Navigation – Plan du site
Comptes rendus

George Gissing, A Story of English Socialism ;
George Gissing, Three Novellas

Christine Huguet
p. 238-241
Référence(s) :

George Gissing, A Story of English Socialism, ed. Debbie Harrison, Brighton, Victorian Secrets, 2011, 480 p. ISBN 978-1-906469-17-7
George Gissing, Three Novellas, ed. Pierre Coustillas, Grayswood, Surrey, Grayswood Press, 2011, xxxi + 318 p., 4 illustrations. ISBN 978-0-9546247-7- 4

Texte intégral

12011 constituerait-il un nouveau temps fort dans le domaine des études gissingiennes ? Tout porte à le croire : cette année aura vu se succéder, entre autres, la tenue à York du quatrième colloque international sur cet auteur, la parution des Actes du colloque lillois, qui avait eu lieu trois ans auparavant, et celle du premier tome de la monumentale biographie, signée Pierre Coustillas, qui fait l’objet d’un compte rendu dans le présent numéro des Cahiers, ainsi que, pour conclure une liste qui ne se veut nullement exhaustive, la mise sur le marché de deux nouvelles éditions offrant à elles seules quatre œuvres romanesques de Gissing au public. Tout d’abord, évoquons Demos, que Victorian Secrets met à l’honneur, un an seulement après Workers in the Dawn, autre roman de jeunesse injustement méconnu : heureuse initiative, car l’édition Harvester de 1972, introduite et annotée par P. Coustillas, n’était plus guère accessible qu’aux collectionneurs. On est donc en droit d’espérer que cette nouvelle édition, qui facilitera sans nul doute la recherche sur ce très beau roman, encouragera lecteurs et enseignants à sortir davantage des sentiers battus (on songe aux multiples rééditions, depuis 1891 et 1893 respectivement, des deux romans les plus connus de Gissing : New Grub Street et The Odd Women). À la lecture de l’introduction très claire de Debbie Harrison, on se convainc d’ailleurs aisément que Demos mériterait parfaitement de figurer plus souvent dans les programmes universitaires, tant cette « histoire du socialisme anglais », ponctuée de péripéties variées destinées à illustrer les questionnements de l’auteur sur le bien-fondé des privilèges et sa conscience aiguë de ce que Harrison appelle « energetic but ugly progress » (p. 9), aurait de raisons de conquérir un public d’étudiants du vingt-et-unième siècle. Ce three-decker commencé en 1884 — année qui vit naître la Fabian Society et au cours de laquelle on entendit s’élever, toujours plus distinctement, la voix d’émeutiers aussi célèbres que William Morris — est le troisième roman publié de Gissing mais le premier à lui valoir, enfin, l’attention du public, comme le rappelle Pierre Coustillas en préface (p. 5). Demos est l’œuvre d’un jeune homme qui a déjà beaucoup vécu et sait ce que misère veut dire. Bien qu’il n’ait pas même atteint la trentaine, il a déjà eu amplement le temps, également, de renoncer à la plupart de ses illusions sur la classe ouvrière : Gissing saisit ici l’occasion que lui offre une actualité brûlante pour exprimer son point de vue « très conservateur », prévient-il, sur les questions qui lui tiennent à cœur, notamment celle du rôle de l’artiste dans un contexte, par ailleurs largement justifié, d’agitation sociale sur fond de crise de l’emploi. Le personnage de Westlake doit beaucoup à William Morris, dont l’arrestation en 1885, pour violence envers un agent de police, poussera Gissing à envoyer à son frère Algernon ces mots de réprobation éloquente, le 22 septembre : « But, alas, what the devil is such a man doing in that galley ? It is painful to me beyond expression. Why cannot he write poetry in the shade ? He will inevitably coarsen himself in the company of ruffians ». Sous les traits de Stella Westlake, il n’est pas faux, sans doute, de reconnaître en partie la propre fille de Morris, May, dont Gissing avait fait la connaissance lors d’une réunion, à Kelmscott House, de la Section de Hammersmith de la Socialist League. Quant aux émeutes de février 1886, ainsi que le rappelle Debbie Harrison en introduction, elles ne pouvaient tomber plus à point : « For myself », le reconnut Gissing dans une letter à sa sœur, « it is rather a good thing than otherwise, for I am writing a book that deals with Socialism, & it may prove more interesting on account of the attention that is being drawn to the subject » (p. 10). Roman largement dicté par les circonstances, donc, ainsi que le fait bien apparaître l’appendice fort bien renseigné, « The Politics of Demos », que Debbie Harrison prend soin d’ajouter, ce roman n’en est pas moins un texte essentiel pour qui s’intéresse à l’idéal d’esthétique impersonnelle du jeune Gissing. Harrison n’est guère éloquente sur ce point, mais on lui saura gré d’avoir joint à son introduction un appareil de notes (plus d’une centaine) fort utile ainsi qu’une brève biographie suivie d’une chronologie de la vie de l’auteur et d’une bibliographie fournie. On ne peut que se féliciter, en conclusion, de l’enthousiasme avec lequel Victorian Secrets met Gissing au cœur de son programme éditorial. Autre bonne nouvelle du même ordre : cet ouvrage de qualité, que la maison d’édition basée à Brighton nous offre à très bon prix grâce à une subvention du Gissing Journal, ne demeurera pas longtemps dernier sur sa liste de publications Gissing. Affaire à suivre dans les Cahiers.

2En matière de fidélité éditoriale à Gissing, force est de reconnaître que Grayswood Press n’a rien à envier à Victorian Secrets : après l’édition critique extrêmement soignée des Collected Works on Charles Dickens en 2003-2004 et celle du très beau roman de jeunesse, Isabel Clarendon, en 2011, l’éditeur George Gorniak choisit cette fois de rassembler en un seul volume les trois romans courts que Gissing publia séparément entre avril 1895 et janvier de l’année suivante : Eve’s Ransom, Sleeping Fires et The Paying Guest. Devenus rares avec l’épuisement des dernières éditions anglaises ou américaines (Dover Publications pour Eve’s Ransom en 1980, University of Nebraska Press pour Sleeping Fires en 1983, Harvester Press pour The Paying Guest en 1982), ces textes de longueur variable (environ 140 pages pour Eve’s Ransom, le plus étudié des trois, légèrement plus et moins de la moitié pour, respectivement, Sleeping Fires et The Paying Guest) forment désormais un bel ensemble cohérent, préparé et présenté avec talent par notre collègue, Pierre Coustillas. Un seul de ces romans courts, Sleeping Fires, est accompagné de notes ; tous trois, en revanche, sont suivis d’une bibliographie divisée en trois parties (« Bibliographical Note » ; « List of Reviews » ; « Articles and later Comments »), elle-même suivie d’un généreux assortiment de comptes rendus, présentés dans l’ordre chronologique et choisis pour leur pertinence scientifique et/ou leur représentativité. Dans son introduction très détaillée de près de 19 pages, Coustillas nous rappelle d’entrée de jeu combien, en cette fin de siècle, les circonstances jouèrent en faveur de Gissing : il avait face à lui une nouvelle génération de lecteurs, grands consommateurs de nouvelles, de feuilletons et de fictions courtes publiables en un seul volume, au lieu des trois habituellement empruntés, chez Mudie’s en particulier. Eve’s Ransom parut ainsi d’abord dans l’Illustrated London News, en feuilleton échelonné de janvier à mars 1895. Le texte était accompagné d’illustrations de Wal Paget. Bien que ce dernier n’ait jamais acquis la notoriété de son frère aîné, l’artiste Sidney E. Paget, c’est avec plaisir que l’on retrouvera ici reproduites les illustrations originales des 12 et 26 janvier 1895. Sleeping Fires et The Paying Guest, écrits dans cet ordre, peu après Eve’s Ransom, sont particulièrement remarquables pour qui cherche à analyser l’évolution esthétique de Gissing, car elles révèlent son regain d’intérêt, dans le milieu des années 90, pour une écriture plus dense (on se souviendra qu’il produisit d’ailleurs nombre de nouvelles à la même époque). On lira donc avec curiosité ces deux textes, dont le format est loin d’être la norme dans le corpus et dont le contenu nous invite à constater que la fiction de Gissing n’est pas systématiquement une invitation à pénétrer avec le narrateur dans les quartiers pauvres de Londres. Sleeping Fires emmène ainsi le lecteur jusqu’en Grèce, sur les traces du romancier lui-même, et The Paying Guest se donne à lire comme une comédie satirique au rythme enlevé, qui nous introduit de façon convaincante, en une petite dizaine de chapitres de quelques pages chacun, dans le milieu petit-bourgeois d’une certaine banlieue londonienne. Three Novellas est donc un livre éminemment désirable à bien des égards. Pour ne rien gâter, la jaquette reproduisant la très belle huile de John Atkinson Grimshaw, Hampstead Hill, Looking Down Heath Street (1881), ne dépare certainement pas ce volume élégant, aux finitions et à la reliure soignées. Gageons que l’édition en trois volumes des Collected Short Stories du même auteur, à paraître dans peu de temps, répondra à ces mêmes critères de qualité, qui font la réputation d’excellence de Grayswood Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Huguet, « George Gissing, A Story of English Socialism ;
George Gissing, Three Novellas
 », Cahiers victoriens et édouardiens, 75 Printemps | 2012, 238-241.

Référence électronique

Christine Huguet, « George Gissing, A Story of English Socialism ;
George Gissing, Three Novellas
 », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 75 Printemps | 2012, mis en ligne le 05 février 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/1683

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université Lille III — Charles-de-Gaulle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org