Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne Chassagnol, La Renaissance féerique à l’ère victorienne

Fabienne Moine
p. 187-190
Référence(s) :

Anne Chassagnol, La Renaissance féerique à l’ère victorienne. Bern : Peter Lang, 2010. 348 p. + illustrations. ISBN : 9-783039-117574.

Texte intégral

1Le livre très documenté d’Anne Chassagnol, La Renaissance féerique à l’ère victorienne, porte sur les représentations des fées dans le conte et le tableau pendant les années 1840-1870. Cette étude culturelle prend en compte aussi bien l’histoire sociale que les avancées et les découvertes scientifiques. « La féerie victorienne n’est pas un domaine aux contours nets, mais une nébuleuse qui enfle en se nourrissant de nombreux apports, venus se fondre les uns aux autres » (77). Ainsi, cette approche comparative riche et passionnante tisse un lien étroit entre le texte et l’image, supports qu’Anne Chassagnol a toujours soin de bien combiner et qu’elle maîtrise parfaitement au point de faire référence à autant d’êtres féeriques de la littérature et de la peinture qu’il y a de fées dans le tableau de Joseph Noel Paton, The Quarrel of Oberon and Titania.

2Dans une première partie, l’auteure s’intéresse aux raisons qui entraînent la renaissance féerique à l’époque victorienne. Elle voit d’abord diverses influences qui ravivent un genre en perte de vitesse au début du xixe siècle. Le renouveau médiéval qui intègre la fée dans la légende arthurienne offre une alternative au modèle capitaliste et matérialiste (tableaux de John Everett Millais, de Joseph Noel Paton ; contes de Dinah Craik, de Charlotte Mary Yonge). L’influence italienne des Primitifs sur les Préraphaélites ajoute une touche de sensualité et d’érotisme alors que la Renaissance en littérature transforme le récit épique de Water Babies de Charles Kingsley en réécriture de La Divine Comédie. Le romantisme allemand, ses Märchen et son folklore, incite écrivains et peintres à s’inspirer des contes des frères Grimm et de la peinture allemande de Füssli. Enfin, au cœur de la famille royale, le mécénat du prince Albert permet l’acquisition et la diffusion de tableaux féeriques, favorisant également le transfert du féerique vers l’univers des sciences.

3La naissance d’une féerie à l’anglaise est alors programmée lorsque les toiles de Füssli et de Richard Dadd intègrent puis dépassent la féerie shakespearienne (Midsummer Night’s Dream/The Tempest) dans la rencontre du textuel et du visuel. Le conte fortement censuré au début du xixe siècle a tout loisir de s’épanouir dans une Angleterre qui exprime un vif intérêt pour le folklore régional. Le culte de l’enfant chez les Victoriens s’accompagne de l’émergence de la fantasy victorienne combinée à l’intérêt pour la question de la croissance. Anne Chassagnol fait une analyse pertinente d’Alice in Wonderland, de Speaking Likenesses de Christina Rossetti et de Mopsa the Fairy de Jean Ingelow qu’elle lit à la lumière de la question du développement de l’enfant. L’enfant-fée fait son apparition dans les tableaux de Richard Doyle, annonçant l’intérêt croissant pour une nouvelle représentation de la fée : à travers une étude complète du motif de l’œuf et d’une analyse de Water Babies de Kingsley et des tableaux du peintre John Anster Fitzgerald, Anne Chassagnol montre que la fée n’est plus un personnage mineur mais acquiert un véritable relief au point de susciter l’intérêt pour la question de sa naissance. Celle-ci est alors véhiculée dans les images d’éclosion et d’explosion florales et féeriques, au cœur d’une farandole qui va jusqu’à la danse macabre des fées dans les tableaux de Richard Doyle et de Robert Huskisson, ou dans le conte de Juliana Horatia Ewing, « Amelia and the Dwarfs ».

4Dans une deuxième partie, Anne Chassagnol articule deux formes de féerie, nostalgique et scientifique, qui seront désormais indissociables dans le conte et sur la toile : « [Les danses des fées] représentent un pied de nez au matérialisme, un mouvement léger et désintéressé dans lequel les rêveurs victoriens venaient se réfugier, loin des affres de la révolution industrielle » (118). C’est la quête d’un âge d’or où tout n’est que plaisir ou bien l’expression d’une nostalgie de la nature que les tableaux de Edward Burne-Jones ou de John William Waterhouse cherchent à représenter. Le monde prélapsaire avant l’avènement du capitalisme et du matérialisme se découvre dans les contes de George MacDonald et dans les personnages qui refusent de grandir. La pureté de la nature idyllique va jusqu’au kitsch lorsque les artistes représentent leur désir d’enfermement dans un monde protecteur mais décrit avec mièvrerie. La fée s’exile en Arcadie ou régresse jusqu’aux origines lorsqu’elle recherche l’île et le jardin édéniques des plaisirs et des délices, comme le montre la toile de Doyle The Enchanted Fairy Tree. Les figures littéraires et picturales de la répétition suspendent le temps, enferment l’œil dans l’éternité et le cycle et préservent des bouleversements économiques et sociaux que le conte s’attache à dénoncer. Selon Anne Chassagnol, l’heure de la rencontre de la féerie et de la science a sonné. Les découvertes médicales, la photographie, le galvanisme, la physique de l’atome ont une place de choix dans les contes de George MacDonald ; le darwinisme, la bactériologie, la géologie et l’embryologie accompagnent l’épopée de Water Babies chez Kingsley ; de la même manière, les « microscopies féeriques » du tableau de Dadd, « The Fairy Feller’s Master Stroke », offrent une nouvelle perception du monde de l’infiniment petit. Le rapprochement est si fort que la science fusionne avec le conte : la fée nous explique la science dans The Fairy Tales of Science de John Cargill Brough ; les illustrations mêlent science et féerie ; l’ouvrage didactique d’Arabella Buckley, The Fairy Land of Science, souligne que la science est aussi magique et fascinante qu’un conte de fées. Inversement, les monstruosités de la nature, maladies et autres syndromes, trouvent une explication rationnelle dans la féerie. L’engouement pour l’histoire naturelle se combine avec la passion pour la créature féerique. Le tableau, minutieux comme une planche d’histoire naturelle, rapproche la fée de l’insecte ou de l’oiseau. C’est « la friction entre l’organique et le minéral » (217) lorsque la géologie rencontre l’imaginaire du conte de fées avec son goût pour les grottes, territoire des goblins. La botanique n’est pas en reste lorsque le conte adapte le langage et le symbolisme des fleurs. Mais l’intérêt pour les nouvelles sciences de l’homme condamne la fée à mort en l’assimilant aux peuples de petites tailles. Comme les êtres soi-disant sous-développés, les fées sont amenées à disparaître. Ainsi, les êtres magiques ont un physique grotesque dans une féerie aux airs de carnaval. La nature enchantée de Doyle prend une allure menaçante et monstrueuse chez Charles Altamont Doyle, son frère, dans The Fairy Queen, A Procession. En pleine dégénérescence, la fée est moribonde et s’éteint dans le conte comme dans le tableau, mais réapparaît au cinéma et au cœur du débat portant sur l’existence des Cottingley Fairies, chères à Arthur Conan Doyle.

5Dans une troisième partie, Anne Chassagnol souligne que la frontière entre texte et image est étroite jusqu’à se suturer. La fée devient une créature de l’image au point d’apparaître dans des publicités, du corset à l’absinthe. L’invasion de la féerie rend « poreuse la frontière entre le pictural et le littéraire » (266). Le tableau devient alphabet et langage, telle l’écriture sur la page. Le motif du livre est omniprésent dans le tableau qui raconte une histoire en se composant de vignettes assemblées pour former une « peinture narrative » (269). Le conte prend aussi des allures de tableau à travers les figures de l’hypotypose et de l’ekphrasis, et de photographie grâce aux multiples formes de cadrage emprunté au huitième art. Avec l’œil du peintre, le conteur dresse le portrait de certains personnages qu’il transforme en véritables œuvres d’art et utilise le mot telle une couleur sur sa palette. La lettrine qui guide l’œil du lecteur fonctionne à mi-chemin entre texte et image comme dans The Prince of the Fair Family de Mrs S. C. Hall. « L’écriture se constitue en hiéroglyphe, imitant l’objet qu’elle désigne » (284) et laisse une place toujours plus grande à l’illustration. Anne Chassagnol nous apprend à décrypter le tableau et à y voir les traces invisibles de la fée qui se cache sur la toile ou dans le texte lorsque « le conte se transforme en partie de cache-cache » (292). L’ectoplasme ou le spirite jouent désormais un rôle dans « la mise en scène de l’invisible ». Le livre se ferme sur la fée dénudée, endormie et érotisée par le mot ou le trait de couleur dans The Stuff that Dreams are made of de Fitzgerald lorsque les Victoriens recherchent l’image d’une fée féminine et sensuelle.

6Dans sa conclusion, Anne Chassagnol souligne la vivacité de l’image de la fée au xxie siècle chez les illustrateurs, les écrivains et même les icônes du rock-and-roll. Les supports sont désormais ceux du cinéma ou du jeu vidéo, mais la relation texte/image construite par la féerie est toujours aussi vivace et fructueuse.

7Anne Chassagnol a toujours soin de combiner avec harmonie les approches textuelles et visuelles en guidant le lecteur au fil du conte ou à la surface du tableau. Les trente illustrations choisies qui accompagnent l’ouvrage sont indispensables pour comprendre et apprécier encore davantage les descriptions et les analyses picturales. Les références à la littérature pour enfants, à l’histoire de l’art, à la critique esthétique sont aussi nombreuses que les commentaires sur la science et les techniques ou les anecdotes amusantes sur l’époque victorienne, par exemple sur l’usage du tutu et sur la pratique des pointes. On notera enfin la grande précision d’écriture et d’analyse dans la description des tableaux dont The Fairies’ Banquet de John Anster Fitzgerald, The Faun and the Fairies de Daniel Maclise ou encore The Fairy Feller’s Master Stroke de Richard Dadd.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Moine, « Anne Chassagnol, La Renaissance féerique à l’ère victorienne », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 187-190.

Référence électronique

Fabienne Moine, « Anne Chassagnol, La Renaissance féerique à l’ère victorienne », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://cve.revues.org/2204

Haut de page

Auteur

Fabienne Moine

Université Paris-Ouest—Nanterre-la-Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org