Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Renouard, Joseph Conrad

Paris, Gallimard, « Folio Biographies », 2014, 352 p., ISBN : 978-2-07-045162-3
Alexandre Fachard
Référence(s) :

Michel Renouard, Joseph Conrad, Paris, Gallimard, « Folio Biographies », 2014, 352 p., ISBN : 978-2-07-045162-3

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette biographie grand public par Michel Renouard n’offre pas d’informations ni de thèse nouvelles sur l’écrivain polonais d’expression anglaise Joseph Conrad. Mais elle est la première à donner aux lecteurs francophones non spécialistes un portrait complet du romancier en moins de 300 pages dans un style plein d’entrain, enjoué parfois. Renouard dégage les constantes de l’existence de Conrad — ses soucis permanents d’argent et de santé, sa prodigalité, ses démangeaisons de déménagement, ses tiraillements entre ses héritages multiculturels — tout en brossant de mémorables portraits de ses amis et en tissant habilement, en toile de fond, les contextes historiques : sa Pologne natale, alors sous domination russe, et son Empire britannique d’adoption, dont il vit l’apogée et entrevit le crépuscule.

2Écrire une biographie de Conrad est un exercice frustrant, car les sources qui ont survécu sont lacunaires. Né en 1857 dans une partie de la Pologne alors annexée par la Russie, de parents patriotes polonais, Józef Teodor Konrad Korzeniowski a vécu trois vies. Dans son pays natal, il connut l’exil, une scolarité irrégulière, et la mort prématurée de ses parents. De l’adolescence à l’âge de trente-six ans, il travailla comme marin dans les marines marchandes française et anglaise, avec un interlude sur un vapeur pour une compagnie belge au Congo en 1890, périple dont il s’inspirera pour son roman court le plus connu, Au cœur des ténèbres (1899). Enfin, sous son nom de plume Joseph Conrad, il fut écrivain, en Angleterre, jusqu’à sa mort en 1924. La première et surtout la troisième de ces phases sont documentées, mais la deuxième, de loin la plus intrigante, est une succession de trous noirs. On ignore presque tout du séjour intermittent de Conrad à Marseille de seize à vingt et un ans, qui se termina par une tentative de suicide, et on n’en sait pas beaucoup plus sur sa vie maritime et ses escales aux quatre coins du globe.

  • 1 Zdzisław Najder, Joseph Conrad : A Life, Rochester, Camden House, 2007, traduit du polonais par Hal (...)

3Contrairement à certains de ses prédécesseurs les plus rigoureux, comme Zdzisław Najder et J. H. Stape1, Renouard se permet quelques conjectures pour pimenter son récit. Par exemple, il nous informe que « Dès son arrivée à Marseille, Conrad est devenu un sujet de discussion sur le Vieux-Port. Un Polonais tiré à quatre épingles qui veut devenir marin sur un voilier ? Et chacun de s’esbaudir » (48). Conrad portait sûrement des vêtements reflétant sa relative aisance et son souci attesté de l’élégance. Mais il semble peu vraisemblable que le Vieux-Port ait accordé une quelconque importance à un matelot étranger de plus, âgé de seize ans seulement. Renouard ose d’autres spéculations bénignes, notamment sur la « (relative) timidité » de Conrad « avec les femmes » (139) ou sur le boycottage de ses livres par ses enfants, pour se venger d’un père qui leur aurait parfois préféré les « personnages de papier » de ses romans (224).

4La biographie de Renouard est bien à jour : elle ne perpétue pas certaines informations véhiculées depuis des décennies et récemment discréditées. Par exemple, comme J. H. Stape et contrairement à la plupart de ses prédécesseurs, Renouard soutient que la femme de Conrad, Jessie George, qui travaillait dans une usine de machines à écrire, n’était pas une dactylographe professionnelle, car elle tapait avec deux doigts, mal, et lentement (Stape op. cit. 78 ; Renouard 142). Mais de nouveau, l’hypothèse de Renouard selon laquelle elle y était « employée de secrétariat » (142) ne convainc pas : qui aurait embauché une secrétaire sachant à peine taper à la machine ?

5Enfin, quelques inexactitudes entachent cette biographie. La quatrième de couverture indique que Conrad est allé au Canada et qu’il parlait couramment l’allemand. C’est faux : le voyage de Conrad au Canada fut annulé, comme Renouard l’indique d’ailleurs lui-même en page 126 ; et son allemand était rudimentaire. On trouve d’autres étourderies, pour la plupart typographiques : le patronyme « Korzeniowski » est tantôt épelé « Korzienowski », tantôt « Korzenowki » ; la ville où Conrad et ses parents furent exilés, Vologda, devient « Volgoda » ; et un certain « Spiridion » apparaît sous le nom de « Spidirion ».

6Mais ces erreurs sont des détails. Dans des chapitres courts et rondement narrés, Renouard offre au grand public une introduction compacte et agréable à la vie et à l’œuvre de l’écrivain. Les annexes ne contiennent pas d’index, mais elles offrent une chronologie et une dizaine de pages de références bibliographiques et filmographiques qui orienteront les lecteurs francophones désireux d’en apprendre davantage sur ce romancier majeur du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Zdzisław Najder, Joseph Conrad : A Life, Rochester, Camden House, 2007, traduit du polonais par Halina Najder ; J. H. Stape, The Several Lives of Joseph Conrad, London, William Heinemann, 2007. La biographie de Najder est la source d’informations la plus riche sur Conrad.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Fachard, « Michel Renouard, Joseph Conrad », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 81 Printemps | 2015, mis en ligne le 06 septembre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cve.revues.org/2126

Haut de page

Auteur

Alexandre Fachard

Universités de Genève et de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org