Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Maxime Leroy, (sous la dir. de) Charles Dickens and Europe

Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013, 184 p.
Christine Huguet
Référence(s) :

Maxime Leroy, dir. Charles Dickens and Europe. Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013, 184 p. ISBN : 978-1-4438-4793-3

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est sans doute impossible de répertorier les diverses célébrations organisées en 2012, en Angleterre et à travers le monde, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Charles Dickens. À la seule échelle de la France, plusieurs événements ont ponctué les premiers mois de cette année mémorable, à bien des égards, pour tous les lecteurs de « l’Inimitable ». Pour ne nommer que deux manifestations scientifiques, il y eut, dès février, le colloque intitulé « Dickens and the Idea of ‘The Dickensian’: A Tale of Four Cities », partenaire de « Dickens 2012 », qui emmena les participants sur les traces du romancier, de Paris à Boulogne-sur-Mer, Rochester et Londres. Ce colloque itinérant précédait de quelques mois celui qui fut organisé par Maxime Leroy à l’Université de Haute-Alsace, Mulhouse et qui, un an plus tard, engendra la publication du recueil qui fait l’objet du présent compte rendu.

2Plus que d’Actes à proprement parler, cet ouvrage de 184 pages, qui reprend le titre du colloque de Mulhouse, constitue une réflexion à plusieurs voix sur les rapports multiples et complexes entre Dickens et l’Europe. Comme l’indique M. Leroy en introduction, certains des articles composant le recueil sont invités ; d’autres sont une reprise remaniée de la communication dont ils émanent. L’ensemble de douze articles, répartis en quatre sections comprenant chacune trois articles (intitulées « Maps and Boundaries », puis « French Follies », « Across the Alps », et enfin « Dickens and His Contemporaries »), cherche ainsi à atteindre une cohérence thématique et une exhaustivité scientifique d’emblée discernables. Ces deux caractéristiques sont d’autant plus appréciables que le recueil offre un espace d’expression à des spécialistes reconnus comme à de jeunes chercheurs. On appréciera également la variété des approches, qui entrecroisent des questionnements philosophiques, historiques et/ou politico-géographiques, et d’autres, plus spécifiquement littéraires et esthétiques.

3La première section, la plus longue, s’intéresse à l’idée d’un Dickens « cosmopolite » et conscient de l’être, en tant qu’auteur dont la réputation eut tôt fait de franchir toutes les mers et les frontières, tout en se posant la question des limites qu’une telle posture ne peut totalement oblitérer. Puisant dans ses connaissances admirables des textes et de la biographie de Dickens, Jeremy Tambling se livre à une exploration minutieuse du sujet « cosmopolite » et de ses représentations dans la fiction dickensienne, en évoquant notamment des personnages comme Skimpole, Monsieur Rigaud ou encore Miss Wade. Tambling n’omet pas de rappeler que, dès les années 1840, lorsque « cosmopolite », cet adjectif aux résonances si françaises, entra dans l’OED, Dickens figurait en bonne place, aux côtés de Mill, Emerson et Macaulay, dans la liste de personnes au comportement exemplaire à cet égard. Un tel comportement fait également l’objet des deux articles suivants, signés par Dominic Rainsford et Mario Martino respectivement. Rainsford a déjà à son actif plusieurs articles et ouvrages pertinents sur les voyages transmanche de Dickens et sur leur exploitation dans sa fiction. Il se concentre ici sur l’expression sulfureuse « European reputation » (que le troisième époux de Mrs Badger manie dans Bleak House, par exemple, pour accabler sournoisement son prédécesseur immédiat), afin de mieux cerner l’imaginaire dickensien, souvent grotesque, du Continent et de ses habitants. C’est avec l’étude du cosmopolitanisme de Little Dorrit que Mario Martino clôt la réflexion amorcée par Tambling et Rainsford sur Dickens et l’idée de l’Autre, l’Européen. Aux considérations d’ordre géographique et biographique qui permettent de remettre en cause l’idée d’un Dickens suprêmement anglais, Martino ajoute une analyse, plus novatrice, des stratégies narratives mises en œuvre dans Little Dorrit, fascinant « Tale of Two Cities » par excellence, nous rappelle Martino. Cet article s’intéresse aussi, avec bonheur, aux défis linguistiques que se donne ici Dickens, notamment lorsqu’il dote son aimable personnage, Cavalletto, d’une capacité communicationnelle et d’une « philosophy of language » (53) aussi extraordinaires.

4C’est aux liens entre la France et l’Angleterre que se consacre ensuite le recueil. Sans surprise, A Tale of Two Cities retient l’attention de deux des trois auteurs de la seconde section, intitulée « French Follies ». Ingibjörg Ágústsdóttir analyse le traitement de la violence révolutionnaire dans ce roman et dans Barnaby Rudge, en contrastant les raisons convoquées pour l’expliquer, mais aussi les personnages qui l’incarnent le plus nettement. Nathalie Jaëck, qui propose une lecture plus littéraire du roman, se penche sur les choix narratifs permettant d’intensifier, selon elle, la dynamique de circulation et d’échange entre les deux pôles géographiques que sont Londres et Paris. Dickens le réformiste, soucieux de santé et d’hygiène publiques autant que de bien-être animal (si variable selon que l’abattoir dans lequel est mené l’animal est parisien ou londonien), est ensuite évoqué par Ignacio Ramos Gay. Au travers d’une analyse convaincante de « A Monument of French Folly », article qui parut en 1851 dans Household Words, Ramos Gay démontre que Dickens parle encore ici d’éthique, mais de façon différente et en transcendant l’idée de frontière, géographique ou entre les espèces.

5La troisième section emmène le lecteur dans les Alpes, en Suisse avec l’article de Neil Forsyth et de Martine Hennard Dutheil de la Rochère, puis avec celui de Samia Ounoughi, avant de nous faire passer ou plutôt repasser en Italie avec Dickens, car c’est le second voyage italien du romancier, à la fin de l’année 1853, qui retient l’attention de Francesca Orestano. Dans leur article structuré autour des deux pôles urbains, Lausanne et Genève, les auteurs du premier article reviennent sur le séjour suisse de Dickens, en 1846, afin de mieux cerner les difficultés spécifiques qu’il y rencontra, la « crise » qu’il y traversa et qui le conduisit pour la première fois à oser ressusciter son propre passé. Dans les rues des villes suisses, en effet, ce sont celles de son enfance, à Londres, qui resurgissent : peu après, Dickens rédigera son célèbre « fragment autobiographique ». Samia Ounoughi interroge la dimension métaphorique des cols alpins pour commenter No Thoroughfare, co-écrit avec Wilkie Collins. Elle démontre avec pertinence comment le concept de passage, élargi à l’échelle européenne, permet de mieux appréhender la représentation dickensienne des autres et de soi. Francesca Orestano, quant à elle, se livre à une comparaison minutieuse entre les deux séjours italiens de Dickens, en 184445 puis, plus brièvement, en 1853. De façon très convaincante, elle étudie les révélations mais aussi les silences que renferment à la fois les épisodes italiens de Little Dorrit et les lettres consacrées à ce court séjour, pour faire émerger des effets et procédés « stéréoscopiques » permettant de mieux comprendre l’esthétique subtile de Dickens, après 1850.

6La dernière section de ce recueil s’intéresse aux rapports entre Dickens et ses contemporains. Des représentants majeurs de la littérature et des arts visuels européens (majoritairement français) sont tour à tour convoqués : Hugo, Tolstoï, Daumier et Grandville. On saura gré à Efraim Sicher de rapprocher Dickens et Hugo un peu davantage encore, grâce à une analyse littéraire précise de la représentation des bas-quartiers dans Our Mutual Friend et Les Misérables, sur fond de débat, de part et d’autre de la Manche, sur les conditions sanitaires en ville. La critique s’est plus volontiers penchée sur les liens entre Tolstoï et Dickens ; Galina Alekseeva apporte néanmoins une contribution nouvelle à notre connaissance des deux auteurs, en détaillant avec rigueur les diverses preuves, écrites et matérielles, dont nous disposons pour évoquer l’immense admiration que Tolstoï vouait à Dickens. Le recueil se termine par une analyse comparatiste associant littérature et arts visuels. Alfie Bown invite en effet le lecteur à replacer l’art du portrait et la construction de l’identité chez Dickens dans la tradition française de la caricature, si bien incarnée par des artistes comme Daumier et Grandville.

7Bien que l’absence d’index, de table des illustrations et de références bibliographiques pour ces illustrations limite un peu l’utilisation de ce volume, ce dernier mérite notre plus grande attention à bien des égards. Le travail fourni ici par Maxime Leroy et ses collaborateurs contribue à approfondir la réflexion menée, depuis quelque temps déjà, tant sur Dickens et ses contemporains du Continent que sur Dickens l’Européen, par l’esprit et les écrits. En tant que membre de IRLLE (Institut de Recherche en Langues et Littératures Européennes), dont l’objectif principal est d’explorer l’idée d’identité littéraire européenne, Maxime Leroy se trouvait fort bien placé pour rassembler cette douzaine d’articles, aux approches variées mais souvent complémentaires, sur Dickens et l’Europe. Son ouvrage mérite de figurer en bonne place aux côtés de publications majeures dans ce domaine : pour n’en citer que trois (l’une, plus ancienne, et deux plus ou moins récentes), Dickens, Europe and the New Worlds (Anny Sadrin, 1999), Dickens on France (John Edmondson, 2007) et The Reception of Charles Dickens in Europe (dir. Michael Hollington, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Huguet, « Maxime Leroy, (sous la dir. de) Charles Dickens and Europe », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 82 Automne | 2015, mis en ligne le 11 avril 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2394

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org