Navigation – Plan du site

Le poète, le cardinal et l’ange du foyer

Jacqueline Clais
p. 13-26

Résumé

In 1881 cardinal Manning who supports the Irish farmers in their struggle for more justice is the butt of all sorts of attacks on the part of the protestant but also the catholic landed gentry. Curiously it is an article in the Whitehall Review about a pretended love affair with Marianne Byles, before she was married to Coventry Patmore, which wounds him to the quick. A few letters between the protagonists let us see a very different, much more human aspect of the austere prelate who has not forgotten Caroline “the angel of his house”.

Haut de page

Texte intégral

Le passé est présent en nous parce qu’il nous a façonnés
pour l’éternité.
M. Garrigues, À l’Heure de Notre Mort

1Entre les deux guerres, Shane Leslie, alors rédacteur en chef de la Dublin Review, vendit aux États-Unis une partie de la correspondance privée du cardinal Manning, en particulier un certain nombre des lettres que Florence Nightingale et Marianne Byles avaient adressées à leur directeur spirituel et ami. Rachetées par le Pr A. Chapeau, ces lettres ont ensuite retrouvé le chemin de l’Amérique où elles font désormais partie du fonds Manning à la Pitts Theology Library de l’université d’Emory à Atlanta.

2La correspondance Byles-Manning qui couvre trois décennies (1847-1877) est complétée par une courte note manuscrite de Leslie à propos du cardinal et des femmes, et par cinq lettres — trois de Manning à Wilfrid Meynell, à Mgr Rouse et à R.A. Butler et deux de Coventry Patmore à Manning. Un poète, un prince de l’Église, un journaliste, un prêtre, un oblat : cette association quelque peu surprenante s’éclaire quand on découvre que l’auteur immensément populaire de The Angel in the House était l’époux en secondes noces de Marianne Byles, Mgr Rouse un ami du poète et, vraisemblablement, son directeur de conscience, Wilfrid Meynell, l’une des rares personnes en qui le cardinal avait confiance quand il s’agissait de l’Irlande, et enfin Butler, son exécuteur testamentaire.

3Ces cinq lettres et cette note manuscrite font toutes référence à un article paru le 13 février 1881 dans la Whitehall Review, qui laisse entendre que la « carrière historique » de Manning n’aurait pas débuté en 1837, comme il le prétend, mais après qu’il eut été éconduit par une certaine... Marianne Byles :

  • 1 Whitehall Review 13 février 1881.

There is a whispered tradition among the clergy and laity of the diocese that he proposed to a lady, who afterwards was married to a distinguished poet, and was rejected, from which time began his historical career1.

4Si désagréables que soient ces allégations, on s’étonne de voir à quel point elles vont bouleverser le cardinal, et ce, pendant des années ; la dame en question est morte, les faits remontent à plus de quarante ans, et le chef de l’Église catholique en Angleterre est aux prises avec des problèmes beaucoup plus sérieux, en particulier, la guerre agraire qui sévit en Irlande et le voit prendre des positions diamétralement opposées à celles des catholiques anglais. Pourtant, dans une lettre à Wilfrid Meynell, à qui il a confié le Weekly Register, il s’avoue touché au vif :

  • 2 Lettre du 18 février 1881 Manning Papers, Pitts Theology Library, Emory University, Atlanta, Georgi (...)

I had not seen the Whitehall Review when I saw you. What it says of my faults is probably right enough. What it says of the whispered tradition about a lady and a poet has not a shadow of truth. Such sentimental fictions are inhuman but the writer evidently cares more about wounding than about truth2.

5Même s’il ajoute avec une sagesse qui ne va pas tarder à se démentir : « Shake your hands, as the prophet says, from all contact with them and aim higher. »
Traiter de telles insinuations par le mépris est la seule chose à faire et le cardinal n’use évidemment pas d’un quelconque droit de réponse. Quelques jours plus tard, pourtant, il éprouve le besoin de revenir sur le sujet et se confie à son journal, citant in extenso le passage malveillant et ajoutant :

  • 3 Notes autobiographiques.

I wish to leave on record that in this statement there is not a shadow of truth ; My historical career begins from 1837. Since which time for three and forty years I have been as I am now without ever wavering in the purpose of living and dying as I am. This falsehood is truly brutal. May God forgive the writer3.

6« Inhuman sentimental fiction », « truly brutal falsehood » : on sent que malgré les années, la plaie est encore sensible. Quelle peut bien être la vérité ? S’agirait-il simplement d’une blessure d’amour propre ? Amoureux de Marianne Byles, Manning aurait souffert de se voir éconduit, mais quand, et pour qui ? La jeune femme n’a épousé le poète qu’en 1864... Ne s’agirait-il pas plutôt d’une blessure plus profonde, jamais vraiment refermée, que cette sotte rumeur vient de raviver ? Même si dans son journal Manning reste très discret, 1837 c’est l’année où meurt Caroline, la jeune femme qu’il a épousée trois ans plus tôt, et il paraît vouloir dire qu’il a pris alors la décision de ne jamais se remarier. Contrairement au « chantre de l’amour conjugal » dont Sylvère Monod remarque « l’exceptionnelle compétence en la matière » il semble bien qu’il n’y ait eu dans le cœur de Manning qu’un seul ange du foyer, son épouse, morte de tuberculose à 24 ans.

  • 4 Marianne Byles 1822-1880 était la fille de James Byles de Bowden Hall, Gloucestershire, mort en 183 (...)

7Le 16 avril 1882, quatorze mois plus tard, c’est à Mgr Rouse que le cardinal fait le récit de ses relations avec la famille Byles4, le priant, si cette « foolish fabrication » (sotte invention) venait à refaire surface, de rétablir la vérité. Manning n’ayant pas de relations particulières avec ce prêtre, on pourrait se demander pourquoi il lui fait des confidences sinon pour qu’il lui serve de truchement auprès du poète avec lequel il est ami et que le cardinal semble soupçonner d’avoir alimenté la rumeur. Une conversation dans la sacristie de St Mary’s, Moorfields, quelque temps auparavant aurait conforté ses soupçons.

  • 5 Lettre du 16 avril 1882.

In 1838, a family came to live in the Family house at Lavington. The church is literally in the garden. My house was 200 yards distant ; I said the morning and evening service in the church daily. The family from the house was always present. We met daily therefore twice and became very intimate ; there was not another family of education in the parish nor for miles around. This daily meeting and growing intimacy made me fear that some complication and misunderstanding might arise. From the year 1837, I believed that God had called me to live the life of a priest ; I therefore told the mother about 1842 that such was my conviction and intention, that I was afraid lest some misunderstanding through our intimacy should arise : that if with this knowledge she thought it had better cease, it should cease, if she saw no risk or danger she might say so. I desired to make this known to her daughter. My act was one of precaution5.

8Les dates sont importantes : Mrs Byles, sa fille et sa cousine se sont installées à Lavington en 1838, peu après la mort de Caroline, et Mrs Sargent, sa mère à qui elle avait confié son époux, quitte Manning en 1841 pour se rendre auprès de Samuel Wilberforce qui vient lui aussi de perdre sa femme. Marianne Byles approchait alors de ses 20 ans, le jeune archidiacre n’en avait que 33, sans doute était-il sage de mettre les choses au point ; une précaution qui pourrait toutefois avoir été inutile puisque leur amitié ne semble pas en avoir été affectée : c’est à Manning que Marianne choisit de se confesser en 1846, peu de temps après lui qu’elle se convertit et c’est encore lui qui officia en 1864 lors de son mariage avec Coventry Patmore à Ste Marie des Anges. Quant à leur correspondance elle continua jusqu’en 1877 bien que, à en croire Shane Leslie, son époux eût été très jaloux. Jalousie en l’occurrence sans objet : apprenant de la bouche d’une amie la nomination de Manning comme archevêque elle lui écrit le 8 mai 1865 :

  • 6 Cette lettre — conservée à Emory University — s’est croisée avec celle, du 8 mai également, dans la (...)

Only you may believe how much this is to me who owe you my own soul and who have been for so many years your loving child6.

9Certainement pas ce qu’une femme écrirait à un ancien prétendant évincé ! De son côté Manning confirme la parfaite innocence de leurs relations « More complete intimacy, without a shade of any other thought, could hardly exist » et, pour attester de la véracité de ses dires, propose de citer deux témoins, deux amies de Marianne, dont il ne donne cependant pas les noms.

  • 7 Dans sa note manuscrite, S. Leslie attribue la rumeur à Augustus C. Hare (neveu de J.C. Hare, archi (...)
  • 8 Lettres conservées à la Pitts Theology Library, Emory University. L’hypocrisie de Patmore est paten (...)

10La raison d’une telle confidence au Dr Rouse ? Le cardinal dit seulement « I have a reason for asking you to be the guardian of this truth which I will tell you. » Sans doute le destinataire avait-il son idée sur la question puisqu’il communiqua la lettre à qui de droit. Cette raison qu’il ne donne pas, nous sommes tentés de la chercher dans les lettres que le poète adresse à Manning l’année suivante les 15 et 18 juin 1883 ; la réponse a tardé à venir, car Patmore avait alors d’autres préoccupations... Après Emily qui lui a donné six enfants, Marianne qui les a élevés, voilà que se profile au foyer du poète un troisième ange, Harriet, une jeune voisine, amie de sa fille Emily. Dans sa lettre du 15 juin il se défend d’avoir été à l’origine de la rumeur propagée par la Whitehall Review, il dit même qu’il n’en a jamais eu connaissance et qu’il n’aurait pas songé à se justifier s’il n’avait remarqué un changement dans l’attitude du cardinal à son égard. Pour sa défense, il argue de son sens de l’honneur qui lui a fait rendre sans les lire les centaines de lettres que Manning avait adressées à son épouse, et avance le nom d’un possible coupable un certain M Pear qui aurait été pasteur dans les environs de Lavington7. Dans la lettre suivante, il se dit soulagé d’apprendre que le cardinal ne lui attribue pas la paternité de ce mensonge car le prêtre qui lui en a parlé — Rouse, bien sûr — avait l’impression que Manning le soupçonnait et avait cru faire acte d’amitié en le prévenant. « No one has a more sincere respect for your status and character or more habitually abstains even in the most intimate intercourse from careless and injurious tittle-tattle » ajoute Patmore qui assure le cardinal de sa gratitude et son affection, « notwithstanding whatever may have been said of me by unknown mischief-makers who are neither Your Eminence’s friends or mine though professing to be friends of both8 ». Le 5 avril 1890 le cardinal revient une dernière fois sur le sujet « pour des motifs qui, espère-t-il, ne sont pas déraisonnables » — à savoir, rétablir la vérité si cette histoire refaisait surface. Cette fois la lettre est adressée à son exécuteur testamentaire : il avoue avoir tout de suite pensé que Coventry Patmore était la source de la rumeur et Mgr Rouse le canal : on disait ce dernier en rapport avec un certain Millage, auteur d’une série de lettres scandaleuses sur les évêques anglais dans la Whitehall Review et la conversation qu’ils avaient eue dans la sacristie de la pro-cathédrale, n’avait fait que confirmer ses soupçons. Manning réitère sa version des faits, évoquant de surcroît la conversion de Marianne, son amitié avec Elizabeth Lockhart — une autre de ses jeunes paroissiennes de Lavington — leur correspondance qui n’avait « d’autre sujet que la direction spirituelle » ainsi que la mort de Marianne — sur la date de laquelle, à son habitude, il se trompe de plusieurs années.

11Sauf à blesser le vieux cardinal, on voit mal l’intérêt qu’il pouvait y avoir à faire courir un tel bruit ; il semble que ce qu’on appelle le « nouveau » journalisme n’ait rien eu à envier aux magazines « people » d’aujourd’hui. A moins que l’explication ne se trouve dans la date : confronté à une situation quasi-révolutionnaire en Irlande, Gladstone va tenter au début de l’année 1881 de réformer les lois agraires en accordant aux fermiers ce qu’ils demandent et, tandis que Manning soutient l’initiative du gouvernement dans le Weekly Register, le journal qu’il vient d’acheter et de confier à Wilfrid Meynell, le Tablet craignant sans doute qu’on identifie l’Église avec le radicalisme et la révolution, prend le parti des propriétaires qui s’estiment spoliés. Dans un tel contexte, il n’est pas interdit de penser que tous les coups étaient permis et que Manning ait souffert d’être ainsi attaqué par les siens.

  • 9 E.S. Purcell, Life of cardinal Manning, Archbishop of Westminster, 1896, II, 459.

My assailants have been of two kinds. The larger part by far, both in number and weight, have been my non-catholic fellow-countrymen, who have assaulted me in a manly and chivalrous way, which, when they hit hardest, has always commanded my respect, and has never kindled my indignation. Of the lesser kind in every sense, I can say none of these things ; and as of them I can say no good, I will say nothing9.

  • 10 Lettre à Newman de février 1837 in Manning’s Letters n4 Birmingham Oratory MSS.

12Que Manning ait pris l’article de la Whitehall Review tellement à cœur peut aussi s’expliquer par le fait qu’il était alors en mauvaise santé, peut-être même déprimé : en 1877 déjà il était tombé malade à Paris et après 1880, les lettres de Mgr Vaughan à Lady Herbert donnent fréquemment de mauvaises nouvelles du cardinal, éloigné de Rome à un moment où les évêques irlandais auraient bien besoin de son aide pour faire pièce à des catholiques anglais occupés à les dénigrer. À la maladie — et la perte d’influence qui s’ensuit à Rome — vient s’ajouter la mort de ses proches : Mary Wilberforce, sa belle-sœur, sa confidente, est disparue en 1878, son neveu William en 79, et en 1880, il perd coup sur coup deux de ses frères, sa sœur Anna Maria, ainsi que son beau-frère George Ryder, le premier à s’être converti au catholicisme avec sa femme Sophia, sœur cadette de Caroline. Il n’a pour ainsi dire plus de famille, il n’a pas d’intimes, et guère de distractions, en dehors de ses tournées en Angleterre où il prêche la tempérance — autre sujet qui ne fait pas l’unanimité chez les catholiques. La disparition de tant de ses proches laisse forcément un homme dans sa position terriblement seul ; au soir de sa vie, Manning se trouve ramené à l’époque de son deuil, sans le réconfort qu’a pu jadis lui apporter « le lait de la tendresse humaine ». « I cannot say how much consolation the sympathy of christian friendship and brotherhood gives me when I am tempted to feel myself alone and the one who was in an earthly way all things to me seems to be bidden to an early rest10 » écrivait-il à Newman pendant la maladie de Caroline.

  • 11 Lettre à J. C. Hare du 21 juillet 1841 in S. Leslie, Henry Edward Manning, His Life and Labours, 19 (...)
  • 12 Lettre à Gladstone du 21 octobre 1837 in A. Chapeau, thèse complémentaire inédite, « The Letters of (...)
  • 13 Lettre à J. C. Hare du 21 juillet 1841 citée ci-dessus. Veuf en avril 1841 Samuel Wilberforce ne se (...)

13La mort de son épouse avait « aboli » l’ancien Manning, faisant de lui un autre homme, plus sombre, meilleur, il voulait l’espérer : « Before we met what I once was had been abolished. You have only known me a sadder, and God grant, a better man11 » écrivait-il à son collègue, l’archidiacre de Lewes. Lui à qui naguère encore tout souriait avait découvert avec cette épreuve que « le but de la vie n’est pas d’être heureux mais d’être utile12. » Le bonheur ici-bas n’étant plus à l’ordre du jour, il ne lui restait qu’à se consacrer à son ministère dans le renoncement, en attendant de retrouver Caroline au ciel. « Between this and that glad morning when we shall sit down with our sainted ones in our father’s Kingdom there lies only one thing, toil for Christ’s Church in warfare here upon earth13 ».

  • 14 Lettre de Newman à Henry Wilberforce in A. Chapeau, « La Vie Anglicane de Manning », thèse inédite, (...)
  • 15 Lettre à Samuel Wilberforce du 27.9.1837 in Robert Gray, Cardinal Manning, 1985.

14Nul besoin pour Henry Wilberforce de le maintenir au travail comme Newman le lui recommande, ni de lui faire sentir « que Dieu l’a appelé à ressembler au Grand prêtre, seul, sans désirs, à l’écart du monde14 » il est, écrit-il à son beau-frère Samuel, incapable de rester sans rien faire et, sauf dans la prière, à l’église et chez lui, penser au passé lui est insupportable15. Il essaie pourtant de se convaincre que cette perte si cruelle est pour un plus grand bien : il est seul mais elle ne souffre plus, il est seul mais elle est en compagnie des anges et des saints :

  • 16 «Thoughts for those that mourn » reprend en partie le sermon qu’il prononça aux funérailles de son (...)

Would you not rather endure bereavement and let them enter into the fellowship of saints and angels ? [...] Will you not rejoice that they have entered into that rest at the cost of your sorrow and solitude ? This is only the greatest act of self-denial you have ever been called to for their sakes16.

  • 17 Lettre à J.C. Hare du 21 juillet 1841 in Leslie, op. cit., 50. Cf. Isaïe 53, 3.

15Il porte à son cou le médaillon de son épouse, sa belle-mère le voit pleurer à chaudes larmes au deuxième anniversaire de sa mort et à son collègue Hare, il dira en 1841 que l’octave de la Saint Jacques est comme le reflet de la semaine de la Passion : « We are so lovingly bidden to liken ourselves to the Man of Sorrows that I do not fear to say to you that this is to me the shadow of the week of Sufferings17. »

  • 18 Aubrey de Vere rapporte cet épisode dans Recollections, 1897, 290-1; «The loss was probably necessa (...)

16Les derniers jours de juillet sont, dans leur détail, gravés dans sa mémoire mais il n’en fera plus jamais mention après qu’en route pour Rome en novembre 1851 on lui eut volé son bagage, le dépossédant symboliquement de son passé alors qu’il allait entrer à l’Académie ecclésiastique : le prêtre avait désormais définitivement supplanté l’homme18.

  • 19 Purcell, I, 124.

17Il paraît donc juste de dire comme il le dit lui-même que 1837 marque bien le début de sa « carrière historique ». L’acharnement qu’il met alors au travail lui fait très vite élargir son champ d’action de la paroisse au diocèse puis du diocèse au plan national et lui vaut une irrésistible ascension dans l’Église anglicane : doyen rural puis archidiacre, il se voit offrir en 1845 le poste de second aumônier de la reine, qu’il est un moment tenté d’accepter, enfin un évêché semblait à sa portée quand, après des années de doute, il abjure pour mener d’autres combats, cette fois au sein de l’Église catholique. Trente ans après sa conversion, ils ne devaient pas être bien nombreux ceux qui savaient que le cardinal Manning, si austère, si distant, si confit en vertu, avait jadis été marié. Sa vie privée était inexistante ; sa vie passée un sujet qu’il n’abordait jamais, son mariage un épisode qu’il semblait avoir oublié ; si, par hasard, il refaisait surface — fallait-il ou non remettre en état la tombe qui se dégradait dans le cimetière de Lavington ? — il se contentait de dire « c’est mieux ainsi, le temps efface tout19. »

  • 20 Ibid.
  • 21 G. Lytton Strachey, Eminent Victorians, 18.

18À Edmund S. Purcell, Manning déclara qu’il ne voulait pas lire une ligne de la « Vie » qu’il allait écrire, à une exception près : « You may write just as you think fit about me in the “Life” ; I don’t wish to see a page. But there is one episode early in life which I wish to see in manuscript before it goes to the printers20. » Voulait-il parler de son mariage ou de la « sotte invention » de la Whitehall Review ? Eut-il l’occasion de relire quoi que ce soit ? On ne le sait pas. Mais en ce qui concerne son mariage, Purcell se montra discret, et pour ce qui est de Marianne, il se contenta de rapporter dans l’un des derniers chapitres qu’elle faisait partie des rares intimes avec lesquels Manning avait des rapports confiants et détendus. Pour sa part, Lytton Strachey lui fait carrément grief d’avoir mis la mort de sa femme au nombre des grâces qu’il aurait reçues du Seigneur : « How could he have guessed that one day he would come to number that loss among God’s special mercies », écrit-il dans l’essai qu’il lui consacre dans Eminent Victorians21 [...] médisance toute gratuite car si l’année 1837 apparaît bien en 8e place sur la liste établie par Manning, elle est précédée de trois mots qui changent tout, « by afflicting me », trois mots que Strachey écarte délibérément.

19En 1881, comme en 1837, c’est encore le travail qui reste son meilleur dérivatif. L’Irlande, le logement et l’éducation des pauvres, le chômage, la grève des dockers, les dix dernières années de sa vie sont dix années d’intense activité que Manning souvent malade mène en personne ou par correspondance, ou en participant à des commissions royales. Les souffrances du peuple ont fait de lui un « radical à la manière de Moïse » : il lutte contre l’égoïsme des nantis et ne craint pas les affrontements ; contre cette méchanceté gratuite, pourtant, il se rebelle, il n’accepte pas que des mains irrévérencieuses (qui plus est, dans son propre camp) touchent à ce qu’il a de plus précieux, rouvrent pour le salir un livre qu’il a refermé à jamais et que nul ne doit profaner. Dans sa solitude comment les souvenirs d’autrefois ne deviendraient-ils pas d’autant plus précieux ? Lavington, c’est la jeunesse, l’insouciance, l’amour, le paradis sur terre... Jusqu’en 1878 Mary Wilberforce, d’un an plus âgée que Caroline, était le lien qui le rattachait à ces jours heureux. Peu après avoir quitté sa maison il lui avait écrit :

  • 22 Lettre à Mary Wilberforce in S. Leslie, op. cit., 50. (Ushaw MSS 39). À rapprocher de « Je me tourn (...)

I am afraid it is a weakness of mine to remember the past, but it rises up to me like the background of some old sacred picture where even earth looks like paradise. Lavington in 1833 ; the Hill and the Friday evening lecture at Graffham, and Upwaltham Church. The Downs seem to me only less beautiful than heaven22.

  • 23 Lettre à Mary Wilberforce citée dans S. Leslie, op. cit., 49.
  • 24 Lettre à Robert Wilberforce, Pâques 1851, ibid., 50. Cf. Webster’s 1932: «within the veil: within t (...)
  • 25 Lettre de Newman 14 juillet 1837 in Joyce Sugg, A Packet of Letters, Oxford 1983, 41-2.
  • 26 Explication qu’il aurait donnée à son neveu Reginald Wilberforce en 1876. cf. S. Leslie, op. cit., (...)
  • 27 Évangile de Luc.

20C’est uniquement pour sauver son âme qu’il avait quitté ce séjour béni ; si sa décision n’avait pas été la bonne, Caroline, dont il se demande sans cesse ce qu’elle aurait pensé de ses pensées et de ses actes, ne le lui aurait-elle pas fait savoir ? « How often have I said what would she have thought of what I am doing feeling and believing ? If it is a delusion perhaps she could have saved me23. » Sans doute avait-il l’impression que la mort n’avait pas interrompu leur relation puisqu’il semble penser qu’elle intercède pour lui « within the veil », que c’est elle qui l’amène vers la Lumière : « For some years I have thought even half believed that intercessions within the veil have been drawing me whither they now see the One light to shine. But this is only a daydream perhaps24. » Caroline n’est plus la compagne qui l’épaulait dans son ministère, veillant aux besoins matériels et spirituels des villageois et des bergers mais elle reste son guide, son inspiratrice, c’est un ange qui veille sur lui et le protège, son ange gardien. Dans la Bible, les anges sont les messagers de Dieu, ils interviennent dans le salut des hommes, principalement pour leur transmettre la parole divine et s’en faire les agents auprès d’eux. Peut-être, comme Newman le lui avait annoncé, Caroline est-elle encore plus proche de lui depuis qu’elle est devenue un être purement spirituel ? « [I]f in His great wisdom and love He take away the desire of your eyes, it will only be to bring her really nearer to you. For those we love are not nearest to us when in the flesh, but they come into our very hearts as being spiritual beings, when they are removed from us25. » Si la tombe auprès de laquelle il composait autrefois ses sermons ne porte aucune inscription est-ce vraiment parce qu’il n’a pas pu y mettre celle qu’il souhaitait26, n’est-ce pas tout simplement parce que, pour lui, elle n’est pas là : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts27 ? » Mais chez lui, le prêtre avait depuis si longtemps pris le pas sur l’homme que même Herbert Vaughan qui le connaît depuis quarante ans, est surpris — et quelque peu choqué — de le voir sortir de sous son oreiller, quelques instants avant sa mort, le petit livre dans lequel Caroline inscrivait ses prières et ses méditations et d’apprendre qu’il s’en est servi tous les jours depuis 1837... touchante anecdote qui prouve, s’il en était besoin, l’amour indéfectible que Manning portait à Caroline plus d’un demi-siècle après sa mort et l’influence que leur union, si brève, avait eue sur lui.

  • 28 H. Vaughan au baron Von Hügel, gendre de Lady Herbert, in S. Leslie, op. cit., 51.

You know what we all thought about the cardinal and Mrs Manning. Well, this is what happened shortly before his death. I was by his bedside ; he looked around to see that we were alone ; he fumbled under his pillow for something ; he drew out a battered little pocket-book full of a woman’s fine handwriting. He said « for years you have been as a son to me Herbert : I know not to whom else to leave this —I leave it to you. Into this little book my dearest wife wrote her prayers and meditations. Not a day has passed, since her death, on which I have not prayed and meditated from this book. All the good I may have done, all the good I may have been, I owe to her. Take precious care of it28 ».

« Tout ce que j’ai pu faire de bien... je le lui dois. » Quel aveu !

  • 29 Dublin Review 1967, 200 « the celibacy of half a century did not mould his character as much as tho (...)

21Aucun de ses amis ecclésiastiques, et, jusqu’à une date récente, aucun de ses biographes, ne semble avoir compris la personnalité de Manning ; peu de gens le connaissaient vraiment, car il se livrait rarement et ne parlait pas de ses sentiments. Contrastant avec l’incompréhension de Vaughan, il est intéressant de souligner l’attitude d’empathie de Virginia Crawford, « héroïne » d’un divorce qui causa la ruine politique de sir Charles Dilke en 1886. Après le scandale, le cardinal Manning reçut dans l’Église catholique la jeune femme dont il devint le confesseur tout en restant l’ami de sir Charles dont il continua à soutenir l’innocence. Cette pécheresse repentie, avec laquelle Manning eut de longs entretiens à l’époque dont nous parlons, attribuait la bonté du cardinal au fait qu’il avait été marié et que « cinquante ans de célibat n’avaient pas autant façonné son caractère que trois années de bonheur conjugal et d’une vie domestique idéale29 ».

22Qu’il rétablisse la vérité, c’est ce que Manning attendait de son exécuteur testamentaire, comme si, au moment de rencontrer son créateur, rien n’avait plus d’importance que de faire un sort à cette « fiction sentimentale inhumaine » qui l’avait cruellement blessé. En cherchant cette vérité c’est une belle histoire d’amour que l’on découvre, une histoire d’amour avec un ange qui, contrairement à celui de Coventry Patmore, n’a pas connu d’incarnations successives et, si Manning n’avait pas très tôt renoncé à la poésie, c’est lui qui aurait pu écrire « Faithful for Ever » ou « The Victory of love ».

  • 30 Poème de Manning, «Lavington Churchyard » 1837 découvert dans les papiers de Mary Wilberforce en 19 (...)

Sweet woodland wall that o’er this sheltered bay
Seemest to brood, like as the turtle-dove
Broods o’er her nestlings, was it not in love
And that fond gaze of passion to repay
Wherewith these gentle ones from day to day
Did feed on thy familiar loveliness,
That thou so soon has beckoned them away
Out of yond vale of woe and weariness,
Within thy deep still shadow here to rest ?
For me at least, in solace lingering nigh
Regrets are quelled, despondency represt,
And my heart longs with a world-weary sigh
That thou wouldst take a stranger to thy breast
And I might join this peaceful company30.

Haut de page

Bibliographie

Chapeau, A. « La Vie anglicane de Manning ». Thèse de doctorat, 4 vols, Paris, 1955 (inédite).

Chapeau, A. « The Letters of Manning to Gladstone, 1837-1851 ». Thèse complémentaire (inédite).

Gray, R. Cardinal Manning, A Biography. Londres : Weidenfeld and Nicolson, 1985.

Leslie, S. Henry Edward Manning, His Life and Labours. Londres : Burnes Oates and Washbourne Ltd, 1921.

Manning’s letters, Birmingham Oratory.

Manning Papers, Pitts Theology Library, Emory University, Atlanta, Ga.

Purcell, E.S. Life of Cardinal Manning, Archbishop of Westminster. Londres : Macmillan, 1896.

Strachey, L. Eminent Victorians (1918). Londres : Penguin Modern Classics, 1981.

Vere, Aubrey de. Recollections. Londres : Edward Arnold, 1897.

Haut de page

Notes

1 Whitehall Review 13 février 1881.

2 Lettre du 18 février 1881 Manning Papers, Pitts Theology Library, Emory University, Atlanta, Georgia.

3 Notes autobiographiques.

4 Marianne Byles 1822-1880 était la fille de James Byles de Bowden Hall, Gloucestershire, mort en 1835 en laissant une fortune considérable; en 1838 Mrs et Miss Byles s’intallèrent à West Lavington où le pasteur s’occupa de la jeune orpheline. Elle fut reçue dans l’Église catholique en 1853 par le Père Brownbill; mariée par Manning le 18 juillet 1864 à Ste Marie des Anges, elle mourut en 1880.

5 Lettre du 16 avril 1882.

6 Cette lettre — conservée à Emory University — s’est croisée avec celle, du 8 mai également, dans laquelle Manning lui apprend la nouvelle.

7 Dans sa note manuscrite, S. Leslie attribue la rumeur à Augustus C. Hare (neveu de J.C. Hare, archidiacre de Lewes dans le Sussex). Faut-il voir ici le résultat d’une certaine paronymie ?

8 Lettres conservées à la Pitts Theology Library, Emory University. L’hypocrisie de Patmore est patente quand on compare cette lettre à celle qu’il adresse à Woolner en 1892 où il n’est plus guère question de respect, de gratitude ou d’affection: « poor cardinal ! It is wonderful how he imposed on mankind. I knew him well and am convinced that he was the very minutest soul that ever buzzed in so high a place. He was a good man according to his capacity, but he hated all whom he suspected of being able to take his measure; and latterly I was not at all in his good books. »

9 E.S. Purcell, Life of cardinal Manning, Archbishop of Westminster, 1896, II, 459.

10 Lettre à Newman de février 1837 in Manning’s Letters n4 Birmingham Oratory MSS.

11 Lettre à J. C. Hare du 21 juillet 1841 in S. Leslie, Henry Edward Manning, His Life and Labours, 1921, 50.

12 Lettre à Gladstone du 21 octobre 1837 in A. Chapeau, thèse complémentaire inédite, « The Letters of Manning to Gladstone » 1837-1851, 49.

13 Lettre à J. C. Hare du 21 juillet 1841 citée ci-dessus. Veuf en avril 1841 Samuel Wilberforce ne se remaria pas.

14 Lettre de Newman à Henry Wilberforce in A. Chapeau, « La Vie Anglicane de Manning », thèse inédite, IV, note 259.

15 Lettre à Samuel Wilberforce du 27.9.1837 in Robert Gray, Cardinal Manning, 1985.

16 «Thoughts for those that mourn » reprend en partie le sermon qu’il prononça aux funérailles de son épouse le 27 juillet 1837, in Purcell, I, 122.

17 Lettre à J.C. Hare du 21 juillet 1841 in Leslie, op. cit., 50. Cf. Isaïe 53, 3.

18 Aubrey de Vere rapporte cet épisode dans Recollections, 1897, 290-1; «The loss was probably necessary to sever all bonds to earth. »

19 Purcell, I, 124.

20 Ibid.

21 G. Lytton Strachey, Eminent Victorians, 18.

22 Lettre à Mary Wilberforce in S. Leslie, op. cit., 50. (Ushaw MSS 39). À rapprocher de « Je me tourne vers ce passé qui m’enveloppe et je me rends compte que ce souvenir, telle une sentinelle, monte la garde et protège ma vie. » (Nina Berberova C’est moi qui souligne, J’ai Lu, 436)

23 Lettre à Mary Wilberforce citée dans S. Leslie, op. cit., 49.

24 Lettre à Robert Wilberforce, Pâques 1851, ibid., 50. Cf. Webster’s 1932: «within the veil: within the Holy of Holies, concealed by the veil in the Temple of Jerusalem. Fig. in heaven; beyond the veil of sense perception. »

25 Lettre de Newman 14 juillet 1837 in Joyce Sugg, A Packet of Letters, Oxford 1983, 41-2.

26 Explication qu’il aurait donnée à son neveu Reginald Wilberforce en 1876. cf. S. Leslie, op. cit., 48

27 Évangile de Luc.

28 H. Vaughan au baron Von Hügel, gendre de Lady Herbert, in S. Leslie, op. cit., 51.

29 Dublin Review 1967, 200 « the celibacy of half a century did not mould his character as much as those three years of ideal home life and married happiness. » Le journal de Virginia Crawford — communiqué au Pr. Chapeau par son neveu — fait état de deux années de rencontres quasi-hebdomadaires en 1890 et 91.

30 Poème de Manning, «Lavington Churchyard » 1837 découvert dans les papiers de Mary Wilberforce en 1951 et publié pour la première fois dans The Allen Review n6, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Clais, « Le poète, le cardinal et l’ange du foyer », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 13-26.

Référence électronique

Jacqueline Clais, « Le poète, le cardinal et l’ange du foyer », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2163 ; DOI : 10.4000/cve.2163

Haut de page

Auteur

Jacqueline Clais

Jacqueline Clais est professeur des universités. Elle a soutenu une thèse d’État sur H. E. Manning et la Question Sociale en 1982. Membre du comité consultatif des Cahiers Victoriens et Édouardiens, elle est l’auteur de nombreux articles et recensions sur des sujets souvent religieux dans des revues françaises, belges, anglaises et américaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org