Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Amanda Anderson and Harry E. Shaw, eds., A Companion to George Eliot

Chichester; Malden, Wiley-Blackwell, 2013, 532 p., ISBN : 978-0-470-65599-3
Eva Loechner
Référence(s) :

Amanda Anderson and Harry E. Shaw, eds., A Companion to George Eliot, Chichester; Malden, Wiley-Blackwell, 2013, 532 p., ISBN : 978-0-470-65599-3

Texte intégral

1La densité et la diversité des articles qui composent ce Companion to George Eliot, dirigé par Amanda Anderson et Harry E. Shaw, témoignent de l’intérêt presque inépuisable que continue de susciter la romancière auprès des universitaires anglo-saxons, ainsi que du renouvellement des études critiques qui lui ont été consacrées ces dernières années. Plus qu’une simple introduction à George Eliot, ce « companion » se veut un véritable état de la critique, qui aborde l’œuvre selon des approches extrêmement variées. Comme le rappellent en effet les rédacteurs en chef de l’ouvrage en introduction, les romans d’Eliot témoignent de son savoir presque encyclopédique sur une grande diversité de sujets, de la science à la philosophie, en passant par la sociologie, la psychologie, l’anthropologie ou même l’économie. Passionnée par les développements de ces disciplines, Eliot considérait le roman comme un moyen, autant qu’elles, d’enrichir notre connaissance de l’homme et du monde : c’est ce que cet ouvrage permet de démontrer.

2Celui-ci est divisé en quatre grandes parties, consacrées successivement à la forme romanesque, à une analyse de chaque œuvre individuelle, à la vie d’Eliot et à la réception de son œuvre et, enfin — c’est la partie la plus longue — aux contextes intellectuels et culturels qui permettent de l’éclairer.

3Que seules soixante pages soient consacrées aux questions formelles, contre deux cents aux approches culturelles, est révélateur d’une certaine désaffection de la critique récente pour les interrogations esthétiques et, surtout, narratologiques ; toutefois, les cinq articles de la première partie offrent des perspectives extrêmement stimulantes et souvent novatrices sur les pratiques narratives d’Eliot. Monika Fludernik, dans « George Eliot and Narrative », propose une typologie des caractéristiques les plus saillantes de la narration chez Eliot, en revenant, notamment, sur la figure traditionnelle du narrateur omniscient, qui offre, selon elle, un point de vue normatif, celui d’une persona intrusive, aux opinions tranchées, portant un regard mêlant ironie et sympathie sur ses personnages. En s’appuyant essentiellement sur des micro-lectures d’Adam Bede, elle montre qu’Eliot utilise la focalisation comme un moyen d’orienter le jugement moral des lecteurs, et analyse son recours fréquent au discours indirect libre ou à ce qu’elle nomme « reflectorisation ». Dans « Surprising Realism », Caroline Levine rappelle l’extrême complexité qui surgit sitôt que l’on tente de définir le réalisme en littérature, tout en envisageant Eliot comme la figure la plus canonique du courant réaliste en Angleterre. Comme de nombreux critiques actuels, Levine fait de la notion de « sympathie » un élément central de l’œuvre d’Eliot, et l’applique ici au réalisme : la représentation réaliste, par l’exploration qu’elle permet de la nature humaine et du monde, est un moyen d’« étendre nos sympathies », selon l’expression d’Eliot dans son essai « The Natural History of German Life ».

4La deuxième partie balaie l’œuvre d’Eliot, depuis les trois récits de Scenes of Clerical Life (1858) jusqu’à l’étrange Impressions of Theophrastus Such (1879), collection de « caractères » inspirée de Théophraste et de La Bruyère, comme l’analyse l’article de James Buzard. Là aussi, la diversité des approches prévaut, ainsi que l’illustre l’article consacré par Andrew H. Miller à Middlemarch : il débute par une longue micro-lecture d’un épisode du roman, qui permet à Miller de dégager ce qui constitue selon lui l’un de ses motifs centraux, celui de l’« absorption ». Cette section de l’ouvrage permet également d’aborder des genres moins étudiés dans l’œuvre d’Eliot, comme la poésie ou, dans une moindre mesure, les essais. Dans « Poetry : The Unappreciated Eliot », Herbert F. Tucker ne parvient toutefois pas totalement à mener à bien sa tentative de réhabiliter, dans le cœur des critiques, la pratique poétique d’Eliot…

5La troisième partie offre des articles plus classiquement consacrés à la réception de l’œuvre d’Eliot puis à sa biographie. Dans « George Eliot Among Her Contemporaries : A Life Apart », Lynn Voskuil revient, par exemple, sur l’isolement que connut Eliot tout au long de sa vie à cause du scandale de sa relation extra-maritale avec George Henry Lewes, et en dépit de son immense succès en tant que romancière. Comme d’autres dans cet ouvrage, elle fait apparaître les contradictions internes à la personnalité d’Eliot, dont la quête de reconnaissance le disputait à une indépendance farouche, et le désir de défier les conventions victoriennes à la crainte d’être ostracisée.

6Ces contradictions et paradoxes ressurgissent régulièrement à la lecture de la dernière partie, qui porte sur l’œuvre d’Eliot une grande variété d’éclairages. Les deux premiers articles reviennent à nouveau sur la notion de « sympathie » mais, cette fois-ci, du point de vue de la philosophie éthique. Tous deux témoignent de l’intérêt croissant de la critique la plus récente pour les interrogations éthiques et morales à propos de l’œuvre de la romancière — au détriment relatif des études des rapports entre Eliot et la science, qui ont largement dominé la critique eliotienne jusqu’ici, et auxquels sont tout de même consacrés les trois derniers articles du recueil. Dans « George Eliot, Spinoza and the Emotions », Isobel Armstrong évoque notamment la dette qu’Eliot doit au philosophe hollandais, dont elle avait traduit l’Ethique avant de débuter sa carrière de romancière. Divers articles consacrés aux inclinations politiques d’Eliot en soulignent ensuite les tensions et ambiguïtés : son œuvre se prête tout autant à des lectures conservatrices, qui la rapprochent des sensibilités Tory, qu’à des lectures plus radicales. Dans un des articles les plus passionnants de l’ouvrage, « Imagining Locality and Affiliation : George Eliot’s Villages », Josephine McDonagh revient ainsi sur ce qu’elle nomme le « provincialisme » d’Eliot, qui a parfois conduit à voir en elle le chantre d’une Angleterre pastorale, nostalgique, ancrée dans des traditions ancestrales et résistant à la modernité industrielle. En s’attachant à la notion d’« enracinement », McDonagh suggère que, loin de célébrer le local et le rural comme uniques horizons, Eliot questionne au contraire constamment l’appartenance locale, politique, nationale, et le rapport de l’individu à la communauté et à ses héritages. À ce titre, l’œuvre d’Eliot est caractérisée par un élargissement de plus en plus marqué de la perspective, depuis le provincialisme assumé de Scenes of Clerical Life, Adam Bede ou The Mill on the Floss, jusqu’au cosmopolitisme de Daniel Deronda, roman controversé évoquant la découverte par le héros éponyme de sa judéité et son départ final pour la Palestine.

7L’ambivalence d’Eliot vis-à-vis des valeurs victoriennes se retrouve enfin dans le tableau que dresse Laura Green de sa réception par la critique féministe dans « George Eliot : Gender and Sexuality ». Si les féministes de la première vague considéraient avec défiance son adhésion à certains stéréotypes victoriens, et son insistance sur les valeurs de devoir, d’acceptation, sinon de soumission, les critiques féministes plus récentes ont au contraire montré comment son œuvre cherche à subvertir ces mêmes stéréotypes, à travers des figures féminines plus complexes et tourmentées qu’il n’y paraît, animées de conflits et de désirs parfois violents — qu’il s’agisse de Maggie Tulliver dans The Mill on the Floss, de Dorothea Brooke dans Middlemarch ou de Gwendolen Harleth dans Daniel Deronda. Cette complexité, cette richesse — qui ne masquent pas certaines contradictions internes — continuent de faire d’Eliot l’une des romancières les plus passionnantes du xixe siècle anglais, avec laquelle la critique d’aujourd’hui entretient un dialogue des plus stimulants. C’est tout le mérite de cet ouvrage que d’en faire une nouvelle fois la preuve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Loechner, « Amanda Anderson and Harry E. Shaw, eds., A Companion to George Eliot », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 81 Printemps | 2015, mis en ligne le 06 septembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cve.revues.org/2119

Haut de page

Auteur

Eva Loechner

Lycée Honoré de Balzac, CPGE littéraires

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org