Navigation – Plan du site
Commitment/L'engagement: atelier de la SFEVE

« Even the most ignorant among the insane are not beyond the reach of instruction » : l’école à l’Asile de Hanwell ou le pari controversé d’un aliéniste engagé (1839-1853)

‘Even the most ignorant among the insane are not beyond the reach of instruction’: schooling at Hanwell Asylum; or the controversial challenge of a committed alienist (1839-1853)
Laurence Dubois

Résumés

Une figure se détache dans l’histoire de la psychiatrie victorienne, celle du Docteur John Conolly (1794-1866), rendu célèbre par son action au sein de l’Asile du Comté du Middlesex à Hanwell, un asile pour aliénés indigents, situé dans la banlieue ouest de Londres. Dès son arrivée en 1839, il y met en place une politique de non-restraint (abandon des moyens de contention mécaniques) à une échelle jusqu’alors inédite. La particularité de cette prise en charge thérapeutique est de mettre l’accent sur la qualité de l’environnement et du mode de vie des patients, dans une logique de soins innovante que l’on nommerait aujourd’hui « thérapie d’occupation ». L’éducation est également au cœur des préoccupations du Dr Conolly, et une école est créée au sein de l’asile, à son initiative. Les méthodes pédagogiques, fondées sur la motivation, la confiance et l’encouragement, ne sont pas sans rappeler une certaine conception de la pédagogie défendue par les Owénistes, peu courantes dans la société anglaise contemporaine. Il suffit de consulter l’ouvrage de Robert Dale Owen, An Outline of the System of Education at New Lanark, publié en 1824, pour être frappé par la ressemblance entre les deux approches. La question de l’éducation à l’asile est particulièrement controversée, et reste une source de conflits récurrents. John Conolly, qui est par ailleurs proche des mouvements d’éducation populaire, du chartisme et de l’owénisme, mènera durant toutes ses années d’exercice à l’Asile de Hanwell un combat quotidien en faveur d’une éducation des aliénés indigents. On ne saurait considérer l’engagement de Conolly en faveur de l’éducation comme un geste strictement thérapeutique, car son action s’inscrit manifestement dans le débat plus large de l’éducation des pauvres, dont on sait qu’elle fut l’un des grands questionnements de la société victorienne.

Haut de page

Texte intégral

1Une figure se détache très nettement dans l’histoire de la psychiatrie victorienne, celle du Docteur John Conolly (1794–1866), rendu célèbre par son action au sein de l’Asile du Comté du Middlesex à Hanwell, asile public pour aliénés indigents, situé dans la banlieue ouest de Londres. Dès son arrivée sur le poste de directeur médical (superintendent) de l’asile en 1839, Conolly y met en place une politique d’abandon des moyens de contention mécanique à une échelle jusqu’alors inédite, puisque cela concerne près de mille patients, même si cette politique n’est pas sans rappeler le « traitement moral » du Français Philippe Pinel, dont John Conolly se réclame d’ailleurs fréquemment, ou les méthodes adoptées dès la fin du xviiie siècle par William Tuke à La Retraite (The Retreat), l’asile Quaker d’York. Le non-restraint ne se limite pas à libérer physiquement les patients, mais implique une conception entièrement nouvelle de leur activité. Cette prise en charge thérapeutique met l’accent sur la qualité de l’environnement et du mode de vie des patients, dans une logique de soins innovante que l’on désignerait aujourd’hui par le terme « thérapie d’occupation ». Cela se traduit très concrètement, au quotidien, par des activités manuelles, du travail, mais aussi des jeux d’intérieur, des jeux de plein air, des divertissements, qui vont des bals aux fêtes de Noël, des kermesses aux pique-niques sur l’herbe. Le « divertissement » est à prendre au sens pascalien du terme, comme pratique d’esquive, où il s’agit de ne plus penser à quelque chose qui nous afflige, ce qui est particulièrement pertinent dans la logique de soins défendue par Conolly.

  • 1 Les références bibliographiques aux documents (non publiés) des archives de Hanwell seront mentionn (...)

2L’engagement de John Conolly en faveur d’un cadre de vie agréable, de distractions accordées aux patients et d’un confort de vie général s’inscrit clairement dans une démarche thérapeutique, mais l’éducation est également au cœur de ses préoccupations, et cet engagement semble dépasser le cadre strictement médical et se rattacher à des enjeux sociaux et politiques. En militant en faveur de l’éducation à Hanwell, Conolly fait bien évidemment son travail de médecin psychiatre, soucieux de l’amélioration de l’état psychique de ses patients, et il insiste d’ailleurs longuement sur les vertus curatives de l’instruction. On ne saurait cependant considérer son engagement comme un geste purement thérapeutique, dénué de toute portée sociale. Le Comité de Direction de l’asile l’a bien compris, qui soutient sans réserve et unanimement le financement et l’organisation de fêtes de fin d’années, de pique-niques et de soirées musicales pour les patients, mais se montre nettement plus réticent pour tout ce qui touche à la création de l’école, à son maintien dans la durée et à la mise à disposition des moyens nécessaires à son bon fonctionnement. Il apporte cependant un soutien ponctuel à cette initiative, l’un des administrateurs de l’asile déclarant en 1842, aux côtés de Conolly : « Even the most ignorant among the insane are not beyond the reach of instruction »(Sixty-First report 30)1.

3Cette question est cependant particulièrement controversée, et reste une source de conflits récurrents, comme l’attestent les comptes rendus de réunion qui figurent dans les archives de l’asile.

4À travers cette présentation, je m’attacherai tout d’abord à analyser la pertinence et la nécessité d’une instruction des aliénés indigents dans l’esprit de Conolly. Je présenterai ensuite les modalités pratiques et pédagogiques de cette éducation à Hanwell, ce qui me conduira à une réflexion sur ce qui constitue sans doute l’un des points centraux et originaux de l’engagement de Conolly en tant qu’aliéniste : la dimension politique et sociale de sa vision de l’éducation et son caractère potentiellement subversif.

  • 2 Selon Philippe Chassaigne, cette situation va évoluer sensiblement et favorablement au cours du siè (...)

5Les patients de Hanwell dans les années 1840 font partie de cette génération pour laquelle pauvreté et instruction sont difficilement compatibles. Nombre d’historiens s’accordent à dire qu’il est bien difficile de trouver un enfant des classes laborieuses qui aille à l’école au début du siècle, tant l’instruction populaire est négligée (Jones 59). Il serait donc logiquement prévisible que sur une population comme celle de l’Asile de Hanwell, composée d’indigents, le taux d’analphabétisme ou d’illettrisme soit au moins égal, sinon supérieur à la moyenne de la population générale. Sans trop entrer dans les détails, on considère que, dans les années 1840, le nombre de femmes qui se révèlent incapables d’apposer leur signature dans le registre le jour de leur mariage s’élève à 50 %. Pour les hommes, la situation est un peu différente, avec cependant 33 % des hommes qui ne savent pas écrire leur nom (Jones 59). Néanmoins, l’importance de la lecture est généralement reconnue, et les gens qui savent lire ne sont pas aussi rares que l’on pourrait le penser, alors que l’écriture reste encore, au début du xixe siècle, l’apanage des classes moyennes et supérieures2.

  • 3 « The Second report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at H (...)
  • 4 « Twelfth Report of the Physician, January 1st, 1850 », « The Eighth Report of the Committee of Vis (...)
  • 5 « The Second report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at H (...)
  • 6 5 % en 1840 (11 sur 213) et 1852 (6 sur 120), 4 % en 1842 (7 sur 166), 6 % en 1843 (11 sur 166), 3  (...)
  • 7 52 % des patients admis en 1840 savent lire et écrire, 64 % en 1841, 59 % en 1842, 57 % en 1843, et (...)
  • 8 Ce changement peut s’expliquer par le mode d’admission des patients, un nombre de plus en plus impo (...)

6Le niveau d’instruction des patients est une préoccupation réelle et constante pour le docteur Conolly. J’en veux pour preuve le tableau relatif au « degree of education of the patients admitted during the year », qu’il publie tous les ans de 1840 à 1844 au sein de son rapport annuel3, puis en 1849 et 18524. Le tableau se présente en général sous la même forme : on trouve cinq catégories de patients, classés du plus haut niveau d’instruction au plus faible, la cinquième catégorie étant réservée à ceux pour qui l’évaluation n’a pas été possible5. Sans grande surprise, la première catégorie, ceux qui ont un bon niveau d’instruction, n’est que très peu représentée, jamais plus de 6 % des patients6, avec une supériorité souvent manifeste des hommes par rapport aux femmes, à l’exception de l’année 1852, où 5 patients sur les 6 instruits sont des femmes (Eighth report). Les patients qui savent lire et écrire sont en revanche beaucoup plus nombreux, et sur les premières années la proportion oscille entre 52 et 65 % des patients, ce qui est très honorable dans le contexte général7. À partir de 1849, la situation se dégrade, et ils ne sont plus que 38 % en 1849, et seulement 35 % des patients en 1852 à savoir lire et écrire8. L’illettrisme total, identifié sous la rubrique « ne savent pas lire », touche les hommes et les femmes de la même manière, mais il est en définitive minoritaire (seulement 2,5 % en 1852), contrairement à ce que les chiffres de la population générale pouvaient laisser prévoir.

7On peut s’interroger sur ce décalage entre le niveau d’instruction attendu et celui que l’on rencontre parfois chez les patients de Hanwell. On trouve un début d’explication possible en consultant les registres d’admission de l’asile, car on est surpris de constater que la catégorie socioprofessionnelle des patients ne les prédisposait pas toujours à l’indigence, et pouvait impliquer un niveau d’instruction de base relativement convenable ; on trouve en effet de nombreux artisans : cordonniers, maçons, peintres, tailleurs, ainsi que des couturières ou des épicières… On peut penser que c’est bien la maladie mentale qui, en leur faisant perdre leur capacité à travailler, les a rendus incapables de subvenir à leurs besoins, et dépendants de l’assistance publique. Charles Maurice Davis, dans son ouvrage Mystic London…, paru en 1875, fait d’ailleurs la même remarque lorsqu’il évoque l’Asile de Hanwell et ses pensionnaires, au chapitre V, « A Lunatic Ball » :

One in particular was pointed out to me as an University graduate of high family, and on my inquiring how such a man became an inmate of a pauper asylum the official said, ‘you see, sir, when the mind goes the income often goes too, and the people become virtually paupers’. (Davis 43)

  • 9 « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 ». Précisons que les patients admis à l’asil (...)

8John Conolly s’appuie sur l’évaluation du niveau d’instruction des patients, un niveau largement perfectible mais pas totalement inexistant, pour s’efforcer de convaincre les autorités de l’asile de l’opportunité de prendre en charge l’instruction des pensionnaires. S’il reste prudent, et se déclare conscient des limites, il affirme néanmoins que l’on peut raisonnablement espérer de bons résultats en mettant en place un système qui permettrait d’instruire les patients de Hanwell, au même titre que toute personne des classes les plus pauvres qui ne souffre pas d’aliénation mentale9.

9Le Dr Conolly ne partage pas le point de vue relativement répandu selon lequel l’entrée dans l’âge adulte marquerait la fin des capacités d’apprentissage. Il considère que l’instruction peut être bénéfique à tous les profils de patients, car les patients souffrant de troubles mentaux peuvent ne présenter aucune déficience intellectuelle. S’il affirme ne pas avoir d’attente excessive par rapport à l’instruction des aliénés, sans doute pour ne pas être taxé d’idéalisme, il estime pourtant que l’établissement d’une école est particulièrement souhaitable et qu’il s’agit d’un moyen précieux de favoriser le rétablissement de certains patients convalescents, mais également de développer les facultés mentales des patients déclarés incurables. La pratique modérée, mais régulière, d’une activité intellectuelle est donc ce que Conolly préconise, et il reçoit le soutien de membres influents du personnel, dont l’aumônier, les médecins qui dirigent les deux services (l’aile des hommes et celle des femmes), et la surveillante générale.

10L’aumônier, qu’il s’agisse du Révérend Burt dans les débuts ou de son successeur, le Révérend May, est l’un des premiers acteurs de l’éducation des patients, éducation qui ne se limite pas à une instruction religieuse. Au départ, John Burt joue les maîtres d’école, et prodigue lui-même un enseignement à plus de 120 patients, hommes et femmes. Mais il estime rapidement que son action est insuffisante, et un maître et une maîtresse d’école sont engagés, à sa demande et avec l’entière approbation du Dr Conolly (Sixty-Seventh Report 5). Le contenu des enseignements s’élargit alors considérablement, et c’est aussi bien la lecture que l’écriture, le dessin, l’arithmétique, la géographie et le chant qui sont enseignés (Fifth Report, 1843). On sait peu de chose sur les enseignants recrutés, hormis le fait qu’ils semblent être employés à titre expérimental, car ils ne sont embauchés que sur une base temporaire (Sixty-Seventh Report 5), et qu’ils sont payés respectivement £78 par an pour le maître et £39 pour la maîtresse d’école, soit environ le double d’un surveillant ou d’une infirmière (Sixty-Seventh Report 5). Aucune indication n’est donnée, en revanche, sur leur identité. L’expérience est de courte durée, les administrateurs prenant la décision de l’interrompre sans préavis, et contre l’avis de Conolly.

11Lorsque le Révérend May prend la succession de John Burt, en 1844, les écoles ne sont déjà plus d’actualité. Il faut attendre 1847 pour que le sujet soit remis à l’ordre du jour, et le Révérend May joue un rôle important dans leur rétablissement. Dans un courrier adressé aux administrateurs de l’asile, il apporte des indications précises sur le profil requis en vue du recrutement d’un instituteur et d’une institutrice, les qualités indispensables à l’exercice de ce métier lui paraissant être un mélange équilibré de zèle, de persévérance et de bienveillance, sans oublier une parfaite maîtrise de soi et une nature enjouée. Il rappelle également qu’une qualification des candidats dans le domaine de l’enseignement est impérative (Lettre de l’aumônier). Le Comité de Direction prend alors la décision de rétablir les écoles, une décision qui remporte l’adhésion de tous.

  • 10 Ils touchent entre £200 et £350.
  • 11 Ce registre ne figure pas dans les archives de l’asile.

12La deuxième phase de l’instruction à Hanwell, qui débute en 1847, voit le recrutement de deux nouveaux enseignants, un père et sa fille : Mr Frederick Waite et Miss Charlotte Waite (Réunions des 9 et 16 décembre 1847). Leurs salaires (respectivement £90 et £60), s’ils restent peu élevés proportionnellement à la surveillante générale, à l’aumônier ou aux médecins10, présentent un écart suffisant avec le reste du personnel pour marquer l’importance de leur statut au sein de l’institution : un statut certes intermédiaire, mais qui les positionne néanmoins, symboliquement sinon tout à fait financièrement, au niveau des cadres (officers) de l’asile. Leurs obligations professionnelles sont définies dans un document intitulé « Resolutions of the Committee of Visitors respecting male and female schools », adopté en assemblée le 23 décembre 1847. Leur travail se fait en étroite collaboration avec le personnel encadrant de l’établissement, l’aumônier, mais aussi les médecins et la surveillante générale, qui sont officiellement chargés d’une forme de supervision des écoles. Les enseignants doivent rendre compte des tâches accomplies et du nombre de patients concernés par leur action, et un registre est prévu à cet usage, The Education Book11, qui devra être présenté à chaque réunion du Comité de Direction (Resolutions respecting schools article 3). Il est établi que les écoles n’ont pas pour but de fonctionner grâce à une quelconque obligation de présence des patients, ni d’empiéter sur leur travail ou leurs loisirs, et que les médecins seront seuls juges de l’opportunité pour un patient d’aller ou non en classe (Resolutions article 4).

  • 12 Les programmes des cours sont mentionnés, notamment, dans le compte rendu des réunions du 25 octobr (...)

13L’enseignement dispensé à Hanwell est fondé sur les compétences essentielles de lecture et d’écriture, mais s’ouvre également à la géographie, l’arithmétique, qui semble, comme par le passé, réservée aux hommes (Fifth Report 1843), le chant, mais aussi l’histoire, sans oublier l’histoire naturelle12. En ce qui concerne la géographie, les activités pratiquées consistent à décrire les différents pays à la surface de la terre, en utilisant des cartes et un globe, et l’histoire naturelle s’appuie sur des descriptions simples d’animaux divers et variés à l’aide d’images, qui remportent un franc succès et dont on remarque qu’elles suscitent un vif intérêt.

14Les patients semblent participer avec plaisir aux activités éducatives qui leurs sont proposées et l’ambiance des cours paraît conviviale et souvent ludique :

Each patient read a few passages in turn, and the subject of the reading, which was always of a kind easy to be understood by those who were in the class, was rendered clearer or more amusing by the help of pictures, or a map, or a familiar explanation. […] The patients frequently corrected the reading of those who read incorrectly, and their interference was submitted to with perfect good humour. (Conolly 1842, 160–61)

15Il est primordial d’entretenir une atmosphère à la fois studieuse et conviviale, et surtout stimulante, et les qualités d’enseignant de Frederick Waite dans ce domaine sont constamment louées (Lettre du Dr Hitchman).

16Les exemples sont nombreux, des efforts et des progrès réalisés par les patients, comme ce vieil homme qui vient systématiquement aux cours sans ses lunettes, prenant ce prétexte pour s’abstenir de lire, mais qui, au bout de quelques séances, paraît prendre confiance en lui, et se laisse aller à lire un passage, exprimant alors une grande satisfaction par rapport à sa propre réussite. On retiendra aussi l’exemple d’une patiente épileptique, qui a le plus grand mal à articuler correctement dans les débuts, mais fait des progrès remarquables à chaque nouvelle séance, ou de cette patiente jugée trop agitée pour bénéficier des cours et qui va jusqu’à s’imposer de force dans une classe, et rédige un devoir, une fois installée à son pupitre, avec une application supérieure à la moyenne, alors qu’elle n’a jamais appris à écrire avant son arrivée à l’asile (Lettre du Dr Hitchman).

  • 13 Désignée indifféremment sous le nom de « phantasmagoria lantern » ou « magic lantern ». « The Seven (...)

17Les cours collectifs sont reconnus comme le meilleur système d’enseignement possible pour les patients, car ils permettent de créer une animation, et sont censés exercer une profonde influence grâce à la force de l’imitation (Fifth Report 1843, 48). Dans la journée, une grande partie des patients de Hanwell travaille, et les horaires de cours ne sont donc pas compatibles avec leurs activités. Le maître et la maîtresse d’école organisent à leur intention des cours du soir, qui sont moins traditionnels et moins scolaires que les classes qui ont lieu dans la journée, et prennent souvent la forme de conférences (lectures), destinées à instruire autant qu’à distraire (Lettre de l’aumônier). L’asile s’est doté au printemps 1844 d’une lanterne magique13 et les projections organisées par Mr Waite sont à la frontière de l’instruction et du divertissement pur, et sont essentiellement présentées comme « attractive entertainments » ou « evening amusements » (Seventh Report 11), bien que non dépourvues d’une certaine visée éducative.

18L’éducation à Hanwell prend donc des formes variées, et il est intéressant de remarquer que le souci pédagogique est constant, pour rendre les cours attrayants, mettre les élèves en confiance, faire progresser chacun selon ses capacités. On ne peut cependant omettre de préciser que le nombre de patients concernés est assez faible, proportionnellement au nombre total de pensionnaires. Pas plus d’une centaine de patients, cent-cinquante tout au plus, semblent pouvoir bénéficier de l’instruction dispensée à Hanwell, ce qui représente un pourcentage réduit de la population asilaire, de l’ordre de 10 à 15 %. Même dans ses meilleurs moments, l’école de Hanwell reste l’apanage d’un petit nombre.

19Est-ce l’une des raisons pour lesquelles l’école est constamment menacée de fermeture par le Comité de Direction ? Rien n’est moins sûr, dans la mesure où cet argument n’est jamais évoqué explicitement.

20En septembre 1852, alors que le Dr Conolly vient tout juste de démissionner de ses fonctions à la tête de l’asile, le Comité de Direction prend la décision de fermer l’école de Hanwell (Réunion du 23 septembre 1852), décision définitivement entérinée le 4 novembre 1852, et mentionnée dans le compte rendu de réunion. Cela ne donne lieu à aucun débat, et aucun argument n’est avancé pour sa justification. L’instituteur quitte l’asile le 31 mars 1853 (Registers of officers). Les écoles ne seront jamais rétablies à Hanwell.

21On peut s’interroger sur le fait qu’il soit si difficile d’obtenir un consensus lors des réunions du Comité de Direction sur la question des écoles à Hanwell. Il paraît judicieux de replacer cette question dans un contexte social plus large, puisque l’on sait que l’éducation des pauvres dans la société victorienne est un sujet particulièrement controversé. La position des administrateurs de l’asile diffère peu de l’état d’esprit classique des autorités responsables de l’application de la Poor Law, qui sont fréquemment hostiles à l’idée d’instruire les indigents (Lawson 283), car l’idée que la classe ouvrière devrait être instruite est loin de faire l’unanimité. La nécessité d’une éducation des pauvres commence néanmoins à se faire plus vivement sentir dans les années 1830 et 1840 et, plutôt que de la négliger, on envisage alors de la guider, de la contrôler et, dans une certaine mesure, de la canaliser (Sutherland 129).

22Ce parallèle entre les réticences par rapport à l’éducation des patients de Hanwell et la controverse autour de l’éducation des pauvres me semble pertinent, dans la mesure où il permet sans doute d’apporter quelques éléments d’explication à l’attitude versatile des administrateurs de l’asile, contre lesquels Conolly doit très souvent lutter. Il n’est pas inutile de rappeler ici que John Conolly, comme il a soutenu la Society for the Diffusion of Useful Knowledge, soutient également le mouvement chartiste pour l’octroi du droit de vote aux hommes de la classe ouvrière (Showalter 45), et qu’il est connu pour avoir des idées socialistes (Haw 51) : il aurait même reçu Robert Owen en personne à l’asile dès sa prise de fonction (Tebbutt 18–19).

23En matière de déclarations ou d’actions progressistes en faveur de l’éducation des classes populaires, John Conolly est loin d’être novice, puisqu’il a déjà prononcé en 1834 un discours intitulé « A Lecture on the attractions and advantages of knowledge », lors de l’inauguration du Mechanics’ Institute de Leicester. Dans ce discours, Conolly vante sans ambiguïté les mérites de l’instruction pour tous en se déclarant fervent partisan de l’éducation des classes populaires : « I may confess myself an enthusiast in the cause of popular education » (Conolly 1834, 5).

  • 14 Si le terme « usine » peut sembler anachronique à une époque où l’on parle plus souvent de « manufa (...)

24Selon son gendre, Henry Maudsley, lui-même éminent psychiatre, John Conolly est « a reformer by nature » (Hunter 86), et se consacre de fait à toute action qui va dans le sens d’un progrès social. Plusieurs auteurs vont plus loin dans leur analyse, tel Akihito Suzuki qui estime que l’Asile de Hanwell a été conçu sur le modèle de New Lanark, l’usine14 utopique de Robert Owen (Suzuki 13), ou l’historienne Elaine Showalter, qui considère également que Conolly voyait les réformes des asiles comme le commencement de la réforme sociale et d’une forme d’harmonie utopique (Showalter 112). Selon elle, Conolly « found an outlet for his liberalism in creating the experimental community of Hanwell » (Showalter 46).

25Il est en effet troublant de voir à quel point l’expérience de New Lanark présente des similitudes avec l’univers que John Conolly tente de créer à Hanwell, toutes proportions gardées par rapport au contexte, et c’est sans doute dans leur approche de l’éducation que les deux hommes se rejoignent le plus visiblement. L’expérience éducative menée à Hanwell ressemble en effet à s’y méprendre à l’école de New Lanark telle qu’elle est minutieusement décrite en 1824 par Robert Dale Owen et James Mill dans leur ouvrage, An Outline of the System of Education at New Lanark.

26L’éducation, qui est au cœur du projet owéniste, tout comme l’influence de l’environnement sur l’individu, se retrouvent également comme éléments centraux dans la pensée et les pratiques du docteur Conolly. Si l’on considère les objectifs de l’éducation à Hanwell et les pratiques pédagogiques fondées sur le plaisir, l’échange et l’encouragement, s’adressant aux hommes comme aux femmes, l’influence de la pensée owéniste sur le combat mené par Conolly en faveur de l’éducation semble clairement identifiable. Cela ne peut que contribuer à en faire un combat qui dépasse les frontières de l’ambition thérapeutique avouée pour rejoindre le champ du social et du politique.

Haut de page

Bibliographie

Archives de l’Asile de Hanwell (London Metropolitan Archives) :

H11/HLL/A/ 07/020 Conolly, John. « The Formal education of patients », 1842.

H11/HLL/A/09/005 « Hanwell Lunatic Asylum. Resolutions of the Committee of Visitors respecting male and female schools, adopted 23 Dec 1847 ».

H11/HLL/C/01/005 « Registers of officers and servants of the Asylum ».

H11/HLL/A/01/009 Comptes rendus des réunions des 9 et 16 décembre 1847.

H11/HLL/A/01/091 Compte rendu de réunion du 23 septembre 1847, lettre de l’aumônier.

H11/HLL/A/01/098 Compte rendu de réunion du 5 janvier 1848, lettre du Dr Hitchman.

H11/HLL/A/01/0150 Compte rendu de réunion du 25 octobre 1849.

H11/HLL/A/01/0159 Compte rendu de réunion du 7 mars 1850.

H11/HLL/A/01/0227 Compte rendu de réunion du 23 septembre 1852.

H11/HLL/A/01/0231 Compte rendu de réunion du 4 novembre 1852.

H11/HLL/A/05/001 « The Second Report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1840 » in Annual reports 1840-1841.

H11/HLL/A/05/001 « The Third Report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1841 » in Annual reports 1840-1841.

H11/HLL/A/05/002 « The Fifth Report of the Resident Physician, 1843 » in Annual reports 1842-1843.

H11/HLL/A/05/002 « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 », in Annual reports 1842-1843.

H11/HLL/A/05/003/A « Twelfth Report of the Physician, January 1st, 1850 » in Annual reports 1850-1853.

H11/HLL/A/05/003/A « The Sixth Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1852 », in Annual reports 1850-1853.

H11/HLL/A/05/003/A « The Seventh Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1852 », in  Annual reports 1850-1853 .

H11/HLL/A/05/003/A « The Eighth Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1853 », in  Annual reports 1850-1853.

H11/HLL/A/05/002 « The Sixty-First Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1842 » , in Annual reports 1842-1843.

H11/HLL/A/05/002 « The Sixty-Second Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1842 », in Annual reports 1842-1843.

H11/HLL/A/05/002 « The Sixty-Seventh Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1843 », in Annual reports 1842-1843.

H11/HLL/A/05/002 « The Seventy-First Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1844 », in Annual reports 1842-1843.

Ouvrages publiés :

Chassaigne, Philippe. Histoire de l’Angleterre. 1996. Paris : Aubier, Montaigne, 1998.

Conolly, John. A Lecture on the Attractions and Advantages of Knowledge: Delivered at the Opening of the Leicester Mechanics’ Institute on Tuesday Evening, February 4, 1834. Leicester: A. Cockshaw, 1834.

Davis, Charles Maurice. Mystic London, or Phases of Occult Life in the Metropolis. Londres : Tinsley Brothers, 1875.

Haw, Camilla. « John Conolly’s attendants at the Hanwell Asylum ». History of Nursing Journal 3.1 (1er janvier 1990): 26–58.

Hunter, Richard, and D. Bennett. « One Hundred years after John Conolly ». Proceedings of the Royal Society of Medicine 60.1 (1er janvier 1967): 85–92.

Jones, Dorsey D. Edwin Chadwick and the Early Public Health Movement in England. Vol. 10, n° 3. Iowa City: University of Iowa Studies in the Social Sciences, 1931.

Lawson John, and Harold Silver. A Social History of Education in England. 1973. Londres : Routledge, 2007.

Owen, Robert Dale, and James Mill. An Outline of the System of Education at New Lanark. 1824. Londres : Routledge Thoemmes Press, 1993.

Showalter, Elaine. The Female Malady. Women, Madness and English Culture, 1830-1980. Londres : Virago Press, 1987.

Sutherland, Gillian, Ed. Thompson, F.M.L. The Cambridge Social History of Britain, 1750-1950. Social Agencies and Institutions. Vol. 3. Cambridge: CUP, 1990.

Suzuki, Akihito. « The Politics and Ideology of Non-Restraint: the Case of the Hanwell Asylum ». Medical History 39 (1995): 1–17.

Tebbutt, Francis. Letter to the Magistrates of the County of Middlesex, from the Rev. Francis Tebbutt (Chaplain of the County pauper lunatic asylum, at Hanwell). Londres: John W. Parker, 1841.

Haut de page

Notes

1 Les références bibliographiques aux documents (non publiés) des archives de Hanwell seront mentionnées entre parenthèses sous leur dénomination la plus claire, telle « Sixty-First report » ou « Register of officers ». Lorsque la référence renvoie à un trop grand nombre de documents, elle sera donnée en note de bas de page. Le numéro de page sera mentionné uniquement lorsque cela est possible et pertinent, certains documents, non publiés, n’étant pas paginés.

2 Selon Philippe Chassaigne, cette situation va évoluer sensiblement et favorablement au cours du siècle : en dépit « d’un tableau d’ensemble du système éducatif anglais qui peut apparaître mitigé […] en 1900, l’Angleterre est alphabétisée à 97 %, [détenant] ainsi un record mondial supplémentaire ». Philippe Chassaigne. Histoire de l’Angleterre. 1996. Paris : Aubier, Montaigne, 1998. 273.

3 « The Second report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1840 », « The Third report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1841 », « The Sixty-Second Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1842 », « The Fifth Report of the Resident Physician, 1843 », « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 ».

4 « Twelfth Report of the Physician, January 1st, 1850 », « The Eighth Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1853 ».

5 « The Second report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1840 », « The Third report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1841 », « The Sixty-Second Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1842 », « The Fifth Report of the Resident Physician, 1843 », « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 ».

6 5 % en 1840 (11 sur 213) et 1852 (6 sur 120), 4 % en 1842 (7 sur 166), 6 % en 1843 (11 sur 166), 3 % en 1844 (4 sur 123), 2,6 % en 1849 (3 sur 113). « The Second Report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1840 », « The Eighth Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1853 », « The Sixty-Second Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1842 », « The Fifth Report of the Resident Physician, 1843 », « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 », « Twelfth Report of the Physician, January 1st, 1850 »

7 52 % des patients admis en 1840 savent lire et écrire, 64 % en 1841, 59 % en 1842, 57 % en 1843, et jusqu’à 65 % en 1844. « The Second Report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1840 », « The Third Report of the Resident Physician of the County of Middlesex Pauper Lunatic Asylum at Hanwell, October 1st 1841 » , « The Sixty-Second Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1842 », « The Fifth Report of the Resident Physician, 1843”, « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 »

8 Ce changement peut s’expliquer par le mode d’admission des patients, un nombre de plus en plus important de patients très âgés étant transféré de la workhouse à l’asile… « Twelfth Report of the Physician, January 1st, 1850 », « The Eighth Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1853 ».

9 « The Fifth Report of the Physician, October 1st, 1844 ». Précisons que les patients admis à l’asile de Hanwell sont, dans leur très grande majorité, des adultes. Il arrive, rarement, que des enfants soient envoyés à Hanwell, à défaut d’une institution spécifique susceptible de les accueillir, même si cela se produit dans une proportion infime (de l’ordre de 10 pour 1 000). Lorsque l’on parle d’instruction à Hanwell, à quelques très rares exceptions près, il s’agit donc de l’instruction de patients adultes, et non d’enfants ou d’adolescents.

10 Ils touchent entre £200 et £350.

11 Ce registre ne figure pas dans les archives de l’asile.

12 Les programmes des cours sont mentionnés, notamment, dans le compte rendu des réunions du 25 octobre 1849 et du 7 mars 1850, ainsi que dans les rapports suivants : « The Fifth Report of the Resident Physician, 1843 »: 48, « The Sixty-Seventh Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1843 »: 5.

13 Désignée indifféremment sous le nom de « phantasmagoria lantern » ou « magic lantern ». « The Seventy-First Report of the Visiting Justices of the County Lunatic Asylum at Hanwell, 1844 », dépenses d’avril à juin 1844, « The Sixth Report of the Committee of Visitors of the County Lunatic Asylum at Hanwell, January Quarter Session 1852 ».

14 Si le terme « usine » peut sembler anachronique à une époque où l’on parle plus souvent de « manufacture », c’est cependant le terme usité dans les travaux des historiens français consacrés à New Lanark, ce qui se justifie par le fait qu’il s’emploie depuis le xviiie siècle dans son sens actuel d’établissement industriel conçu pour la fabrication en série de produits, dans lequel les ouvriers utilisent des machines mues par différentes sources d’énergie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Dubois, « « Even the most ignorant among the insane are not beyond the reach of instruction » : l’école à l’Asile de Hanwell ou le pari controversé d’un aliéniste engagé (1839-1853) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 83 Printemps | 2016, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cve.revues.org/2590 ; DOI : 10.4000/cve.2590

Haut de page

Auteur

Laurence Dubois

Laurence Dubois enseigne en tant que PRAG à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle a auparavant travaillé pendant sept ans comme professeur d’anglais dans une clinique psychiatrique pour adolescents et jeunes adultes à Paris (Clinique Georges Heuyer). Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en civilisation britannique à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Ses recherches portent sur l’histoire de la psychiatrie, particulièrement à l’ère victorienne, et se concentrent sur l’asile pour aliénés indigents de Hanwell, et sa dimension de modèle utopique dans la psychiatrie britannique du xixe siècle.
Laurence Dubois teaches at the University of Paris Ouest Nanterre La Défense. She previously worked as an English teacher in a psychiatric clinic for teenagers and young adults in Paris (Clinique Georges Heuyer), where she taught for seven years. She is currently working on a PhD thesis in British civilisation at the University Sorbonne Nouvelle (Paris III). Her particular field of interest is the history of psychiatry, more specifically during the Victorian era, also known as the ‘asylum era’. Her research focuses on Hanwell County Lunatic Asylum as a utopian model in nineteenth-century British psychiatry.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org