Navigation – Plan du site
Résistances

Portraits de Résistantes (1847-1875) : la femme face au système patriarcal dans quelques romans victoriens

Women’s Resistance to Patriarchy in the Victorian Novel (1847–1875)
Jacqueline Fromonot
p. 69-80

Résumé

The analysis bears on the literary representations of women’s resistance to patriarchal figures, drawing from a wide-ranging corpus. Passive resistance is depicted—and often denounced—in Thackeray and Eliot as a pattern of behaviour imposed by a world that expects women to resist male desire in courtship and to master their own impulses in society, in the name of decorum and decency. Nonetheless, this skilful suppression of feeling paradoxically proves at times an aid to secret resistance, thanks to which women only seem to obey. More active ways of resisting are based on lying and deception, a mise en abyme of literary creation itself—a signature in Thackeray and Meredith. However, the freedom women obtain from such dissent is doomed, as resistance remains covert and does not result in overt claims likely to challenge the patriarchal system. Yet, some novelists stage dramatic forms of frontal attack and resistance, in which women choose heroic postures by emphatically rejecting the male-dominated world, like Dickens’s Estella in Great Expectations. Greatly influenced by the sensational genre, Trollope, on his part, creates a wilful character resisting her father in The Way We Live Now. However, the eponymous heroine of the earliest novel of the corpus, Jane Eyre, proves strikingly ahead of her time in her systematic defiant refusal of all forms of patriarchal domination—and her overall success in doing so.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les références des œuvres littéraires données entre parenthèses indiquent le titre de l’œuvre en ab (...)

1Nul ne peut rester indifférent au destin d’héroïnes de fiction, telle Lady Clara, l’épouse bafouée et battue de The Newcomes. Son sort tragique est d’ailleurs l’occasion pour William Makepeace Thackeray de s’insurger contre le mariage d’intérêt en le rapprochant du suttee, tradition indienne qui prévoit qu’une veuve s’immole sur le bûcher auprès de la dépouille de son mari (N 28 : 3641). Quelque vingt années plus tard, George Eliot peint elle aussi avec force, dans Daniel Deronda, la vie malheureuse de Gwendolen sous la coupe d’un Grandcourt tyrannique. Ces deux situations ne sont que partiellement fictionnelles. En effet, même si la condition féminine évolue tout au long de la seconde moitié du xixe siècle, les femmes victoriennes restent victimes d’une société patriarcale qui leur impose de nombreux devoirs, leur accorde bien peu de droits et leur refuse toute perspective d’indépendance. La fiction d’inspiration réaliste peut alors se lire comme témoignage (certes filtré par une conscience subjective particularisante) d’une réalité de l’époque. Il faut rappeler que la femme mariée n’a pas la jouissance de biens propres, abus que John Stuart Mill dénonce dans The Subjection of Women en notant par exemple l’hypocrisie d’une loi qui définit le couple comme une seule entité : « The two are called “one person in law”, for the purpose of inferring that whatever is hers is his, but the parallel inference is never drawn that whatever is his is hers » (Mill 30). C’est ce cadre culturel et juridique qui régit bon nombre de situations romanesques. Pourtant, certains écrivains semblent compenser par l’imagination créatrice une réalité préoccupante, voire révoltante, et relatent des types de réactions face à l’oppression subie, qui présentent les femmes en lutte pour gagner leur liberté, fût-elle partielle. La sélection du corpus permet de brosser le tableau des figures de la résistance au monde des hommes, sans doute la posture la plus héroïque offerte aux femmes. Charlotte Brontë, Charles Dickens, George Eliot, George Meredith, William Makepeace Thackeray ou encore Anthony Trollope, chacun selon ses modalités propres, contribuent à élaborer une casuistique qui explore des configurations typiques. Utilisant la ruse, le mensonge en actes et en paroles, des femmes se révèlent dissidentes sans enfreindre, en apparence du moins, les codes établis, mais certaines s’avèrent aussi capables de résistance frontale, en s’affirmant avec détermination face au dispositif patriarcal qui sert de toile de fond au roman.

2Tout d’abord, l’étude de ces portraits littéraires analyse la mise en texte de la résistance féminine fondée sur la dissimulation du vrai, « suppressio veri », selon la typologie établie par le philosophe victorien Henry Sidgwick. Elle permet aux écrivains d’étudier les comportements, de mettre au jour les motifs et les visées, en somme de mener une investigation socio-psychologique d’un topos avec finesse et clairvoyance, dans la tradition du roman réaliste et de ses études de mœurs.

3Dans un monde de décence et de retenue, on attend des femmes qu’elles résistent au désir de l’homme tout comme à leurs propres pulsions. Ainsi, dans la relation galante, elles doivent faire preuve de réserve, quels que soient leurs sentiments véritables. Selon les codes encore prégnants de la tradition courtoise, un refus est même parfois censé constituer un assentiment déguisé, comme le rappelle Mr Collins, personnage suffisant de Pride and Prejudice. Cette réticence se mue parfois en résistance, qui consiste, selon l’étymon latin resistere, à tenir sa position face à un homme impérieux, conquérant, tel le Redmond Barry créé par Thackeray dans Barry Lyndon, et dont la psychologie justifie en creux chez Lady Lyndon le refus initial de céder. Dans son journal du séducteur, l’aventurier consigne en effet le principe de sa campagne galante en termes belliqueux, « Attacking is [a man’s] only secret » (BL 13 : 185), énoncé frappant à plus d’un titre puisque l’impact typographique des italiques du verbe « attacking » en redouble le sémantisme. Motivé par une volonté de pouvoir et de domination, Barry énonce sa résolution : « I was determined to bend this haughty lady » (BL 13 : 185), confirmant qu’il s’agit de faire littéralement plier (« bend ») pour mettre à sa portée en la réduisant celle qui, pleine de morgue aristocratique (« haughty »), inaccessible, le regarde de haut. Il est vrai que la femme qui se livre trop, trop vite, ou qui rendrait définitivement les armes perd l’avantage et s’expose à tous les dangers ; aussi le narrateur thackerayen met-il en garde toute débutante, dans Vanity Fair cette fois : « Be cautious, then, young ladies ; be wary how you engage. Be shy of loving frankly ; never tell how you feel [...] » (VF 18 : 170). Le style du manuel de préceptes destinés aux jeunes filles se lit au travers des trois tournures impératives, « be cautious », « be wary » et « be shy », mais l’énoncé se poursuit et devient parodique en plaçant le secret d’une immunité efficace dans l’absence quasi-totale de sentiments : « [...] or (better still), feel very little » (VF 18 : 170). Par ce bathos, l’écrivain rappelle la nécessité de résister à toute tentation de sentimentalité, dangereuse dans cette guerre des sexes perpétuelle, dans le monde calculateur et impitoyable de la Foire aux vanités. Le conseil se révèle injonction sociale, et il importe moins de ne pas céder aux avances des hommes que de faire obstacle au déferlement du sentiment.

4En effet, dit-on, un ennemi redoutable auquel la femme doit tenir tête en société n’est autre qu’elle-même, car elle doit constamment se surveiller. On la dit en effet imprévisible, impulsive, « mutable and explosive », selon les termes de Meredith dans The Egoist (E 20 : 237). Elle est en outre garante de l’honneur de sa famille, en particulier de son époux, et ne doit pas se donner en spectacle ni exhiber ses affects. « You have too much propriety to exhibit your grief before the world » (N 26 : 733), rappelle-t-on à Lady Clara Newcome, dès lors contrainte de refouler ses peines pour jouer l’harmonie conjugale. Gwendolen Harleth n’a quant à elle nul besoin de cet avertissement, ayant intériorisé le diktat : « It still seemed the worst result of her marriage that she should in any way make a spectacle of herself » (DD VI, 44 : 615). Les romanciers peignent ces âmes tourmentées pour montrer l’envers du décor social et mettre au jour l’obligation de celer la vérité, pour la femme formée à l’« école du mensonge », évoquée chez Eliot à propos de l’éducation mondaine de Gwendolen, « schooled to the suppression of feeling » (DD VI, 48 : 667), et chez Thackeray par l’expression généralisatrice de « discipline of hypocrisy » (N 26 : 733).

5Pourtant, le recours aux faux-semblants attendu dans la parade sociale peut ne pas se réduire à un simple asservissement, et au contraire procurer aux plus habiles un pouvoir de résistance à l’autorité masculine. En effet, contenir sa nature revient à maîtriser son apparence et à prendre une distance critique en toutes circonstances. C’est la conclusion à laquelle est parvenue la princesse Halm-Eberstein, mère de Daniel Deronda, qui évoque sa relation vis-à-vis de son propre père. Ses propos débordent l’anecdote et illustrent bien des rapports entre hommes et femmes :

And when a woman’s will is as strong as the man’s who wants to govern her, half her strength must be concealment. I meant to have my will in the end, but I could only have it by seeming to obey. (DD VII, 51 : 695)

6Si la dissimulation garantit en grande partie la puissance de la femme, elle lui permet aussi, peut-on ajouter, de ménager ses forces. En effet, contrairement à la parole ou à l’action ouverte, le non-dit et la manipulation des signes constituent un expédient économique, une arme spécifique de ceux que la société considère comme faibles, donc adaptée aux femmes.

7Ourdissant une conspiration secrète, Lady Lyndon finit par se libérer du petit seigneur méchant homme devenu son époux et se vante alors de l’avoir circonvenu en ces termes hyperboliques : « I have outwitted the most crafty and treacherous monster under the sun » (BL 19 : 304). En sauvant la victime, le narrateur thackerayen, et avec lui l’auteur, font preuve d’une certaine solidarité à son égard, rappelant la visée parfois émancipatrice de cette littérature. L’attitude se retrouve dans un roman rédigé quelque trente années plus tard, The Egoist, où Meredith décrit avec empathie les manœuvres de Clara Middleton propres à contrer son fiancé Willoughby Patterne, l’égoïste éponyme. Le paradigme de l’homme désigne celui-ci comme un être vorace, au travers d’images prandiales de « glutton » et de « devouring male Egoist » (E 11 : 151, 152), évocatrices d’un prédateur prêt à ingérer sa proie. Nulle autre issue alors, apprend le lecteur, que de recourir à la feinte : « In the appeasement of the glutton [women] have to practise much simulation » (E 11 : 151). Ainsi, Meredith ouvre la conscience de Clara, qui affirme sa volonté farouche de préserver son intégrité : « My mind is my own, married or not » (E 8 : 113). Cet énoncé repose sur une anacoluthe : le sujet de « married » est « my mind » selon la logique syntaxique, alors que d’après la logique du sens, ce devrait être le pronom de la première personne. La rupture de construction crée une anomalie, révélatrice d’une résistance à la grammaire conventionnelle faisant écho à la résistance de l’héroïne aux codes sociaux en vigueur, qui tentent de déposséder la femme mariée de ses pensées propres. La transgression respecte pourtant la ligne syntaxique et demeure lisible, preuve que le geste vise une évolution, l’instauration d’un nouveau type de discours.

8Une stratégie d’évitement permet à Clara d’échapper à toute intimité avec son futur époux, et lorsqu’il la prend dans ses bras, elle se raidit sous l’effet d’un prétendu frisson : « [...] not seeing any way to escape, she invoked a friendly frost to strike her blood, and passed through the moment unfeelingly » (E 10 : 133). Incapable de s’échapper physiquement, elle parvient à s’évader en s’abstenant de s’impliquer dans la relation. Elle réduit la portée amoureuse de l’étreinte à sa seule « facticité » en lui ôtant sa « transcendance », selon les termes de l’analyse de Jean-Paul Sartre dans L’Être et le Néant au sujet des conduites de mauvaise foi. Dans l’exemple sartrien, la femme laisse ostensiblement reposer sa main « inerte entre les mains chaudes de son partenaire : ni consentante ni résistante — une chose » (Sartre 92), afin de désarmer la conduite de celui qui la courtise. Elle n’est pas sans ressources, mais doit composer avec les codes en cherchant des subterfuges acceptables. Clara esquive ainsi littéralement une caresse en se penchant pour cueillir une fleur :

The gulf of a caress hove in view like an enormous billow hollowing under the curled ridge.
She stooped to a buttercup. The monster swept by. (E 13 : 171)

9Paradoxale, la résistance consiste à éviter cette vague déferlante qui symbolise la détermination de l’homme à submerger la femme et permet l’hyperbolisation quasi épique du portrait de la masculinité en acte. D’autre part, la disposition typographique de l’extrait, où chaque phrase est isolée par le passage à la ligne, évoque sur le plan visuel la séparation physique et psychologique des fiancés. Ce dispositif se renforce du recours à l’asyndète et au style paratactique, qui privent le texte de connecteurs et reflètent le point de vue limité d’un Willoughby incapable de percevoir l’enchaînement causal en jeu et la signification véritable du mouvement de sa fiancée. Cette altérité impénétrable des consciences est toutefois repérable grâce à l’instance narrative, qui révèle ces actes de résistance secrète, et sans laquelle ils resteraient à jamais ignorés, à la manière des crimes parfaits. La convention du narrateur omniscient prend ici toute son importance, puisqu’elle permet de confronter des plans de réalité, selon une logique contrapuntique et panoptique qui fait dialoguer les points de vue, pour le plus grand plaisir d’un lecteur spectateur gagné à la cause féminine, sinon féministe.

10Ces stratégies de suppression du vrai imposées aux femmes et exploitées à l’occasion par elles constituent une résistance relativement passive, qui se fait parfois dynamique quand autrui est induit en erreur par la suggestion du faux, « suggestio falsi » (Sidgwick 317). Les figures vont de l’équivoque à la fabulation pure, et donnent lieu à des trouvailles linguistiques que le romancier élabore pour fonder une poétique de la résistance par le verbe, trouvant là une mise en abyme du projet littéraire vis-à-vis de la société.

11Si mimer l’acquiescement permet de donner l’illusion de la victoire à la force adverse, cette tactique peut gagner en complexité — en en perversité — lorsqu’en filigrane de cette acceptation se lit le refus réel. Ce cas est illustré par Clara Middleton, que son identité onomastique désigne à la fois comme clarté (« Clara ») et demi-ton, demi-teinte (« Middleton » / « middle tone ») et destine à l’utilisation de semi-vérités qui sont aussi des demi-mensonges. « I want the early part of the morning ; the rest of the day I shall be at liberty » (E 25 : 301), lance-t-elle ainsi à Willoughby, apparemment pour signaler sa disponibilité. Or, l’idiome « at liberty » renvoie aussi à l’absence d’entraves, qui en réalité fait référence à son projet de fuir du château. L’ambivalence devient claire pour la locutrice, qui semble encourager le lecteur à goûter l’exploration de la polysémie du langage : « [...] only the third time was she aware of the delicious double meaning » (E 25 : 301). On ne saurait résister au retour du refoulé, perçu comme une coquetterie qui n’entraîne ici aucun sentiment de culpabilité chez celle qui est bien décidée à lutter avec ses propres armes. De la même manière, lorsque Willoughby accepte de libérer Clara de son engagement à la seule condition qu’elle épouse Vernon, un moins bon parti, la réaction de la jeune femme, « I could engage to marry no one else » (E 47 : 569) s’entend de deux façons. On suivra ici l’analyse que Roland Barthes fait de Sarrazine, une nouvelle d’Honoré de Balzac qui présente des tours comparables. « Selon la première écoute, il y a leurre » car l’énoncé peut se lire comme une capitulation destinée à pacifier Willoughby. En revanche, « selon la seconde, [il y a] dévoilement », puisque Clara est amoureuse de Vernon et ne saurait, à ce titre, choisir en effet que lui ; « La tresse des deux écoutes forme une équivoque » (Barthes 150), qui comporte les clés de son décryptage pour un interlocuteur perspicace, non aveuglé par la fatuité comme l’égoïste, qui reste persuadé d’avoir fait céder la belle en lui dictant ses termes. La littérature crée des situations complexes où la richesse du langage garantit le pouvoir des mots.

12De toute évidence, la manipulation par l’équivoque suppose habileté rhétorique et créativité langagière, qui permettent parfois une construction proche de la fabulation. C’est à ce jeu qu’excellent Becky Sharp... et Thackeray, son créateur. Ainsi, l’héroïne de Vanity Fair fait face aux questions inquisitoires de Rawdon, son époux, grâce à l’invention d’une fable sur l’origine de ses bijoux, qu’elle prétend loués alors qu’il s’agit d’un cadeau de Lord Steyne, un admirateur soupçonné d’être son amant :

Where do you suppose I got them ? (...) I hired them, to be sure. I hired them at Mr Polonius’s, in Coventry Street. You don’t suppose that all the diamonds which go to Court belong to the wearers. (VF 48 : 481)

13Dans ce bref extrait d’un passage fort long, la rouée élabore avec brio un discours fallacieux propre à contrer les attaques dont elle est la cible. La résistance procède ici par accumulation, mimant en creux la puissance de l’assaillant, et loin d’appliquer le principe de parcimonie d’Occam, Becky multiplie et conjugue tactiques et arguments. En premier lieu, elle monopolise le temps de parole en énonçant elle-même questions et réponses ; ensuite, elle donne consistance et réalité à son mensonge en apportant des preuves extrinsèques, l’existence d’un certain prêteur, domicilié dans une rue bien connue. Enfin, le passage se clôt sur un renversement : c’est Rawdon qui semble sommé de se justifier, accusé d’ignorer la pratique répandue du grand monde de louer des bijoux. Une fois une position défensive fermement établie, il devient en effet possible de tenter une offensive qui déstabilise l’adversaire et diminue alors les risques de riposte en déplaçant le site du combat. Grâce à la sophistication des formes de résistance au droit de savoir du conjoint, la manipulatrice garde la maîtrise réelle de la relation et doit, pour ne pas se trahir, maintenir une distance critique vis-à-vis de ses propos. Elle rappelle par là Denis Diderot et son comédien qui, pour atteindre l’efficacité de son jeu, fait barrage au déferlement de l’émotion afin de tenir son personnage à distance pour « jouer de réflexion », sous contrôle de l’intelligence, et non pour « jouer d’âme » (Diderot 218). Mentir pour tenir tête à autrui s’appuie sur de solides techniques dramatiques plus ou moins conscientes mais aussi sur de grands talents littéraires, et se trouve implicitement élevé au rang d’art par un auteur visiblement fasciné.

14Si la résistance par la suggestion du faux nécessite l’aide de l’artifice, elle peut tout autant s’appuyer sur l’argument de la nature, dans le cas où la femme évoque sa faiblesse constitutive pour se libérer d’obligations insupportables. Par une excuse fallacieuse, elle prétend faire allégeance au discours patriarcal et mène ainsi une entreprise de subversion en utilisant les codes de l’adversaire, montrant que la résistance se nourrit de l’énergie du discours dominateur. Réputée fragile, aisément troublée ou malade, il lui est aisé de prétexter une migraine, telle Lady Laura, personnage trollopien de Phineas Finn, qui parvient ainsi à ne pas se soumettre à l’exigence de vie dominicale austère imposée par son conjoint. La voici auto-dispensée de ses devoirs religieux, puis de l’interdit relatif à la lecture de romans :

There came to her, no doubt, some dim, half-formed idea that, as she was freed from going to church by the plea of a headache, she was also absolved by the same plea from all Sunday hindrances. A child, when it is ill, has buttered toast and a picture-book instead of bread-and-milk and lessons. In this way, Laura conceived herself entitled to her novel. (PF 23 : 243)

15L’excuse semble permettre de s’affranchir de l’autorité maritale et religieuse. Pourtant, le raisonnement justificatif logique qu’atteste le parallélisme avec l’enfant souffrant est accablant, car en choisissant cette voie peu digne d’une adulte, Lady Laura s’est réellement infantilisée. Elle remporte alors une victoire à la Pyrrhus, car si la bataille est gagnée, c’est au prix de lourdes pertes : reprenant à son compte le discours régulateur sur la représentation des sexes, qui essentialise la féminité, Laura en réactive et en confirme les clichés. De surcroît, elle renforce une organisation sociale inique en contournant des lois injustes sans en réclamer l’abolition par un discours insurrectionnel. C’est à ce titre que Vladimir Jankélévitch dénonce cette solution de facilité comme l’« opium du moindre effort » (Jankélévitch 33), évoquant la fuite dans la dépendance et l’oubli procurés un temps par cette drogue, donc le renoncement à toute autre forme de résistance.

16Explorant le caractère plus assertif de certains types de scénarios, des auteurs choisissent de créer des situations de confrontation ouverte au terme desquelles la femme gagne, certes de manière plus ou moins durable, en stature et en héroïsme grâce à sa résistance frontale. Ces épisodes dramatiques sont bienvenus, ne serait-ce que pour des raisons éditoriales liées au mode de publication sous forme de feuilletons, chaque livraison devant comporter une scène forte.

17Face à l’école du mensonge mise en place dans la société se dresse en effet un contre-pouvoir, la formation à la résistance individuelle. Dans Great Expectations, Miss Havisham, la fiancée abandonnée le jour de ses noces, transforme Estella en instrument de sa vengeance en faisant d’elle l’antithèse de la femme douce et pleine de compassion. Estella se définit elle-même en termes revendicatifs, où se lit le rejet d’un paradigme au travers de la récurrence de formes négatives : « I have no softness there, no — sympathy – sentiment — nonsense » (GE 29 : 358). Malgré cette caractérisation tranchée, et même si dans maintes situations de confrontation, elle refuse de se laisser attendrir par Pip, le modèle qu’elle représente ne sied pas à un auteur trop attaché à une vision sentimentaliste et à une certaine idée de l’éternel féminin pour créer une figure de Résistante victorieuse. Un destin tragique attend celle qui est finalement assujettie à un mari violent, brisée et pour ainsi dire punie par la justice auctoriale immanente, en particulier dans la première version de l’épilogue proposé par Dickens, certes quelque peu adouci après les suggestions de Bulwer Lytton. La femme dickensienne semble osciller entre la figure de l’ange et celle du monstre, deux catégories dont les hommes détiennent la définition.

18La partie se rejoue ailleurs lorsque Trollope, s’inspirant peut-être du genre sensationnel associé à la figure de son confrère Wilkie Collins, crée dans The Way We Live Now le personnage de Marie. Celle-ci tient résolument tête à un père détestable, l’escroc Melmotte, en refusant de servir de prête-nom pour lui éviter la faillite. La jeune fille fait preuve d’une obstination signalée par le narrateur avant même le début du conflit : « She would endure to be “cut to pieces,” rather than to yield in this or that direction » (W 77 : 588). Le différend entre père et fille se révèle à l’occasion d’un échange d’arguments avant que les interventions de Marie ne se réduisent à des modalisations négatives : « No ;

19[...] no, I won’t » (W 77 : 590), puis « No 

20[...] I don’t think I ought, and I won’t » (W 77 : 590). Elles laissent ensuite la place à une communication paraverbale, un signe négatif de la tête (W 77 : 590) qui exprime le refus de négocier et déclenche la fureur paternelle. Le passage s’avère d’une brutalité rare chez Trollope, qui l’inscrit dans la tradition antique en convoquant la figure de Médée sacrifiant ses enfants, comme pour mettre en perspective la violence physique qu’il décrit :

That cutting up into pieces was commenced after a most savage fashion. Marie crouching down hardly uttered a sound. [... She] gradually recovered herself, and crouched, cowering, in the corner of a sofa, by no means vanquished in spirit, but with the feeling that the very life had been crushed out of her body. [...] « Will you sign the papers, » Melmotte demanded. Marie, lying as she was, all in a heap, merely shook her head. (W 77 : 590)

21Contrairement à la situation dickensienne, toutefois, la douleur n’entame en rien la détermination de la victime ( « by no means vanquished in spirit »), dont seul le corps est atteint. L’épisode se clôt sur l’injure lancée par Melmotte, « Pig ! [...] — wicked, ungrateful pig » (W 77 : 590), qui ne signe pas davantage la défaite de la jeune fille, car être insulté, c’est aussi recevoir un nom et par là même acquérir un statut, comme l’analyse Judith Butler dans Excitable Speech, en jouant sur les sens figuré et propre de l’idiome « to be called a name » (Butler 2). L’invective fait paradoxalement exister celle qui a su ne pas céder : Marie devient une force agissante capable de précipiter la ruine du despote et de l’acculer au suicide, signalant, semble-t-il, l’assentiment auctorial. Il convient toutefois de se demander si Trollope, d’habitude relativement conservateur dans ses écrits romanesques et non-fictionnels, entend vraiment célébrer une conduite qui ébranle les fondements patriarcaux, ou seulement dénoncer dans The Way We Live Now une situation de décadence, puisque le brûlot stigmatise avant tout les mœurs victoriennes.

22Face à ce déchaînement de violence et à la prolixité du narrateur qui l’évoque, s’impose au contraire dans Jane Eyre l’image d’une résistance reposant sur l’expression minimale du refus, un « non » laconique mais tout aussi efficace, qui relève d’une logique économique et paradoxale, less is more. Incarnation fictionnelle de la résistance systématique, l’héroïne refuse d’obtempérer dès son plus jeune âge, révoltée par l’injustice dont elle est victime dans sa famille adoptive. Devenue adulte, elle ne se plie pas davantage au protocole de l’échange policé et à l’hypocrisie de la parade mondaine que voudraient lui imposer la société et avec elle, Rochester, son employeur. Ainsi, elle livre une opinion négative sans nuances quand celui-ci lui demande si elle le trouve beau : « No, sir » (JE 14 : 112). Hormis la présence du vocatif « sir », qui paraît marquer la politesse et signale l’inégalité statutaire, la réponse demeure entière, presque brutale, ne respecte pas les codes de bonnes manières et fait fi des espoirs de l’interlocuteur. Elle repose sur le simple négateur « no », dont l’efficacité est liée à la morphologie monosyllabique et monolithique, voire aussi à la phonologie, selon le linguiste Otto Jespersen, pour qui l’adverbe latin ne et tous les termes dont il est l’étymon dans de nombreuses langues est une « interjection exprimant le dégoût » (Jespersen 479), notamment en raison des modifications du visage impliquées dans la verbalisation. L’héroïne tient ainsi tête à deux hommes, à Rochester tout d’abord, qui lui propose d’être sa maîtresse :

« Then you will not yield ? »
« No. » (JE 27 : 270)

23Cet énoncé dépouillé à l’extrême s’avère purement a-modal et affirme froidement la relation d’égalité entre les deux locuteurs, permettant à Jane de résister à l’homme qui la sollicite. En second lieu, lorsque St. John Rivers veut contracter avec elle un mariage de raison, Jane signifie son rejet méprisant (JE 34 : 348), forme de résistance inattendue et humiliante : « I read well in his iron silence all he felt towards me : the disappointment of an austere and despotic nature, which had met resistance where it expected submission » (JE 34 : 349). Cette détermination si typique de l’héroïne a d’ailleurs choqué certains lecteurs de l’époque, qui ne reconnaissaient aucune vertu à l’acte de se soustraire à un pouvoir masculin censé s’exercer sans partage, ni à exprimer sans retenue une nature bien trop farouche.

24Or, la fiction dépasse parfois la réalité, dans le sens où elle est en avance sur celle-ci, très en avance, puisque Jane Eyre, le roman le plus ancien dans le corpus, met en scène la résistance féminine la plus aboutie, peut-être parce qu’elle reste sous l’influence romantique. C’est dans cet espace de liberté, la création fictionnelle, que pouvaient s’exprimer pleinement le refus de l’assujettissement et la volonté de l’auteure de s’engager en mettant en question l’ordre établi. Il s’agit alors pour la littérature de contribuer au progrès social en heurtant l’opinion commune, à défaut de pouvoir changer en profondeur les mentalités, et d’entretenir avec le réel une relation dynamique, bien au-delà de la résistance.

Haut de page

Bibliographie

Corpus littéraire

Brontë Charlotte, Jane Eyre (1847), New York, Londres, Norton, 2001. [JE]

Dickens Charles, Great Expectations (1861), New York, Londres, Norton, 1999. [GE]

Eliot George, Daniel Deronda (1876), Harmondsworth, Penguin, 1970. [DD]

Meredith George, The Egoist (1879), Harmondsworth, Penguin, 1985. [E]

Thackeray William Makepeace, Barry Lindon (1856), New York, Oxford, OUP, 1984. [BL]

Thackeray William Makepeace, Vanity Fair (1848), Londres, Dent, 1976. [VF]

Thackeray William Makepeace, The Newcomes (1855), New York, Oxford, OUP, 1995. [N]

Trollope Anthony, Phineas Finn (1869), Harmondsworth, Penguin, 1972. [PF]

Trollope Anthony, The Way We Live Now (1875), Ware, Wordsworth Classics, 1995. [W]

Ouvrages théoriques

Barthes Roland, S/Z. Paris, Seuil, 1970.

Butler Judith, Excitable Speech, New York, Routledge, 1997.

Diderot Denis, Paradoxe sur le comédien (1773-1778), Œuvres choisies de Diderot, tome 1, Paris, Firmin-Didot, 1874, p. 217-42.

Jankélévitch Vladimir, Du Mensonge, Paris, Confluences, 1942.

Jespersen Otto, « La négation », La Philosophie de la grammaire (1924), Paris, Gallimard, 1992, p. 459-82.

Mill John Stuart, The Subjection of Women (1869), Edited by Susan L. Rattiner, Mineola, New York, Dover, 1997.

Sartre Jean-Paul, « La mauvaise foi », L’Être et le néant (1943), Paris, Gallimard, 1988, p. 82-107.

Sidgwick Henry, « The Classification of Duties — Veracity », The Method of Ethics (1874), Londres, McMillan, 1901, p. 312-19.

Haut de page

Notes

1 Les références des œuvres littéraires données entre parenthèses indiquent le titre de l’œuvre en abrégé, le chapitre et la page dans l’édition retenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Fromonot, « Portraits de Résistantes (1847-1875) : la femme face au système patriarcal dans quelques romans victoriens », Cahiers victoriens et édouardiens, 75 Printemps | 2012, 69-80.

Référence électronique

Jacqueline Fromonot, « Portraits de Résistantes (1847-1875) : la femme face au système patriarcal dans quelques romans victoriens », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 75 Printemps | 2012, mis en ligne le 07 janvier 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cve.revues.org/1634 ; DOI : 10.4000/cve.1634

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fromonot

Université Paris.
Jacqueline Fromonot est maître de conférences à l’université Paris VIII — Saint-Denis. Spécialiste du roman britannique du xixe siècle, elle s’intéresse à la narratologie, à la stylistique, et travaille sur l’implicite et sur le rapport de la fiction à la vérité.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org