Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mary Elizabeth Braddon, Henry Dunbar

Laurence Talairach-Vielmas
p. 217-219
Référence(s) :

Mary Elizabeth Braddon, Henry Dunbar, Anne-Marie Beller, ed., Milton Keynes : Victorian Secrets, 2010. 379 p. ISBN : 978–1–906469–15–3.

Texte intégral

How to write a Sensation Novel.—Take two breaches of the seventh commandment, and one breach of the eighth, and mix well together. Throw in a few dolls, a soupçon of sermon, and serve up with a handful of (well-paid for) allusions to expensive shop-keepers.

(« Recipes for Authors », The Tomahawk : A Saturday Journal of Satire 1 (11 May, 1867) : 159)

1Henry Dunbar, publié en 1864, est un des « sensation novels » de Mary Elizabeth Braddon (1835–1915), maîtresse, s’il en est, du genre, comptant à son palmarès des œuvres telles que Lady Audley’s Secret (1862), Aurora Floyd (1863) ou The Doctor’s Wife (1864), une réécriture de Madame Bovary. Tous les ingrédients du genre sont là, Braddon respectant la recette à la lettre : un meurtre, des faux en écritures, des identités volées, et une enquête policière menée et élucidée par un représentant de Scotland Yard en personne pour rendre aux corps leur nom et punir les coupables. Ou presque. Car cette fois-ci, Braddon s’attire encore plus les foudres de la critique en protégeant le meurtrier et usurpateur et en l’aidant à glisser entre les doigts de la police. La morale grince, donc, faisant un pied de nez au policier professionnel et pointant du doigt la peine capitale, alors en plein débat (la peine de mort par pendaison sera abolie en 1868). Ainsi, même si l’on nous fait croire que « retribution seldom fails to overtake those who do wrong » (10), ou bien que « Providence lies in wait for wicked men » (289), chez Braddon le crime paie, surtout lorsque l’on troque son identité contre celle d’un richissime banquier.

2Henry Dunbar est le huitième roman signé par Braddon. D’abord publié sous le titre The Outcasts pour le London Journal, un hebdomadaire destiné aux classes ouvrières, il fut remanié pour un lectorat bourgeois et republié en trois volumes en 1864, Braddon gommant les touches mélodramatiques de la première version. Le roman fut l’un des plus grands succès commerciaux de Braddon, un succès qui s’explique sans doute par la violence mise en scène, qu’il s’agisse du meurtre de Henry Dunbar ou bien d’un accident de train sensationnel, et par un dénouement heureux défiant la justice et ses représentants. Immédiatement traduit en français et en allemand, comptant trois éditions en un mois à peine, le roman fait honneur au genre, transformant les bourgeois en lecteurs affamés de crimes en tout genre —des lecteurs de littérature de bas étage, cette « Kitchen Literature » qui associe la lecture à une consommation de mets pimentés à souhait. La critique s’insurge, bien entendu, reprochant à Braddon de reprendre les codes du genre en les assaisonnant différemment, ou de multiplier erreurs et contradictions dans un texte qui paraît écrit trop vite. Pourtant, certains verront en Henry Dunbar un roman qui dépasse Lady Audley’s Secret. L’héroïne, Margaret Wilmot, emboîte le pas à Eleanor Vane dans Eleanor’s Victory (1863), menant son enquête et permettant à son père, Joseph Wilmot, le meurtrier de Henry Dunbar, au casier judiciaire bien rempli, de passer entre les mailles du filet de la police. Loin de la jeune fille douce et soumise des premiers chapitres, Margaret Wilmot s’affirme peu à peu avec force et conviction, tandis que, menant sa propre enquête, elle découvre seule la culpabilité de son père — se retrouvant souillée par le péché du père juste avant son mariage. Cependant, loin de demeurer la victime sans défense à laquelle on s’attendrait, c’est elle qui sauve son père de la police et le cache jusqu’à sa mort, tous deux vivant sous de faux noms dans une petite ville en utilisant une partie du butin. L’intrigue traîne néanmoins un peu en longueur pendant les deux premiers volumes et la tension monte véritablement à la fin du deuxième pour nous offrir un troisième volume qui tient le lecteur en haleine. Les personnages mènent une course contre la montre, leur guide Bradshaw bien en main, sautent de train en train, se déguisent, jouent la comédie, et le lecteur sera peut-être même surpris par certains rebondissements, même si l’on se doute dès le titre de la supercherie.

3Cette nouvelle édition de Henry Dunbar par Anne-Marie Beller est accompagnée de notes qui, pour nombre d’entre elles, replacent l’ouvrage dans son contexte, permettant au lecteur de mieux comprendre l’inscription de ce type de littérature de gare dans sa société et la nécessité de ne jamais séparer l’œuvre des débats du temps. L’introduction retrace les grandes lignes du genre et aborde rapidement quelques thématiques du roman, suivant une logique qui ne paraît pas toujours très claire et gardant la biographie de Braddon pour la fin — une structure sans doute imposée par la maison d’édition. S’ajoute à cela une chronologie de la vie de Braddon et ses publications, ainsi que des conseils de lecture. On trouvera en appendice des extraits de comptes rendus d’époque, une parodie du genre, et une scène issue d’une adaptation théâtrale du roman suivie de sa critique. Ainsi, tous les ingrédients sont également là pour que cette nouvelle édition d’un roman de Braddon attire l’amateur comme le connaisseur de ce type de littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Talairach-Vielmas, « Mary Elizabeth Braddon, Henry Dunbar », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 217-219.

Référence électronique

Laurence Talairach-Vielmas, « Mary Elizabeth Braddon, Henry Dunbar », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/2235

Haut de page

Auteur

Laurence Talairach-Vielmas

Université de Toulouse (UTM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org