Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Charlotte Ribeyrol, Étrangeté, Passion, Couleur. L’hellénisme de Swinburne, Pater et Symonds (1865-1880)

Grenoble : Ellug, coll. « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750-1900) », 2013, 261 pages. ISBN 978-2-84310-250-9
Bénédicte Coste
Référence(s) :

Charlotte Ribeyrol, Étrangeté, Passion, Couleur. L’hellénisme de Swinburne, Pater et Symonds (1865-1880), Grenoble : Ellug, coll. « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750-1900) », 2013, 261 pages. ISBN 978-2-84310-250-9

Entrées d’index

Mots-clés :

hellénisme, esthétisme

Keywords :

hellenism, aestheticism
Haut de page

Texte intégral

1L’hellénisme anglais n’a fait l’objet d’aucune monographie en langue française, et sa variété « esthétique », en référence au mouvement éponyme (1860–1900), restait inexplorée jusqu’à l’ouvrage de C. Ribeyrol, plus particulièrement consacré à l’hellénisme d’A. C. Swinburne, de W. Pater et de J. A. Symonds. Désignant la réception de l’héritage de la Grèce antique, postérieur aux écrits de J. J. Winckelmann au xviiie siècle, tant par les érudits que par les artistes et différents publics, l’hellénisme victorien avait trouvé en Angleterre sa version la plus solaire avec Culture and Anarchy (1869) de M. Arnold, désireux de contrebalancer les effets de l’hébraïsme, c’est-à-dire les valeurs associées à l’éthique protestante et utilitariste de l’époque mi-victorienne. Tout autre est l’hellénisme des trois Esthètes, dont deux, Swinburne et Symonds, sont poètes en plus d’être critiques d’art, comme l’est Pater. Leur Grèce est « dionysiaque, sensuelle » (18), imaginaire, colorée, bariolée, hybride, et transgresse les normes sexuelles. Elle est le résultat d’une synthèse des arts qui la donne à voir dans la peinture « esthétique » de Burne-Jones, d’A. Moore, de F. Leighton, de J. Whistler et d’Alma-Tadema, et qui la donne à lire à travers sa matérialisation sous l’aspect du kallos graphein dans les textes esthétiques. À ce titre, l’ouvrage comporte 11 reproductions de tableaux ou d’esquisses esthétiques soulignant la dimension visuelle de l’Esthétisme et la « mise en visibilité de la Grèce » (14) qui traduit le postulat plus ou moins implicite chez les Esthètes d’une « impossible conformité à un modèle absent que redouble le refus d’imiter les copies de substitution néoclassiques ou néogrecques » (14). La Grèce des trois Esthètes s’écarte d’une approche philologique que leur éducation classiciste les prédisposait à privilégier, au profit d’une création s’avouant sur le mode paradoxal de la recréation.

2Cette Grèce fantasmatique est d’abord un « espace-temps indéfini et utopique de survivances » suscitant la nostalgie paradoxale d’un lieu originaire ou d’un ailleurs remémoré n’ayant jamais existé. Elle se fait utopie orientalisée et féminisée, superposée à la réalité classique décevante. Elle suscite la résurgence d’une figure transhistorique, composite, née de sources fragmentaires, mêlée à une veine japonisante, s’incarnant dans le beau bizarre des peintres et la densité du réseau intertextuel des écrivains.

3Cette Grèce est une contrée liminaire, peuplée de fantômes, d’androgynes, de figures doubles érigées en modèles mythopoïétiques, d’hermaphrodites associés à des motifs floraux. Contre la logique utilitaire et la reproduction biologique, l’indifférenciation sexuelle et l’hermaphroditisme intellectuel y sont valorisés, aboutissant à cette « perversion interne » (102) de la norme classique qu’est le grotesque, tandis que les réécritures des mythes constituent une réflexion sur la représentation visuelle et textuelle, celle-là même qui conduira à la crise du langage de la fin du siècle.

4La Grèce est aussi le lieu d’une « bigarrure chromatique […] parasitant le mythe de la blancheur winckelmanienne » (21) contre lequel s’élèvent les Esthètes. Dans le débat victorien sur la polychromie dans l’art antique et sur le daltonisme prêté aux Grecs, exemplairement retracé par C. Ribeyrol, ils jouent de la tension entre blancheur et couleur, dévoient la marmorisation sculpturale au moyen d’une bigarrure sophistiquée visant la « chromophobie » (122) remettant en cause la décoloration induite par les traductions latines du grec. Naissent alors chez Pater la « richesse d’une esthétique haute en couleur » qui contredit « les lectures décolorantes du génie grec, tant en art qu’en littérature » (131), l’impudique incarnat de la nudité des poèmes de Swinburne, ou des tableaux de Burne-Jones, le chromatisme du corps d’Apollon traduisant le désir homoérotique, voire l’esthétisation de la blessure chez Swinburne et Symonds. La lecture poétique serrée de C. Ribeyrol démontre qu’il n’existe pas tant de couleur chez les Esthètes que d’« effets chromatiques impliquant un processus de coloration, de teinture » (150).

5Rejetant la pensée de l’être au profit du devenir héraclitéen, leur esthétique implique l’hyperesthésie et la synesthésie traditionnellement associées à un mouvement qui a rêvé de l’unité des arts. La valeur de la synesthésie est aussi « métaphore d’une sexualité marginale », « faille dionysiaque du dérèglement sensoriel au sein même de l’idéal hellénique » (166). La Grèce devient alors support du rêve homoérotique et de la licence poétique. (166)

6Si la Grèce est création plutôt qu’héritage, la figure de l’artiste-artisan, derrière laquelle se profile celle de trois auteurs, prend alors une importance inattendue, consonnant avec et annonçant le mouvement Arts and Crafts. La Grèce est le lieu d’une poïésis impliquant un retour paradoxal aux sources non médiatisées de la création, le deuil élégiaque des filiations et ce singulier « vide matriciel à combler par l’écriture » (174). La trace, le fragment, les formes disparues prennent alors la valeur inédite d’un moyen de filiation purement esthétique des Esthètes à la Grèce, tandis qu’ils créent des formes dépourvues de contenu, à l’instar du poème « Sapphics » de Swinburne, pure mise en scène des effets physiques de la réception du poème sur un auditoire. Ces formes sont solidaires de la nouvelle figure du créateur, artisan élevé à la dignité de poète antique, et du refus de la distinction de l’art et des arts mineurs. Les Esthètes privilégient la sensualité de l’art et dans (la réception de) l’art, rétablissent le lien entre l’artiste et sa création, ainsi qu’entre cette dernière et le spectateur. Chez Swinburne, montre C. Ribeyrol, la langue elle-même devient un objet d’art en même temps qu’elle se veut retour à une langue grecque réduite à la « pure oralité, purement sonore » (193), ce qui se traduit par la présence d’archaïsmes grecs, et par l’invention d’une parole ludique, presque uniquement musicale. La disparition du modèle philologique conduit alors à la « mise en visibilité du texte comme œuvre d’art antique, plurielle, invitant à une contemplation sensuelle démultipliée » (195). Chez Pater comme chez Swinburne, le travail de la forme pratiqué par les artisans grecs devient un moyen pour « retrouver le corps/corpus perdu », comme le montrent leurs réécritures de la figure de Dédale et du mythe de Pygmalion (201). La figure de Phryné sert quant à elle de support à une réflexion sur l’hypothétique recréation des conditions de production de l’art grec dans la Grande-Bretagne victorienne, et sur les rapports entre l’art et la vie. Dans l’esthétique de Pater et de Symonds, soulignant la dimension érotique préludant à toute création, l’art devient l’amour des belles formes et « l’eidos […] se confond avec la morphé » (215).

7Swinburne, Pater et Symonds élaborent « un hellénisme complexe, dialogique, ouvert » (18), qu’éclairent tant des références aux études victoriennes récentes de l’Esthétisme que des références aux hellénistes français qui ont, semble-t-il, ignoré leur dette envers ces prédécesseurs talentueux, ayant nettement pris parti pour la création plutôt que pour la reconstitution d’une Grèce dont ils savaient par leurs lectures et leurs voyages, fût-ce au British Museum, qu’elle était inaccessible.

8Précédant une bibliographie extrêmement fournie, l’« Epilogue » évalue l’héritage des écrits esthétiques des trois auteurs dans les écrits des premiers Modernistes que sont V. Woolf, V. Lee et Hilda Doolittle, la première invitant à (re)-trouver une Grèce sauvage, hors traduction, la seconde s’employant à « racheter les grandes figures féminines » grecques, « entachées d’une culpabilité et de vices posthumes par une postérité littéraire et puritaine masculine » (224), et la troisième, pour qui l’hellénisme devient « quête de soi », et qui défendra toujours une Grèce « trop orientale, trop féminine » (227) devant Pound et Eliot soucieux d’en finir avec l’« effeminacy » et le « sentimentalisme » fallacieusement prêtés à Swinburne et Pater.

9L’« hellénisme inclusif » (218) des Esthètes a vu dans la Grèce autre chose que les valeurs politiques associées à Athènes, soutient avec raison C. Ribeyrol dont la belle étude conduit à se poser la question de la politique de l’Esthétisme, aussi alternative qu’inclusive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Charlotte Ribeyrol, Étrangeté, Passion, Couleur. L’hellénisme de Swinburne, Pater et Symonds (1865-1880) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 82 Automne | 2015, mis en ligne le 11 mai 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cve.revues.org/2397

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org