Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pascal Aquien and Xavier Giudicelli, dir., The Importance of Being Earnest d’Oscar Wilde

Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2014, 316 p., ISBN : 978-2-84050-959-2
Marianne Drugeon
Référence(s) :

Pascal Aquien & Xavier Giudicelli, dir., The Importance of Being Earnest d’Oscar Wilde. Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2014, 316 p., ISBN : 978-2-84050-959-2

Texte intégral

1C’est la première fois qu’une œuvre d’Oscar Wilde, sa pièce la plus célèbre The Importance of Being Earnest, se retrouve au programme de l’agrégation, et l’on peut se réjouir de voir enfin cet auteur reconnu comme un classique digne d’être étudié par de futurs enseignants. À cette occasion Pascal Aquien, professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne et auteur de plusieurs ouvrages sur Wilde, ainsi que de nombreuses traductions et éditions critiques de ses œuvres, notamment L’Importance d’être constant aux éditions Garnier-Flammarion en 2000, s’est associé à Xavier Giudicelli, Maître de Conférences à l’Université de Reims, lui aussi spécialiste de Wilde et auteur de nombreux articles sur son œuvre, pour nous proposer un recueil d’articles qui permet de faire le point sur la critique de cette pièce si particulière.

2Certains articles ont déjà été publiés sous une forme plus succincte ou moins aboutie, d’autres sont inédits, l’ensemble ayant pour vocation d’envisager la pièce non seulement comme texte littéraire mais aussi comme production théâtrale, objet de réécritures et de mises en scène diverses, ainsi que d’adaptations filmiques.

3La préface dont ils sont les auteurs dépasse d’emblée l’aspect a priori léger de cette comédie de salon pour souligner sa portée philosophique et dramatique beaucoup plus profonde : les bons mots et les aphorismes, qui en ont fait le succès dès sa première en 1895, ne sont que le vernis superficiel d’un questionnement des plus sérieux, comme nous en prévient le titre, sur l’identité de l’homme, et sur le sens du langage, qui devient l’élément fondamental, prenant le pas sur l’action.

4Les articles sont ensuite organisés en trois grandes parties : la première, « Texte et Contextes », replace The Importance of Being Earnest dans sa période de création, afin d’en évaluer la portée littéraire, politique et sociale, par rapport à ce qui la précède et par rapport à ce qui la suit. La seconde, « Regards sur le Texte », propose une série d’études détaillées, littéraires mais aussi linguistiques, du texte de la pièce, en fonction de thèmes saillants. Enfin, la troisième, « Vies d’Ernest », évoque la postérité de la pièce, entre réécritures, adaptations et mises en scène. L’ouvrage offre également une bibliographie assez complète. Le lecteur évolue donc avec plaisir, même s’il s’agit de la compilation d’articles écrits par des auteurs différents, comme s’il suivait une trajectoire temporelle le menant de la seconde moitié du xixe siècle (Contextes) à nos jours (Vies) en passant par une étude riche et variée du texte lui-même (Regards).

5Plus précisément, le premier article de la partie « Contextes », écrit par Ignacio Ramos Gay, revient sur la question du plagiat dont Wilde fut accusé, en proposant d’y lire un choix avant-gardiste plutôt qu’une simple copie sans âme : si l’on retrouve la trace des écritures de Labiche et Feydeau, l’Irlandais Oscar Wilde a su les recycler, les adapter, les réinventer et créer une nouvelle forme (on y voit là les prémices du modernisme), mêlant les caractéristiques de la farce anglaise et du vaudeville français. L’hybridité, que l’on retrouve à tous les niveaux de la pièce, est ici à comprendre comme hybridité générique. Mais Ramos Gay y lit également un choix politique : le théâtre français est aussi un modèle pour Wilde car il représente une conception des mœurs et des relations homme-femme plus souple, libérée du carcan de la morale victorienne. Comme dans le prolongement logique de ce premier article, celui de Daniel Jean aborde le modernisme de Wilde, qu’il voit comme un précurseur, jouant de sa célébrité et de sa gloire pour subvertir les formes préférées du public de l’époque et y introduire une touche de modernité, mais choisissant pourtant une autre voie que ses contemporains, Ibsen et surtout Shaw. D’ailleurs, alors qu’on a pris l’habitude d’opposer les deux dramaturges irlandais, Daniel Jean entrevoit en eux la même volonté de réévaluer les fondements de la société, de redéfinir ses valeurs. On pourra sans doute explorer plus loin ce parallèle entre Wilde et Shaw qui, à mon sens, se rejoignent également dans leur idéologie politique. Mais l’auteur propose alors, prenant appui sur une étude de Salomé, de comparer Wilde à un autre de ses contemporains et compatriotes, Yeats, l’un et l’autre représentant plutôt selon lui l’aboutissement de la fin d’un siècle, que l’ouverture vers un siècle nouveau. Il réinscrit ainsi plus profondément notre auteur dans son époque. C’est dans cette voie que poursuit Nathalie Saudo-Welby en s’interrogeant sur la posture féministe de Wilde. Comme à bien d’autres égards, la pièce demeure ici ambiguë, reflétant les multiples facettes d’un mouvement en plein essor, au lieu de prendre parti. Si certains personnages sont des avatars de la « New Woman », ils sont aussi des dandies au féminin : là encore, Wilde, plutôt que de discuter de la validité, ou non, du mouvement de libération des femmes, reflète les préoccupations de son temps et s’en sert comme d’un tremplin pour redéfinir beaucoup plus profondément les rôles sexués.

6Dans la seconde partie, qui propose une étude textuelle de The Importance of Being Earnest, Pascal Aquien semble partir, en quelque sorte, de la conclusion de Nathalie Saudo-Welby, pour faire le point sur le sous-texte de cette pièce, dans laquelle Wilde a essaimé tant d’allusions à l’homosexualité, et explore ensuite plus en détail les rôles, non seulement masculins mais aussi féminins, tels qu’ils sont ici redéfinis par Wilde. Or cette redéfinition semble presque anachronique pour cette fin de xixe siècle puisque l’on peut y voir une démarche queer, rendant poreuses les délimitations genrées. Alexis Tadié puis Françoise Carnon-Roger proposent ensuite deux analyses linguistiques très fines, permettant de comprendre, surtout si on les lit l’une après l’autre, le fonctionnement si particulier du comique de Wilde. Fondée sur l’aphorisme et le paradoxe, formes d’esprit pour lesquelles il est devenu célèbre, son écriture ne se contente pas de redéfinir le comique, mais va jusqu’à renouveler le genre de la comédie de mœurs, affranchissant le langage des codes rigides de la logique, afin de libérer les personnages de leur rôle, et le théâtre de ses règles. Thierry Dubost explore ensuite la thématique du positionnement de l’individu par le mariage, qui est bien sûr l’un des ressorts essentiels de la comédie de mœurs, et dont Wilde s’empare avec extravagance. Nous revenons donc ici au contexte victorien, au sein duquel les hommes se définissent soit par leur appartenance, soit par leur marginalité. Mais Wilde en fait presque trop avec les trois mariages annoncés au tomber du rideau, et de nouveau l’auteur de cette étude est obligé de conclure que la pièce recèle un sens caché, potentiellement subversif, sapant les fondements, cette fois moraux, sur lesquels elle repose elle-même. Enfin, Denis Lagae-Devoldère et Angelo Rinaldi proposent une forme de transition vers la troisième partie de l’ouvrage, avec une autre étude thématique de la pièce, se concentrant sur l’indiscrétion qui est au cœur, encore une fois, des comédies de mœurs. C’est aussi l’occasion pour eux d’envisager la position du spectateur-voyeur, image inversée des personnages ne cessant de s’observer et de s’épier, et qui lui aussi se prête au jeu et renonce, à l’instar de Jack, à une vérité pure et simple.

7La troisième et dernière partie explore, quant à elle, le parcours de cette pièce jusqu’à nos jours, en commençant par son influence sur d’autres dramaturges britanniques. Ainsi Xavier Giudicelli propose de comparer trois pièces que tout semble opposer a priori, si ce n’est leurs clins d’œil répétés à la pièce de Wilde : entre Ronald Firbank et sa pièce à l’esprit camp, Noël Coward et ses comédies frivoles, et Mark Ravenhill représentant le théâtre coup-de-poing, le fossé semble immense, et pourtant leurs œuvres, toutes des réécritures, offrent une caisse de résonance, dans laquelle la pièce originale déploie toute sa profondeur et ses potentialités. Emmanuelle Guedj se penche ensuite sur la symbolique du sac, liée à l’identité fondamentale de son propriétaire, être en voyage, ou en errance, depuis Jack dans la pièce de Wilde jusqu’à la vagabonde éponyme de Baglady écrite par Frank McGuiness, en passant par Davies dans The Caretaker de Harold Pinter. Réifiés, immobilisés, condamnés à parler sans fin, les personnages sont en quête d’identité, une quête profondément métathéâtrale, traitée sur le mode comique par Wilde et sur le mode post-traumatique par McGuiness et Pinter. Enfin, Raymond Prost revient sur la célèbre adaptation cinématographique de la pièce de Wilde par Anthony Asquith en 1952, qui est parvenue à nous faire croire que nous allons au théâtre alors que nous sommes face à un écran sans profondeur, et qui a su jouer des plans rapprochés pour imposer au spectateur sa lecture de la pièce, son utilisation des objets symboliques et sa concentration sur les mimiques des acteurs, que l’on ne voit que de loin lorsque l’on se trouve effectivement face à une scène, mais surtout qui a su jouer et se jouer du texte, qui reste le personnage principal de la pièce.

8L’ouvrage se conclut sur l’entretien de Xavier Giudicelli et du metteur en scène Xavier Leret, dont la création The Kaos Importance of Being Earnest en 1999, bien loin des mises en scène feutrées et lissées auxquelles de nombreux théâtres, souvent privés, nous ont habitués, a su adapter la pièce au monde contemporain, en modernisant les références et en transformant le combat de mots en véritable combat physique, et en choisissant d’expliciter le sous-texte gay.

9Cet entretien permet de ponctuer l’ouvrage en révélant par l’exemple à quel point la pièce de Wilde, en plus d’être une mine inépuisable d’interprétations et d’études, un texte littéraire, un texte engagé, un jeu sur le langage, est avant tout du théâtre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Drugeon, « Pascal Aquien and Xavier Giudicelli, dir., The Importance of Being Earnest d’Oscar Wilde », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 81 Printemps | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2107

Haut de page

Auteur

Marianne Drugeon

Université Paul Valéry – Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org