Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Sean Grass. Charles Dickens’s Our Mutual Friend, a Publishing History

Farnham: Ashgate, 2014. xiv + 274 p. ISBN: 9780754669302 (hbk)
Christine Huguet
Référence(s) :

Sean GRASS. Charles Dickens’s Our Mutual Friend, a Publishing History. Farnham: Ashgate, 2014. xiv + 274 p. ISBN: 9780754669302 (hbk)

Texte intégral

1Le livre qui fait l’objet du présent compte rendu mérite de retenir toute l’attention du lecteur, ne serait-ce que parce que son auteur, Sean Grass, a travaillé en terrain relativement vierge, ce qui, concernant un auteur du statut de Dickens, constitue un rare privilège. En raison de la place particulière qu’occupe Our Mutual Friend dans l’imposant corpus dickensien (il s’agit du dernier roman complet de Dickens, livré en feuilletons mensuels de mai 1864 à novembre 1865), on pourrait supposer que ce texte a déjà fait l’objet d’études approfondies. Or, ce n’est pas tout à fait le cas ; certes, de nombreux articles et chapitres remarquables lui ont été et continuent de lui être consacrés, parfois dans une recherche associée sur les textes tardifs du romancier. Mais depuis 1986, date de publication du Companion to Our Mutual Friend de Michael Cotsell (chez Allen & Unwin), un seul ouvrage entier s’est intéressé à Our Mutual Friend, ou plus précisément, à la métropole londonienne telle qu’elle est représentée dans le roman : Victorian London, die englische Metropole aus der Sicht von Charles Dickens « Our Mutual Friend » (AV Akademieverlag), étude de 2013 signée par l’historienne allemande Marlene Ernst, de l’université de Salzbourg.

2La réticence à aborder Our Mutual Friend dans sa singularité ne date pas d’aujourd’hui : en 1979, soit sept ans avant la parution du Companion, Palgrave Macmillan n’accordait ainsi à ce long roman qu’un tiers de l’espace d’un Casebook (Charles Dickens: Hard Times, Great Expectations, and Our Mutual Friend, sous la direction de Norman Page). L’ouvrage de Sean Grass permet donc de combler, sur bon nombre de points, un vide à bien des égards surprenant, tout en arrivant à point nommé pour célébrer le cent-cinquantième anniversaire du roman.

3Cet anniversaire en rappelle un autre : celui de Dickens — 52 ans en 1854, l’année qui vit naître l’un des romans les plus énigmatiques de l’auteur, l’un de ceux, également, associant le plus intimement la vie et la mort, les êtres et les choses, le bien et le mal. Des 5 chapitres composant son étude, Sean Grass consacre les deux premiers à définir la passionnante synergie entre texte et contexte (biographique et historique à la fois). « In many respects, Dickens reinvented himself utterly in the years just before Our Mutual Friend », prévient Grass en introduction (4). Le premier chapitre (« The Man from Somewhere: Ellen Ternan, Staplehurst, and the Remaking of Charles Dickens ») étaye cette affirmation de façon substantielle, en revenant en détail sur les années 1857-1861. Personne n’ignore les deux grands bouleversements sentimentaux qui ponctuèrent cette période : la rupture avec Catherine et la liaison avec Ellen Ternan (séismes dont Michael Slater a récemment su nous rappeler les conséquences, sur les plans privé et public/littéraire, avec une bonne dose de suspense, dans The Great Charles Dickens Scandal, 2012).

4Dans ce chapitre et dans le suivant (« The Cup and the Lip : Writing Our Mutual Friend »), Grass dépeint l’immense labeur de Dickens en dépit des nombreuses difficultés qui marquent cette époque de sa vie : nouveaux impératifs liés à ses tournées de lectures publiques ; rupture avec Bradbury & Evans ; démêlés avec son illustrateur, Marcus Stone ; lancement de son nouveau périodique, All the Year Round ; mort de proches et d’amis (sa propre mère, son fils Walter, Augustus Egg, John Leech) ; et surtout, nette détérioration de sa santé. « By the time Dickens escaped to France in September 1865, he had very nearly killed himself with the labor of writing Our Mutual Friend, though of course he would not admit it », conclut Grass avec raison (69).

5L’étude des diverses étapes de production du roman constitue peut-être l’intérêt principal de ce second chapitre. Grass ne délaisse aucun état du texte : manuscrit, « number plans », épreuves corrigées, et même cette intéressante édition, annotée de la main de Dickens, cataloguée sous le nom de « Copy 4 » et que Grass renomme « Berg copy », « a grangerized two-volume first edition . . . newly discovered in the New York Public Library » (55). L’on saura particulièrement gré à Grass d’avoir examiné pour nous les feuillets constituant le « Morgan Library manuscript » (53) : plusieurs des superbes illustrations en couleur, insérées entre les pages 54 et 55, témoignent du casse-tête qu’offrent au chercheur les innombrables ratures, rajouts et réécritures qui ponctuent les 443 feuillets composant ce manuscrit. En revivant avec Grass les hésitations et les repentirs du texte, on se prend à espérer qu’un éditeur sera bientôt tenté de proposer une édition de ce manuscrit, à l’instar de Cambridge UP qui, en 2011, a sorti un magnifique recueil de photographies des pages manuscrites de Great Expectations (Townshend Collection, Wisbech).

6Dans son troisième chapitre, « Putting a Price upon a Man’s Mind : Our Mutual Friend in the Marketplace », Grass dépeint un romancier pour qui, on en conviendra aisément, « putting a price upon his mind had never been a laughing matter » (72). Our Mutual Friend consacra le retour du format du feuilleton mensuel chez Dickens, avant de faire l’objet d’un contrat de publication avec Chapman and Hall. Chiffres à l’appui, Grass évoque le succès commercial que remporta le feuilleton, en dépit d’un contexte économique peu favorable (diminution des exportations vers l’Amérique en guerre, « liquidity crisis of 1866-67 » [87]) : « Our Mutual Friend sold 380,000 monthly parts and 2,700 two-volume editions, attracted £2,700 in advertising revenue, and made Dickens more money than he had earned from a single novel in his life » (94).

7Grass ne se contente pas de battre en brèche l’idée que Dickens fut déçu par les chiffres de vente de son nouveau texte. Il démontre également, dans ses deux derniers chapitres, que Our Mutual Friend sut satisfaire lecteurs et critiques, dans leur immense majorité. Certes, il se doit de rappeler, dès l’introduction de son ouvrage, la déception que ressentirent certains contemporains de Dickens, lorsqu’ils découvrirent le roman qui avait la lourde tâche de succéder à Great Expectations (1861). Dès décembre 1865 et la parution du dernier feuilleton, Henry James, comme le rappelle à juste titre Grass, s’efforçait par exemple de damner à tout jamais le nouveau roman de Dickens (et ceux de la décennie précédente du même coup), en des termes d’une virulence devenue légendaire (et que reprend partiellement Grass en sous-titre, un brin provocateur, de son introduction) : « Our Mutual Friend is, to our perception, the poorest of Mr Dickens’s works. And it is poor with the poverty not of momentary embarrassment, but of permanent exhaustion. It is wanting in inspiration. For the last ten years it has seemed to us that Mr Dickens has been unmistakably forcing himself. Bleak House was forced; Little Dorrit was labored; the present work is dug out as with a spade and pickaxe ». L’auteur du présent compte rendu s’abstiendra prudemment de rouvrir ici la discussion sur les stratégies différenciées de représentation que ne peut manquer de susciter un tel jugement, aussi expéditif qu’injuste, et qui n’a pour seul mérite, peut-être, que d’éclairer l’esthétique (tâtonnante) du jeune James.

8Dans son quatrième chapitre, long d’une bonne trentaine de pages et intitulé « A Dismal Swamp? Our Mutual Friend and Victorian Critics », Grass crée donc un effet de surprise en revenant sur ce qu’il définit, avec raison, comme « some vague impression that Our Mutual Friend was panned by Victorian critics » (97). Aux yeux de certains lecteurs, ce roman continue, sans doute, de pâtir non seulement de la condamnation tristement célèbre prononcée par James, mais aussi du jugement plutôt négatif que John Forster offrit du roman, en seconde lecture, dans sa biographie (1874) publiée près de dix ans après son premier compte rendu plus élogieux (dans The Examiner) et quatre années après la disparition du romancier. Grâce à de substantielles analyses de comptes rendus, écrits en anglais entre juin 1864 et février 1866, Grass prouve que le roman remporta en fait un réel succès auprès des critiques contemporains, en dépit des vociférations des habituels détracteurs (tels que Walter Bagehot ou encore Leslie Stephen, dont les jugements de valeur, souligne Grass, étaient sans fondement sur le plan littéraire). Ce quatrième chapitre, ainsi que l’Appendice 3 qui reproduit la bonne quarantaine de comptes rendus passés en revue (dont 8 jusqu’à présent inédits), fournissent donc un complément indispensable au Critical Heritage de Philip Collins, consacré aux romans majeurs de Dickens (Barnes & Noble, 1971).

9Soucieux d’apporter des preuves supplémentaires de l’attractivité et de la longévité du roman, Grass souligne, dans son dernier chapitre, « The Voice of Society : Our Mutual Friend since 1870 », ce que chacun d’entre nous ne peut que constater, à propos de ce roman ou de tout autre de l’Inimitable : on ne lit plus autant Dickens, mais la magie continue d’opérer, de génération en génération. Grass analyse en particulier le rôle des adaptations télévisuelles et cinématographiques, ainsi que de « l’industrie Dickens » (notamment, du parc récréatif « Dickens World » de Chatham, qui fait la part belle à l’univers de Our Mutual Friend), pour expliquer l’engouement populaire que suscite toujours Dickens.

10Outre le troisième appendice mentionné ci-dessus, l’ouvrage de Sean Grass en comporte trois autres, offrant des sources primaires sur l’accident de train de Staplehurst, des renseignements complémentaires sur le manuscrit, les épreuves et la « Berg Copy », ainsi qu’une bibliographie sélective — trop sélective, sans doute. Bien que Grass ne cherche qu’à offrir « an accurate characterization of the trends in scholarship from 1970 onward » (147), il se devait, sans doute, de citer les travaux récents qu’il mentionne par ailleurs au Chapitre 5, afin de prouver le succès sans faille du roman.

11L’étude de Sean Grass trouve donc sa place légitime, on le constate, dans la série « Ashgate Studies in Publishing History ». Sans doute le littéraire restera-t-il quelque peu sur sa faim : la prose poétique qui caractérise tant de pages de ce roman attend peut-être encore d’être appréciée dans toute sa splendeur. Grass a tendance à privilégier le « message » socio-politique, au détriment de la beauté éblouissante du verbe dickensien, pour rendre compte de la persistance de ce texte : « As industrialism runs its course and capitalism matures and evolves, Dickens will become—has become—more and more relevant. And if this so, it may be that Our Mutual Friend, in all the nightmarish glory of its indictment of Veneering and Podsnap, of public welfare that terrifies rather than raises up, of an economic system that depends upon and exults the detritus of the human lives wrecked upon its shores, may yet supplant Bleak House and Great Expectations as the ‘best’ book, the most important book, most read book that Dickens ever wrote » (157). Le livre de Sean Grass n’en demeure pas moins un outil indispensable, celui grâce auquel s’initie désormais toute étude du roman. Gageons d’ailleurs que Our Mutual Friend connaîtra un bel avenir, grâce, en particulier, au travail attentif de Grass. Le regain d’attention pour ce roman est déjà palpable : en 2014, il a logiquement été mis à l’honneur par les organisateurs du « Dickens Universe » (UC Santa Cruz). On se souvient aussi de l’expérience fascinante de lecture « mensuelle » qui a fait l’objet de commentaires sur le blog « Dickens Our Mutual Friend Reading Project » (https://dickensourmutualfriend.wordpress.com/​). À quand, donc, son grand retour au programme de l’agrégation d’anglais (après une longue période de jachère, depuis 1957 puis 1975) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Huguet, « Sean Grass. Charles Dickens’s Our Mutual Friend, a Publishing History », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 83 Printemps | 2016, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cve.revues.org/2665

Haut de page

Auteur

Christine Huguet

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org