Navigation – Plan du site
Oser

Le gentleman kiplingien dans tous ses états : audaces de « The Man Who Would Be King »

The Imperial Gentleman in all His States : Boldness in « The Man Who Would Be King »
Gilbert Pham-Thanh
p. 215-226

Résumé

This article deals with « The Man Who Would Be King », a short story by Rudyard Kipling which introduces English characters into exotic settings where their ability to prove bold and daring is of the essence. Through the diegetic itinerary of these representatives of masculinity, the theme of adventure is made symbolic on several grounds. In particular, it enables the author to question the social order of the motherland, to criticize the colonial process and to expose the staged procedures of validation of masculinity. This will be shown to disqualify the English subject’s pretention to embody the dominant male.

Haut de page

Texte intégral

1Traçant une axiologie qui oppose courage valorisé et témérité critiquable, la notion ambivalente d’audace caractérise parfaitement les aventuriers de « The Man Who Would Be King » (MK). La nouvelle de Rudyard Kipling est en outre une bonne illustration du thème de l’audace puisque James Matthew Barrie déclarait à son sujet : « Positively it is the most audacious thing in fiction » (Barrie 82). L’audace se pense en outre comme tension entre invitation à l’expansion, encouragement au dépassement d’une part, et d’autre part condamnation du manque de retenue, exhortation à l’humilité. Ce nouvel antagonisme se mue en une double contrainte qui atteste la difficulté d’orienter l’existence, tout particulièrement en contexte victorien, puisque deux injonctions contradictoires et également pressantes sont faites aux individus, les livrant à l’instabilité alors même qu’ils cherchent dans le respect des normes, des conventions et des grands récits le socle d’une reconnaissance sociale.

2La bravoure des deux aventuriers, Daniel Dravot et Peachey Taliaferro Canehan, permet à Kipling de déployer le récit allégorique de la colonisation du Kafiristan (Allen 279). L’auteur anglo-indien n’hésite pas à déplacer sa focale pour explorer des lieux que le roman canonique ne fait en général qu’évoquer (Raskin 46) et la nouvelle sonde le rapport qui unit l’Europe et les contrées lointaines. La voix de la métropole, au travers du discours colonial, impose avec désinvolture et aplomb l’idée que la différence entre la Grande-Bretagne et le Kafiristan est de degré, et non de nature, puisque tous deux font partie de l’Empire, comme son centre et sa marge. La nouvelle fictionnalise ainsi l’ambition eurocentrique des grandes puissances de répondre à leur prétendue mission civilisatrice, que Kipling compare au fardeau du devoir dans « The White Man’s Burden ». Par le choix d’une terminologie manichéenne, l’auteur a le front d’introduire la notion de blancheur, qui inscrit en creux l’obscurantisme barbare de ces espaces périphériques, tare révélée dés le début de la nouvelle : « They are the dark places of the earth » (MK 43). Par l’utilisation du verbe être, le narrateur définit de façon performative une essence qu’il prétend pourtant révéler, stratégie arbitraire trahie par le recours à une image, « the dark places », elle-même fondée sur une forme modalisée de l’adjectif black, qui replace l’énoncé au cœur d’une vision subjective et prosélyte. La construction de cet Autre, altérité radicale, infériorité fondamentale et gage de la suprématie occidentale, rappelle le geste orientaliste dénoncé par Edward Said. Placé dans un tel contexte minorisé, tout citoyen britannique peut légitimement prétendre aux plus hautes fonctions et occuper la place centrale de la fiction coloniale, kiplingienne ou non. Cette impudence ontologico-politique résonne dans les propos de Dravot, qui, en proclamant le statut royal pour lui-même et pour son ami, « [k]ings in our own right » (MK 49), dépasse le niveau individuel par la référence au droit et fait écho, tout en le professant, au droit absolu des colons à diriger.

3Le projet des deux héros s’élabore pourtant en termes de conquête de territoires mentaux, spatiaux et linguistiques. Déjà, la préparation de la campagne met en œuvre la machine impériale. L’encartement du réel se double de descriptions qui s’approprient l’espace par l’exercice d’un pouvoir scopique porté par le logos occidental, dans la scène où le narrateur vient en aide aux apprentis despotes en leur fournissant les documents demandés : « I uncased the big thirty-two-miles-to-the-inch map of India, and two smaller Frontier maps, hauled down volume INF-KAN of the Encyclopoedia Britannica » (MK 50). La référence à la célèbre encyclopédie marque la saisie britannique de l’univers, ou plus exactement prétend présenter l’univers à travers le seul idiome capable de l’arraisonner. Eurocentrique en son fond, cette reprise détermine le point de vue hégémonique surplombant le territoire du Kafiristan. La hardiesse de ce discours est relayée par la diégèse, dont la prétention à l’objectivité est quant à elle rendue par le choix d’un narrateur-journaliste. Son stylet de journaliste-nouvelliste s’apparente au train, maintes fois évoqué dans le texte, mécanique occidentale qui entaille le territoire et l’enserre dans ses réseaux, imposant rythmes, directions et significations à l’espace ainsi conquis. Tous deux complètent le paradigme constitué par les vingt Martini rifles, fusils de renom que les deux Anglais emportent comme éléments de négociation dans le but d’accaparer le pouvoir politique en pesant sur les conflits locaux, tout en établissant une ligne de partage entre bons et mauvais indigènes, c’est-à-dire en réalité entre alliés et ennemis. Les symboles de la puissance coloniale, de sa supériorité intello-technico-industrielle et du fondement de sa légitimité agressive, invalident implicitement le message d’altruisme moral et civilisateur censé la justifier. Afin de soumettre la population, Dravot et Canehan n’hésitent d’ailleurs pas à tuer plusieurs guerriers armés d’arcs et de flèches, que la portée des fusils tient à distance.

4L’aventure ne s’achève pas lorsque les Kafiristanais déposent les armes. Le passage de l’utilisation de la force à une forme de coercition administrative se condense dans l’importance accordée aux exercices militaires, les « drills » évoqués à douze reprises, que les Kafiristanais sont contraints d’effectuer sous les ordres des deux ex-soldats britanniques. La violence se fait donc symbolique. Ce nouvel ordre s’appuie sur l’acte de dénommer les autochtones, qui les fait naître à la réalité de la domination occidentale, tout autant qu’elle les voit mourir à leur culture d’origine. Le cas de Billy Fish est générique : ce chef originaire du village de Bashkai n’a d’existence que sous le nom de l’Occidental auquel il ressemble, aux yeux des deux rois démiurges tout autant que dans le récit qui donne consistance aux faits, aux choses et aux personnes (MK 63). Ainsi, les sujets sont conformés aux nouvelles catégories, aux catégories de la nouvelle, alors que s’impose la gestion du royaume selon les termes des tyrans, parmi lesquels il faut compter Kipling. En effet, à l’opposé des options stylistiques de « Beyond the Pale », l’auteur recourt peu à l’hybridation du texte par l’utilisation du pérégrinisme, mais lisse sa narration pour faciliter l’appropriation sémantique du récit par le lecteur maintenu en territoire linguistique connu et conquis. Le cadre narratif de reprise par un journaliste britannique du récit élaboré par Canehan, qui annonce ne pas maîtriser le « lingo » des tribus (MK 65), permet de neutraliser l’étrangèreté inhérente à l’aventure en multipliant les structures de médiation. Dans le texte final, Dravot, qui est pourtant supposé avoir appris le kafiristanais, ne s’exprime en conséquence qu’en anglais. Parallèlement, l’indigène Billy Fish reste aliéné dans la langue de l’envahisseur, qu’il semble pratiquer de façon idiomatique, sans trace d’accent, laissant à l’ultime allusion à son polythéisme la charge de marquer son identité kafiristanaise :

« There’s no hope o’ getting clear, » said Billy Fish. « The priests will have sent runners to the villages to say that you are only men. Why didn’t you stick on as gods till things was more settled ? I’m a dead man, » says Billy Fish, and he throws himself down on the snow and begins to pray to his gods. (MK 74)

5Dans ces conditions, dans l’idiome de Gayatri Spivak (1988), le subalterne déjà peu loquace ne peut guère parler en son nom. Par un coup de force diégétique, Kipling naturalise la conquête à l’aide de l’allégorie maçonnique. Il imagine qu’Occidentaux et Kafiristanais communient dans une même transcendance en leur faisant partager les mêmes symboles sacrés. Ce destin commun est d’abord tracé dans la pierre servant de trône à Dravot, pont matérialisé par un tiret quadratin : « the Grand-Master’s chair — which was to say the stone of Imbra » MK 64). Il est ensuite dessiné sur le tablier de Maçon confectionné par les villageoises à la demande de l’Occidental, tout comme il est inscrit dans l’unité de la nouvelle. En outre, l’auteur imagine un quasi coup d’État lorsqu’il soude encore la communauté de ses personnages en européanisant les Kafiristanais. À cette occasion, Dravot insiste implicitement sur l’opportunité de la conquête, venue rétablir une cosmologie originaire : « These men aren’t niggers ; they’re English ! Look at their eyes — look at their mouths » (MK 67). D’ailleurs, il finit par envisager le rattachement / -attachement du Kafiristan à l’Empire, gagnant ainsi la reconnaissance de la reine Victoria, car dans le cadre eurocentré de la colonisation, la promotion véritable provient de la métropole, seule détentrice de la valeur : « When everything was ship-shape, I’d hand over the crown [...] to Queen Victoria on my knees, and she’d say : — “Rise up, Sir Daniel Dravot” » (MK 67). Le dernier moment de l’entreprise consiste à exploiter le territoire conquis en vue de s’enrichir. La mise en valeur de la terre par la culture prépare l’activité commerciale, dont le but ultime est métaphoriquement rendu par les couronnes que Dravot fait ciseler. En or massif, elles tendent à perdre leur fonction symbolique pour se réduire à leur valeur d’échange, d’après la description de celle qu’il réserve à Canehan : « Hammered gold it was — five pound weight, like a hoop of a barrel » (MK 63). L’indication quantitative et la comparaison à un cerceau de tonneau contribuent à rabattre l’emblème royal sur le plan de l’économie. De surcroît, la première exigence de Dravot, après avoir fait la démonstration de sa puissance de feu, consiste à réclamer de la nourriture, plaçant sous le double signe de la violence appropriative et de la consommation parasitaire la relation qui s’instaure entre les deux communautés.

6Sols et sous-sols ne sont pas les uniques richesses que les deux Occidentaux comptent exploiter. Dravot projette sans état d’âme d’utiliser les hommes valides afin de protéger au prix de leur sang les intérêts de l’Empire britannique, en ouvrant un front contre l’armée russe. Plus loin, la logique impériale s’impose aux femmes, lorsque les dignitaires kafiristanais préparent l’une d’entre elles au sacrifice de sa personne, malgré ses réticences, pour satisfaire Dravot : « she was being prepared to marry the King » (MK 70). Par un nouveau coup de force, stylistique celui-là, une forme passive transforme en objet un sujet symptomatiquement resté anonyme, ainsi réduit au régime de la marchandise.

7Toutefois, si l’expansion coloniale demeure une entreprise économique, le traitement de la jeune Kafiristanaise rappelle que le commerce des femmes lie impérialisme occidental et domination masculine. C’est dire combien, dans la narration, le régime anecdotique de l’aventure personnelle est repris dans un cadre historique, qui est lui-même inscrit dans une structure anthropologique. La conception de la masculinité s’élabore en particulier lors d’une conversation où s’affrontent deux conceptions des rapports entre hommes et femmes : « “I said wife — a Queen to breed a King’s son for the King. [...] That’s what I want.” “Do you remember that Bengali woman I kept at Mogul Serai [...] ?” » (MK 69).

8Alors que Canehan évoque la concubine qu’il entretint naguère, référence à une réalité aussi condamnable que courante de la vie dans les colonies, Dravot se montre déterminé à prendre une épouse. Il réoriente ainsi la diégèse, qui s’éloigne du récit purement colonial pour s’emparer du discours patriarcal. Est explicitée la valeur instrumentale des femmes, qui doivent produire des héritiers mâles permettant une transmission du nom et du sang.

9Cependant, le cadre exotique met en place un audacieux schéma exogamique permettant par le choix d’aventuriers exilés de préciser la notion kiplingienne d’une masculinité trouvant ses linéaments dans la mise en péril de soi. Déplacer la scène vers les territoires du danger et de l’inconnu permet de retrouver l’âge héroïque de l’édification des empires (v. Kestner), et évoque les héros carlyléens (Crook 34). De nouveaux espaces offrent la condition de possibilité d’une affirmation de l’ordre masculin, qui à son tour renforce les frontières, entre hommes et femmes celles-là. La nouvelle décrit un monde homosocial, puisque seule une jeune indigène sacrificielle y apparaît, dans les toutes dernières pages, réduite à une fonction de révélateur, dans un système textuel saturé de marqueurs androcentriques, hérissé de symboles phalliques, fusils, flèches, trains et autres stylets. Les personnages y gagnent une dignité diégétique proportionnelle à leur capacité à affronter en braves l’adversité du monde, chaleur étouffante, faim et soif, torture, faisant ainsi la démonstration de leur courage en exposant leur corps aux périls extérieurs. C’est tout autant au travers de leur agressivité qu’ils s’accomplissent, comme Dravot, qui brise le cou d’un assaillant sur son genou, distribue quelques coups de pieds et ouvre le feu sur quiconque se tient sur son chemin. La masculinité se soustrait au scénario amoureux, si prégnant dans la littérature de l’époque (Lang 47). De façon significative, l’expédition est préemptée par l’acceptation contractuelle par Dravot et Canehan d’éviter tout contact avec une femme. Cette désexualisation n’équivaut pourtant pas à une démasculinisation, puisque les deux compagnons sont désignés à plus d’une vingtaine de reprises par le terme man.

10Cette sur-affirmation conduit cependant Max Beerbohm à poser l’hypothèse qu’une telle idolâtrie pour ces figures viriles doit être l’œuvre d’une auteure : « Rudyard Kipling might well be a woman’s pseudonym » (Beerbohm 1930). De façon théâtrale, Canehan et Dravot proclament par exemple leur détermination à affronter la mort brutale sans sourciller, à l’instar de Billy Fish, qui perd alors ses caractéristiques indigènes pour rejoindre le groupe des hommes authentiques, comme l’annonçait son nom européanisé :

« [...] shake hands with me and go along with Billy [...]. »
« Go ! » says I. « Go to Hell, Dan. I’m with you here. Billy Fish, you clear out [...]. »
« I’m a Chief, » says Billy Fish, quite quiet. « I stay with you [...]. » (MK 74)

11Cette posture révèle plus généralement le caractère performatif de la masculinité (v. Butler), où l’être est mis en équation avec le faire, dés-essentialisée au point de se réduire à une série protocolaire d’attitudes stylisées, transposées dans le texte par l’évocation des « drills », déjà repérés. Il faut ici faire référence au poème « If — », qui dresse la liste des qualités requises pour qu’un père reconnaisse en son fils un homme. Le texte est implicitement normatif et prescriptif pour tout individu mâle qui, dans une perspective inspirée par Simone de Beauvoir, ne naît pas homme mais ne cesse de lutter pour le devenir. Cette structure anthropologique se marque par la structure hypothético-déductive fondée sur les treize occurrences de la conjonction if, complétée par l’utilisation d’un futur en clausule :

If you can keep your head [...]
If you can trust yourself [...]
[...]
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And, which is more, you’ll be a man, my son.

12La reconnaissance est conditionnelle, repoussée dans l’irréel de l’avenir. Fait significatif, les deux derniers vers indiquent qu’atteindre au statut royal de maître et possesseur de la Terre vaut moins qu’obtenir le titre devenu honorifique d’homme. L’anoblissement permet l’ennoblissement, et d’une certaine façon, l’homme mentionné dans le titre de la nouvelle n’est qu’un marqueur syntaxique au sémantisme faible, faisant de Dravot l’homme qui voulait devenir un Homme. La recherche du statut de roi permet en effet de donner substance et réalité à ce simple nom, de le substantiver pleinement, pour celui qui ne coïncide jamais avec lui-même dans un monde aux exigences démesurées. Rejeté par les jeunes filles kafiristanaises malgré ses titres de gloire, Dravot s’inquiète de son manque de virilité dans une succession de formes interrogatives trahissant son angoisse : « What’s wrong with me ? [...] Am I a dog or am I not enough of a man for your wenches ? Haven’t I put the shadow of my hand over this country ? Who stopped the last Afghan raid ? » (MK 69-70).

13Le cadre semble certes redevenir orthodoxe, puisque c’est en s’unissant à une jeune fille que Dravot souhaite compléter son destin viril. Toutefois, Kipling élabore une issue aporétique qui permet de considérer la masculinité comme mise en crise de l’individu mâle rendu incapable de répondre aux attentes du groupe pour s’identifier. En effet, après avoir obtenu la dignité nécessaire pour être reconnu dans la société patriarcale du Kafiristan, le soldat-roi Dravot doit encore s’affirmer comme homme en prenant part au scénario hétérosexuel. Il est alors le roi qui voulait devenir un homme. Pourtant, Kipling ne lui accorde qu’une morsure en guise de baiser nuptial, et il finit décapité par ses sujets, au cri de « ni dieu ni diable, tout juste un homme » : « Not a god nor a devil but only a man ! » (MK 73). La diégèse révèle que prestige et considération aliènent de la communauté des hommes, mais n’être qu’un homme ne saurait suffire pour être traité comme tel. La figure de l’imposteur devient ontologique. Faux rois, faux dieux, faux Grands Maîtres de Loge maçonnique, faux correspondants de presse, les personnages sont incapables de remplir le « Contrack » de l’auto-réalisation (MK 49), qui vise l’obtention du pouvoir au prix de l’abstinence sexuelle et fait payer par la perte de l’autorité la recherche de la satisfaction libidinale, l’une n’étant cependant que la métaphore de l’autre dans un système patriarcal. Dans ces conditions, l’échec et le sentiment d’incompétence sont inévitables pour l’individu qui, tel Canehan, est symboliquement placé sous l’œil inquisiteur des prêtres et doit accomplir un rituel dont il ignore les arcanes : « One of the old priests was watching us continuous, and I felt uneasy, for I knew we’d have to fudge the Ritual, and I didn’t know what the men knew » (MK 64). Cette structure de la faille sous-tend aussi la construction du narrateur, qui tente de s’identifier à Canehan et à Dravot en évoquant leur amitié et un statut commun de Maçon expatrié, tout en assimilant indirectement l’inconfort de ses propres conditions de travail au danger du style de vie des deux aventuriers. Manque toutefois à cet « homme d’imagination qui se rêve homme d’action » (Vichy 183) l’expérience de la violence physique, réelle fondation de la masculinité kiplingienne. Enfermé dans la position du rapporteur incapable d’agir (Sullivan 16), anonyme de surcroît, il n’est gratifié ni d’un statut valorisant ni d’une activité sexuelle avérée.

14Le sabordage du récit de la masculinité retrouve sa dimension politique lorsqu’il se complète de celui de la déconstruction de l’idéal masculin britannique, en raison de la quintuple qualification de gentlemen réservée aux héros. Par un coup de force idéologique, Kipling se situe en dehors de l’alternative définitionnelle formulée avec vigueur au xixe siècle, qui oppose d’une part le titre hérité, propre au principe aristocratique, et d’autre part, la désignation du comportement impeccable, issu du principe démocratico-méritocratique. Dans « The Man Who Would Be King », est semble-t-il gentleman tout sujet britannique expatrié, aussi corrompu soit-il, par contraste avec les indigènes rencontrés. Cette iconoclastie est soulignée par les différents traits de caractérisation qui marquent les deux compères comme personnages peu recommandables. Vivant d’expédients, ces vagabonds fainéants ne jurent que par l’alcool et les femmes, « the two things that make life worth having » (MK 51), et sont prêts à utiliser la force pour atteindre leur but. Enfin, pour le lecteur moderne, ils véhiculent des préjugés vis-à-vis des peuplades du Pakistan, les estimant imprévisibles en tant qu’ethnie : « there’s no accounting for natives » (MK 73). Une logique raciste s’installe. La différence entre Britannique et indigène est obliquement déclarée de nature, et non de degré, par exemple lorsque Canehan utilise une expression imagée les réduisant à une masse brune : « I fired into the brown of ’em with an English Martini » (MK 72). Il est vrai que ces sauvages à la peau foncée, figures de l’Autre, étaient naguère désignés comme des sujets britanniques au teint clair (« They was fair men [...] with yellow hair » MK 58), avant qu’ils ne se rebellent. Même construit, voire fantasmé, le phénotype fonde toutefois le jugement moral, légitimant l’oppression coloniale et la morgue impériale.

15En somme, repérer le caractère incertain, négociable, voire discursif de la race, du genre et de la classe dans « The Man Who Would Be King » témoigne de la réversibilité des signes conventionnels, proposition audacieuse que l’auteur met en fiction. La diégèse comprend d’une part l’image d’un impérialisme mercenaire, l’introduction du personnage positif de Billy Fish, indigène courageux, honorable jusqu’au sacrifice ultime, et la création des deux Occidentaux dont la dimension finalement tragique n’éclipse pas chez eux la rouerie, la violence et l’appartenance à une sous-caste pauvre et dépossédée de la classe des dominateurs blancs (Paffard 76-77 ; Coates 14). D’autre part, il faut souligner l’inscription du geste décolonisateur mené à son terme par les habitants du Kafiristan, qui expulsent les deux intrus. Or, ces éléments viennent contester le grand récit de l’Empire. En conséquence, malgré la mauvaise réputation de Kipling, la nouvelle peut être lue comme déconstruction du système colonial, de la masculinité et de la littérature victorienne. Tout comme est saluée la hardiesse de Joseph Conrad, à qui il est souvent comparé (v. McClure), l’audace de Kipling doit en conséquence être louée. Elle permet une lecture plurielle trouvant son plaisir dans le récit d’aventure tout en repérant le travail d’une conscience aiguisée, bien que parfois trop tranchée, face à certaines grandes problématiques de son temps.

Haut de page

Bibliographie

Allen Charles, Kipling Sahib : India and the Making of Rudyard Kipling, Londres, Little Brown, 2007.

Barrie James Matthew, « JM Barrie on “Mr. Kipling’s Stories” » (1891), Kipling, The Critical Heritage, R. Lancelyn Green, ed. Londres, Routledge and Kegan Paul, 1971, p. 78-87.

De Beauvoir Simone, Le Deuxième sexe : Les Faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949.

Beerbohm Max, « Kipling’s Entire » (1930), « Kipling’s Jungle Eden », Critical Essays on Rudyard Kipling, H. Orel, ed. Boston, G.K. Hall, 1989, p. 77-92.

Butler Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

Coates John, The Day’s Work : Kipling and the Idea of Sacrifice, Londres, Associated UP, 1997.

Crook Nora, Kipling’s Myths of Love and Death, Londres, Macmillan, 1989.

Kestner Joseph A., Masculinities in British Adventure Fiction, 1880-1915, Farnham, Ashgate, 2010.

Kipling Rudyard, « Beyond the Pale » (1888), Twenty-One Tales Selected from the Works of Rudyard Kipling, Londres, The Reprint Society, 1946, p. 1-7.

Kipling Rudyard, « If — » (1910), http://gutenberg.org/ebooks, consulté le 25 mars 2011.

Kipling Rudyard, « The Man Who Would Be King » (1888), Twenty-One Tales Selected from the Works of Rudyard Kipling, Londres, The Reprint Society, 1946, p. 40-78.

Kipling Rudyard, « The White Man’s Burden » (1899), Kipling Stories and Poems Every Child Should Know, livre II. http://gutenberg.org/ebooks, consulté le 25 mars 2011.

Lang Andrew, Compte rendu non signé de Plain from the Hills (1889), Kipling : The Critical Heritage, R. Lancelyn Green, ed., « Andrew Lang Welcomes “An Indian Story-Teller” », Londres, Routledge, 1971, p. 47-50.

McClure John A., Kipling and Conrad ; The Colonial Fiction, Cambridge (Mass.), Harvard UP, 1981.

Paffard Mark, Kipling’s Indian Fiction, New York, St Martin’s Press, 1989.

Raskin Jonah, The Mythology of Imperialism ; A Revolutionary Critique of British Literature and Society in the Modern Age. R. Kipling, J. Conrad, E.M. Forster, D. H. Lawrence, and Joyce Cary (1971), New York, Monthly Review P, 2009.

Said Edward, Orientalism, Londres, Routledge, 1978.

Spivak Gayatri Chakravorty, « Can the Subaltern Speak ? » (1988), in The Post-Colonial Studies Reader, B. Ashcroft, G. Griffiths & H. Tiffin, eds. London, Routledge, 2001, p. 24-28.

Sullivan Zohreh, Narratives of Empire : The Fictions of Rudyard Kipling, Cambridge, CUP, 1993.

Vichy Thérèse, « La Figure mythopoétique de l’enfant dans quelques œuvres de Kipling », Cahiers Victoriens et Edouardiens, 49 (1999), p. 181-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Pham-Thanh, « Le gentleman kiplingien dans tous ses états : audaces de « The Man Who Would Be King » », Cahiers victoriens et édouardiens, 75 Printemps | 2012, 215-226.

Référence électronique

Gilbert Pham-Thanh, « Le gentleman kiplingien dans tous ses états : audaces de « The Man Who Would Be King » », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 75 Printemps | 2012, mis en ligne le 02 février 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/1669 ; DOI : 10.4000/cve.1669

Haut de page

Auteur

Gilbert Pham-Thanh

Université Paris Nord.
Gilbert Pham-Thanh, agrégé de l’Université, est maître de conférences à l’université Paris Nord. Il a soutenu une thèse intitulée Du dandysme en Angleterre au xixe siècle et de ses répercussions en France, et poursuit son exploration des champs de l’esthétique, de l’élégance, des mœurs, du dandysme et de la définition de la masculinité, dans la littérature britannique du xixe siècle. Il est rattaché au Centre d’Études des Nouveaux Espaces Littéraires (EA 452).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org