Navigation – Plan du site
Résistances

« A Woman’s Answer » : Adelaide Procter et la poésie face au genre

« A Woman’s Answer » : Adelaide Procter’s Poetry Facing Gender
Fabienne Moine
p. 93-106

Résumé

To avoid being trapped in the fury of feminist claims and to spurn the traditional gender ideology, some Victorian women poets take up a third discourse, ambiguous and protean. Adelaide Procter (1825–1864) chooses neither to fight nor to accept gender ideology. Her faith-driven poetry enables her to write in-between poems, keeping away from official authoritarian discourses, which support or deny the existence of gender spheres. Thus, Procter, as a feminist, writes poems defending feminine values whilst resisting to self-deprecation and to the excessive enhancement of virtues. Converted to Catholicism in 1851, Procter, as a Tractarian, uses her poetry, both religious and feminist, as a weapon against the construction of political and poetical patterns. Being Anglo-Catholic, she can create a feminine and autonomous space from where she gives her own interpretations and turns away from official discourses.

Haut de page

Texte intégral

1Pour résister à l’hystérisation de la revendication tout comme à l’acceptation des contraintes de genre, certaines Victoriennes choisissent une position intermédiaire en constante reconstruction. Elles tentent de mettre en place une troisième forme de discours sans absorber le discours féministe ni accepter l’idéologie des sphères sexuées.

2La poétesse Adelaide Procter (1825-1864) est une de ces proto-féministes. Membre actif du « Langham Place Group », elle contribue à la réussite du journal fondé par Emily Faithfull, English Women’s Journal. Amie de Charles Dickens qui publie régulièrement ses poèmes dans Household Words, elle participe à la vie sociale et littéraire de l’Angleterre du milieu du xixe siècle. Mais elle ne choisit ni l’attaque ni l’acceptation des positions genrées dans sa poésie à coloration féministe, toujours marquée par une foi profonde. Elle peut, ainsi, maintenir son écriture en tension sans consolider les discours autoritaires officiels qui soutiennent ou révoquent l’existence des sphères sexuelles.

3Comment les poèmes de Procter résistent-ils de manière très féminine au pouvoir des puissants, qu’il s’agisse des riches ou de ceux qui véhiculent l’idéologie de la famille et du couple victorien ? Comment Procter, la féministe, parvient-elle à produire des poèmes qui défendent les valeurs féminines et construisent une interrogation sur la politique des sexes tout en maintenant une tension entre la tentation de l’autodénigrement et la valorisation excessive des vertus ? Enfin, la rencontre du poème religieux et du poème féministe chez celle qui s’est convertie au catholicisme en 1851, peut-elle être considérée comme une forme de résistance à la construction de schémas politiques, sexuels et poétiques préétablis ?

4L’analyse de certains poèmes d’Adelaide Procter, qui combinent plusieurs discours ambivalents, permet de répondre à ces interrogations en montrant que la poétesse est entrée en résistance grâce à l’outil même du consensus qu’est le poème de femme.

La poésie contre les idéologies

  • 1 Voir par exemple « The Three Roses » (P 257). Dans ce poème, la rose a le pouvoir d’exprimer le dés (...)

5L’ambiguïté de la poésie de Procter s’exprime grâce à l’hyperféminité qui permet paradoxalement la remise en cause des genres. Procter fait du symbole surdéterminé qu’est la fleur, figure prisée des poétesses victoriennes, l’instrument du doute et de la résistance au déchiffrement du sens qui entourent la féminité. Tout comme la rose qui symbolise chez elle une présence sexuelle cachée derrière la retenue des convenances1, le nénuphar Victoria Regia est une autre représentation ambivalente de la féminité.

6Afin de soutenir Emily Faithfull qui entreprend de promouvoir l’emploi des jeunes femmes, Procter édite en 1861, chez « Victoria Press », un recueil de textes en prose et en vers sous le titre de Victoria Regia. La métaphore double de la fleur et de la reine Victoria est filée au long des dix vers du poème dédicace de Bessie Rayner Parkes, de sorte que le nénuphar, le monarque, le poème dédicace et le recueil sont assimilés sous le nom de Victoria Regia : « Never happier name /A flower, a woman or a queen could claim » (VR iii). C’est sous le signe de l’ambivalence du rôle de la féminité, à travers le symbole floral, et en tant qu’outil de pouvoir ou en tant qu’obstacle, qu’il faut interpréter la position de Procter face au genre. Cette idée est renforcée dans la préface d’Emily Faithfull : « I trust that the Victoria Regia will be found a not unworthy record of the literature adorning the rule of a Sovereign who has known how to unite the dignified discharge of public duties with a constant regard for the cares of domestic life ; and who has thus borne a noble and enduring testimony to the value of woman’s intellect and heart » (VR viii). Certes, la valeur de l’esprit féminin est affirmée dans la comparaison royale, mais ce sont surtout les vertus de la féminité qui légitiment le recueil. L’apologie de l’essence féminine n’est pas incompatible avec la défense de l’autorité féminine puisque Victoria Regia permet la consolidation du règne de Victoria, elle-même représentante du compromis entre l’intellect et le cœur.

  • 2 Il publie plusieurs poèmes sous son propre nom ou sous son pseudonyme Barry Cornwall.

7The Victoria Regia, bel ouvrage aux lettrines élaborées, ressemble en tous points aux albums enjolivés de poésie pour dames, comme The Keepsake. La légitimité de l’ouvrage n’est pas à prouver lorsque s’y trouvent les grands noms masculins Lord Tennyson, Carlyle, Coventry Patmore et le père de Procter, ami de Dickens et éditeur d’écrivains célèbres2. La référence à Elizabeth Barrett Browning, récemment décédée, dans le poème que Sidney Dobell lui dédicace, « E.B.B. », reste ambiguë puisque la poétesse à la harpe est célébrée pour sa fidélité à celui qu’elle attend au Paradis. Le choix de Barrett Browning consolide toutefois l’idée qu’une femme peut connaître la réussite artistique même si c’est grâce à ses qualités féminines.

8Recueil de textes dévotionnels comme de pamphlets engagés, The Victoria Regia est un ouvrage consensuel qui utilise les pratiques d’édition pour organiser la résistance aussi bien féminine que féministe. L’idéologie traditionnelle soutenant la construction de la féminité est paradoxalement mise en valeur dans l’élaboration du discours féministe puisque le poème politique côtoie le poème conservateur : « O Grief ! What have I Done » d’Anna Jameson souligne l’engouement pour la souffrance masochiste ou « Then and Now » de Mathilda Hays réitère le message christique. L’objectif de Victoria Regia laissée aux mains des femmes depuis la composition du poème jusqu’à la fabrication du livre est de montrer qu’elles peuvent être aux commandes d’outil de production, ici ceux qui constituent la réalisation de A à Z d’un ouvrage de qualité — celle des vers et celle du livre.

9Edwin Arnold ferme la boucle poétique avec « The Victoria Regia », en faisant le lien entre la souveraine et les femmes qui se sont activées, telles des abeilles, à la préparation de l’ouvrage-nénuphar. Une petite illustration clôt le poème et le recueil : c’est un nénuphar qui darde ses pistils comme des rayons pour tracer « Dux Femina facti », en latin « c’est une femme qui a accompli cet exploit », en référence à l’entreprise courageuse de Didon qui fonda Carthage, épisode raconté dans L’Énéide (VR 349). Ici c’est à Victoria que s’adresse le dessin, mais l’hommage va aussi à toutes les femmes qui ont participé à la fabrication du recueil. Le message de Victoria Regia correspond à celui de Procter elle-même lorsqu’elle est face à la question de l’autorité féminine qui doit passer par l’acceptation et la valorisation des traits féminins au sein d’un discours féministe, soutenu par des figures autoritaires ambivalentes, qu’il s’agisse de Victoria ou de la Vierge Marie.

10A Chaplet of Verse qu’elle publie en 1862 constitue un recueil de poèmes religieux dont le bénéfice des ventes est reversé à l’asile de nuit pour femmes seules de Providence Row. L’introduction donne des précisions sur le fonctionnement du refuge, les conditions d’admission, rend hommage aux bénévoles et aux nonnes qui y travaillent ainsi qu’au révérend Gilbert qui dirige l’institution. Dans ce recueil, le politique rencontre le religieux, notamment à travers la figure centrale de Marie. Les poèmes catholiques ont l’Irlande pour décor, ce qui permet de combiner la question des femmes pauvres et sans abri avec les préoccupations chrétiennes de la poétesse. Le recueil se présente comme un chapelet ou plutôt un rosaire de poèmes en l’honneur de Marie : on y croise des scènes de nativité, des listes de sanctuaires mariaux, des prières à la Vierge, des actions de grâce, des exégèses de l’Annonciation... La mariologie place la figure bienveillante de Marie au cœur du message politique et en fait un outil de dénonciation des injustices sociales. « The Names of Our Lady » énumère les dénominations de Marie utilisées dans les prières des enfants : Star of the Sea protège les marins, Bright Queen of Heaven soulage les douleurs, Our Lady Dear of Victories encourage ceux qui doutent de leur foi, Health of the Sick soigne les malades, Mother of Sorrows réconforte les mères dans la douleur, True Queen of Martyrs encourage ceux qui souffrent... Le poème « Our Daily Bread » fait référence à la prière du Notre Père mais aussi au pain dont les indigents ont besoin pour se nourrir ; de même, dans « Homeless », le pauvre qui meurt abandonné est à l’image du Christ ou de Lazare.

11Dans les deux parties de Legends and Lyrics (1858 et 1861), les questions sociales et sexuelles rencontrent la foi catholique et la dévotion mariale. Dans « A Legend of Provence », Sœur Angela, qui s’est enfuie du couvent avec un soldat qu’elle avait soigné, choisit de le réintégrer après de longues années. Demandant à la nonne qui ouvre la porte de la laisser entrer, Angela s’aperçoit que la vieille dame n’est autre qu’un double d’elle-même :

Herself ; yet not as when she fled away,
The young and blooming novice, fair and gay,
But a grave woman, gentle and serene :
The outcast knew it — what she might have been. (P 211)

12Puis le double reprend les traits de la Vierge Marie qui a occupé la place d’Angela pendant toutes ces années afin que personne ne remarque son absence. Le moment de réintégration dans le couvent, comme dans la société métaphoriquement représentée, est envisageable et ne signifie pas un renoncement à la vie. En effet, cette version religieuse fait écho à l’engagement pris par les proto-féministes Parkes ou Faithfull qui considèrent qu’il est nécessaire d’employer les femmes seules plutôt que de les abandonner. Puisque « [T]hy place was kept » (P 211) selon la Vierge Marie, Angela peut réintégrer le couvent car l’erreur est humaine et chaque être a le droit de reconquérir le lieu qu’il a quitté, une fois le droit chemin retrouvé. La faute est pardonnée et la morale chrétienne sauve, mais la scène qui se joue sur le seuil du couvent est aussi l’indice d’un questionnement des positions traditionnelles de genre. Le message religieux et féminisé permet la résistance à l’oppression des sexes en autorisant la réintégration sociale et le pardon.

La dénonciation de la lutte des sexes

13La résistance à la toute puissance de l’idéologie des sphères s’effectue aussi à travers l’écriture du poème genré. Il indique sans équivoque, dans son titre ou dans le corps du poème, que l’intérêt porte sur une approche comparatiste des sexes. Il s’oppose au poème sentimental qui évoque les relations harmonieuses ou bien les amours déçues entre des individus bien spécifiques et n’exprime aucun point de vue critique ou ironique sur les attributions de chaque sexe.

14La question du genre est au cœur du triptyque « A Woman’s Question » (1858), « A Woman’s Answer » (1861) et « A Woman’s Last Word » (1861). Dans le premier poème, la narratrice s’interroge sur les véritables intentions de son futur mari. Lucide, elle montre qu’elle est consciente des enjeux du mariage, mais elle laisse le choix à son futur époux tout au long du poème et ne prend jamais en charge un possible renoncement au mariage. La question évoquée dans le titre se sépare en plusieurs interrogations témoignant de l’insécurité de celle qui sait que le mariage aura une incidence sur sa liberté. L’ultime strophe annonce qu’elle n’attendra pas la réponse à ses questions ni à ses inquiétudes :

Nay, answer not, — I dare not hear,
The words would come too late ;
Yet I would spare thee all remorse,
So, comfort thee, my Fate —
Whatever on my heart may fall — remember I would risk it all ! (P 45)

  • 3 La dernière strophe a été supprimée par Charles Dickens, ami de la famille, lors de la publication (...)

15Le dernier vers n’est-il pas équivoque puisqu’il est impossible d’expliciter le sens de « would ». S’agit-il de l’aveu qu’elle préfère tout risquer et accepter l’œuvre du Destin ou alors veut-elle signifier qu’elle n’est pas prête du tout à le faire3 ?

16Le deuxième poème d’Adelaide Procter, « A Woman’s Answer », se présente comme une énumération de tout ce que la narratrice peut aimer à part l’objet de son amour : « [M]y heart / Answers a thousand claims besides your own » (P 321). Ainsi elle aime l’été tout comme l’hiver, les étoiles et les fleurs appréciées par les anges du foyer. Elle indique enfin qu’elle aime lire, et surtout Aurora Leigh d’Elizabeth Barrett Browning. Est-ce pour l’indépendance économique et le succès artistique d’Aurora ou pour le dénouement heureux du poème ? « A Woman’s Answer » pourrait s’achever sur le soulagement apporté par les réponses aux angoisses de l’amoureux jaloux, mais les hésitations exprimées dans les questions rhétoriques ou à travers les asyndètes et les points de suspension indiquent que tout ne rentre peut-être pas dans l’ordre victorien.

17Enfin la dernière partie du triptyque, « A Woman’s Last Word » ne déroge pas à la règle. Ce poème est une reprise du poème homonyme de Robert Browning dans lequel la narratrice tente un retour au calme après une dispute avec son amant, cherchant à réintégrer sa place auprès de l’homme qu’elle considère comme une divinité à laquelle elle se soumet :

Be a god and hold me
With a charm !
Be a man and fold me
With thine arm ! (Browning 216)

18La narratrice du poème d’Adelaide Procter, quant à elle, essaie de consommer la rupture au sein d’une relation asymétrique et non satisfaisante en prenant en charge la séparation dans des vers courts qui assènent des décisions déjà prises :

Well — the links are broken,
All is past ;
This farewell, when spoken,
Is the last. (P 342)

19Alors que le jugement semble être sans appel, le chemin vers l’autonomie s’interrompt soudain :

But future hearts will never
Be as true
As mine was — is ever,
Dear, for you...
Then must we part, when loving
As we do ? (P 343)

20La narratrice s’apaise comme dans le poème de Robert Browning. Le titre du troisième volet révèle alors toute son ambiguïté : s’agit-il pour cette épouse d’avoir le dernier mot ou alors se taira-t-elle à jamais après son monologue, comme dans le poème de Robert Browning ? Dans les trois poèmes, la latitude face à la position de femme victorienne, modèle de vertu ou bas-bleu, est constamment renégociée.

21L’ambivalence du message de Procter se retrouve aussi dans « A Parting » où une femme remercie son ancien amant de lui avoir ouvert les yeux sur ses vraies intentions à lui. Sous l’apparence de l’apologie de l’amour, le poème livre toutes les bonnes raisons que la narratrice trouve à remercier celui qui l’a quittée. Elle utilise une terminologie chrétienne qu’elle applique à son propre environnement domestique afin de désacraliser les fausses idoles de l’amour terrestre. Grâce à lui et à sa cruauté au quotidien, elle a découvert le vrai message de l’amour et du pardon chrétiens :

I thank you for the lesson that such love
Is a perverting of God’s royal right,
That it is made but for the Infinite,
And all too great to live except above. (P 159)

  • 4 Le double discours permet de traiter, en même temps, plusieurs domaines qui sont chers à Procter : (...)

22L’ironie amusée de la narratrice livre un discours à plusieurs niveaux qui s’imbriquent et se contredisent : alors qu’elle remercie l’homme de l’avoir fait souffrir, soutenant la tendance à l’autodénigrement et au masochisme féminin, elle affirme que cette souffrance est nécessaire au Chrétien pour lui ouvrir les yeux. De la même manière, si son cœur de femme lui permet de pardonner, c’est le pardon chrétien qu’elle a à offrir. Les arguments qui pourraient alimenter l’idéologie de la victimisation sont désamorcés par le discours chrétien qui nimbe les vertus des femmes d’une dimension divine et éternelle4.

  • 5 « Borrowed Thoughts » se compose de quatre commentaires en vers dont le quatrième, « From *** », re (...)

23Dans « From ***5 », la narratrice est prête à accueillir l’amour dans son âme et dans son cœur, mais souhaite préserver une petite pièce mystérieuse, « a Haunted Chamber » qu’elle a jadis verrouillée (P 283). Cette réécriture de Barbe Bleue met en scène une femme moderne qui sait que l’épanchement sentimental féminin est nocif à l’épanouissement de l’amour au sein du couple. L’homme qui l’aime vraiment saura respecter l’isolement de cette pièce secrète. La narratrice ne cache pas son attachement à la féminité ni à un de ses attributs conventionnels : le secret. Cependant, elle résiste aux pièges du genre féminin en montrant sa détermination à ne pas révéler le contenu de la pièce mystérieuse et en inversant les identités sexuelles du conte traditionnel.

24Procter propose des réponses ambivalentes aux questions que des féministes pourraient se poser sur la politique des sexes. Résistant aux directives de l’idéologie, qu’elle soit patriarcale ou féministe, l’écriture poétique de Procter ne ressemble ni à un pamphlet sur la guerre des sexes ni à une apologie de l’ange du foyer, mais se situe plutôt à la croisée des discours féministe, religieux, domestique. Chez Procter, il ne faut rien prendre pour argent comptant : les codes féminins du poème sont-ils utilisés avec ironie ou avec sincérité ? Le poème sentimental ne doit-il pas plutôt être lu comme un texte dévotionnel ? Y a t-il bien un message clair à déchiffrer dans une poésie qui résiste à ses codes ? C’est l’objet de la dernière partie qui explore la tentation de la résistance au sens et au déchiffrement dans une perspective à la fois féministe, poétique et religieuse.

L’apologie de l’imperfection

  • 6 Voir Isaac Williams, Tract 80, « On Reserve in Communicating Religious Knowledge », Tracts for the (...)

25Le Mouvement d’Oxford qui ranime l’Église anglicane et ravive les rites catholiques de sa tradition est appelé « tractarien » en référence aux Tracts for the Times que publient ses principaux membres. Isaac Williams (1802-1865), professeur à Trinity College, développe la doctrine de la réserve dans les Tracts 80 (1838) et 87 (1840), intitulés « On Reserve in Communicating Religious Knowledge6 ». Selon sa théorie religieuse, Dieu ne peut se manifester directement aux hommes directement. Il n’est d’ailleurs pas souhaitable que la révélation de Dieu soit complète puisque la Vérité n’est pas accessible à ceux qui ne présentent pas une disposition à la connaître. Il faut Lui rendre grâce parce qu’Il cherche à Se dévoiler à nous mais aussi parce qu’Il éprouve une réticence à le faire. La retenue du sens souligne la richesse de ce qui n’est ni dit ni soumis à l’interprétation.

26Adepte du mouvement d’Oxford, Procter fait sienne la théorie de la réserve. De nombreux poèmes portent sur la question de ce qui pourrait ou non être dit, révélant une résistance au pouvoir du langage qui impose une signification unique. Ainsi, elle démontre, dans « Words », que les mots ont une matérialité qui n’est pas incompatible avec leur évanescence. Ils peuvent faire autant de mal qu’une morsure de serpent et pourtant sont légers comme des embruns. Seul le Verbe incarné, « the Word », rassemble en lui la signification de tous les mots humains en supprimant l’équivoque des mots individuels :

Words are mighty, words are living ; [...]
Every word has its own spirit,
True or false, that never dies ;
Every word man’s lips have uttered
Echoes in God’s skies. (P 126)

  • 7 Voir également « Pictures in the Fire », 177-79.

27Pour Procter, c’est dans la dissonance que le Chrétien perçoit la beauté divine et l’espoir d’un monde meilleur. Les visions sont multiples et changeantes dans « My Picture Gallery7 » qui prend la forme d’une lettre adressée à une amie en visite à Rome. La narratrice restée en Angleterre ne s’y ennuie pas car elle observe les nuages de fumée qui offrent des visions dignes des plus grands rois. Elle perçoit, par exemple, au-delà du gros stratus noir, un petit nuage blanc, signe d’une réalité supérieure cachée aux princes et aux monarques, mais visible par une modeste observatrice :

Towards the West I turn my weary spirit,
And Watch my pictures : one each night is mine
Earth and my soul, sick of day’s toil, inherit
A portion of that luminous peace divine. (P 259)

28Selon Procter, la bigarrure de la nature, qui semble rejeter toute harmonisation, est le signe de la présence latente du divin. De la discorde naîtra la concorde pour celle qui croit en l’universalisme chrétien, l’apocatastase, théorie qui soutient qu’à l’heure de l’Apocalypse, le Bien et le Mal, le Ciel et la Terre, ne feront plus qu’un, grâce à Dieu. « Light and Shade » annonce cette future réconciliation observée dans le désordre terrestre :

What seems so dark to thy dim sight
May be a shadow, seen aright,
Making some brightness doubly bright. (P 284)

29Chaque être humain est un écho de la totalité divine. De l’échec individuel naît le succès collectif et de la douleur la joie. Ainsi, alors que le cœur de l’homme est une des cordes du grand instrument, l’union des âmes engendre une fraternité universelle au royaume de Dieu. Le message est démocratique car l’individu le plus modeste et le plus insignifiant, une femme par exemple, peut collaborer à l’édification du Temple. C’est la femme qui est sensible aux signes divins, autorisée à les percevoir précisément parce qu’elle ne cherche pas à les interpréter. Certes, Procter soutient que la femme est le réceptacle silencieux des signes divins, mais elle signale surtout que le silence est une force qui conduit à l’union céleste. Dans « Golden Words », elle rejette le langage trompeur qui dénature les vrais sentiments puisque c’est dans le silence du cœur, lorsque l’être naturellement prolixe refuse de s’épancher, que s’ouvre le vrai dialogue avec Dieu :

And so our daily speech
Discolors what was true.

But as you keep some thoughts apart
In sacred honored care,
If in silence of your heart,
Their utterance to be rare ;

Then, while a thousand words repeat
Unmeaning clamors all,
Melodious golden echoes sweet
Shall answer when you call. (P 200)

  • 8 Ce message renforce, par ailleurs, l’idéologie des sexes qui soutient que la femme et la poétesse, (...)

30La couleur dorée est le signe visuel de l’immanence du divin comme dans « The Golden Gate » ou « Golden Days ». Ici la synesthésie, l’écho étant devenu couleur, constitue le mode de communication entre Dieu et les mystiques, les prophètes et les patriarches tel Moïse qui vit la parole de Dieu dans le buisson ardent. Comme le vrai langage ne peut être exprimé par les voies traditionnelles, le lien entre la femme et le divin est renforcé puisque celle-ci est sensible, grâce à sa nature féminine modeste et humble, à des signes subtils qu’elle ne s’autorise pas à déchiffrer8.

31Procter montre, à travers sa philosophie et sa poésie religieuses, que sa force réside, dans la volonté de ne pas croire dans les fausses idoles — le langage, le discours et les codes — que vénèrent les Victoriens. Pour résister au pouvoir d’attraction de la simplification des catégories et au désir rassurant de la rationalisation, elle s’affranchit de la logique fondée sur la binarité en invalidant les catégories rigides qui alimentent le goût victorien pour la dichotomie. Si les éléments s’opposent comme dans le titre de nombreux poèmes, « Life and Death », « Sowing and Reaping », « The Two Interpreters », « True or False », « Light and Shade », « Past and Present », c’est pour insister sur la fausseté et sur la vanité des catégories, car la séparation en deux sphères, vérité/mensonge, humain/divin, passé/présent, etc., va à l’encontre de sa théologie qui refuse la totalisation. Par exemple, dans « Thankfulness », Procter rend grâce à Dieu qui a fait l’humain incomplet puisque c’est au royaume de Dieu qu’il pourra parfaire son être :

I thank Thee, Lord, that Thou has kept
The best in store ;
We have enough, yet not too much
To long for more :
A yearning for a deeper peace,
Not known before.

I thank Thee, Lord, that here our souls,
Thou amply blest,
Can never find, although they seek,
A perfect rest, —
Nor ever shall, until they lean
On Jesus’ breast ! (P 163)

32Dans « Incompleteness », elle montre que la complétude ne signifie ni la beauté ni l’immanence du divin, car ce qui compte pour le Chrétien, c’est le chemin qu’il lui reste à accomplir pour atteindre l’infini : « Learn the mystery of Progression duly ». L’exhaustif est le signe de l’imperfection alors que l’incomplet révèle la beauté à travers le manque :

[Do not] dare to blame God’s gift for incompleteness ;
In that want their beauty lies : they roll
Towards some infinite depth of love and sweetness,
Bearing onward man’s reluctant soul. (P 115)

33La mise en doute des vérités passe aussi par une méfiance envers la grammaire de la langue. Les adjectifs négativés récurrents dans sa poésie tractarienne sont à rattacher à la théologie négative ou apophase qui consiste à insister sur ce que Dieu n’est pas puisqu’Il demeure intraduisible en mots et à créer un espace non circonscrit par le langage ou la perception qui induisent en erreur. Dans « Unseen », la réalisation complète du projet poétique est caduque s’il s’agit bien de transcrire le réel perçu par les sens et élaboré par le raisonnement :

There are more things in heaven and Earth, than we
Can dream of, or than nature understands ;
We learn not through our poor philosophy
What hidden chords are touched by unseen hands. (P 275)

  • 9 « And therefore as a stranger give it welcome. / There are more things in heaven and earth, Horatio (...)

34L’allusion à la réponse qu’apporte Hamlet à son ami Horatio sur l’existence de vérités insaisissables par la raison est reprise par la tractarienne qui devine, grâce à d’autres modes de perception, l’intervention d’êtres invisibles pinçant les cordes d’un instrument qui fait retentir une harmonie universelle9. « Unseen » se poursuit comme une apophase, en décrivant les mystères à travers ce qu’ils ne sont pas ou à travers ce qui empêche leur compréhension :

The present hour repeats upon its strings
Echoes of some vague dream we have forgot ;
Dim voices whisper half-remembered things,
And when we pause to listen — answer not. (P 298)

35La saisie du divin s’effectue de manière imparfaite, car l’humain fait usage de ses sens trompeurs. À travers les métaphores sonores et musicales, Procter montre que le divin peut être pressenti, mais que le signifié est toujours évacué. Elle conclut qu’il existe un voile entre nous et l’invisible :

But, though a veil of shadow hangs between
That hidden life and what we see and hear,
Let us revere the power of the Unseen,
And know a world of mystery is near. (P 298)

  • 10 Dans « Unexpressed », Adelaide Procter poursuit la démonstration de la fragilité du langage. Le pei (...)

36Il faut adorer ce qui est imperceptible et toujours caché après avoir accepté que ce qui nous entoure reste un mystère auquel l’humain n’a pas encore accès10.

37Procter parasite les discours religieux et féministe et autorise la rencontre de l’amour humain et de l’amour divin. Elle sait résister au pouvoir d’attraction des idéologies en dépassant les limites des codes poétiques. Cette résistance au genre tout en assumant la féminité produit une forme de mystification du genre : il apparaît et disparaît tour à tour à l’image des signes poétiques qu’il utilise pour se manifester. En effet, c’est la modestie et la perception dénuée d’ambition qui autorisent la vision et valorisent la position de la poétesse et de la femme. La foi chrétienne et l’écriture tractarienne permettent de s’affranchir des contraintes de genre sexuel et poétique et de tirer profit de la limitation que pourrait imposer l’idéologie victorienne. Tout en résistant aux discours officiels, l’écriture du mystère et l’anglo-catholicisme de Procter construisent un espace poétique à la fois féminisé, féminin et féministe, mais surtout indépendant.

Haut de page

Bibliographie

Browning Robert, The Poetical Works of Robert Browning, Oxford, Oxford UP, 1957.

Gregory Gill, The Life and Work of Adelaide Procter : Poetry, Feminism and Fathers, Aldershot, Ashgate, 1998.

Procter Adelaide, The Poems of Adelaide A. Procter, New York, Thomas Y. Crowell, 1880. (P)

Procter Adelaide, éd., The Victoria Regia : A Volume of Original Contributions in Poetry and Prose, precédé d’un poème de Bessie Rayner Parkes, « Dedicated by Special Permission to Her Most Gracious Majesty the Queen », et d’une preface par Emily Faithfull, Londres, Victoria Press, 1861. (VR)

Williams Isaac, « Tract 80, On Reserve in Communicating Religious Knowledge », Tracts for the Times IV, 1836-1837, Londres, J. G. F. and J. Rivington, 1840.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple « The Three Roses » (P 257). Dans ce poème, la rose a le pouvoir d’exprimer le désir féminin, qui, par ailleurs, doit rester secret, une fois emporté dans la tombe. Elle signale la possibilité du désir tout en rappelant son évanescence et sa vanité, entre épithalame et élégie. Tous les poèmes d’Adelaide Procter cités ici sont tirés de cette édition.

2 Il publie plusieurs poèmes sous son propre nom ou sous son pseudonyme Barry Cornwall.

3 La dernière strophe a été supprimée par Charles Dickens, ami de la famille, lors de la publication du poème dans le magazine Household Words parce qu’Adelaide Procter pourrait vouloir dire que c’est bien si elle faisait le choix du mariage qu’elle risquerait tout ! C’est en tout cas l’avis de Gill Gregory. Voir Gill Gregory, The Life and Work of Adelaide Procter : Poetry, Feminism and Fathers (Aldershot : Ashgate, 1998) 126.

4 Le double discours permet de traiter, en même temps, plusieurs domaines qui sont chers à Procter : la lutte contre l’oppression masculine et ses corolaires, l’ambition et l’autonomie féminine, ainsi que la quête de Dieu qui passe par une phase d’échecs et de doutes, d’abord sur les limitations humaines puis sur la possibilité d’être admise au royaume de Dieu.

5 « Borrowed Thoughts » se compose de quatre commentaires en vers dont le quatrième, « From *** », ressemble à une réécriture de Barbe Bleue. Le premier porte sur le théologien physionomiste Lavater, le second sur le conte de George Mac Donald, Phantastes, le troisième sur une histoire publiée dans Household Words par Mary W. A. Gibson, Lost Alice.

6 Voir Isaac Williams, Tract 80, « On Reserve in Communicating Religious Knowledge », Tracts for the Times IV : 1836-1837 (London : J. G. F. and J. Rivington, 1840).

7 Voir également « Pictures in the Fire », 177-79.

8 Ce message renforce, par ailleurs, l’idéologie des sexes qui soutient que la femme et la poétesse, de surcroît, n’ont pas les outils intellectuels ni artistiques pour exprimer cette rencontre avec le divin.

9 « And therefore as a stranger give it welcome. / There are more things in heaven and earth, Horatio, / Than are dreamt of in your philosophy » (Hamlet I, 5, 159 — 67).

10 Dans « Unexpressed », Adelaide Procter poursuit la démonstration de la fragilité du langage. Le peintre, le penseur, le musicien et le poète parviennent à exprimer les mots ou les visions cachés au plus profond d’eux-mêmes, car c’est précisément parce que l’Art, tout comme l’Amour, est une émanation du divin, que seule une infime partie est accessible aux sens : « Things of Time have voices : speak and perish, Art and Love speak ; but their words must be Like sighings of illimitable forests, And waves of an unfathomable sea »(P 191).
Le langage des artistes reste incomplet et insatisfaisant mais il parvient à exprimer imparfaitement, comme un bruissement de feuilles, l’immensité du divin. Les adjectifs négativés « illimitable » et « unfathomable » n’indiquent pas un échec, mais, au contraire, une réussite à transcrire partiellement le divin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Moine, « « A Woman’s Answer » : Adelaide Procter et la poésie face au genre », Cahiers victoriens et édouardiens, 75 Printemps | 2012, 93-106.

Référence électronique

Fabienne Moine, « « A Woman’s Answer » : Adelaide Procter et la poésie face au genre », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 75 Printemps | 2012, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/1636 ; DOI : 10.4000/cve.1636

Haut de page

Auteur

Fabienne Moine

Paris Ouest-Nanterre-La Défense.
Fabienne Moine, maître de conférences à l’université Paris Ouest-

Nanterre-la Défense, est l’auteure d’une thèse sur la poésie d’Elizabeth Barrett Browning et d’articles sur la poésie féminine victorienne. Ses travaux portent sur les enjeux politiques et sexuels de la poésie des victoriennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org