Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Poirier (dir.), Cordiale Angleterre. Regards trans-Manche à la Belle Époque

Gilbert Bonifas
p. 209-2012
Référence(s) :

François Poirier (dir.), Cordiale Angleterre. Regards trans-Manche à la Belle Époque. Paris : Ophrys, 2010, 212 p. ISBN : 978-2-7080-1079-6.

Texte intégral

1Bien qu’à l’évidence inspiré par le centenaire de l’Entente cordiale, ce recueil d’essais ne prête que très partiellement attention à l’événement lui-même et aux modestes accords coloniaux qui furent sa concrétisation politique. Cordiale Angleterre embrasse un temps et une problématique plus vastes et le but premier du livre est de retrouver, à partir de quelques études de cas, le climat culturel tout autant que politique dans lequel s’élabora l’Entente cordiale. Cordiale Angleterre semble aussi vouloir rompre avec l’idée du « je t’aime, moi non plus » qui sous-tend plusieurs des ouvrages récemment consacrés aux rapports franco-britanniques, de La Mésentente cordiale de Christine Geoffroy (2001) à That Sweet Enemy de Isabelle et Robert Tombs (2006) en passant par le livre de Marc Vion, Perfide Albion ! Douce Angleterre ? (2002). Le lecteur se doute bien parfois qu’il faut prendre l’intitulé choisi par François Poirier cum grano salis et qu’il n’est pas dénué d’une certaine ironie. Isabelle Avila souligne ainsi combien « la carte du tendre » des accords de 1904 fut en réalité dure à avaler pour une partie de la presse française qui n’y vit que « la sempiternelle traîtrise des Anglais dans leurs rapports avec les Français » (137), les premiers réussissant, derrière une façade d’amitié, à conserver les meilleurs morceaux. De son côté Richard Tholoniat, dans un chapitre faisant l’autopsie de « La caricature anglophobe de Fachoda à l’Entente cordiale » montre combien l’Anglais fut alors, pour les caricaturistes français, un être aux dents littéralement et figurativement longues, hypocrite, voleur et pour finir assassin de femmes et d’enfants boers. Cette « pyrotechnie de haine » (23) semble réduire à peu de chose la thèse d’une Angleterre bienveillante et cordiale. Pourtant Tholoniat n’omet pas de mentionner dans ses derniers paragraphes « l’inflexion anglophile » (31) qui commence à percer dans la caricature française à partir de la visite d’Edouard VII à Paris en mai 1903. On regrettera, dès lors, que ce thème n’ait pas été davantage fouillé dans le livre. Il eût été intéressant d’examiner l’impact des accords de 1904 sur la nature des dessins publiés dans la presse française et d’établir si, au fur et à mesure que diminuait la férocité vis-à-vis de l’Angleterre, croissait celle visant l’Allemagne, le grand absent de cet ouvrage. L’essai de Katia Malausséna, « Commémorer ou oublier ? L’Entente cordiale en 2004 », regrette que depuis 1904 les diverses commémorations aient préféré insister sur le rapprochement définitif de deux ennemis héréditaires qui ensuite travaillèrent de concert pour la démocratie et la paix plutôt que de reconnaître que l’Entente ne faisait en premier lieu qu’ajouter aux turpitudes impérialistes des deux nations. Son chapitre, qui clôt le livre, va ainsi à l’encontre de l’introduction de François Poirier qui, beaucoup plus justement, définit l’Entente cordiale comme « une série de tout petits compromis coloniaux » (17) qui finalement fondèrent une alliance durable et bénéfique méritant bien d’être commémorée. Mais K. Malausséna a raison de qualifier les accords d’avril 1904 de « bombe à retardement lancée sur l’échiquier international » (190) ; non pas, cependant, parce qu’il s’agissait de « traités sur les colonies », mais parce que l’Entente aboutit à l’émergence d’un bloc anti-allemand qui contribua à convaincre le Kaiser et ses ministres que leur pays était la victime d’un complot visant à l’encercler. Était-ce là l’objectif réel d’un Foreign Office très germanophobe entre 1902 et 1904 ? La cordialité anglaise avait-elle pour but d’empêcher définitivement un rapprochement franco-allemand ? Il est dommage que ces questions qui mènent directement de l’Entente cordiale au débat sur les origines de la première guerre mondiale ne trouvent point d’écho dans Cordiale Angleterre. L’ouvrage ne fait pas abstraction, cependant, de la realpolitik sous-jacente à la convention franco-britannique de 1904. Dans « Poker menteur à Fachoda » François Poirier estime que c’est « à Fachoda que sont posées les prémices de l’Entente cordiale » (108). En soi cela n’a rien de renversant, mais la thèse de Poirier, elle, l’est puisqu’il fait de Fachoda une victoire diplomatique française. Dans un scénario digne de John Le Carré il rassemble habilement des faits déconnectés, mais qui pourraient fort bien être les pièces d’un même puzzle, pour nous convaincre que l’échec de la mission Marchand et des expéditions de soutien passant par l’Abyssinie fut manigancé par quelques hommes dont la politique inspira tous les ministères de 1893 à 1898. Les stupéfiantes défaillances logistiques, les retards, les maigres budgets, ils les voulurent. Il ne fallait pas aller trop loin et risquer la guerre ; il suffisait de persuader les Anglais que si la France « mettait le paquet » (106) elle pourrait sérieusement léser leurs intérêts coloniaux et, plus généralement, qu’elle était une nation avec laquelle il fallait compter, mais aussi sur qui on pouvait compter pour éviter que ne s’emballent les affaires du monde. On croyait Hanotaux, Delcassé, Lebon fascinés par la transversale Dakar-Djibouti ; François Poirier, ne faisant peut-être pas assez cas de ce qui les différenciait (si Delcassé était anglophile, Hanotaux était partisan d’une alliance avec l’Allemagne et la Russie contre les Anglais), nous démontre qu’ils n’étaient que des Smileys avant l’heure, manipulant non seulement l’ennemi, mais leurs propres agents. On peut, malgré tout, ne pas être vraiment convaincu et penser que l’impréparation et le manque de moyens avaient des causes beaucoup plus tangibles qu’un complot ourdi dans les cabinets ministériels. Même les coïncidences curieuses peuvent n’être parfois que de simples coïncidences. Autrement, nul doute qu’il faudrait aussi prendre au sérieux l’opinion des contemporains qui estimèrent qu’il n’y eut pas conflit à propos de Fachoda car Lord Salisbury avait une villa sur la Côte d’Azur où il désirait continuer à passer ses vacances. Mais François Poirier est un excellent conteur qui évoque avec un sens aigu de l’atmosphère les marches et contremarches des colonnes françaises aux confins du Bahr el-Ghazal et l’on se laisse séduire : se non è vero, è bene trovato. Si Cordiale Angleterre laisse donc le lecteur quelque peu perplexe quant au rôle de la crise de Fachoda dans le cheminement menant aux accords de 1904, le livre ne permet pas de douter, par contre, que la culture, y compris la culture populaire, prépara bien le terrain pour les politiques, surtout du côté anglais. L’essai de Richard Sibley sur « la caricature francophile » dans Punch révèle combien, à la veille de l’Entente, les classes aisées appréciaient la France. Certes l’humour de Punch est parfois « condescendant », fait usage des stéréotypes traditionnels, mais il demeure toujours bon enfant, presque affectueux, le signe que les mentalités outre-Manche étaient prêtes au rapprochement franco-anglais — et pas seulement parmi les gens qui comptaient. Le succès et la popularité des artistes français sur la scène du music-hall anglais dès la fin du dix-neuvième siècle témoignent d’une « vision positive de la France » (56) dans toutes les couches de la population même au plus fort des tensions politiques. Les raisons en étaient à peine avouables (« le plus attrayant pour le public anglais est ce que je nommerai le coquin » écrit Angèle David-Guillou dans un chapitre très riche, « L’Entente cordiale au music-hall »), mais l’amitié entre les peuples relève de facteurs souvent inattendus (A. David-Guillou remarquant justement que dans l’autre sens le goût du Prince de Galles pour les music-halls parisiens et leurs actrices n’a pas été pour rien dans « l’acceptation populaire de l’Entente cordiale en France »). Que « la culture contourne souvent la situation politique, ou bien qu’elle la devance » (54) est également la conclusion qui s’impose à la lecture de la très intéressante contribution d’Anne-Pascale Bruneau, « La peinture britannique entre Manet et Matisse ». L’auteur y montre qu’en dépit d’un discours esthétique souvent xénophobe, encourageant la peinture britannique à revenir à des sources nationales, rien ne put freiner la pénétration de l’impressionnisme en Grande-Bretagne et restreindre la « perméabilité » de cette dernière « aux courants français contemporains » (72). Pareillement le grand nombre de professeurs de français alors en Angleterre (dont l’existence, le statut, les aspirations font l’objet d’un chapitre original d’Adèle Thomas) semble être une indication de l’intérêt porté par les Britanniques à la culture et à la langue françaises. Le gouvernement français ne s’y trompa pas qui leur dit souvent qu’ils étaient des missionnaires servant la patrie non seulement en enseignant leur langue, mais plus encore en faisant mieux connaître la caractère d’une nation éprise de liberté et de paix, « fidèle à ses alliés, clémente envers ses ennemis » (164). Et s’il est vrai que le français progressa fortement dans les écoles à partir de la fin du siècle tandis que reculaient les études allemandes, alors ces hommes et ces femmes ont certainement atteint le but qu’ils s’étaient fixés dès les années 1880 de contribuer à une nouvelle Entente cordiale. Ainsi un fil rouge court tout au long de cet ouvrage, reliant des articles inévitablement fort divers, parfois quelque peu décalés par rapport à la problématique centrale qu’ils tendent à déborder largement, mais toujours instructifs par leur recours à des sources premières peu connues ou par un regard qui force à reconsidérer des faits que l’on croyait établis. Certes le livre n’est pas sans défauts (les reproductions de cartes et dessins sont souvent de piètre qualité, quelques auteurs rechignent à fournir leurs références et plusieurs de leurs assertions restent ainsi non fondées, le français d’un petit nombre d’articles, enfin, aurait gagné à être davantage poli) ; son contenu n’en constitue pas moins un outil indispensable pour tout historien ou angliciste travaillant sur les décennies précédant 1914.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Bonifas, « François Poirier (dir.), Cordiale Angleterre. Regards trans-Manche à la Belle Époque », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 209-2012.

Référence électronique

Gilbert Bonifas, « François Poirier (dir.), Cordiale Angleterre. Regards trans-Manche à la Belle Époque », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cve.revues.org/2226

Haut de page

Auteur

Gilbert Bonifas

Université de Nice

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org