Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anthony Trollope, Les Enfants du duc, roman traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau

Paris, Fayard, 2013, 547 p., ISBN : 978-2-213-66674-7
Anne Rouhette
Référence(s) :

Anthony Trollope, Les Enfants du duc, roman traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau, Paris, Fayard, 2013, 547 p., ISBN : 978-2-213-66674-7

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Un aristocrate anglais dont l’épouse se prénomme Cora. Trois enfants, dont une fille, lady Mary, qui s’obstine à vouloir choisir l’homme qu’elle épousera. On joue au tennis, on chasse à courre, on organise des « garden parties ». Il ne s’agit pas de Downton Abbey, mais du dernier roman du cycle des « Palliser Novels », Les Enfants du duc, paru sous forme de livre en 1880 après une publication en feuilleton l’année précédente. Il est ici traduit en français pour la première fois, annoté et brièvement préfacé par Alain Jumeau. Bien que l’appareil critique soit forcément limité par les contraintes d’une édition commerciale, Alain Jumeau parvient à présenter le romancier, le cycle et l’œuvre dans la préface et propose dans les notes un éclairage sur le contexte littéraire, notamment sur les autres romans du cycle et de celui des « Chroniques du Barsetshire » (même si Les Enfants du duc peut se lire de manière indépendante), tout en précisant utilement certaines données biographiques et culturelles. Difficile de faire mieux dans une édition non scientifique.

2Comme le rappelle Alain Jumeau dans sa préface, Trollope qualifiait ses « Palliser Novels » de romans politiques et même « parlementaires ». Les Enfants du duc ne déroge pas à la règle et contient entre autres des discours d’une grande éloquence sur la responsabilité des élites et l’importance du devoir, discours tenus par le personnage central, Plantagenêt Palliser, duc d’Omnium ; cet homme intègre, qui a occupé la fonction de Premier ministre dans le tome précédent, s’est toujours consacré entièrement au « plus grand bien du plus grand nombre » (55) dans un pays qui, comme cela est souligné plusieurs fois (notamment par les personnages américains), domine sans rival la scène internationale. L’engagement politique est également dépeint sous un jour plus comique dans des vignettes humoristiques savamment croquées, lorsque le jeune Silverbridge brigue un siège de député dans le chapitre 14, ou quand son ami Tregear fait de même dans les chapitres 55-56 (les « discours » de Silverbridge à cette occasion et la description d’un démarchage électoral sous la pluie par un candidat et ses partisans trempés et crottés sont particulièrement cocasses). Les nuances sociales sont méticuleusement décortiquées (« le jeune aristocrate avait bien conscience que le major était un ami pour le club, pour les chevaux, mais qu’il n’avait pas sa place chez lui », 48-49), le sens du mot « gentleman » analysé (355), les mœurs de la jeune République américaine comparées à celles de la Grande-Bretagne (327 entre autres), offrant en filigrane une réflexion sur l’opposition entre conservatisme et changement.

3Mais le dernier roman du cycle est tout autant psychologique que politique, voire plus : les crises personnelles que traverse le duc lui font perdre jusqu’au goût de la politique (164). Son engagement au service de l’État a pour corollaire son isolement, comme il le découvre au tout début du roman à la suite de la mort soudaine de sa femme, lady Glencora, sa seule véritable amie. Le voici seul avec ses trois enfants adultes qu’il aime profondément mais qu’il connaît mal. Il a fort à faire : l’aîné, lord Silverbridge, après avoir été expulsé d’Oxford, se met à jouer (gros) aux courses, se présente comme député dans le camp opposé à celui de son père, puis se fiance avec une belle Américaine, petite-fille d’un docker new-yorkais, au lieu de la jeune aristocrate bon teint qu’il fréquentait ; le cadet, lord Gerald, est, quant à lui, expulsé de Cambridge et joue aux cartes (gros aussi, mais les ressources du duc d’Omnium sont, semble-t-il, illimitées) ; quant à la benjamine, lady Mary, elle est tombée amoureuse d’un « gentleman » désargenté et dédaigne le jeune lord que son père lui destine.

4C’est peut-être sur ce point que le roman est le plus intéressant, dépeignant subtilement et avec sympathie les tourments du duc, torturé par la jalousie : l’attitude de sa fille lui rappelle que son propre mariage avec « sa Cora » n’avait eu lieu que parce que celle-ci, amoureuse d’un prétendant indigne d’elle, avait cédé aux injonctions familiales pour l’épouser lui. L’accord donné par sa femme à l’union de Mary et de Tregear avant de mourir était-il dû à un regret longtemps caché ? Voilà le duc forcé de reconsidérer son propre mariage ; la rancœur qu’il refuse d’exprimer à l’égard de lady Glencora se déplace sur l’amie de sa défunte femme, Mrs Finn, et se manifeste par son insistance à faire céder sa fille. « Il faut la faire obéir comme d’autres [like others] », assène le duc, et non « comme les autres » (163), la traduction erronée proposée ici ne permettant pas de bien saisir tout le non-dit de cette réplique.

5Il faut saluer l’absence presque totale de coquilles dans une traduction de plus de 500 pages. Celle-ci est dans l’ensemble remarquable ; le chapitre 9 par exemple restitue avec virtuosité le va-et-vient entre commentaire méta-narratif (« J’ai toujours eu l’impression que les détails avaient tendance à apparaître en définitive et que, en me plongeant in medias res, je ne faisais rien d’autre que de mettre la charrue [la trame narrative] avant les bœufs [les détails]. Mais comme les lecteurs préfèrent la charrue, je vais le faire encore une fois — en limitant cette tentative à une partie de mon histoire —, et je m’efforcerai de laisser apercevoir aussi peu que possible des bœufs, par la suite », 65-66) et un dialogue où « charrue » et « bœufs » alternent finement ; un soin tout particulier est apporté à la restitution des différents types de discours, qui constituent d’excellents marqueurs sociaux (le major Tifto et le capitaine Green, le duc, les enfants entre eux…), bien que certains choix m’amènent à formuler quelques réserves. Ainsi, le récurrent « connerie » dans les paroles de Silverbridge et de Gerald, sans doute pour marquer le côté plus moderne de leur langage par rapport à celui du duc, paraît tout de même excessif, étant donné le contexte, pour des expressions familières mais non vulgaires (« j’ai fait une connerie » (167) pour I made an ass of myself par exemple). Le niveau de langue en français paraît ici un peu trop relâché, comme dans le « On a vraiment aucune chance ? » de l’élégant gentleman Dolly Longstaff à la dame de ses pensées, pour Is a fellow to have no chance (317). Les personnages des classes supérieures s’expriment parfois d’une manière qui ne se distingue peut-être pas toujours suffisamment du discours tenu par le major Tifto et son compère.

6Il arrive que certaines traductions représentent un obstacle à la juste appréciation qu’un lecteur français peut avoir du roman. Si les calques sont rares (« aussi semblables que des petits pois » [142] pour as like as peas ; Silverbridge n’est d’autre part pas incité à « accrocher [s]on chapeau » dans la résidence londonienne de la famille [186] mais à y résider, sens en 1879 de l’expression hang up one’s hat), traduire par exemple she was most unwilling to take upon herself the part of a stern elder par « elle répugnait à se charger du rôle de la femme d’expérience, rigoureuse » (23) vient gêner la compréhension d’une phrase qui ne posait pas de problème dans l’original, la rigueur n’étant pas la même chose que la sévérité ; un sujet de conversation n’est pas « sympathique » (168) (pour congenial) ; « tirer son épingle du jeu » (330) a une connotation très positive que ne possède pas extricate himself from the matter, et l’effet produit sur le lecteur est alors bien différent ; s’il peut être légitime de traduire whig et tory par « libéral » et « conservateur » dans une traduction qui ne s’adresse pas à un public d’anglicistes, une naturalisation comme « les agrégés de nos collèges universitaires » (109) pour the fellows of our colleges peut sembler excessive.

7La traduction de ce roman met également en lumière la difficulté générale qu’un francophone peut avoir à rendre ce terme si banal qu’est girl. Dans Les Enfants du duc, celui-ci est systématiquement rendu par « fille » alors que l’acception de ces deux termes ne coïncide pas, surtout quand « fille » est précédé du déictique en français. Le contraste est sensible entre « la fille que j’espère épouser » (77) et the girl I hope to marry ; entre « la pauvre fille » (82) et poor girl ; entre « la mère de cette fille » (85) et this girl’s mother ; entre « il fallait faire céder cette fille » (163) et the girl must be made to yield ; entre « cette fille américaine » (208) et this American girl. L’impression de mépris et de mise à distance que donne le texte français ne correspond pas à la neutralité, voire à la bienveillance affectueuse que peut connoter girl en anglais (comme dans certains des exemples ci-dessus) et va jusqu’à produire un effet contraire à celui procuré par l’original.

8Cela paraît dommage car si Trollope n’était certainement pas un grand féministe, il fait preuve dans Les Enfants du duc de sympathie à l’égard de ses beaux personnages féminins, lady Mary l’obstinée qui finit par avoir gain de cause, Isabel la charmante Américaine qui deviendra duchesse d’Omnium, lady Mabel Grex surtout peut-être, personnage complexe qui articule avec force la position difficile d’une jeune femme issue d’une bonne famille dont le père et le frère ont dilapidé la fortune et qui doit à tout prix se trouver un époux protecteur. La rivalité entre Mabel et Isabel, et la victoire de celle-ci, suggèrent le besoin de renouvellement d’une société anglaise qui court le risque de se figer dans l’image de sa propre grandeur et d’entamer son déclin, menace qu’évoque la ruine du vieux château de Grex. « Lire Trollope, écrit Alain Jumeau dans la préface, c’est retrouver l’Angleterre du temps de sa splendeur, à l’époque victorienne, sinon l’Angleterre éternelle… » (5). C’est aussi, dans Les Enfants du duc, ressentir un frémissement de modernité en conflit avec les traditions, une tension entre progrès et conservatisme, tension au cœur d’un roman où un homme vieillissant apprend à connaître ses enfants épris de liberté. On ne peut que se réjouir en conclusion que, malgré les quelques réserves formulées plus haut, ce roman fin, drôle et complexe soit enfin traduit en français dans une édition de très grande qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Rouhette, « Anthony Trollope, Les Enfants du duc, roman traduit de l’anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 81 Printemps | 2015, mis en ligne le 06 septembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2114

Haut de page

Auteur

Anne Rouhette

Université de Clermont-Ferrand

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org