Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cannon Schmitt, Darwin and the Memory of the Human. Evolution, Savages, and South America

Michel Prum
p. 185-186
Référence(s) :

Cannon Schmitt, Darwin and the Memory of the Human. Evolution, Savages, and South America. Cambridge : Cambridge University Press, 2009, 243 p. ISBN-13 978-0521765602

Texte intégral

1Le temps est sans aucun doute le principal protagoniste de la dramaturgie darwinienne (dramaturgie en référence au célèbre Darwin’s Plots, l’ouvrage de Gillian Beer qui fit date en 1983). C’est la prise en compte d’une temporalité longue, fondée sur l’actualisme lyellien — l’effet cumulé des modifications mineures — qui permet le fonctionnement de la sélection naturelle. Or le temps est au cœur du livre de Cannon Schmitt, Darwin and the Memory of the Human, publié par Cambridge University Press. Ce petit volume d’un peu plus de deux cents pages inclut quatre essais : le premier est naturellement consacré à Charles Darwin ; le deuxième, au co-découvreur de la théorie évolutionniste, Alfred Russel Wallace. Puis vient une étude sur Charles Kingsley, choisi ici non pour ses Water Babies (1863) mais pour Westward Ho ! (1855), et le dernier essai se penche sur le naturaliste William Henry Hudson (1841-1922).

2Le temps est donc le fil conducteur de ces quatre chapitres, il est toujours présent. Le Beagle, est-il rappelé, appareille avec une batterie de vingt-deux chronomètres. Le temps, pour l’homme, est bien sûr toujours lié à la mémoire. Mémoire individuelle, au niveau de l’ontogénèse, et mémoire de l’espèce au niveau phylogénétique. Mémoire fragile, parfois défaillante (« hazy », écrit Darwin), parfois trahie par les événements (le H.M.S. Helen, qui devait ramener Wallace en Angleterre, sombre avec tous les journaux, dessins et spécimens qu’il rapportait). Mais les quatre textes ont aussi en commun un espace, qui rattache présent et passé : c’est l’Amérique du Sud, ce lieu de mémoire des victoriens (« lieu de mémoire » en français dans le texte, Schmitt cite Pierre Nora). C’est en Argentine qu’est né Hudson. Darwin, on le sait, a longuement voyagé de Montevideo à la Terre de Feu. Wallace, avant son célèbre voyage dans l’archipel malais, passe quatre années au Brésil, sur le fleuve Amazone. En revanche Kingsley, malgré un bref séjour dans l’île de Trinidad, porte du continent sud-américain, est surtout un voyageur de l’imaginaire, qui « se rappelle » un empire qu’il n’a pas personnellement connu. Ce que Schmitt nomme la « technologie » de la mémoire — pour mieux historiciser le concept — permet aux quatre auteurs étudiés de réinventer le sujet humain, un humain encore imprégné de ses origines animales (Schmitt rappelle la toute dernière phrase de La Filiation de l’Homme (1871) : « Man still bears in his bodily frame the indelible stamp of his lowly origin »).

3Ces origines animales de l’homme, les auteurs étudiés ici les retrouvent dans le « sauvage » d’Amérique du Sud. Le « sauvage » est à lui seul un remède contre l’oubli : impossible d’oublier les Fuégiens, note Darwin ; « they memorialize themselves », commente Schmitt (p. 38). Le « sauvage » d’Amérique du Sud permet de repenser les clichés de l’idéologie victorienne concernant la « race », et de sortir de la dichotomie Noirs/Blancs. Les Fuégiens témoignent à la fois d’une altérité et d’une similarité. Avec eux se pose la question du continuum entre animalité et humanité. Lieu de mémoire, l’Amérique du Sud visitée ou rêvée par les Victoriens est avant tout un trait d’union entre présent et passé, civilisation et sauvagerie, humanité et proto-humanité. C’est le miroir dans lequel la pensée scientifique de cette seconde moitié du xixe siècle, désormais acquise à a théorie de l”évolution, scrute ses origines humaines. L’ouvrage de Cannon Schmitt peut donc intéresser le lecteur au-delà du seul darwinisme, du seul évolutionnisme : il peut aider à comprendre ce que fut la modernité victorienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Prum, « Cannon Schmitt, Darwin and the Memory of the Human. Evolution, Savages, and South America », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 185-186.

Référence électronique

Michel Prum, « Cannon Schmitt, Darwin and the Memory of the Human. Evolution, Savages, and South America », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2199

Haut de page

Auteur

Michel Prum

Université Paris VII.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org