Navigation – Plan du site
Le Sud/The South

Territoires méridionaux et îles australes : laboratoires du masculin dans les premiers romans d’aventures pour garçons victoriennes

Southern territories and austral islands: testing the masculine in the first Victorian boys’ adventure stories
Valentine Prévot

Résumés

Le Sud est omniprésent au sein de l’abondant corpus des romans d’aventures pour garçons des premières décennies du règne de Victoria. De la Méditerranée aux mers du Sud, les espaces méridionaux et australs accueillent les jeunes héros britanniques des best-sellers de l’époque. Notre article s’interrogera sur cet espace du Sud qui, excentré et excentrique, se transforme en laboratoire de l’identité masculine britannique, tirant l’extérieur vers l’intérieur, la périphérie vers le centre, l’Autre vers le Même. Des tribulations de Jack Easy dans Mr Midshipman Easy (1838) de Marryat aux naufrages dans le Pacifique de la famille Henniker dans The Little Savage (1848), du même Marryat, et des trois héros de The Coral Island (1858) de Ballantyne, l’espace impérial britannique se déploie comme un espace à la fois accueillant et paradisiaque mais aussi réfractaire et féroce. Zone de heurt initial, ces îles se laissent pourtant approprier avant de devenir zone de contact. La rencontre avec des cannibales, des pirates ou même des femmes, génèrent frictions et redéfinitions de l’identité masculine hégémonique incarnée par nos jeunes héros. C’est l’espace qui dessine alors les nouvelles conditions de possibilité de la création d’une masculinité fluide, instable et mouvante, mots-clés d’une culture victorienne qui ne « tient pas en place », selon l’expression de John Plotz. Entre quête d’assainissement de la masculinité, conquête du territoire et expériences d’hybridation, le contact avec l’espace de l’Autre permet de redéfinir le Même qui finalement absorbe l’Autre au moment du retour inévitable vers l’Angleterre des jeunes Britanniques. Ces espaces méridionaux et australs, apparemment marginaux, se retrouvent alors engloutis par et dans le centre, devenant centre à leur tour.

Haut de page

Texte intégral

1Au sein de l’abondant corpus des premiers romans d’aventures pour garçons (ou boys’ adventure stories) de l’ère victorienne, le Sud est omniprésent. De la Méditerranée dans Mr Midshipman Easy (1836) du capitaine Marryat, aux mers du Sud dans The Coral Island (1858) de Ballantyne, en passant par l’Amérique du Sud dans The Little Savage (1848), du même Marryat, les espaces méridionaux et australs accueillent en effet les jeunes héros britanniques de romans alors considérés comme des best-sellers. Ce qui rassemble ces romans, c’est leur inscription dans un espace impérial britannique. Le lecteur est ainsi confronté à la diversité de l’Empire au-delà de ses premières frontières (celles du Royaume-Uni). Le soleil ne se couche donc jamais non plus sur la littérature d’aventure.

2Cette mobilité persistante des hommes et des jeunes héros de romans est l’une des caractéristiques essentielles de la société victorienne : elle ne « tient pas en place » comme le suggère John Plotz lorsqu’il utilise, pour la définir, l’expression « on the move » (Plotz xiii). Cet espace colonisé et colonisable du Sud, ainsi que ce moment historique bien particulier des premières décennies du règne de Victoria, dessinent ainsi les conditions de possibilité de la création d’une certaine masculinité idéalisée. Si instabilité, mouvement et fluidité sont les maîtres mots de la culture victorienne, c’est parce qu’ils qualifient à la fois les déplacements des hommes dans la réalité et dans la fiction mais aussi l’élaboration de leurs masculinités. Les territoires méridionaux et australs se transforment alors en véritable laboratoire de l’identité masculine britannique, tirant l’extérieur vers l’intérieur, la périphérie vers le centre et l’Autre vers le Même.

Le Sud : un espace littéraire incontournable

3Autrefois craints et redoutés, le Sud, ses rivages et ses séjours « à la plage » suscitent un intérêt croissant tout au long du xixe siècle, entre promenades et bains d’eau de mer, retraite bienvenue d’une société qui s’industrialise à grande vitesse. Les îles-colonies de l’Empire britannique souffraient elles aussi d’une mauvaise réputation : « People used to call colonizing banishment . . . To be cooked and eaten by savages, or to be torn by wild beasts, was supposed to be the ordinary fate of a colonist » (Kingston 40). Mais les bords de mer orientaux et les îles de l’hémisphère Sud sont désormais à la mode. Au cours de l’ère victorienne, la colonisation de nouveaux territoires n’évoque plus l’exil ou le bannissement mais permet de créer, ou de récréer, de nouvelles îles britanniques loin de l’île européenne d’origine. L’île se présente alors comme un espace mobile et mobilisable, prête à accueillir l’homme britannique : « The island itself is a space that awaits the arrival of the coloniser, and it then becomes a site for his reproduction, self-replication, and self-discovery » (Lane 14). Nos héros ne fondent bien sûr pas de colonie à proprement parler mais certains en posent les bases. Tous cependant rejouent sur l’île des scènes familières de la vie domestique et construisent l’île, ou du moins leurs modestes demeures, à leur image, car rêver des îles « c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence » (Deleuze 12). Deleuze envisage l’île comme une formidable réserve créatrice qui offre un nouveau centre plus ou moins stable à nos jeunes héros déterritorialisés qui, de territoire en territoire, font l’expérience d’un espace autre qu’ils habitent et dominent.

4L’espace méridional et austral est ainsi très souvent envisagé comme une île dans nos romans. Entre-deux naturel et sauvage, il est le green world victorien rêvé, territoire prêt à être conquis et espace liminaire qui encadre l’initiation de jeunes héros pleins de fougue. L’île fonctionne dans nos romans comme un lieu de déplacement de l’identité, entre initiation, maturation et affirmation d’une masculinité idéale.

5Des tribulations de Jack Easy autour de Malte, de la Sicile et du Maroc dans Mr Midshipman Easy aux naufrages dans le Pacifique de la famille Henniker dans The Little Savage et des trois héros de The Coral Island, ces espaces du Sud se déploient comme accueillants et paradisiaques mais parfois aussi réfractaires et féroces. Dans ces romans, ils semblent toujours fonctionner comme une île, réelle ou imaginée, comme un espace en apparence isolé, délibérément autre. Territoire situé au milieu de la mer et surtout, territoire refuge face à la mer, l’île se déploie de façon variée dans notre corpus. Certaines sont communes, dans The Coral Island et de The Little Savage par exemple : « The island was very small, perhaps not three miles round; it was of rock, and there was no beach nor landing-place, the sea washing its sides with deep water » (Marryat 1848, 4–6). D’autres, multiples, servent simplement de décor stéréotypé dans Mr Midshipman Easy, tandis que Malte, Minorque et la Sicile sont bien le lieu des aventures du jeune officier de marine. Tout comme les nombreux navires sur lesquels ce dernier sert tout au long du roman. L’île est partout, tout le temps, désirée ou pas, espace délimité qui enserre en retour le roman.

  • 1 Pour reprendre la notion d’« îles heureuses », imaginée par Monique Brosse (Brosse 24).

6Les différentes versions du Sud offertes par ces romans semblent se différencier de façon essentiellement binaire. D’un côté une version « heureuse »1 de l’espace méridien, de l’autre une version plus tragique, « avatar » (Brosse 25) colonial du radeau. Souvent, c’est à un va-et-vient entre bonheur et réclusion malheureuse que l’on assiste, ambiguïté fondamentale d’un espace colonial qui reste à apprivoiser. Nos romans réconcilient ainsi un double héritage biblique, à la fois référence au Paradis et à son alter ego terrestre, le jardin des délices (que l’on situe d’ailleurs souvent sur une île). Certains de nos jeunes héros découvrent ainsi la peine et la douleur après une chute bien concrète de leur bateau. Tous expérimentent un nouveau labeur, que ce soit en tant que marin ou cultivateur sur leur île. Si Frank Henniker devient expert en plantations de pommes de terre, les garçons de l’île de Corail sont, quant à eux, non seulement de nouveaux Adam mais aussi de nouveaux Moïse : « We seem to have everything ready prepared to our hands in this wonderful island–lemonade ready bottled in nuts, and loaf-bread growing on the trees! » (Ballantyne 48) L’espace austral se fait alors espace nourricier et procure, comme par miracle, une nouvelle manne à nos héros, les cailles étant remplacées par des noix de coco.

7Dans The Coral Island, les îles des mers du Sud sont dépeintes comme de véritables paradis miniatures et les nombreuses descriptions des merveilles de l’île de corail révèlent la fascination qu’elle exerce. Hyperboles et superlatifs produisent une île paradisiaque, vision confirmée par sa première apparition réelle : « pure, white, dazzling shores, and . . . verdant palm trees, which looked bright and beautiful in the sunshine » (Ballantyne 17). Le bonheur scopique provoqué par l’île saisit aussi le « petit sauvage », perdu au large des côtes du Chili : « I recognised all the favourite places–the ravine, the wood, the hut covered with beautiful creepers, and the garden, full of flowers, looked very agreeable to the eye » (Marryat 1848, 301). Mais plutôt que de « réapprendre l’innocence » (Brantlinger 109) au sein de cette nature idyllique et édénique, sujet rebattu dans de nombreuses robinsonnades antérieures, nos héros apprennent en fait leur propre civilisation, et certains vont jusqu’à convertir à cette même civilisation l’espace et les peuples des alentours.

8Pour que l’apprentissage puisse se faire, l’espace dans lequel évoluent nos héros doit aussi présenter un caractère moins paradisiaque, plus proche d’un monde post-lapsaire. Dans The Coral Island, les premières pensées de Ralph (le narrateur) après le naufrage sur l’île déjà pourtant tellement fantasmée sont particulièrement sombres, les récits de naufrage se terminant en actes de cannibalisme étant toujours une référence secrète, tissée dans l’étoffe de ces romans : « If [the island] should be inhabited, I felt certain, from all I had heard of South Sea Islanders, that we should be roasted alive and eaten » (Ballantyne 23). C’est la chaleur et le manque de nourriture qui rendent la survie difficile dans The Little Savage. L’île elle-même, qui semblait pourtant si agréable à l’œil, est entourée de rochers terrifiants : « every part seemed to look pleasant, except the great savage rocks which enclosed the island on every side: but even these I thought had an air of grandeur that gave additional effect to the scene » (Marryat 1848, 301). Terrible et magnifique, l’île hésite constamment entre nature sublime et paradis terrestre.

9Comme dans beaucoup de robinsonnades, de nombreuses pages sont également dévolues à la construction et l’aménagement d’un espace domestique que les personnages considèrent rapidement comme leur foyer. Le terme de « home » remplace rapidement celui de « island » dans The Coral Island comme dans The Little Savage. Tout se passe presque comme « à la maison », les garçons respectent le repos dominical et leurs ablutions quotidiennes, jardinent et entretiennent leur petit royaume. Les rappels du culte de la domesticité et des éléments familiers de la vie quotidienne sont ainsi toujours très présents au cœur même de récits dédiés à l’aventure et à l’appel de l’espace, du mouvement et de l’inconnu. Le culte de la domesticité, particulièrement prégnant au milieu du xixe siècle, semble ainsi à la fois créer un contexte peu favorable à l’épanouissement des romans d’aventures pour garçons tout en parvenant à s’immiscer dans ces mêmes romans. Ce contexte peu favorable explique peut-être aussi pourquoi ces récits s’adressent avant tout aux jeunes gens et pourquoi enfin le retour à la domesticité britannique est absolument nécessaire, après ce détour par une vie plus sauvage.

  • 2 Le temps passé sur l’île correspond ainsi à la période de mort initiatique du novice, au cours de l (...)
  • 3 [ma traduction]

10L’espace méridien fonctionne ainsi comme une arène aux multiples enjeux, entre espace-paradis, nouveau foyer mais aussi étape d’un itinéraire prédéfini. Il matérialise à merveille ce territoire littéraire à moitié fantasmé, à moitié réel qui permet aux auteurs de romans d’aventures pour garçons de recréer un espace autre nécessaire à la construction d’une masculinité idéale. L’identité se construit alors dans et par l’espace, dans un rapport du corps à l’espace producteur de sens. Cet espace frontière, à la périphérie de l’Empire et aux marges de la société « civilisée », se voit associé à un territoire de passage, une zone liminaire où chaque seuil à franchir recèle un danger, générant ainsi l’aventure et la maturation masculine. Ces romans qui fonctionnent eux-mêmes comme des rites d’initiation2 pour leurs héros et pour leurs lecteurs rendent nécessaire l’idée de rupture et de vie à la marge dans la construction d’une image idéalisée de la masculinité britannique. Sans pour autant mettre en crise le monde familier des héros, le nouveau monde des périphéries de l’Empire s’ouvre à eux comme un impératif. L’idéal de masculinité et de virilité d’une classe moyenne à la puissance toujours grandissante se structure et s’exprime le plus volontiers dans ces romans que James Eli Adams qualifie de « fantasmes tropicaux victoriens »3 (Adams 111).

  • 4 Baden-Powell recommande ainsi à tout jeune scout d’être constamment disposé à agir : « The Scout Mo (...)

11Ainsi, afin de sublimer des valeurs toutes victoriennes, celles du progrès, du travail, de la discipline, voire de la domesticité, les auteurs de romans d’aventures pour garçons usent du recours à un univers étrange et étranger, aux limites, et au-delà, de la sphère du héros. Cette invention du masculin dans la différence et la torsion du quotidien s’articule autour et grâce à ces territoires multiples. Que ce soit en mer, pendant et après un naufrage, ou sur une île déserte, nos héros sont plongés dans des espaces où la nature prédomine, qui pourraient s’analyser comme de nouveaux green worlds. Inventé par Frye et inspiré par la pièce de Shakespeare, A Midsummer Night’s Dream, le concept de green world permet à Frye de penser un monde hors du monde réel, un lieu de retraite et d’expérimentation. Les personnages de nos romans échappent un temps à l’ordre de la cité pour rejoindre un environnement naturel qui permet de résoudre des conflits ou de construire des identités qui continuent d’être pensées selon les normes de l’intérieur de la cité. On voit ainsi comment l’extérieur réinterprète et informe l’intérieur et comment l’intérieur ne saurait exister et persister sans l’extérieur. Dans nos romans cependant, les personnages s’attendent à cette confrontation avec l’extérieur : « we knew not what dangers might befall us by the way, so thought it best to be prepared » (Ballantyne 44). Dans son attitude face au danger, Ralph préfigure par ailleurs la célèbre devise scoute, « Sois prêt »4.

Terres du sud : laboratoires d’une masculinité idéalisée

12En chemin, sur une île du Pacifique ou en Méditerranée, le voyage du centre supposé à la périphérie fantasmée, voyage aller-retour, constitue une véritable éducation genrée, une initiation à la virilité et à un modèle de masculinité hégémonique pour nos héros adolescents. Les différentes étapes et épreuves qui façonnent le genre de nos protagonistes permettent de cartographier un itinéraire de la masculinité dans ces romans d’aventures pour garçons, itinéraire qui serpente entre différents modèles de masculinité et notions de virilité, de la figure magnifiée du gentleman à l’image traditionnelle du héros, en passant par le retour en grâce de l’idéal chevaleresque.

  • 5 Le concept de masculinité prédominant au XVIIIe siècle était, non pas celui de manliness, mais celu (...)
  • 6 Pour nos auteurs de romans d’aventures pour garçons, le modèle prédominant est, sans grande surpris (...)

13Avec le déclin progressif d’un modèle de virilité fatigué5, la société victorienne est à la recherche de nouveaux rites et de nouveaux scénarii de la masculinité. Les auteurs de récits d’aventures sont au cœur du processus d’invention de nouveaux archétypes et de réinvention de figures ancestrales remises au goût du jour. Letourneux rappelle que le roman d’aventures, en tant que genre littéraire principalement « consommé par les hommes » (Letourneux 9), a toute sa place dans « la construction d’une image de la virilité, de son rôle, et de sa place dans la société » (Letourneux 9). Les normes d’une certaine masculinité victorienne sont ainsi traduites dans et par une réalité textuelle à laquelle il est toujours possible aujourd’hui de se confronter. Nos auteurs réaffirment en effet un modèle de masculinité bourgeoise et chrétienne toute victorienne6, modèle qui s’ancre, comme tout modèle hégémonique de genre, dans une histoire plus globale en lien, notamment, avec les reconfigurations de l’espace impérial. Les romans d’aventures pour garçons nous permettent ainsi de naviguer entre usage des modèles reçus et création d’un idéal victorien de masculinité puisque ces tensions dans l’identité masculine se jouent aussi dans la littérature d’aventure. Confrontés à des espaces allogènes et à leurs habitants, l’identité de nos jeunes héros est constamment testée. Zone de heurt initial, entre naufrage, exil forcé et enrôlement dans la marine suite à quelques diableries de jeunesse, les espaces méridionaux et australs se laissent pourtant approprier avant de devenir zone de contact. La rencontre avec des cannibales, des pirates ou même des femmes, génèrent frictions et redéfinitions de l’identité masculine hégémonique incarnée par nos jeunes Britanniques. Alors qu’ils s’approprient progressivement l’espace, en l’explorant et en l’exploitant, des phénomènes d’hybridation font surface : alors même qu’ils reproduisent des normes familières, leur modèle de masculinité s’hybridise et se régénère au contact de l’Autre.

  • 7 Concept développé par R. W. Connell.

14En effet, ces suds coloniaux offrent aux garçons et jeunes hommes des romans d’aventures pour garçons des rencontres à la fois complètement autres, puisqu’impossibles a priori en métropole, et complètement attendues puisque passages obligés du genre littéraire auquel ces récits appartiennent. La masculinité hégémonique7 incarnée par nos héros se heurte à des formes de masculinité subordonnée ou marginalisée représentées par les pirates, hommes blancs mais à la peau un peu trop hâlée dont la moralité laisse souvent à désirer, et par les natifs, des êtres toujours inférieurs, souvent dénoncés comme étant de terribles sauvages sanguinaires, produits fantasmés d’un racisme alors ordinaire.

15Bien que l’absence de femme fasse généralement partie de la définition du genre du roman d’aventures pour garçons, elles sont pourtant bien présentes, mères, complices ou jeune demoiselle en détresse, permettant à la masculinité de nos héros de se construire dans la différence : « We were much surprised at the conduct of the women, who seemed to be perfect furies » (Ballantyne 276). C’est pourtant en sauvant la jeune Avatea que le héros de The Coral Island, Jack Martin, devient un homme, un vrai, chevalier galant et chrétien : c’est donc grâce à la féminité d’Avatea qu’il donne pleinement corps à sa masculinité. Dans Mr Midshipman Easy, une drolatique scène de travestissement des deux héros, Jack Easy et son compère Gascoigne, semble permise par leur arrivée en terre africaine, après un long périple autour des côtes européennes de la Méditerranée. Plus on se dirige vers le sud, plus le genre se trouble et plus nos héros se jouent de leur propre modèle de masculinité.

  • 8 Expression empruntée à Georges Guille-Escuret.

16Le roman de Marryat date cependant des mois précédant l’accession au trône de Victoria. Afin de neutraliser toute confusion, les romans d’aventures pour garçons qui lui font suite réaffirment un modèle de masculinité idéalisée, exemple à suivre pour tous ses jeunes lecteurs. La masculinité naissante de nos jeunes héros se retrouve ainsi opposée à la masculinité « sauvage » et païenne des indigènes du Pacifique. Dans The Coral Island, la première rencontre entre Britanniques et insulaires donne lieu à une bataille sanglante et à l’ébauche d’un cannibalisme public. Cette rencontre, comme l’espace austral, est comme déjà déterminée par un discours européen constamment ressassé qui a prédit depuis le début du roman l’apparition de ces « mangeurs d’autres »8. L’apparence et le corps des natifs dans leur nudité et leur aspect démoniaque, ces premiers contacts qui se jouent à travers la perception et le toucher du corps de l’autre, font des insulaires l’incarnation d’une sauvagerie qui fascine les Victoriens comme hypnotisés par la corporéité de l’alternative sauvage et par sa composante la plus concrète, la chair, texture corporelle qui devient texture textuelle à travers les nombreuses références du roman de Ballantyne aux clichés et récits du cannibalisme. La masculinité marginalisée des indigènes s’incarne ainsi dans une vision stéréotypée de l’espace colonial lointain qui regorgerait de terribles sauvages.

  • 9 [ma traduction].

17Quant au modèle de masculinité subordonnée que donnent à voir les pirates de notre corpus, il rappelle les dangers d’une identité hybride, entre civilisation et sauvagerie. Les pirates ressemblent ainsi tellement à l’indigène que Ralph les qualifie de « white savages » (Ballantyne 180). Et pourtant, leur rôle de doppelgängers, de doubles malhonnêtes de nos jeunes héros, rappelle que ces derniers subissent eux aussi des phénomènes d’hybridation, du frottement de nez en guise de bonjour à l’adoption d’habits en fibres de coco. De l’adaptation à l’hybridation, c’est-à-dire l’inscription d’une culture sur une autre, il n’y a ici qu’un pas et c’est une nouvelle identité hybridisée qui transparaît dans ces menus détails corporels et matériels. Le processus de going native transforme le conflit initial en véritable expérience d’un devenir autre. L’identité en palimpseste de nos héros, constituée de couches d’expériences et de superpositions de discours et de normes idéologiques, se crée et se recrée dans leur hybridation progressive, comme une provocation cette fois du modèle d’une masculinité victorienne idéalisée qu’ils se doivent d’imiter et d’intérioriser, voire même une provocation du concept de masculinité hégémonique qui a priori « n’incorpore aucune altérité » (Demetriou 347)9. Assimilant les qualités de l’Autre pour créer une meilleure version d’eux-mêmes, nos héros conquièrent à la fois un espace et leur identité.

Le retour au Même

18Entre conquête du territoire et expériences d’hybridation, le contact avec l’espace de l’Autre permet de fait de redéfinir le Même qui finalement absorbe l’Autre au moment du retour inévitable vers l’Angleterre des jeunes Britanniques. Ces espaces méridionaux et australs, apparemment marginaux, se retrouvent alors engloutis par et dans le centre, devenant centre à leur tour, à moins que ces espaces allogènes n’aient toujours déjà été indigènes puisque fonctionnant aussi en miroir de la métropole.

  • 10 On sent en effet ici l’influence de la tradition puritaine des récits de pèlerinage du XVIIe siècle (...)

19Le triomphe du héros dans les romans d’aventures pour garçons est avant tout un « triomphe de l’espace et du temps » (Bellet 91), de l’espace comme lieu géographique et du temps comme passage à l’âge adulte réussi. Le territoire est, le plus souvent, conquis, ou du moins civilisé et christianisé, et l’adolescent est devenu homme. La quête de masculinité et de maturité de nos jeunes héros se construit comme une carte, serpentant entre lieux de passage aléatoires et lieux de passage obligés qui ponctuent en pointillés un itinéraire digne d’une chasse au trésor. Une fois le trésor découvert, il est nécessaire de s’en retourner, ne serait-ce que pour en profiter. Il y a donc toujours un retour : la quête de nos héros n’est pas une fuite en avant. La sagesse populaire assène parfois que dans la vie, le dénouement n’a pas vraiment d’intérêt, l’essentiel étant déjà passé, et que c’est le chemin qui est important, pas le but. Pourtant, dans le sillage du mythe odysséen et du pèlerinage10, ce qui importe aussi dans ces récits de boucle, c’est bien le départ et le retour, qui permettent d’estimer la distance parcourue.

20C’est aussi la loi du genre qui est passée par là : le retour est une nécessité, tout du moins au cours de cette première période victorienne marquée par une confiance apparente dans l’avenir et dans l’Empire. Les héros doivent prendre leur place dans la société. Bien sûr, la situation de la plupart de nos personnages n’est pas toujours enviable, perdus sur une île presque déserte et confrontés à toutes sortes de pirates et autres cannibales qui en veulent toujours à leur vie et à leur chair. Pourtant, la plupart de nos protagonistes s’accommodent plutôt bien de leur situation, certains voudraient même ne plus jamais rentrer. Le retour est de fait avant tout une nécessité narratologique. Le regard rétrospectif sur l’aventure, que l’on peut sentir peser plus particulièrement dans The Coral Island à travers la voix d’un Ralph plus âgé, permet d’organiser le récit et de le borner par un début et une fin. Une fois la quête accomplie, le retour est une évidence.

21L’Angleterre, périphérie des territoires qui sont ceux de nos romans, redevient le centre qu’elle n’a en fait jamais cessé d’être. C’est grâce à un livre d’histoire naturelle sur les animaux que Frank, le petit sauvage de Marryat, découvre l’Angleterre. Après les premiers moments d’incrédulité, de stupéfaction et de délectation, Frank voit surgir devant ses yeux la représentation d’une Angleterre encore inconnue qu’il considère toutefois comme sa patrie. Ce surgissement de l’Angleterre à la marge de l’Empire britannique nous rappelle que centre et périphérie sont indissociables, liés ici par une certaine capacité du livre à voyager et à survivre aux circonstances les plus tragiques. La mobilité qu’impliquent les aventures du livre nous renvoie ainsi aux constants allers-retours des hommes et des idées entre les îles britanniques et l’Empire dans (presque) toute son étendue. Il est facile de retracer dans les romans d’aventures pour garçons la dichotomie traditionnelle entre le centre et la périphérie, l’intérieur et l’extérieur, le foyer et l’étranger, « home » et « away », puisque ceux-ci jouent constamment de cette distance. Ces deux espaces de création de l’identité paraissent de prime abord n’avoir que peu de choses en commun : comme le fait valoir Richard Phillips, ils sont distants, déconnectés, divisés (Phillips 13), ainsi pensés par la géographie imaginaire et imaginée de l’Empire au xixe siècle. Ils sont pourtant nécessaires l’un à l’autre, l’un ne pouvant exister sans l’autre.

  • 11 Ce qui est l’une des raisons souvent avancée pour expliquer l’absence quasi totale de personnages f (...)

22Dans les romans d’aventures pour garçons comme dans les théories du rôle de l’homme dans la sphère publique, c’est bien toujours l’homme qui se prête à ces allers-retours entre centre et périphérie11. Nos jeunes héros adviennent en tant qu’hommes en parcourant des espaces dans lesquels leur britannicité circule et se répand. Ils déroulent leur britannicité dans leur excentricité. L’expérience de l’extérieur semble soudain devenir fictive puisque l’intérieur serait partout. On serait alors toujours déjà à l’intérieur et la marge serait un mythe qui permettrait au centre de s’étendre. Dans Empire in Question, Antoinette Burton affirme vouloir penser la périphérie (la colonie), comme étant toujours déjà au centre (la métropole), influençant le centre, étant de fait le centre. L’interdépendance entre les espaces constitue de fait à la fois le Royaume-Uni comme l’Empire. La relation binaire entre « home » et « away » s’assouplit alors considérablement et permet de penser que les romans d’aventures pour garçons renforcent l’idée que, peut-être, les jeunes héros de ces romans ne peuvent réellement devenir des sujets impériaux qu’en quittant leur île et en allant se perdre à l’autre bout du monde (ou au moins jusqu’en Méditerranée). Ils réunissent ainsi le savoir du soi-disant centre et l’expérience de la soi-disante périphérie, voire de la marge, puisqu’ils explorent aussi des territoires vierges de toute colonisation. Et pourtant, si nos héros partent, c’est toujours non seulement pour mieux revenir mais aussi pour finalement retrouver leur île dans une autre. D’une dynamique initiale de conquête, il semble que l’on passe à une dynamique de préservation de l’ordre dans ce retour de et vers l’Angleterre.

23Espace de la limite et à la limite, les territoires méridionaux et australs semblent d’abord dessiner un monde extérieur plein de dangers potentiels, un monde de rupture quant à la sphère domestique et familière de nos protagonistes. Et pourtant, le passage par ces espaces n’est pas un simple détour excentrique mais un véritable laboratoire de la maturité, entre école de la vie et expérience empirique d’un monde autre. De la même façon que les périphéries ne sont pas si éloignées du centre et que chaque pôle exerce une influence considérable l’un sur l’autre, l’île permet de rejouer une petite ritournelle toute britannique qui offre aux jeunes héros l’opportunité de grandir puis de rentrer assez apaisés pour réintégrer l’ordre social traditionnel. Le détour par la marge leur apporte ainsi une renaissance mais également un rappel des lois de leur terre d’origine. C’est ainsi à la limite, dans l’extérieur et le dehors, dans un Sud autre et pourtant même, que nos jeunes héros commencent à être. Les corps de nos jeunes Britanniques, toujours en mouvement, se frayent un chemin vers une masculinité apprise et mise à l’épreuve au sein de l’espace fluide du territoire à coloniser, rappelant la façon dont Deleuze et Guattari caractérisent les Anglais qui habitent le plan d’immanence (couche de réel qui permet de penser les concepts), alors que les Français bâtissent et les Allemands fondent : « Les Anglais sont précisément des nomades qui traitent le plan d’immanence comme un sol meuble et mouvant, un champ d’expérience radical, un monde en archipel où ils se contentent de planter leurs tentes, d’île en île et sur mer » (Deleuze et Guattari 106). Si nos jeunes héros, personnages de papier, ne peuvent faire retour sur eux-mêmes mais font bien en revanche retour physique sur leur terre natale, ce qui circule et se produit en eux est toujours déjà contenu en eux. L’intérieur est donc, une fois de plus, urbi et orbi dans cette immensité territoriale qu’est l’Empire britannique.

Haut de page

Bibliographie

Adams, James Eli. Dandies and Desert Saints: Styles of Victorian Manhood. Ithaca : Cornell UP, 1995.

Baden-Powell, Robert. Scouting for Boys. 1908. Oxford : OUP, 2004.

Ballantyne, Robert M. The Coral Island: A Tale of the Pacific Ocean. 1858. Fairfield: 1st World Library, 2006.

Bellet, Roger. « L’aventure didactique dans le Magasin d’Éducation et de Récréation de Hetzel (1864-1869) ». L’Aventure dans la littérature populaire du XIXe siècle. Ed. Roger Bellet. Lyon : PU de Lyon, 1985. 89152.

Brantlinger, Patrick. Rule of Darkness: British Literature and Imperialism, 1830-1914. Ithaca : Cornell UP, 1988.

Brosse, Monique. Le Mythe de Robinson. Paris : Minard, 1993.

Burton, Antoinette. Empire in Question: Reading, Writing and Teaching British Imperialism. Durham : Duke UP, 2011.

Connell, R. W. Masculinities. Berkeley : U of California P, 1995.

Demetriou, Demetrakis Z. « Connell’s Concept of Hegemonic Masculinity: A Critique ». Theory and Society 30.3 (Juin 2001) : 33761.

Deleuze, Gilles. L’Ile déserte et autres textes : textes et entretiens 1953-1974. Paris : Minuit, 2002.

Deleuze, Gilles & Félix Guattari. Qu’est-ce que la philosophie ? 1991. Paris : Minuit, 2005.

Frye, Northrop. « The Argument of Comedy ». Shakespeare: Modern Essays in Criticism. Ed. Leonard F. Dean. New York : OUP, 1957. 7989.

Guille-Escuret, Georges. Les Mangeurs d’autres : civilisation et cannibalisme. Paris : EHESS, 2012.

Kingston, William H. G. How to Emigrate; or, The British Colonists: A Tale for All Classes. Londres : Grant and Griffith, 1850.

Lane, Dorothy F. The Island as Site of Resistance: An Examination of Caribbean and New Zealand Texts. New York : Peter Lang, 1995.

Letourneux, Matthieu. Le Roman d’aventures, 1870-1930. Limoges : PU de Limoges, 2010.

Marryat, Frederick. Mr Midshipman Easy. Londres : Saunders and Otley, 1836.

Marryat, Frederick. The Little Savage. Londres : Routledge, 1848.

Phillips, Richard. Mapping Men & Empire: A Geography of Adventure. Londres : Routledge, 1997.

Plotz, John. Portable Property: Victorian Culture on the Move. Princeton : Princeton UP, 2008.

Tosh, John. « Gentlemanly Politeness and Manly Simplicity in Victorian England ». Transactions of the Royal Historical Society 12 (2002) : 455–72.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre la notion d’« îles heureuses », imaginée par Monique Brosse (Brosse 24).

2 Le temps passé sur l’île correspond ainsi à la période de mort initiatique du novice, au cours de laquelle il se voit confier une partie des savoirs nécessaires à sa réintégration sociale.

3 [ma traduction]

4 Baden-Powell recommande ainsi à tout jeune scout d’être constamment disposé à agir : « The Scout Motto is : be prepared » (Baden-Powell 44).

5 Le concept de masculinité prédominant au XVIIIe siècle était, non pas celui de manliness, mais celui de politeness qui reposait, selon Tosh, sur une condition primordiale de possibilité : le temps libre, prérogative des classes supérieures. Avec l’essor de classes moyennes, l’idéal de politeness perdit progressivement de son prestige (Tosh 463).

6 Pour nos auteurs de romans d’aventures pour garçons, le modèle prédominant est, sans grande surprise, celui d’hommes des classes moyennes urbaines qui contrôlaient et produisaient la grande majorité des récits victoriens de la masculinité.

7 Concept développé par R. W. Connell.

8 Expression empruntée à Georges Guille-Escuret.

9 [ma traduction].

10 On sent en effet ici l’influence de la tradition puritaine des récits de pèlerinage du XVIIe siècle, dans laquelle le pèlerinage était envisagé comme une métaphore du cheminement humain à travers la vie.

11 Ce qui est l’une des raisons souvent avancée pour expliquer l’absence quasi totale de personnages féminins dans ces romans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentine Prévot, « Territoires méridionaux et îles australes : laboratoires du masculin dans les premiers romans d’aventures pour garçons victoriennes », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 83 Printemps | 2016, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cve.revues.org/2515 ; DOI : 10.4000/cve.2515

Haut de page

Auteur

Valentine Prévot

Valentine Prévot, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée d’anglais, est en cinquième année de doctorat à l’UFR d’Études Anglophones de l’Université Paris-Diderot, au sein du LARCA. Elle prépare une thèse intitulée : « L’aventure du masculin : les aléas de la création d’une masculinité idéale dans le roman d’aventures britannique pour garçons, 1830-1860 », sous la direction de Mme le Professeur Sara Thornton. Elle a récemment participé au colloque international « Contacts, frictions, heurts dans le monde anglophone » à l’Université de Strasbourg en 2014.
Valentine Prévot, former student of the École Normale Supérieure de Lyon, is a fifth-year doctoral student at Paris Diderot University and a member of the Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones (LARCA). She is currently preparing a PhD dissertation, supervised by Professor Sara Thornton and entitled “The adventure of masculine subjectivity: the ups and downs of the creation of an ideal masculinity in British boys’ adventure stories from 1830 to 1860.” She recently participated in the international conference “Contacts, Frictions, Clashes in the English-Speaking World” at the University of Strasbourg in 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org