Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thomas Recchio. Elizabeth Gaskell’s Cranford. A Publishing History

Marie-Françoise Cachin
p. 249-254
Référence(s) :

Thomas Recchio. Elizabeth Gaskell’s Cranford. A Publishing History. Ashgate Studies in Publishing, Aldershot : Ashgate, 2009, 273 p., 50 ill. ISBN 978-0-7546-6573-1.

Texte intégral

1L’ouvrage de Thomas Recchio est le second volume d’une collection récente de la maison d’édition Ashgate consacrée à l’histoire éditoriale d’une œuvre importante de la littérature anglophone. La première étude de ce type, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1952-2002, a été réalisée en 2007 par notre collègue américaniste Claire Parfait sur le bestseller d’Harriet Beecher Stowe. Il s’agit de suivre le parcours de l’ouvrage choisi à travers l’évolution de ses modes de publication, de ses adaptations et de sa réception au fil des années.

2L’auteur de Elizabeth Gaskell’s Cranford. A Publishing History, enseignant à l’université du Connecticut (USA), étudie en quatre chapitres l’histoire éditoriale du livre de Gaskell, en abordant chacun d’eux par un angle d’approche différent. Après une introduction intitulée « Materiality as Interpretation in Cranford » qui rappelle l’importance, trop souvent négligée, de la matérialité d’un livre, le premier chapitre, « Cranford in Household Words, An Accidental Novel » se penche sur sa parution par épisodes dans le journal de Dickens entre décembre 1851 et mai 1853. Le deuxième chapitre, « Illustrating Cranford, Illustrating the Nation » étudie certaines des éditions illustrées. Le troisième chapitre, « « Charming and Sane » : School Editions of Cranford, 1905-1966 », examine l’utilisation dans les écoles américaines et anglaises des éditions scolaires du roman de Gaskell. Enfin, le quatrième et dernier chapitre, « Dramatizing Cranford, 1899-2007 », est consacré aux adaptations théâtrales du livre en Angleterre et aux États-Unis, tandis que l’épilogue s’interroge sur « Cranford in the Digital Age ».

3L’introduction évoque nécessairement quoique brièvement le travail de D. F. McKenzie et cite dans la bibliographie le recueil posthume de ses essais, intitulé Making Meaning : « Printers of the Mind » and Other Essays, textes rassemblés par deux de ses anciens étudiants, Peter D. McDonald et Michale F. Suarez en 2002. Recchio aurait pu citer aussi les « Panizzi Lectures » de ce même historien du livre, publiées en en 1989 sous le titre Bibliography and the Sociology of Texts, texte fondamental pour qui s’intéresse à ce domaine. Recchio fait également deux brèves allusions à Gérard Genette, référence pourtant incontournable lorsqu’il s’agit de comparer plusieurs éditions d’un même livre, entre autres par leur paratexte. Enfin, il y souligne à juste titre l’instabilité générique de Cranford, ni véritable feuilleton ni authentique roman.

4Le premier chapitre s’intéresse d’ailleurs à ce problème du statut du livre. Recchio retrace la publication des épisodes dans Household Words et dégage deux thématiques qui selon lui relient le lecteur d’aujourd’hui au lecteur victorien. La première est « the orientalist thread » associé à des personnages comme Captain Brown, Peter, Signor et Mrs Brunoni, et illustré par de fréquentes allusions à l’Inde dès le premier numéro. L’auteur discerne une seconde thématique, « the economic thread », dans l’importance accordée au développement du chemin de fer mais sur laquelle il ne s’étend cependant pas, préférant parler des premières éditions anglaises et américaines en format livre de Cranford, ainsi que de la traduction française publiée par Hachette en 1856 et de l’édition Tauchnitz de 1867. Ce chapitre se termine sur l’évocation de certaines critiques du livre tirées de l’ouvrage d’Angus Easson, Elizabeth Gaskell : The Critical Heritage (1991). On aurait préféré que soient utilisées en complément quelques sources primaires. Les dernières pages du chapitre sont consacrées au roman de Frances Hodgson Burnett A Fair Barbarian (1880), où Recchio voit dans le village de Slowbridge une imitation de Cranford.

5Le chapitre 2 est incontestablement le plus intéressant et le plus original, centré sur l’étude de trois des éditions illustrées considérées les plus importantes : celle de 1864 publiée par Smith & Elder dont l’illustrateur est George Du Maurier, celle illustrée par Hugh Thomson publiée en 1891 par Macmillan et celle parue chez Methuen en 1914 avec des illustrations de E.H. New. Il est vrai que l’annexe B fournit une chronologie des éditions illustrées (jusqu’en 1976), assortie d’une liste partielle des éditions américaines qui reprennent les illustrations de Thomson. D’autres illustrateurs encore sont évoqués et cités à la fin du chapitre. Ici, on ne peut que se réjouir de la reproduction de nombre des illustrations de Du Maurier et de Thomson, assorties d’intéressants commentaires. Par exemple, Recchio défend l’idée que les illustrations de Du Maurier ont contribué à donner à Cranford un authentique statut de roman, à consolider la réputation littéraire de Gaskell et à faire d’elle un auteur « classique ». Quant aux illustrations extrêmement populaires de Thomson, elles sont pour Recchio « the illustration of England » car elles reflètent non sans nostalgie une Angleterre en pleine évolution. S’appuyant sur des ouvrages comme Imagined Communities de Benedict Anderson (1991) ou Atlas of the European Novel de Franco Moretti (1998), il écrit que « the novel becomes a habitat that stands in for the nation » (p. 123). Il souligne aussi que si les illustrations représentent, interprètent et parfois amplifient le texte, elles éclairent par ailleurs « the increasing critical pressures on English novels at the end of the nineteenth and into the twentieth century to become the means by which the nation can be defined as being accessible as a place rather than a political abstraction » (133). La dernière édition illustrée commentée un peu longuement est celle parue en 1940 avec des illustrations de Joan Hassall où, avec beaucoup de pertinenence, Recchio voit « a desperate attempt to salvage a sense of a traditional, stable, and safe England in the face of another world war » (147).

6Les éditions scolaires de Cranford qui font l’objet du chapitre 3 vont de 1905 à 1966, mais en réalité le récapitulatif de l’annexe C indique que les éditions scolaires américaines vont de 1905 à 1915, tandis que celles en provenance d’Angleterre vont des années 1910 à 1966. La première idée développée dans cette partie est que Cranford comme d’autres œuvres littéraires anglaises ou américaines a été utilisé dans les écoles américaines au début du xxe siècle « as a way to fabricate an Anglo-American identity for immigrants to the United States from the Mediterranean and Eastern Europe, people who were decidedly neither Anglo nor American » (149). Cette remarque laisse quelque peu perplexe car comment ces immigrants de langue étrangère parvenaient-ils à lire, à comprendre, et à étudier le texte d’Elizabeth Gaskell ? S’interrogeant sur les thèmes du livre susceptibles de plaire à l’establishment politique et éducatif, l’auteur cite à titre d’exemple l’épisode des Brunoni, alias Brown, qui offrait un parallèle avec la crainte des Américains face à l’immigration italienne et montrait la possibilité d’une « social regeneration »... Ailleurs, il souligne le rôle de Mrs Gaskell comme « mother-figure who gives birth and nurtures a healthy and « sane » sensibility » (152) et suggère que Cranford a pu être utilisé comme une sorte de « conduct book for boys and girls » (162). Sur ce point, il s’appuie sur la préface de Franklin T. Baker à l’édition Longmans, Green & Co parue à New York en 1905, qu’il commente et cite abondamment. Selon Baker, le roman d’Elizabeth Gaskell est aussi et de manière évidente « a woman’s book about women » (163).

7Thomas Recchio évoque naturellement l’appareil pédagogique de certaines de ces éditions scolaires dont il donne quelques exemples. Ainsi l’édition Houghton-Mifflin de 1910 propose des « Questions and Suggestions » tandis qu’on trouve un « biographical sketch » dans celle de Macmillan’s Pocket American and English Classics de 1905. Dans sa conclusion sur les éditions scolaires américaines, il reprend l’idée que « the educational packaging of Cranford is permeated by the political concerns that were circulating at the time of its distribution and use within American schools » (172). On aurait aimé quelques preuves à l’appui de sa théorie, peut-être un témoignage ou deux.

8Les huit dernières pages de ce chapitre portent sur « Cranford in British Schools ». Bien qu’il reconnaisse ne pas avoir trouvé beaucoup de documents à cet égard, Recchio classe les éditions recensées en trois catégories : les livres de prix, une « American-style school edition » de 1958, « intended for the use of « Overseas students » and domestic-born English students » ainsi qu’une autre en 1966, réservée exclusivement à ce deuxième type d’élève ; et enfin des « dramatic adaptations for recitation and school performance » (173-74) qui anticipe sur son dernier chapitre intitulé « Dramatizing Cranford, 1899-2007 ».

9On aura remarqué que, malheureusement, les périodes de référence varient selon les sujets, donnant l’impression d’un certain manque de rigueur. Le chapitre 4, qui va jusqu’en 2007, est consacré aux nombreuses adaptations théâtrales en Grande-Bretagne et aux États-Unis recensées dans l’annexe D qui comprend aussi une brève liste de « Newspaper Notices of Performances and Short Reviews », les productions au Royaume-Uni et les productions à la télévision. Les adaptations radiophoniques sont mentionnées au début du chapitre tout comme les adaptations théâtrales à propos desquelles Recchio écrit : « Cranford did circulate in mass culture throughout the twentieth century through a surprising number of dramatic adaptations in English regional, school, and domestic theater and in the American non-commercial Little Theater, community theater, and school and college dramatic activity » (185). L’étude qui suit met en évidence l’existence et le rôle de ces petits théâtres. L’auteur s’est également intéressé aux « textual shards, such as newspapers annoucements, broadsheet advertisements, the odd diary record from a college drama group, or the hand-written notes for an « Introduction » to a performance », qui selon lui sont des « vestiges of community life » (188). Il consacre quelques pages aux « women’s clubs » américains qui, avec le « Little Theater movement », ont suscité des activités théâtrales, créant une communauté de spectateurs à travers les États-Unis. Puis il se concentre sur quelques-unes de ces adaptations théâtrales, par exemple The Ladies of Cranford de Mary Barnard Horne, « produced by a girls’ literary club at Carleton College in 1908 and by the Young Women’s Home Missionary Club in Hartford, CT in 1910 » (203). Il oppose à cette adaptation, qualifiée par lui de « dull », le Cranford, pièce en cinq actes d’Anne Dashiell et Eleanor Ferris, où il discerne trois thèmes principaux : « a masculine-inflicted ethnic threat of the community ; notions of social mobility (upward and downward) via social class mixing, and the uneasy role of marriage and maternity within those contexts » (206). Dans d’autres cas, l’accent est mis sur les dialogues et les effets de répétition.

10Les productions anglaises indiquées vont de 1902 à 1957. Recchio les juge différentes des adaptations américaines car il s’agit souvent d’une série de tableaux où les costumes prennent une grande importance. Il est évident que ce parti-pris reflète d’une certaine manière le mode de production initial du livre d’Elizabeth Gaskell. Il évoque à leur sujet l’influence de ce qu’on a appelé « the Manchester school of playwrights » (220) et en commente plusieurs, parfois avec sévérité. Celle de 1951 due à Martyn Coleman sera adaptée par la suite à la télévision. Recchio remarque à juste titre que « the audience for Cranford material in Britain in the 1950s must have been relatively large and reliable since Harold Simpson wrote four Cranford one-act plays from 1952 to 1954 and Lorraine Plunkett contributed a three-act version in 1957 » (229).

11Dans son épilogue, Thomas Recchio établit un parallèle avec les adaptations multiples des romans de Jane Austen, en particulier à la BBC, qui s’inscrivent dans « the long tradition of the uses of popular fiction for the entertainment and edification of an increasingly mass audience » (237). À ses yeux l’adaptation à la télévision a fait entrer Cranford dans des millions de foyers à travers le monde anglophone, comme Dickens avait souhaité le faire avec Household Words, objectif clairement défini dans le premier numéro de ce magazine. Le livre se termine sans véritable conclusion, les dernières remarques indiquant sans grande originalité que la télévision permet d’isoler les personnages, de s’approcher au plus près des visages. « We see the frailty of flesh » écrit Recchio qui insiste sur la presque irrésistible « illusion of closeness, familiarity, intimacy » (244).

12Le livre de Thomas Recchio est certainement beaucoup plus que l’histoire éditoriale de Cranford car l’auteur, à qui on peut sans doute reprocher certaines digressions, touche à de nombreux autres sujets, réduisant de ce fait ce qui relève strictement de l’histoire du livre en tant qu’objet et négligeant les multiples paratextes qui ont marqué son parcours à travers les siècles. Sans doute était-il trop ambitieux de vouloir prendre en compte les éditions anglaises et américaines ainsi que les adaptations théâtrales dans les deux pays, si bien que l’impression d’ensemble est que le livre nous donne à la fois trop et trop peu. Mais il a les défauts de ses qualités, et devrait intéresser diverses catégories de lecteurs : les historiens de l’édition, les spécialistes du roman victorien et d’Elizabeth Gaskell, ceux qui travaillent sur l’illustration et le rapport texte / image, les chercheurs en études théâtrales, sans oublier ceux qui se penchent sur les transferts littéraires et la circulation des œuvres littéraires entre la Grande-Bretagne et les États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Cachin, « Thomas Recchio. Elizabeth Gaskell’s Cranford. A Publishing History », Cahiers victoriens et édouardiens, 73 Printemps | 2011, 249-254.

Référence électronique

Marie-Françoise Cachin, « Thomas Recchio. Elizabeth Gaskell’s Cranford. A Publishing History », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 73 Printemps | 2011, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://cve.revues.org/2261

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Cachin

Professeur émérite, Université Paris-Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org