Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing,
Part I : 1857–1888

Christine Huguet
p. 235-237
Référence(s) :

Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing, Part I : 1857-1888, London, Pickering & Chatto, 2011, x + 366 p., 1 illustration. ISBN-13 : 9781848931718

Texte intégral

1Six ans après la parution de George Gissing : The Definitive Bibliography (604 pages), voici que Pierre Coustillas (rédacteur en chef depuis 1969 du Gissing Newsletter devenu Gissing Journal en 1991, à qui, est-il besoin de le rappeler, les victoriannistes doivent par ailleurs, pour Gissing seul, nombre de traductions et d’éditions des journaux, lettres et textes de fiction) nous offre, au lendemain de ses quatre-vingts ans, une nouvelle preuve de sa connaissance intime de l’auteur. L’exploit qu’il signe à présent est une monumentale biographie en trois volumes, dont le premier, seul paru à ce jour, compte pas moins de 366 pages.

2L’ouvrage entier comportera vingt-six chapitres, répartis en six parties (deux par volume) : « Hopes Destroyed » (1857-1877) ; « Hard Times » (1877-1888) ; « Respite » (1888-1891) ; « Work and Torment » (1891-1897) ; « Port after Stormy Seas » (1897-1903) ; « Epilogue ». Chacune de ces grandes étapes biographiques examine conjointement la vie et l’œuvre de l’auteur, en portant une attention toute particulière à la réception critique contemporaine.

3À l’instar de l’auteur auquel il a consacré la majeure partie de sa vie de chercheur, Coustillas est épris d’absolu : son livre n’est donc pas l’œuvre d’un « nibbler  », pour reprendre un de ces petits mots pittoresques dont il a le secret (p. vii). Proclamons-le avec force : si vous voulez savoir ce que faisait Gissing un jour précis d’une année précise, dans quel état d’esprit il travaillait, pourquoi et comment il écrivait ce qu’il écrivait, consultez cette biographie, ouvrage tout simplement indispensable qui complète désormais les écrits personnels du romancier, tous publiés. Coustillas connaît tout ce qu’il est donné de connaître sur Gissing à cette heure, ce qui devrait laisser la jeune génération d’autant plus songeuse que les travaux dont on voit ici l’aboutissement furent essentiellement menés à une époque où la consultation d’un journal victorien sur écran, chez soi, relevait de la science-fiction. On peine à imaginer les mois, les années de recherche minutieuse dans les bibliothèques en divers points du globe, qui seuls auront permis une telle maîtrise du sujet, révélée à chaque page — dans une brève incise, une note ou une parenthèse discrètes. Avant d’offrir au public cette vie de Gissing, le biographe a tout consulté, tout vérifié : manuscrits, brouillons, épreuves corrigées, lettres, comptes rendus, écrits contemporains, éditions diverses et variées sont passés au crible et mis en rapport de façon éclairante. Et parce qu’il possède — aussi — la bibliothèque de Gissing, Coustillas seul est en mesure d’affirmer quand (et, pour les curieux, où et à quel prix) le romancier se procura tel ou tel livre susceptible de trouver, un jour, un écho dans son œuvre. Jusqu’aux lettres non publiées (celles qui appartiennent, par exemple, à l’arrière-petit-fils du romancier) qui n’ont plus de secret pour lui.

4Le non-spécialiste appréciera de découvrir ou redécouvrir, à côté de détails biographiques pointus, une foule de renseignements concernant, plus largement, la fin de siècle qui vit éclore le talent de Gissing. Doyen des études gissingiennes, Coustillas s’impose également comme un victorianiste dont la connaissance encyclopédique de la période s’apprécie de la première à la dernière page du volume : souvent, ce récit d’une vie prend des allures de fresque historico-culturelle où le romancier est campé en interaction avec son temps. Le vécu individuel reflète les multiples facettes d’une époque dont Coustillas nous livre les détails, en prime, au détour de la phrase. Quel confort les trains américains offraient-ils dans les années soixante-dix ; quels bruits entendait-on dans les rues du Londres des années quatre-vingts ; que lisaient les classes aisées en Russie à la même période ; que faisait la fille aînée de Thackeray durant l’été 1887 — autant de renseignements glanés au fil du récit.

5Si, chronologiquement, cette biographie de Gissing est loin d’être la première, elle annule de facto toutes les précédentes, tant elle corrige d’erreurs et de bêtises énoncées par le passé, tant elle modifie de perspectives. Il faut dire que Gissing, artiste charismatique s’il en est, homme à la personnalité complexe, eut un parcours tellement singulier qu’il ne pouvait manquer, très vite, d’attirer l’attention de biographes friands d’anecdotes spectaculaires. Ainsi, même le non-initié n’ignore en général rien de l’épisode impliquant Nell, prostituée de Manchester, et le jeune George, étudiant brillant devenu voleur par idéal chevaleresque : on se croirait en plein mélodrame victorien. Fait aussi surprenant qu’inquiétant : ce destin hors du commun continue d’alimenter les fantasmes à propos d’un homme et d’une époque qui fascinent par leurs multiples contradictions. Écrire la biographie d’un romancier comme Gissing demeurerait-il un exercice périlleux ? Pierre Coustillas évite les écueils dans lesquels sont tombés ses prédécesseurs : pour extraordinaires que soient le début de cette vie, avec la perte du père-guide spirituel, aussi bien (on le verra lors de la parution du dernier volume) que sa fin prématurée, poignante, rien d’un point de vue scientifique, martèle Coustillas, ne justifie l’affabulation. Dans cette biographie qui se veut militante, il trace, en donnant l’exemple, une ligne de conduite rigoureusement scientifique aux générations futures : pas une affirmation dans son ouvrage qui ne demeure infondée, pas une hypothèse, même la plus plausible, qui ne se présente comme telle (ex : « his liking for the German language dates back to the Lindow Grove days — practically a certainty —  », p. 61).

6Ce portrait tout en nuances sait néanmoins se structurer en pans de vie aisément identifiables (ex : « With the autumn of 1879 a third stage opened in Gissing’s literary beginnings  », p. 157). Féru de généalogie, incollable sur la famille et l’entourage du romancier, Coustillas ne donne heureusement jamais l’impression de se perdre en digressions : le portrait circonstancié du père ou de l’ami apportent, à leur façon, un éclairage aussi pertinent sur l’artiste que les généreux commentaires des œuvres qui émaillent l’ouvrage.

7Les membres de la SFEVE ont beaucoup de chance, à mon sens, de compter parmi eux un chercheur dont les dizaines de publications, en France mais surtout à l’étranger, aident depuis plus d’un demi-siècle à mettre la recherche française sur le devant de la scène internationale. Gageons que la parution des deux volumes suivants (Part II : 1888-1897 au printemps 2012 et Part III : 1897-1903 à l’automne de la même année) ne fera que renforcer cet état des choses, la seule ombre au tableau — et elle est de taille — étant que le premier volume de ce magnum opus n’est agrémenté que d’une seule illustration, de médiocre qualité. Quelle erreur, de la part de Pickering & Chatto, que de renoncer à reproduire les meilleurs portraits, photos, lettres manuscrites et autres documents précieux qui dorment dans la collection privée du biographe !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Huguet, « Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing,
Part I : 1857–1888
 », Cahiers victoriens et édouardiens, 75 Printemps | 2012, 235-237.

Référence électronique

Christine Huguet, « Pierre Coustillas, The Heroic Life of George Gissing,
Part I : 1857–1888
 », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 75 Printemps | 2012, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/1680

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université Lille III — Charles-de-Gaulle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org