Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Françoise Dupeyron-Lafay. L’Autobiographie de Thomas De Quincey. Confessions d’un mangeur d’opium anglais (1821 et 1856), Suspiria de Profundis (1845), Esquisses autobiographiques (1853)

Alain Jumeau
p. 227-229
Référence(s) :

Françoise Dupeyron-Lafay. L’Autobiographie de Thomas De Quincey. Confessions d’un mangeur d’opium anglais (1821 et 1856), Suspiria de Profundis (1845), Esquisses autobiographiques (1853). Paris : Michel Houdiard, 2010. 384 p. ISBN 978-2-35692-041-6.

Texte intégral

1Grâce à l’édition des vingt-et-un volumes des œuvres complètes de Thomas De Quincey par Grevel Lindop aux éditions Pickering and Chatto entre 2000 et 2003, nous commençons à mieux prendre conscience de l’ampleur de sa production. On y trouve des souvenirs, des portraits littéraires, des nouvelles, mais aussi des centaines d’essais et d’articles destinés à des journaux, des revues et des magazines littéraires, traitant de sujets extrêmement variés : littérature, religion, philosophie, histoire, linguistique, questions d’actualité... Encore n’a-t-on là qu’une partie de tout ce qu’il a écrit, car dans la vie de nomade qu’il a dû mener pour échapper aux créanciers, il a laissé des manuscrits dans différents logements de fortune qui n’ont pas tous été retrouvés. De tout cet ensemble, se détache un titre qui lui a valu une réputation assez sulfureuse, les Confessions d’un mangeur d’opium anglais, dans la version de 1821. C’est sans doute le seul texte de cet écrivain considéré comme « mineur » qui soit passé à la postérité en tant que « classique », nous rappelle Françoise Dupeyron-Lafay, qui a choisi de s’intéresser aux œuvres autobiographiques de l’auteur. Tout naturellement, elle consacre au texte de 1821 une grande partie de son attention, mais elle nous invite à le lire à la lumière d’autres textes autobiographiques moins connus, dans un traitement à rebours de la chronologie, commençant par les Suspiria (1845) qui, « loin d’être la suite des Confessions de 1821 en sont la matrice et l’origine » (39), puis enchaînant avec les Esquisses autobiographiques (1853) et enfin les Confessions de 1856, qui permettent de mettre en perspective celles de 1821. Le but qu’elle poursuit dans son étude est de « rendre justice » (339) à ces écrits moins connus que les Confessions de 1821, de montrer « leur interaction, leurs liens intimes, et la manière dont ils s’enrichissent et s’éclairent mutuellement » (339). Mais au-delà de cette entreprise de mise en relation parfaitement réussie et toujours éclairante, elle cherche à montrer la spécificité de chaque œuvre, et notamment de la version de 1856 des Confessions, généralement décriée : « elle s’impose aussi, en soi, pour ses fulgurances, pour la beauté insolite de certains de ses épisodes et de son écriture visionnaire » (339).

2Elle plaide pour la reconnaissance de l’originalité de la prose poétique et « passionnée » de l’auteur, qu’elle rend elle-même en traduction française. Cette initiative pourra surprendre les anglicistes, habitués à rencontrer le texte anglais, mais elle s’explique par la volonté de rendre l’auteur accessible à d’autres lecteurs et aux spécialistes d’autres disciplines. La traduction en français des textes de De Quincey, ainsi que des sources primaires et critiques est réalisée avec beaucoup de soin et témoigne des qualités de traductrice de l’auteur, déjà révélées par d’autres travaux, ainsi que de ses scrupules pour rendre certaines nuances délicates, comme on le voit dans les notes. On approuve les choix qu’elle fait, surtout dans les passages difficiles, sauf peut-être dans un cas isolé, pour la traduction du verbe archaïque to dislimn (204), qui ne semble pas apparenté à to dis-limb (démembrer), mais qui signifie plutôt effacer, dissoudre. L’image est donc proprement picturale, mais cela ne remet pas en cause fondamentalement l’orientation du commentaire sur la dégradation des souvenirs.

3Françoise Dupeyron-Lafay met bien en valeur le rôle paradoxal de l’opium dans la vie et l’œuvre de l’auteur. Il ne fait aucun doute que la drogue joue le rôle d’un maître despotique et destructeur, qui asservit l’écrivain sans véritable espoir de libération. C’est l’idée qu’a voulu retenir Arvède Barine dans un ouvrage de 1898, intitulé Névrosés : Hoffmann — Quincey — Edgar Poe — G. de Nerval, en cherchant à réduire l’homme et son œuvre à une simple pathologie mentale évoluant vers la déchéance. Mais, sans occulter cet aspect, cette étude nouvelle va beaucoup plus loin, car elle montre que l’opium est aussi une clef qui parvient à déverrouiller les portes de la mémoire, en permettant à l’auteur d’avoir accès à tout son passé de souffrance, aux traumatismes de son enfance, qui auraient été vraisemblablement encore plus douloureux s’ils étaient restés occultés. Sans tomber naïvement dans l’apologie de la drogue, elle sait mettre en valeur l’usage que De Quincey est parvenu à en faire, dans la perspective esthétique qui lui est propre : « Sans l’opium, De Quincey n’aurait pu faire retour sur ces rivages lointains, n’aurait pu écrire ces pages vibrantes ; sans lui, le palimpseste du cerveau humain serait resté muet » (335). L’ensemble du projet autobiographique de De Quincey échappe à la problématique traditionnelle sur la part de sincérité et la part d’aveuglement du sujet qui se prend comme objet d’étude dans le temps. Comme le rappelle la deuxième partie du titre, malheureusement éclipsée sur la couverture, il s’agit de voir que nous avons affaire ici à une « Anatomie de la douleur », qui bien sûr rappelle L’Anatomie de la Mélancolie de Robert Burton (1621). Thomas De Quincey s’est battu toute sa vie contre la mélancolie, aggravée par la souffrance, et différentes expériences du deuil, avec la mort de plusieurs proches, et notamment la perte traumatique de sa sœur Elizabeth, morte bien jeune, qui représentait pour lui le véritable réconfort maternel.

4Plutôt que d’aborder un tel sujet avec une grille de lecture psychanalytique, nécessairement réductrice, Françoise Dupeyron-Lafay a préféré faire un usage modéré mais pertinent des commentaires de Freud sur les rêves et la hantise, d’Otto Rank sur le double, et de Julia Kristeva sur le soleil noir de la mélancolie. Elle y ajoute de très nombreuses citations littéraires empruntées au corpus personnel de l’auteur : les tragiques grecs, qui occupent la place d’honneur dans sa culture, et dont certaines figures, comme Œdipe, sont centrales également dans la psychanalyse ; les poètes romantiques anglais, comme Wordsworth, Coleridge (autre opiomane notoire) et Shelley ; sans oublier enfin les visionnaires comme Novalis et Swedenborg. L’expérience et l’œuvre de Gérard de Nerval, souvent comparables, sont parfois convoquées ici pour jeter un éclairage sur De Quincey.

5Toute cette étude bien informée, fondée sur une grande culture, n’est pas seulement un vibrant hommage à un homme attachant malgré ses faiblesses et à un écrivain qui mérite d’être mieux connu à cause de l’originalité de son entreprise autobiographique : en étudiant les enjeux et la portée de cette entreprise et sa place dans la littérature occidentale, elle apporte une contribution nouvelle et essentielle à la critique française sur De Quincey, déjà illustrée par les grands précurseurs qu’étaient Jean-Jacques Mayoux et Françoise Moreux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Jumeau, « Françoise Dupeyron-Lafay. L’Autobiographie de Thomas De Quincey. Confessions d’un mangeur d’opium anglais (1821 et 1856), Suspiria de Profundis (1845), Esquisses autobiographiques (1853) », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 227-229.

Référence électronique

Alain Jumeau, « Françoise Dupeyron-Lafay. L’Autobiographie de Thomas De Quincey. Confessions d’un mangeur d’opium anglais (1821 et 1856), Suspiria de Profundis (1845), Esquisses autobiographiques (1853) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 26 mai 2016. URL : http://cve.revues.org/2244

Haut de page

Auteur

Alain Jumeau

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org