Navigation – Plan du site
Colloque de la SFEVE Bordeaux (janvier 2014) – Clubs and Dissidence

Le Pioneer Club, voie/voix de l'émancipation féminine ?

The Pioneer Club and the question of female emancipation
Laurence Machet

Résumés

Cet article se propose d’examiner le rôle du Pioneer Club, fondé en 1892 à Londres par Emily Massingberd, dans l’émancipation des femmes. Ce club radical a-t-il contribué à définir une nouvelle identité féminine en cette fin du xixe siècle ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Ramblings in Clubland: Ramble No. 3—the Junior Constitutional », Society Herald: A Weekly Record (...)

1Dans son numéro du 14 mai 1888, le Society Herald1 décrivait la journée typique d’un homme célibataire appartenant à la bonne société. Toutes les activités de cet homme, représentant anonyme de ses contemporains, tournaient autour du club dont il faisait partie, faisant de ce lieu une alternative au domicile officiel, un endroit où dîner, traiter ses affaires, voire dormir. Cette omniprésence des clubs et leur statut de lieu d’alternative n’étaient pas des phénomènes nouveaux en cette fin de xixe siècle. Joseph Addison écrivait déjà dans The Spectator en mars 1711 : « When a Sett of Men find themselves to agree in any Particular […], they establish themselves into a kind of Fraternity and meet once or twice a Week, upon the Account of such a Fantastick-Resemblance » (Addison 29). L’accent dans ces clubs était mis sur la convivialité et Addison écrivait encore : « Our Modern celebrated Clubs are founded upon Eating and Drinking, which are points wherein most Men agree » (Addison 30), faisant des plaisirs de la table le point focal et la raison d’être de ces réunions. Le magazine radical Shafts, publié par l’un des membres du Pioneer Club, inscrit également les clubs du xixe siècle dans une longue tradition : « Clubs, or rather the principles therein involved, and the needs therein expressed, have been known in a more or less developed form in all ages of the world » (Shafts B 140).

2Ce qui constitue en revanche un phénomène inédit, c’est l’apparition, essentiellement dans le dernier tiers du xixe siècle, de clubs de femmes. La femme était en effet réputée « unclubbable » ou encore comme n’étant pas « a club animal » (Anstruther 610). L’écrivain Eva Anstruther dans son article « Ladies Clubs » rapporte ainsi l’opinion commune : « her clubs are clubs only in name… Woman does not understand the spirit of a club » (Anstruther 606) et tente d’expliquer cela par les différences d’éducation entre hommes et femmes, les hommes ayant eu dans les public schools et les universités toute latitude pour se créer un réseau amical qu’ils retrouvaient ensuite au sein de leur club (Anstruther 611). Un journaliste du Times explique quant à lui que, si les femmes ne sont pas clubbable, ou du moins, pas autant que les hommes, c’est simplement qu’elles sont moins amatrices de bonne chère ou de « lazy comfort » (Doughan & Gordon 17). Point n’est besoin, donc, de chercher à leur faire une place dans les clubs masculins existants. Corollaire de cette définition stéréotypée des femmes, il se trouve que celles qui la récusent et décident de fonder des clubs ou d’en faire partie sont perçues comme atypiques, à la marge, ce qui de fait remet en cause leur identité féminine.

  • 2 Ce même cercle d’activistes fonde en 1859 la « Society for Promoting the Employment of Women ».

3Peut-être en signe de protestation face à ce que les femmes percevaient donc comme un privilège typiquement masculin, les clubs féminins connaissent un essor sans précédent dans le dernier tiers du dix-neuvième siècle et on en dénombre ainsi 24 à Londres en 1899 (Levine 71). Le Ladies’ Institute, souvent considéré comme le premier club féminin (Rappaport 87), est fondé en 1860 dans le West End par Bessie Rayner Parkes, Barbara Leigh Smith Bodichon, Jessie Boucherett et d’autres figures féministes de l’époque gravitant autour du Langham Place Circle. Ce club abrite également les bureaux de l’English Woman’s Journal publié entre 1858 et 1864 par ces mêmes femmes (Crawford 123) et qui traite, entre autres thèmes, du travail féminin ou de l’égalité hommes-femmes2.

  • 3 Cet article s’intéresse au Pioneer Club et aux autres clubs de Londres, mais le même phénomène se c (...)
  • 4 Gee explique que, plus que le nombre, c’est la nature du travail des femmes qui change en cette fin (...)
  • 5 Le « Married Women’s Property Act » qui avait été voté en 1882 donnait aux femmes mariées les mêmes (...)
  • 6 Eva Anstruther les nomme les « Socio-Educational clubs » (Anstruther 606).

4Les clubs féminins3 se développent donc à une époque où les femmes de la classe moyenne accèdent à une certaine indépendance par le biais du travail (Rappaport 85)4, où les plus fortunées peuvent désormais disposer de leur richesse de manière autonome5 et donc, dans quelques cas, l’utiliser pour fonder des clubs, et également au moment où certaines d’entre elles décident de faire entendre leur voix sur le plan politique et de porter sur la place publique leurs revendications (Roberts 85). Si les clubs féminins sont à des degrés divers, comme leurs homologues masculins, des lieux de convivialité et de sociabilité, un certain nombre d’entre eux, tels le Ladies’ Institute, ambitionnent en effet d’être également — et surtout — des lieux de stimulation intellectuelle et de self-improvement6.

  • 7 Cet article s’intéresse principalement à la période 1892-97, de la fondation du club au décès d’Emi (...)

5C’est dans cette catégorie qu’entre le Pioneer Club, fondé en 1892 par Emily Massingberd7. Se définissant par son nom même comme avant-gardiste, il symbolise cet effacement entre sphère publique et sphère privée typique du club et affiche sa volonté de promouvoir les revendications féminines. Si le soutien qu’il apporte aux causes progressistes est indubitable, faisant de lui le club féministe de cette fin de siècle, il nous semble déceler un paradoxe dans certains de ses fonctionnements, ce qui pourrait nous mener à réévaluer son rôle et son poids dans l’émancipation des femmes.

Une posture radicale

6Les vers tirés de différentes sections du poème « O Pioneers » de Walt Whitman (Whitman 229-32) gravés dans l’entrée et qui donc accueillaient le visiteur à son arrivée dans les locaux du Pioneer Club sur Bruton Street soulignent l’analogie entre la communauté formée par ces femmes qui s’autoreprésentaient comme défrichant la voie vers l’émancipation et les pionniers partant à la conquête de l’ouest américain :

We the route for travel clearing,
Pioneers, O Pioneers ;

All the hands of comrades clasping
Pioneers, O Pioneers

7Cette citation d’une œuvre quasi-contemporaine, publiée en 1855 et aisément identifiable par les membres éduqués du club, est d’autant plus significative que la strophe débutant juste après « We the route for travel clearing » est spécifiquement consacrée aux femmes :

O you daughters of the West!
O you young and elder daughters! O you mothers and you wives!
Never must you be divided, in our ranks you move united,
Pioneers!
O pioneers!

8Ces quelques vers posent donc d’entrée l’identité du club comme un lieu de soutien et de solidarité entre les femmes, avançant unies vers un même horizon de plus grande liberté.

9La création de ce club, qui affirmait à la fois l’importance de sujets les intéressant directement et le besoin d’en débattre publiquement, est le produit de la volonté d’Emily Massingberd, à la fois active politiquement, indépendante, et aux prises de position affichées.

  • 8 Le titre de Baronet avait été conféré à son ancêtre Sir Henry Massingberd, 1609-1680.

10Née en 1847 dans une famille de la noblesse terrienne8, elle épouse à l’âge de vingt ans un cousin, Edmund Langton, avec qui elle a quatre enfants. À la mort de son mari, en 1875, elle se consacre à la lutte contre l’alcool, devenant membre de la British Women’s Temperance Association fondée en 1876. Au début des années 1880, elle rejoint le mouvement en faveur du suffrage féminin et rallie notamment la Society for Promoting the Return of Women as County Councillors puis, en 1890, la Women’s Franchise League (Crawford 390). Elle passe donc peu à peu d’une vie d’épouse et de mère de famille bourgeoise à celle d’une femme engagée politiquement.

  • 9 « After briefly reviewing the various duties imposed upon the County Council, the Chairman [the Rev (...)

11Cet engagement se confirme et prend une forme concrète à la fin des années 1880 lorsqu’elle se porte candidate à l’élection du county council du Lincolnshire. Les county councils avaient en effet été créés par le Local Government Act de 1888 et des élections organisées en janvier 1889. Si les femmes à l’époque n’avaient pas le droit de voter ni de se porter candidates pour les élections parlementaires, elles avaient en revanche depuis 1869 les mêmes droits que les hommes au niveau local à condition d’être propriétaires et/ou chefs de famille, ce qui était le cas d’Emily Massingberd, à la fois veuve et ayant hérité en 1887 (en l’absence d’héritier mâle) de son père la propriété familiale de Gunby Hall. Sa courte défaite de janvier 1889 (249 votes contre 269), associée à la campagne de dénigrement de sa capacité à faire face, parce qu’elle était une femme9, à la tâche à accomplir, la poussent un peu plus vers la voie de l’activisme féministe dont on peut aussi voir une manifestation dans son choix de reprendre son nom de jeune fille (Levine 76), ce qui lui est accordé par Royal Licence en mai 1887.

  • 10 « to meet each other, to help each other and to discuss the leading questions and principal progres (...)

12En 1892, elle fonde le Pioneer Club, dont la raison d’être, exprimée dans le journal Shafts, édité par Margaret Sibthorp (elle-même membre du club), est l’avancement de la cause féminine : « the advance women are making in their determination to obtain their own freedom » (Shafts A 14), ou encore l’affirmation que « there’s a purpose behind it (the club); a goal beyond it ; an inspiration within it ; a hope to which it lifts its gaze ; to which it directs the energies of its efforts ; a protest against what has been ; a registered resolve as to what shall be » (Shafts B 140). Outre l’attaque à peine voilée vis-à-vis des clubs masculins, ramenés à des lieux où les trois G sont pratiqués « Gossip, Gamble, Guzzle » (Shafts B 140), le club se définit donc à la fois comme lieu de protestation et d’ouverture vers des perspectives nouvelles et un idéal à atteindre par le biais notamment de l’éducation. Il se veut lieu de rencontre, d’aide et de débat10, ce qui le rapproche de la philosophie des clubs féminins américains fondés dans les années 1860. Il est d’ailleurs le seul club britannique à être affilié à la General Federation of Women’s Clubs, lancée en 1889 par Jane Cunningham Croly, qui a fondé le club Sorosis à New York en 1868. Les sujets et les orateurs qui y trouvent une tribune en font un club citoyen, ancré dans son époque, figure de proue du combat en faveur non seulement du vote des femmes, mais aussi contre la vivisection ou la consommation d’alcool. Tous les mardis soirs, des conférences y ont lieu, suivies de débats (Shafts A 14) sur des thèmes aussi variés que le socialisme, l’éducation (Knollys) ou encore le vote féminin ou les droits des femmes au divorce ou à la propriété (Crawford 126). Parmi les conférenciers, on note George Bernard Shaw, Millicent Fawcett ou encore Frances Willard.

  • 11 « One of its objects being to promote democracy, and to abolish class distinction, at least upon it (...)

13Afin d’être accessible au plus grand nombre et, de ce fait, d’atteindre son but de diffusion des connaissances et de questionnement, les droits d’entrée du club étaient relativement modestes, aux environs de trois guinées par an, ce qui le mettait (contrairement à des clubs comme l’Alexandra ou l’Empress) à la portée d’une partie au moins des femmes qui travaillaient comme journalistes ou dans les bureaux du West End. De manière symbolique, lors de son inscription, chaque nouveau membre se voyait attribué un chiffre, qui remplaçait son nom au sein du club et notamment sur les 500 casiers de l’entrée, où les membres pouvaient recevoir leur courrier. Le but affiché était d’effacer les différences de classes sociales. L’auteur de l’article de Shafts consacré, dans le numéro du 3 novembre 1892, au Pioneer Club, n’est ainsi identifié que par son numéro, le 93. L’idée sous-jacente était sans doute de mettre davantage l’accent sur la division liée au genre que sur celle due à la classe sociale afin là encore de renforcer le sentiment de communauté et de solidarité entre femmes11.

14Le Pioneer Club, outre sa fonction de tribune, est également un espace liminal, qui subvertit la frontière traditionnelle existant entre espace domestique et espace public. Si John Tosh (172) et Amy Milne-Smith arguent du fait que les clubs masculins ont pu être des lieux de fuite hors d’un espace familial perçu comme étouffant et trop « féminisé », où une forme alternative d’espace domestique et privé était recréée (Milne-Smith 798), il semblerait que les clubs féminins aient plutôt rempli la mission inverse. Ils ont en effet permis aux femmes d’accéder à un espace semi-public, situé hors de la sphère intime, et qui plus est dans le West End, à une époque où la présence de femmes seules dans la ville était encore, comme on le verra plus tard, problématique (Liggins 225).

15Cette partie de Londres, épicentre des institutions politiques et des clubs masculins, était traditionnellement perçue certes comme un lieu à la mode, mais également comme un territoire occupé par les hommes (Walkowitz 2), le lieu de leur pouvoir : « nothing so palpably represented masculine power and dominance of the public sphere as the clubhouses that lined Pall Mall, Piccadilly and St James » (Rappaport 86). Établir sur ce territoire un club de femmes, militantes et éduquées qui plus est, était une manière symbolique de revendiquer une partie de ce territoire à la fois physique et social.

  • 12 Le club compta jusqu’à 600 membres en 1899 (Doughan & Gordon 56).
  • 13 C’était en revanche une des raisons d’être du Worcestershire Ladies’ Club, l’un des premiers clubs (...)

16Le club d’abord installé sur Regent Street déménagea très rapidement de ses locaux devenus trop petits pour ses 300 membres12, d’abord vers Cork Street puis vers son adresse permanente de Bruton Street. Malgré ces déménagements successifs, son territoire demeura identique et l’une des raisons de ce choix, outre l’idée politique d’investir un Clubland resté masculin jusque-là, pourrait résider dans le besoin de fournir aux femmes seules et respectables fréquentant les boutiques du West End un lieu de refuge et de repos, tout particulièrement si elles n’habitaient pas la capitale. Même si dans le cas du Pioneer Club, cette motivation n’est certainement pas à l’origine de la création du club13 et ne constitue pas son aspect le plus avant-gardiste, il n’en demeure pas moins que cette fonction était cruciale pour ses membres, comme en témoignent ces quelques lignes dans Shafts : « a lady may while away an hour, or an afternoon, of waiting in town, in interesting conversation with a friend » (Shafts A 14).

17Outre la localisation du Pioneer Club et l’intérêt de créer cet espace frontière afin de permettre aux femmes d’accéder aux lieux publics plus sereinement, certains éléments de sa décoration intérieure paraissent révélateurs d’une volonté d’afficher sa différence par rapport aux autres clubs de femmes de l’époque et être les indices de sa position militante. J’ai déjà en ce sens évoqué par exemple les vers de Whitman gravés dans l’entrée.

  • 14 « There are in the club at present six rooms in daily use, all neatly and comfortably furnished. Th (...)

18Le début de la description qui nous est donnée dans Shafts (Shafts B 14) donne à voir un intérieur bourgeois traditionnel dans lequel on se sent chez soi. On trouve dans ses premiers locaux de Regent Street un salon, une salle à manger, une bibliothèque ou encore une pièce destinée à accueillir les visiteurs14 et on peut supposer que les pièces à la disposition des membres étaient semblables sur Bruton Street, même si on ne dispose pas de description aussi détaillée. L’insistance sur les notions de confort et de bien-être soulignent une nouvelle fois le paradoxe du club, espace privé posé dans la sphère publique et affichant une certaine idée de la domesticité. Plus frappant, un long chapitre est consacré dans ce même numéro à un tableau, The Birth of a Planet, peint par un certain M. Maskell, offert par la présidente à son club et accroché dans le salon. La femme qui y est représentée symbolise pour les Pioneers « in her awakening consciousness, the Woman of the Present. She is just emerging from great depths of darkness ». Elle est présentée comme ayant pendant longtemps été « submerged ‘neath the waves of superstition, ignorance and tyranny », encore « hardly conscious of the strength of her own soul » mais enfin prête à « (leap) into life, strong, eagle-eyed, facing the sun undismayed » (Shafts B 14). On peut donc supposer que ce tableau était censé servir d’inspiration aux membres du club dans leur quête d’émancipation en leur donnant à voir une femme secouant le joug de la tyrannie masculine et à l’aube d’une ère nouvelle.

19La création d’un club à vocation politique radicale, recherchant « the welfare of humanity and the highest evolution of the race » (Shafts A 14), était en soi un geste de dissidence à l’égard des clubs masculins mais aussi des autres clubs pour femmes, dont beaucoup n’avaient pas l’ambition d’être « intellectuels ». On peut cependant se demander si certaines caractéristiques du Pioneer Club ne dénotent pas un enfermement dans une posture plus conservatrice qu’il n’y paraît.

Le Pioneer Club, lieu de conservatisme ?

20Le Pioneer Club ne serait-il pas en effet, malgré sa posture radicale affichée, resté assujetti à une logique de classe qu’il cherchait à éliminer au moins partiellement ? Nous avons vu que le choix du West End pouvait être perçu comme une volonté audacieuse d’investir un territoire traditionnellement masculin. On pourrait au contraire lire dans ce choix un indice de conformisme social et une volonté d’acquérir, par le choix d’un lieu situé dans le Female Clubland, une certaine légitimité. Si l’on examine en effet une carte du quartier, on se rend compte qu’une division s’opère entre un territoire féminin et un territoire masculin. Au nord de Piccadilly et à l’ouest de Regent, dans le secteur commerçant de la capitale, on trouve plutôt les clubs féminins, ou mixtes, comme le Sesame ou l’Albermarle. Ainsi, l’Alexandra fut fondé en 1884 au 12 Grosvenor Street, tout comme le Ladies’ Empire Club, ou encore l’Empress (fondé en 1897 par un homme) sur Dover Street. Posséder une adresse dans ce quartier, à une rue de l’Alexandra, épitome du club destiné à l’élite, semble dénoter une volonté d’exclusivité pourtant démentie par l’affichage démocratique et « populaire » du Pioneer Club.

21Qu’en est-il, donc, de la réalité de cette volonté de recrutement large ? Si l’on examine les membres du club (Zhang 9), on se rend compte qu’un grand nombre de ces femmes faisaient partie des figures littéraires et/ou politiques de l’époque. On y trouve en effet entre autres l’essayiste écossaise Mona Caird, Olive Schreiner, l’écrivaine sud-africaine, l’activiste Leonora Philipps ou encore Eleanor Marx, la fille de Karl. Il est indubitable que le vivier de recrutement était sensiblement différent de celui de clubs tels l’Alexandra ou l’Empress, dont les membres faisaient généralement partie de l’aristocratie. Mais les « Pioneers », militantes de la cause féminine, représentaient quant à elles l’élite intellectuelle du pays et non la travailleuse moyenne. Le Pioneer Club, malgré sa volonté extrêmement moderne d’être ouvert à toutes, était de fait face à un paradoxe : s’il voulait jouer un rôle effectif dans le combat pour l’émancipation féminine, il lui fallait recruter des femmes éduquées, reconnues et dont l’influence était d’autant plus grande qu’elles faisaient parallèlement partie d’autres clubs ou réseaux politiques ou philanthropiques. Mais en faisant ce choix, il se coupait aussi au moins partiellement de la femme moyenne pour laquelle il combattait et qu’il souhaitait représenter.

22Le club semble donc être resté dans une certaine mesure prisonnier, malgré sa volonté affichée de substituer une division de genre à une division de classe, de son statut de club de l’élite. Le droit d’inscription relativement modeste qu’il pratiquait (3 guinées contre par exemple 10 pour l’Empress) était malgré tout encore trop élevé pour bon nombre des professional women que le club cherchait à attirer. Plus paradoxal encore, le Pioneer Club semble être également resté assujetti à une certaine représentation de la femme qu’il combattait pourtant très activement.

  • 15 « The modern professional woman, be she artist, journalist, clerk, doctor, teacher, or nurse, livin (...)

23Si l’on revient une dernière fois sur la localisation du club, il a été avancé par de nombreuses sources, y compris dans les colonnes de Shafts, que les clubs — y compris le Pioneer Club — jouaient un rôle de refuge car le fait qu’une femme soit seule dans la rue continuait à être associé à l’image de la prostituée et à générer ce qui a été baptisé « street impertinence » (Walkowitz 1). À une époque où faire les boutiques était une activité en pleine expansion pour les femmes de la bonne société (Walkowitz 5), et où une nouvelle catégorie de jeunes femmes actives se rendaient tous les jours dans le West End pour y travailler, la présence d’endroits sûrs où elles pouvaient se retrouver et être à l’abri de ces désagréments était sans conteste un atout15. Cependant, on peut arguer que le fait même de proposer ce refuge, s’il répondait en effet à un réel besoin, ne contribuait pas à modifier en profondeur le rapport de force qui existait pour l’occupation de l’espace public et validait au contraire l’idée que les femmes, en fin de compte, n’étaient véritablement en sécurité qu’entre elles. Il est toutefois indéniable que le Pioneer Club ne faisait que répondre ici au principe de réalité.

  • 16 Notamment Shatfs, « The Story of the Pioneer Club », 140; 141.
  • 17 Shafts. « The Pioneer Club » 14 : « She is in fact the moving power and is very much beloved and re (...)

24Plus fondamental, le mode d’organisation interne du Pioneer Club, club prônant la prise de pouvoir politique par les femmes, n‘était pas exactement démocratique. La figure de leader d’Emily Massingberd, fondatrice, présidente et mécène du club, était incontestable et autour d’elle semble s’être développé une sorte de culte, dont témoigne différents numéros de Shafts16, culte qui se manifestera tout particulièrement lors de sa mort prématurée en 1897 par la publication d’innombrables hommages. Le contrôle des finances du club donnait à Emily Massingberd tout pouvoir décisionnaire, du choix des locaux à la politique du club en passant, cela a déjà été évoqué, par la décoration intérieure. En tant que présidente, elle était, dans la nomenclature du club, le numéro 1, et Shafts rapporte qu’elle s’adressait souvent aux membres en les appelant « my Pioneers »17, attitude certes bienveillante, mais qu’on peut également qualifier d’infantilisante et qui semble en contradiction avec le principe affiché d’autonomisation de ces femmes. Là encore, on se trouve face à un paradoxe : l’indépendance tant matérielle qu’intellectuelle de Massingberd, prototype de la New Woman portant cheveux courts et jupe culotte (Doughan 55), pourrait en fin de compte avoir maintenu ses consœurs dans un état de subordination, reproduisant en cela le modèle de domination masculine, au lieu de favoriser leur émancipation. Cette lecture est en tout cas celle qui a été faite par les anti-féministes, prompts à discréditer celles qu’ils qualifiaient de « new women and shrieking sisters », soulignant qu’elles étaient « man-hating but mannish in their dress ».

25Alors qu’en est-il vraiment ? Le Pioneer Club a-t-il malgré tout été l’outil d’émancipation qu’il cherchait à être ou ce que l’on peut percevoir comme des contradictions internes l’en ont-elles empêché ? A-t-il, à sa manière, fait bouger les lignes de démarcation entre territoire masculin et territoire féminin en définissant une nouvelle identité féminine ?

Une nouvelle identité féminine ?

26Nous avons vu que malgré sa volonté de s’affranchir des classes sociales, le Pioneer Club ne fut pas accessible à toutes. Ses droits d’entrée, bien que relativement modestes, le plaçaient hors d’atteinte des ouvrières. Son mode de recrutement, qui nécessitait d’être co-opté non par une, mais deux femmes déjà membres, ainsi que le profil de la plupart de ses affiliées, plus éduquées et indépendantes que la majorité de la population féminine de l’époque, compliquaient un peu plus l’adhésion. Cependant, cet écart entre intention et mise en œuvre ne semble pas avoir desservi le club, au contraire.

27La forte personnalité d’Emily Massingberd et sa gestion autocratique d’un club promouvant l’accès au vote des femmes ont pu également être perçues comme des obstacles à une réelle autonomisation des membres. Mais c’est très certainement cette forte personnalité qui lui a permis de fédérer des intérêts divers et de montrer, par son engagement concret, que les femmes avaient la capacité, sur le terrain, de changer les choses. Dans sa lutte en faveur de la tempérance, elle fit par exemple transformer plusieurs pubs en bars-restaurants ne servant aucun alcool. Shafts mentionne ainsi le Massingberd Arms, dans le Lincolnshire, fief d’Emily Massingberd (Shafts B). Au-delà des discours, au-delà du cliché mentionné plus haut de la New Woman, qui pouvait effrayer les plus modérées, ce type d’action tangible a sans doute participé à modifier la vision que les femmes avaient d’elles-mêmes et a favorisé leur empowerment, leur prise d’autonomie et de responsabilité.

28La position du Pioneer Club à l’égard des hommes est un autre exemple de ce pragmatisme, de ce souci de faire avancer les choses concrètement. Les hommes n’ont jamais été totalement exclus du Pioneer Club. Certes, ils ne pouvaient pas être membres, mais ils étaient accueillis comme visiteurs : « Visitors to any member, gentlemen as well as ladies, are always admitted. … It has been said that the rules of the club exclude gentlemen. This is not so » (Shafts A). Cette semi-exclusion ou inclusion présentait le double avantage de maintenir la forte identité féministe du club qui en conséquence continuait à attirer des membres ayant le même objectif, tout en tenant compte de la réalité de la société de cette fin de siècle où les hommes détenaient le pouvoir. Les gagner à la cause féministe — à l’instar de John Stuart Mill et de son discours à la Chambre des Communes en 1867 — en les acceptant en périphérie était un moyen de promouvoir cette cause et de donner au combat une chance d’aboutir.

29Enfin, l’influence du Pioneer Club fut donc sans doute déterminante dans sa redéfinition du rôle habituellement attribué à la femme. Ce club, à l’instar d’autres clubs militants comme Berners, a été perçu comme le berceau des New Women, ces femmes indépendantes, éduquées et aux antipodes de la femme victorienne traditionnelle associée exclusivement à ses rôles d’épouse et de mère. Objet de haine et de fascination à la fois, la New Woman brouillait les pistes en déjouant les stéréotypes faciles :

The New Woman was by turns: a mannish amazon and a Womanly woman; she was oversexed, undersexed, or same sex identified; she was anti-maternal, or a racial supermother; she was male-identified, or manhating and/or man-eating or self-appointed saviour of benighted masculinity; she was anti-domestic or she sought to make domestic values prevail; she was radical, socialist or revolutionary, or she was reactionary and conservative; she was the agent of social and/or racial regeneration, or symptom and agent of decline. (Pykett in Richardson & Willis, xii)

30Le Pioneer Club a offert un lieu de rencontre et de débat à ces « nouvelles » femmes mais son rôle ne s’est pas borné à cela. Erika Rappaport avance en effet que les clubs féminins de la nature du Pioneer ont, tout comme les magasins du West End, ébranlé la sphère domestique et, de fait, l’ordre social, en faisant entrer les femmes de la classe moyenne dans un espace public resté jusque là masculin (Rappaport 93). En ce sens, le Pioneer Club semble avoir été un des lieux qui ont défini une nouvelle identité féminine.

Conclusion

31L’année 1867 avait été une occasion manquée pour l’obtention du vote féminin à l’échelle nationale et les années qui suivirent marquèrent une grande défiance des féministes à l’égard de l’Etat, défiance qui trouva son expression dans la lutte contre les Contagious Diseases Acts. Malgré la nouvelle déception de 1884, certains historiens voient après l’annulation en 1886 des Contagious Diseases Acts le début d’un réinvestissement de l’Etat par les féministes et « [the] recognition of the potential of the state to protect women and to forward feminist-approved goals » (Roberts 85).

32Ce réinvestissement de l’Etat n’est pas si éloigné de ce qui semble avoir été la position pragmatique du Pioneer Club, c’est-à-dire l’acceptation dans un premier temps des règles ou des modes de fonctionnement imposés par les hommes afin, à terme, de les faire évoluer (Zhang 20).

33C’est la dissidence de ce club à l’égard de la majorité des autres clubs féminins et son caractère engagé qui ont créé son identité et garanti son rayonnement. Mais c’est également la prise de distance par rapport à cette identité dissidente qui, sans rien renier des principes affichés par le club, lui ont permis d’être non pas un îlot féministe mais un lieu de débat ouvert, un lieu de transition questionnant la place des femmes à la fois au sein de l’espace public et de la sphère domestique.

Haut de page

Bibliographie

Addison, Joseph. The Works of Joseph Addison Complete in Three Volumes Embracing the Whole of The Spectator, no. 1-314. Vol. 1. New York: NY Harper and Brothers, 1837.

Anonymous. « The Pioneer Club, 180, Regent Street, W » Shafts: A Magazine of Progressive Thought 1.1 (1892): 14. (Shafts A)

Anonymous. « The Story of the Pioneer Club ». Shafts: A Magazine of Progressive Thought 4.1 (1896): 140-141. (Shafts B)

Anstruther, Eva. « Ladies’ Clubs ». Nineteenth Century  45 (1899): 598–611.

Crawford, Elizabeth. The Women’s Suffrage Movement : A Reference Guide 1866-1928. Londres : Routledge, 2001.

Doughan, David & Peter Gordon. Women, Clubs and Associations in Britain. Londres : Routledge, 2009.

Gee, Emily. « Where shall she live ? Housing the New Working Woman in Late Victorian and Edwardian London ». Living, Leisure and Law: Eight Building Types in England 1800-1941. Ed. Geoff Brandwood. Reading : Spire Books, 2010. 89–109.

Jones, Dora. « The Ladies Clubs of London ». Young Woman 7 (1899): 409–413.

Knollys, B. S. « Ladies’ Clubs in London : N° 1 : The Pioneer Club on Bruton Street ». The Englishwoman 1 (1895): 120-125.

Krout, Mary H. A Looker-on in London. 1899. Londres : Dodo Press, 2009.

Levine, Philippa. « Love, Friendship and Feminism in Later 19th Century England ». Women’s Studies International Forum 13.1 (1990): 63–78.

Liggins, Emma. « ‘The Life of a Bachelor Girl in the Big City’: Selling the Single Lifestyle to Readers of Woman and the Young Woman in the 1890s ». Victorian Periodicals Review 40.3 (Fall 2007): 216–238.

Milne-Smith, Amy. « A Flight to Domesticity?: Making a Home in the Gentlemen’s Clubs of London, 1880-1914 ». The Journal of British Studies 45.4 (Oct. 2006): 796–818.

Rappaport Erika. Shopping for Pleasure : Women in the Making of London’s West End. Princeton: Princeton UP, 2000.

Richardson, Angelique & Chris Willis. The New Woman in Fiction and Fact: Fin-de-Siècle Feminisms. Basingstoke: Palgrave MacMillan, 2001.

Roberts, M. J. D. « Feminism and the State in Later Victorian England ». The Historical Journal 38.1 (1995): 85–110.

Tosh, John. A Man’s Place : Masculinity and the Middle-class Home in Victorian England. New Haven: Yale UP, 1999.

Walkowitz, Judith R. « Going Public: Shopping, Street Harassment, and Streetwalking in Late Victorian London ». Representations 62 (printemps 1998): 1–30.

Whitman, Walt. Leaves of Grass. Ed. Sculley Bradley. New York: Norton, 1973.

Zhang, Quichen. « The Class Problem in Clubland. A Social History of the Pioneer Club, 1892-1900 ». http://www.academia.edu/3561933/The_Class_Problem_in_Clubland_A_Social_History_of_the_Pioneer_Club_1892-1900 Consulté le 10/01/2014.

Haut de page

Notes

1 « Ramblings in Clubland: Ramble No. 3—the Junior Constitutional », Society Herald: A Weekly Record of Social, Political, Theatrical, Literary and Financial Events, 14 May 1888, 14. Cité dans Amy Milne Smith « A Flight to Domesticity? Making a Home in the Gentlemen’s Clubs of London, 1880-1914 ».

2 Ce même cercle d’activistes fonde en 1859 la « Society for Promoting the Employment of Women ».

3 Cet article s’intéresse au Pioneer Club et aux autres clubs de Londres, mais le même phénomène se constate dans le reste du Royaume.

4 Gee explique que, plus que le nombre, c’est la nature du travail des femmes qui change en cette fin de xixe siècle : le nombre de femmes travaillant dans un bureau passe de 279 à 124 000 de 1861 à 1911 (Gee 89–90).

5 Le « Married Women’s Property Act » qui avait été voté en 1882 donnait aux femmes mariées les mêmes droits qu’aux femmes célibataires: elles restaient désormais propriétaires de leurs biens même après leur mariage.

6 Eva Anstruther les nomme les « Socio-Educational clubs » (Anstruther 606).

7 Cet article s’intéresse principalement à la période 1892-97, de la fondation du club au décès d’Emily Massingberd. Les sources primaires utilisées sont essentiellement les numéros de Shafts, édité jusqu’en 1899 par une des membres du Pioneer Club.

8 Le titre de Baronet avait été conféré à son ancêtre Sir Henry Massingberd, 1609-1680.

9 « After briefly reviewing the various duties imposed upon the County Council, the Chairman [the Rev. R. W. Cracroft] said he thought these would tax the powers of the best men of business, much more those of the lady (Mrs Massingberd) who had offered herself, and whom he considered altogether unfitted for the office ». Stamford Mercury.

10 « to meet each other, to help each other and to discuss the leading questions and principal progressive work of the day ». (Shafts, 3 Nov. 1892, 14)

11 « One of its objects being to promote democracy, and to abolish class distinction, at least upon its own common ground. To further this plan, names and titles were eschewed and members were designated by numbers only so that 99 might be a duchess or a post-office clerk as it happened ». (Krout, Chapter 9 – Women’s Clubs).

12 Le club compta jusqu’à 600 membres en 1899 (Doughan & Gordon 56).

13 C’était en revanche une des raisons d’être du Worcestershire Ladies’ Club, l’un des premiers clubs pour femmes, fondé en 1861.

14 « There are in the club at present six rooms in daily use, all neatly and comfortably furnished. The cozy little parlour is bright, cheerful, and homelike. Separated from it by folding doors is the visitors’ room—the two rooms being thrown into one on the occasion of large meetings. The tea-room, serving also as dining-room, has a dressing-room opening out of it. Out of the tea-room, to the left, is the reading-room ». « The Pioneer Club, 180, Regent Street, W. », Shafts: A Magazine of Progressive Thought 1.1 (1892), 14 (Shafts A).

15 « The modern professional woman, be she artist, journalist, clerk, doctor, teacher, or nurse, living as she often does in rooms in the suburbs, needs some fairly central haven of refuge where she can drop in, when she has a spare hour, for a rest, a cup of tea, and a glance at the newspapers. She is probably an intelligent woman, with a keen interest in everything that affects the interests of her sex, and she likes to have a place open to her where she may have a chance of meeting those like-minded and of discussing questions of common interest. And, unfortunately, she is very likely to be a lonely woman, and there is no loneliness which presses one more cruelly than the isolation of a great city ». (Jones 409-13).

16 Notamment Shatfs, « The Story of the Pioneer Club », 140; 141.

17 Shafts. « The Pioneer Club » 14 : « She is in fact the moving power and is very much beloved and respected by the members whom she calls my Pioneers ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Machet, « Le Pioneer Club, voie/voix de l'émancipation féminine ? », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 81 Printemps | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2005 ; DOI : 10.4000/cve.2005

Haut de page

Auteur

Laurence Machet

Laurence Machet est agrégée d’anglais et Maître de Conférences à l’université Bordeaux-Montaigne. Après une thèse, un ouvrage et des articles consacrés à Wedgwood puis d’autres entrepreneurs des xviiie et xixe siècles, elle travaille maintenant sur la thématique « Peuples Indigènes et Environnement » et s’intéresse plus particulièrement aux récits de voyage des premiers écologues américains.
Laurence Machet is an Associate Professor at the University of Bordeaux-Montaigne. She first focused her research on Wedgwood and other 18th and 19th–century entrepreneurs. She is currently involved in a new research project ‘Indigenous Peoples and the Environment’ and is working on eightenth-century travel writers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org