Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Strange Sisters. Literature and Aesthetics in the Nineteenth Century. Eds. Francesca Orestano and Francesca Frigerio

Laurent Bury
p. 247-248
Référence(s) :

Strange Sisters. Literature and Aesthetics in the Nineteenth Century. Eds. Francesca Orestano and Francesca Frigerio. CISRA, vol. 9. xx + 284 p., 20 ill. Peter Lang, 2009. ISBN 978-3-03911-840-3.

Texte intégral

1Au point de départ de ce volume se trouve un colloque organisé à l’université de Milan. Aux actes rassemblés il fut bientôt décidé d’adjoindre d’autres textes pour constituer un volume plus épais, accueilli par la collection dirigée par J.-B. Bullen, « Cultural Interactions, Studies in the Relationship between the Arts ». Le résultat propose donc quatorze articles qui, à l’exception de deux d’entre eux, portent sur le domaine anglophone (les deux « intrus » s’intéressent, d’une part, au roman Der Condor d’Adalbert Stifter, paru en 1840, et d’autre part, aux écrits de Gauguin). Quant à la période couverte, elle s’étend d’un bout à l’autre du xixe siècle, avec une incursion jusqu’au milieu du suivant pour le tout dernier texte, fascinante étude des fluctuations du goût. Alexandra Harris (University of Liverpool) y aborde « the uncertain beginnings of the Victorian revival » (256) en se penchant sur quelques dates-clefs : 1928 voit ainsi coïncider la parution d’Orlando, triomphe du modernisme dans lequel Virginia Woolf offre sa vision de l’époque victorienne, The Gothic Revival de Kenneth Clark, ouvrage assez distancié qui se conclut néanmoins par une célébration de l’impureté du style, et la biographie de Dante Gabriel Rossetti, rédigée pour le centenaire de sa naissance par Evelyn Waugh. Bien entendu, comme c’est la règle dans tout recueil, les articles réunis ne présentent pas tous le même intérêt, et certains relèvent moins de la recherche que de l’aimable vulgarisation (celui qui est consacré à Julia Margaret Cameron, par exemple, n’apprendra rien à qui connaît déjà un peu la photographe). Certains ne se rattachent au thème du volume que de manière très lâche : l’article intitulé « Harriet Martineau and the Visible World » porte sur la notion de vision dans l’œuvre de Harriet Martineau, mais pas du tout sur la relation entre les arts. On pourrait en dire autant de « Dante among the Victorians », étude des traductions de poésie médiévale italienne par Rossetti. Quelques articles s’avèrent alléchants par les pistes qu’ils ouvrent sans toujours les exploiter pleinement : la contribution de Marialuisa Bignani sur les portraits dans Daniel Deronda semble ainsi s’arrêter un peu trop vite au goût du lecteur, qui aurait aimé trouver davantage de prolongements à ce passage en revue des diverses effigies mentionnées dans le roman de George Eliot. Même remarque pour le texte de Francesca Frigerio sur Lewis Carroll, qui annonce l’exploration de « some scarcely explored ideas » (137), en envisageant « his photographic albums as an alternative discursive form » (138). Les cas proposés sont assez convaincants, et l’on est prêt à admettre que « Dodgson’s sequential presentation of his photographic materials unfolds discursive practices and rhetorical structures that enlighten their origin, but also the identity of the artist who created them and that of the people who acted upon them » (154), mais l’on aurait aimé d’autres exemples encore. On peut aussi distinguer les articles relevant davantage de l’étude historique, comme celui qui retrace la postérité de Samuel Rogers, auteur de Italy, A Poem, paru en 1822, dont la description du tombeau des Médicis sculpté par Michel-Ange devait influencer quantité d’autres illustres visiteurs (Elizabeth Barrett Browning, Hawthorne, Henry James...). Le texte de Luisa Calè, qui ouvre ce recueil, donne envie de lire la Belinda de Maria Edgeworth (1801), avec ses références intertextuelles à Paul et Virginie et son réseau d’allusions à des peintures exposées qui favorisent le dévoilement des sentiments. Dans son texte sur le primitivisme britannique, J.-B. Bullen reprend des thèmes qui lui sont chers (voir notamment son livre Continental Crosscurrents) en abordant plusieurs exemples d’archaïsme, en architecture, en peinture ou en littérature. Francesca Orestano propose une lecture de Ruskin en prophète du modernisme, passé de la word painting à la word experimentation, créativité verbale qu’il faut analyser « in terms of aesthetic deconstruction, of a fictional fantasy engendered by the visual » (120). Hilary Fraser s’attache à la critique d’art féminine élaborée d’une part par Alice Meynell, sœur de Lady Elizabeth Butler et amie de Sargent, d’autre part par Michael Field, pseudonyme du couple lesbien que formait Katherine Bradley avec sa nièce Edith Cooper, amies de Bernard Berenson et de Vernon Lee. Enfin, Elisa Bizzotto offre une lecture magistrale des textes et images inspirés à Aubrey Beardsley par la légende de Tannhäuser, célébrant l’osmose des arts, dans une esthétique intertexuelle et déconstruite qu’on croirait déjà post-moderne. Au total, un volume très riche et très divers, où tout victorianiste trouvera de quoi faire son miel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bury, « Strange Sisters. Literature and Aesthetics in the Nineteenth Century. Eds. Francesca Orestano and Francesca Frigerio », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 247-248.

Référence électronique

Laurent Bury, « Strange Sisters. Literature and Aesthetics in the Nineteenth Century. Eds. Francesca Orestano and Francesca Frigerio », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 26 juin 2016. URL : http://cve.revues.org/2258

Haut de page

Auteur

Laurent Bury

Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org