités habituelles pour répondre à la demande de locaux. Toutes les activités préparatoires soudaient l’unité des parties concernées, ce qui fut notamment le cas pour la ville de Cheltenham en 1879 où les divisions politiques et religieuses étaient très marquées. Les édiles étaient sollicités pour accueillir les invités et inaugurer les manifestations. Des membres de la famille royale honoraient de temps à autre de leur présence ces congrès, ce fut notamment le cas en 1848 quand le Prince Albert assista à la rencontre de la British Association à Southampton. Des fonds étaient levés auprès des entreprises locales, les conseils municipaux contribuaient également au financement et les souscriptions annuelles des membres des différentes associations complétaient les budgets nécessaires. Le quatrième chapitre propose un compte rendu du vécu des participants au cours de la semaine durant laquelle se déroulait le congrès, selon une approche qui relèverait d’une anthropologie du quotidien. Il fallait à la fois distraire et instruire, ce qui posait la question de la discrimination entre cultures « populaire » et « savante ». Quelques pages sont consacrées à la place qu’occupaient les femmes lors de ces manifestations. Leur présence se confinait souvent à agrémenter les réceptions et des craintes qu’elles puissent détourner l’attention des hommes étaient parfois exprimées sans ambages.

3Certains détracteurs allaient jusqu’à affirmer que les femmes et les filles des marchands fortunés n’ayant jamais consulté un livre de science étaient incapables de faire la distinction entre géologie, généalogie, astronomie et gastronomie. Bien qu’elles ne fussent jamais totalement exclues des « parlements de la science », les femmes furent néanmoins souvent tenues à distance ; un nombre limité de tickets à leur intention était émis et des places assises cantonnées en certains endroits permettaient de contrôler leur présence. Miskell s’appuie sur des sources primaires : correspondance et journaux intimes pour arriver à ces conclusions. Elle note toutefois la présence de communicantes à l’occasion du congrès de la NAPSS à Bristol en 1869, au nombre desquelles Mary Carpenter qui fit une intervention sur l’éducation des femmes en Inde. Dans le cinquième et dernier chapitre, l’attention se tourne sur l’impact laissé par ces congrès sur les villes qui s’étaient lourdement investies. L’apport scientifique pouvait parfois inspirer les décisions des élus sur des questions de santé publique par exemple ou encore initier des débats sur des sujets aussi divers que la météorologie, l’enseignement, les espaces verts, etc.

4Cette étude très informée s’adresse principalement à toutes celles et ceux qui ont un intérêt pour la sociologie urbaine et l’évolution de la propagation des savoirs savants dans l’Angleterre victorienne. La bibliographie proposée est riche et allie harmonieusement les sources primaires et secondaires. Le propos est ferme et bien illustré ce qui ajoute au plaisir du lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Letissier, « Louise Miskell, Meeting Places: Scientific Congresses and Urban Identity in Victorian Identity », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 80 Automne | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/1611

Haut de page

Auteur

Georges Letissier

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org